Laurent Angliviel de La Beaumelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Beaumelle

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de La Beaumelle par Jean-Étienne Liotard en 1771.

Nom de naissance Angliviel
Naissance 28 janvier 1726
Valleraugue
Décès 17 novembre 1773 (à 47 ans)
Paris
Activité principale
Homme de lettres
Auteur
Langue d’écriture Français
Mouvement Lumières, Protestantisme
Signature de La Beaumelle


Laurent Angliviel de La Beaumelle, né le 28 janvier 1726 à Valleraugue en Cévennes et mort le 17 novembre 1773 à Paris, est un homme de lettres français.

Valleraugue – Genève – Copenhague[modifier | modifier le code]

Laurent Angliviel fait de brillantes études au collège de l'Enfance de Jésus d'Alès, créé en 1741 par l'évêque Charles de Bannes d'Avéjan pour ramener au catholicisme les enfants huguenots. Il y passe huit années (octobre 1734 – septembre 1742) sans jamais revenir à Valleraugue, devient un latiniste accompli, adhère à la foi catholique mais refuse de devenir prêtre. Séduit un moment par le déisme, il retrouve bientôt la religion de ses pères et traverse une crise mystique qui le conduit au « Désert » (mars 1744). Son père le retient dix-huit mois à la maison, le temps que mûrisse sa résolution de devenir pasteur.

Laurent part clandestinement pour Genève en septembre 1745, prend le nom de La Beaumelle pour déjouer la surveillance des autorités royales et s'immatricule en théologie à l'Académie où il se lie d'amitié avec P.-H. Mallet et J.-E. Roques. En juin 1746 il est initié dans la loge des Trois Mortiers. Le Journal helvétique publie plusieurs de ses essais littéraires ou moraux, deux odes et une « Lettre sur l'état présent de la religion protestante en France » où il expose les conditions dans lesquelles se déroulent les cultes clandestins au « Désert ».

Décidé à se faire un nom dans les belles-lettres, La Beaumelle part en mars 1747 pour Copenhague comme précepteur du fils du comte Gram. Il y joue un rôle actif dans la maçonnerie, publie des poèmes, compose une anthologie de Pensées de Sénèque (1752), il défend contre Holberg les calvinistes et les francs-maçons.

L'asiatique tolerant.

Durant l’été 1748 La Beaumelle écrit un « traité sur la tolérance », L'Asiatique tolérant, ou traité à l'usage de Zeokinizul, roi des Kofirans, surnommé le Chéri publié à Amsterdam en janvier 1749. Sous couvert d'une fiction orientale inspirée des anagrammes de Crébillon fils (lui-même se nomme « le voyageur Bekrinoll »), il s'inscrit dans la perspective historiographique ouverte par Elie Benoist et dans la ligne philosophique de Pierre Bayle pour réclamer hautement à Louis XV la tolérance civile en faveur de ses coreligionnaires privés de liberté religieuse depuis la révocation de l’édit de Nantes. En mai 1751, le Parlement de Grenoble condamnera l'ouvrage à être « lacéré et brûlé par l’exécuteur de la haute justice […] comme scandaleux, séditieux et tendant à renverser la religion catholique, apostolique et romaine, et les puissances établies de Dieu, et à troubler le repos et la tranquillité publique ».

La Spectatrice danoise : le t. II

En juin 1748, La Beaumelle lance un périodique, Aspasie, ou la Spectatrice danoise, dont il réunira les feuilles en trois volumes (1749-1750). L’anonymat d’une jeune danoise admiratrice de la France lui permet de brosser une critique sociale et politique du Danemark et de faire connaître à ses lecteurs les ouvrages français comme L’Esprit des Lois.

En mars 1750, les sollicitations de La Beaumelle aboutissent à sa nomination comme professeur royal de Langue et Belles Lettres françaises. Pour obtenir du roi de France l'autorisation de s'expatrier, il se rend à Paris où il séjourne de juin à novembre. Il y fait la connaissance de Voltaire, de l'abbé d'Olivet et de Montesquieu qui le prend en amitié. Sa Suite de la Défense de l’Esprit des lois est publiée à Amsterdam en novembre 1750.

Le 13 novembre, veille de son départ pour Copenhague, La Beaumelle achète à Louis Racine un mémoire et des lettres de Madame de Maintenon dont il envisage d'écrire la vie.

Le 27 janvier 1751, La Beaumelle prononce au palais royal de Copenhague le discours inaugural de sa chaire, qu'il a rédigé avec l'aide de l'abbé de Méhégan et publiera sous le titre Un empire se rend-il plus respectable par les arts qu'il adopte que par ceux qu'il crée ? En mars, avec l'aide de son frère Jean Angliviel qui séjourne alors à Paris, il lance des nouvelles à la main, la Gazette de la Cour, de la Ville et du Parnasse. En juin il correspond avec Voltaire sur un projet d’édition des Classiques français. En août il fait imprimer Mes Pensées ou le Qu'en dira-t-on ?, ouvrage politique dont le sous-titre souligne la hardiesse. Contraint de démissionner de sa chaire le 20 septembre pour s'être permis des privautés avec une dame de la cour, il quitte Copenhague pour Berlin le 20 octobre, de concert avec l’envoyé de Frédéric II rappelé en Prusse.

Berlin – Gotha – Francfort[modifier | modifier le code]

Au cours de son séjour à Berlin (novembre 1751 - fin avril 1752), La Beaumelle se brouille avec Voltaire : reçu à Potsdam le 14 novembre, il refuse de lui communiquer ses lettres de Mme de Maintenon – comme Voltaire son Siècle de Louis XIV –, mais se résout à lui faire passer un exemplaire de Mes Pensées. Le 2 décembre, au cours d'un souper chez le roi, Voltaire dénonce en la caricaturant la pensée XLIX qui, tout en célébrant l'esprit philosophique de Frédéric II, décrit cruellement la situation de l'homme de lettres auprès de lui : « Qu’on parcoure l’histoire ancienne et moderne, on ne trouvera point d’exemple de prince qui ait donné sept mille écus de pension à un homme de lettres, à titre d’homme de lettres. Il y a eu de plus grands poètes que Voltaire. Il n’y en a jamais eu de si bien récompensés, parce que le goût ne mit jamais de bornes à ses récompenses. Le roi de Prusse comble de bienfaits les hommes à talent, précisément par les mêmes raisons qui engagent un petit prince d’Allemagne à combler de bienfaits un bouffon ou un nain. » Voltaire s'efforce d'imposer l'idée selon laquelle cette pensée porte atteinte à la réputation du philosophe de Sans-Souci. Le 13 ou le 14 février, une rencontre orageuse marque la rupture définitive avec Voltaire, que La Beaumelle tient pour responsable de ses déconvenues et d'une rumeur sur le prétendu vol des lettres de Mme de Maintenon. Ce conflit se noue au moment où s'amorce la querelle entre Voltaire et Maupertuis, président de l'Académie royale des sciences de Prusse à Berlin : c'est ce dernier qui raconte à La Beaumelle la conversation du souper et lui conseille de s'adresser directement au roi.

Après une mésaventure galante qui lui vaut quelques jours d'assignation à résidence à Spandau avant d'être blanchi, La Beaumelle quitte Berlin, décidé à publier une critique du Siècle de Louis XIV. Il séjourne une semaine à Leipzig où il rencontre Baculard d’Arnaud, puis se rend à Gotha où la comtesse Charlotte Sophie Bentinck l'a recommandé. Au cours de son séjour (mai – juillet 1752), La Beaumelle est invité plusieurs fois à la table du duc de Gotha. Malgré les instances de la comtesse Bentinck, il travaille à ses notes sur le Siècle de Louis XIV dont Voltaire a fait paraître la première édition à Berlin fin 1751 (voir [1]). Il se lie avec la baronne de Norbeck, une mystérieuse aventurière avec laquelle il partira pour Francfort, puis Paris.

À Francfort (juillet – septembre 1752), La Beaumelle retrouve Roques, son ancien condisciple de Genève. Il fait imprimer une édition remaniée de Mes Pensées ainsi qu'un volume de la Vie de Madame de Maintenon et deux volumes de ses Lettres. Il vend ses notes critiques au libraire Eslinger qui réimprime l’édition du Siècle de Louis XIV donnée par Neaulme à La Haye en 1752.

Paris : première incarcération à la Bastille[modifier | modifier le code]

Le début du séjour à Paris (octobre 1752) est clandestin. Revenu en France avec des ouvrages imprimés à l'étranger et non autorisés, La Beaumelle sait qu'il paraît suspect aux autorités. Il commence à envisager de publier la correspondance de Madame de Maintenon et d'écrire sa Vie, comme une sorte de réplique critique au Siècle de Louis XIV.

Bien qu'il ait obtenu des garanties de Berryer, alors lieutenant général de police (novembre 1752) et une autorisation tacite de Malesherbes au sujet de la diffusion de ses livres sur Madame de Maintenon, La Beaumelle reste discret. Début 1753, il est invité à Saint-Germain-en-Laye par le maréchal de Noailles, apparenté à la marquise de Maintenon par son mariage, en 1698, avec Françoise-Amable d'Aubigné (1684-1739), sa nièce et héritière. Il entre également en relation avec les dames de Saint-Cyr, dont il se fait apprécier et qui commencent à lui fournir discrètement quelques matériaux. Elles n'ignorent pas que La Beaumelle est protestant, mais voient dans le jeune auteur de la Vie et éditeur des Lettres de Madame de Maintenon, dont elles apprécient la plume, l'historien qui pourrait officialiser le mariage entre Louis XIV et la fondatrice de Saint-Cyr, réhabilitant en quelque sorte la mémoire de cette dernière. En février, La Beaumelle fait la connaissance de La Condamine. Dès cette époque les deux hommes entretiennent une relation de profonde amitié, exigeante et complice, qui durera jusqu'à la mort de La Beaumelle.

Voltaire, qui prend connaissance de l'édition annotée du Siècle de Louis XIV où ses erreurs historiques ont été mises au jour, publie un Mémoire dans lequel il reproche à La Beaumelle son ingratitude et le dénonce comme une créature de son ennemi à Berlin, le président Maupertuis. La Beaumelle annote ce Mémoire et le publie, puis entreprend d'écrire une Lettre sur [ses] démêlés avec M. de Voltaire. Madame Denis se plaint de ces répliques et, en mars, La Beaumelle se fait sermonner par Berryer. Le mois suivant, son domicile est perquisitionné, il est arrêté et incarcéré à la Bastille (24 avril – 12 octobre 1753). Voltaire n'est pas étranger à cet embastillement : il est parvenu à accréditer l'idée qu'une critique de sa propre méthode historique était en fait une mise en cause du Régent. Entre-temps, l'auteur du Siècle de Louis XIV publie un Supplément dans lequel il repousse les critiques de son jeune et présomptueux antagoniste.

À sa sortie de la Bastille, La Beaumelle est officiellement exilé de Paris, mais il obtient la permission d'y demeurer s'il se tient tranquille. Il subit une nouvelle perquisition au début 1754. Bien que marquée par de graves problèmes de santé, cette période lui permet de rédiger une vigoureuse Réponse au Supplément du Siècle de Louis XIV, dont la diffusion commence à Paris en mai 1754. Ses relations s'approfondissent avec le maréchal de Noailles et surtout avec les dames de Saint-Cyr, qui lui fournissent de nombreuses copies de lettres de et à la marquise de Maintenon.

Amsterdam : l'édition des Mémoires et Lettres de Madame de Maintenon[modifier | modifier le code]

Mémoires de Maintenon : édition d'Amsterdam, 1755

Convaincu qu'il ne sera pas autorisé à imprimer en France, La Beaumelle quitte Paris le 12 mars 1755 pour Amsterdam où il séjourne près d'une année. En octobre il est possible qu'il publie l'Éloge de Montesquieu que lui a envoyé Maupertuis. En novembre il diffuse auprès de libraires étrangers et de quelques particuliers une édition subreptice de La Pucelle de Voltaire en 14 chants. Il participe à la rédaction du Mémoire théologique et politique [2], un texte élaboré dans l'entourage du pasteur Frédéric Charles Baer, aumônier de l'ambassade de Suède à Paris, qui préconise d'accorder aux protestants français le droit de contracter un mariage civil. L'essentiel de son activité est consacré à réunir à travers l'Europe les souscriptions nécessaires à l'impression des Mémoires pour servir à l'histoire de Mme de Maintenon et à celle du siècle passé, suivis des Lettres de la marquise. Les 6 volumes de Mémoires et les 9 volumes de Lettres – dont celui des Lettres de Mgr Godet des Marais, évêque de Chartres (qui avait été le confesseur de Madame de Maintenon) sous le pseudonyme de l’« abbé Berthier » –, sont saisis le 18 août à la suite d'une procédure engagée par le libraire Jolly. Ce contentieux ne trouvera une solution amiable que le 17 janvier 1756. Dans l'intervalle, afin de satisfaire au vif engouement que suscite son ouvrage et de contrer l'intention du libraire Gosse d'en publier sans tarder une contrefaçon, La Beaumelle imprime dès le début septembre une seconde édition remaniée. Avant son départ d'Amsterdam le 20 février, La Beaumelle organise l'expédition de Maintenon. Arrivé à Paris le 2 mars, il distribue la première édition aux souscripteurs et il en retire des fonds considérables.

Paris : seconde incarcération à la Bastille[modifier | modifier le code]

Le 6 août, La Beaumelle est à nouveau arrêté et incarcéré à la Bastille : une note où la réputation de la cour de Vienne est indirectement mise en cause a irrité l'impératrice Marie-Thérèse. Voltaire, qui s'emploie à discréditer La Beaumelle en le faisant passer pour séditieux et en écrivant à tous ceux qui pourraient lui nuire, a obtenu gain de cause. Du reste, le prolongement de son incarcération s'explique aussi par la nervosité des autorités après l'attentat perpétré par Damiens sur la personne de Louis XV. La Beaumelle n'est libéré que le 1er septembre 1757. Exilé en Languedoc, il prend presque immédiatement la route, part pour Valleraugue où il a tout juste le temps de faire ses adieux à son père qui meurt le 18 septembre.

En Languedoc[modifier | modifier le code]

Pendant les années suivantes, La Beaumelle partage son temps entre Valleraugue, Montpellier, Nîmes et Uzès. Il envisage à plusieurs reprises de se marier et de s'établir, nourrit différents projets d'édition dont celui de Lettres à Mr de Voltaire qu'il fait imprimer à Avignon (elles ne seront diffusées qu'après avoir été remaniées, en 1763). En juillet 1759, il s'établit à Toulouse. En octobre 1761, il fait la connaissance de Rose-Victoire Lavaysse, dont le père, David Lavaysse, est un avocat protestant réputé, originaire de Castres. À cette époque survient à Toulouse un fait divers qui va défrayer la chronique : la mort par pendaison, au domicile de ses parents, de Marc-Antoine Calas. Son père, Jean Calas, est protestant. Le fils aurait émis l'intention de se convertir au catholicisme. Le capitoul David de Beaudrigue soupçonne l'entourage familial de meurtre et fait emprisonner toute la famille. Un monitoire est lu dans les églises toulousaines pour inciter à la dénonciation des présumés coupables. Une rumeur circule selon laquelle Calvin aurait ordonné aux parents protestants de tuer leurs enfants s'ils voulaient se convertir au « papisme ». Ainsi commence l'affaire Calas, dont Voltaire va s'emparer et qui lui inspirera son fameux Traité sur la tolérance.

Le soir du drame, Gaubert Lavaysse, le jeune frère de la future femme de La Beaumelle, a été invité chez les Calas. Il est emprisonné et inculpé. La Beaumelle va seconder David Lavaysse pour organiser la défense de son fils jusqu'à ce qu'il soit mis hors de cause. La Beaumelle rédige aussi, pour le pasteur Paul Rabaut sous le nom duquel il paraît, un écrit intitulé La Calomnie confondue où est démontré le caractère diffamatoire des allégations lancées dans le monitoire du clergé toulousain. L'écriture de ce petit pamphlet marque la reprise des activités « militantes » de La Beaumelle en faveur de ses coreligionnaires. En 1763 notamment, il rédige une importante Requête des protestants français au roi où, approfondissant sur les plans historique et philosophique ses thèses de L'Asiatique tolérant, il revendique pour eux la « tolérance civile ». Le synode national des Églises réformées de France réuni en 1763 n'ayant pas agréé ce texte, il restera inédit jusqu'en 2012.

Commentaire sur La Henriade de La Beaumelle édité par Fréron (1775)
Commentaire sur La Henriade de La Beaumelle édité par Fréron (1775)

La Beaumelle épouse Rose-Victoire Lavaysse à Toulouse le 23 mars 1764. Ils partagent l'essentiel de leur temps entre Mazères, où Mme de La Beaumelle possède la propriété de la Nogarède, et Toulouse. La Beaumelle acquiert la seigneurie du Carla, patrie de Bayle. Leur fille Aglaé naît le 6 septembre 1768.

En 1767, à nouveau attaqué par Voltaire, La Beaumelle a décidé de s'atteler à un projet qu'il mûrit depuis longtemps : une édition critique des œuvres de son adversaire, qui commencera par La Henriade. La dégradation de son état de santé ne lui permettra pas de mener à bien cette entreprise, qui au reste était d'une ambition démesurée. Mais son édition annotée de La Henriade – dont Voltaire obtient que la première version, imprimée à Toulouse en 1769, soit interdite – sera finalement éditée par Fréron après sa mort. Le frontispice de l'ouvrage inspire un quatrain sarcastique :

Le Jay vient de mettre Voltaire,
Entre La Beaumelle et Fréron ;
Ce serait vraiment un calvaire,
S’il s’y trouvait un bon larron.

Levée de la lettre d'exil et séjours parisiens[modifier | modifier le code]

En mars 1769, l'exil languedocien est levé. Revenu en grâce par l'intermédiaire du milieu toulousain proche de la comtesse Du Barry, La Beaumelle repart pour Paris où il séjourne de mai 1770 à juillet 1772. Au cours de ce séjour, il est nommé bibliothécaire de Mlle Du Barry, belle-sœur de la favorite de Louis XV (janvier 1771), puis homme de lettres attaché à la Bibliothèque du roi (mai 1771). Il fréquente à nouveau son ami La Condamine et, en disciple convaincu de celui-ci, fait inoculer sa fille Aglaé contre la variole (mai-juin 1772). De retour en Languedoc, il partage son temps entre Mazères et Toulouse, mais son état de santé continue de se dégrader. Son fils Victor-Moïse naît le 21 septembre 1772. La Beaumelle repart pour Paris en mars 1773 : ce dernier séjour dans la capitale est stérile : miné par la maladie, l'écrivain prend de l'opium pour atténuer ses douleurs et n'a guère de forces à consacrer à l'édition de ses travaux. Mort le 17 novembre 1773, il est inhumé au cimetière du Port-au-Plâtre où sont enterrés les protestants parisiens.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'Asiatique tolérant, ou traité à l'usage de Zeokinizul, roi des Kofirans, surnommé le Chéri. Ouvrage traduit de l'arabe du voyageur Bekrinoll par M. de ***, Paris [Amsterdam : Marc-Michel Rey], 1748, in-12°. [3]
  • La Spectatrice danoise, ou l'Aspasie moderne, Copenhague [: Ernst Henrich Berling et Christof Georg Glasing], 1749-1750, 3 tomes.
  • Mes Pensées ou Le qu’en dira-t-on ?, Copenhague, 1751, in-12° [4] ; 2e éd. Londres : Nourse [Francfort], 1752.
  • Suite de la Défense de l'Esprit des Lois, ou examen de la réplique du gazetier ecclésiastique à la Défense de l'Esprit des lois, Berlin [Amsterdam], 1751, in-12°. [5]
  • Pensées de Sénèque […] recueillies […] et traduites en français, Paris : P. G. Le Mercier, Desaint & Saillant, Le Prieur, 1752, 2 vol. in-12°. [6]
  • Lettres de Madame de Maintenon, Nancy : Deilleau [Francfort : Johann Georg Eslinger], 1752, 2 vol. in-12°.
  • Vie de Madame de Maintenon, tome Ier, Nancy : H. Brenneau [Francfort : Johann Georg Eslinger], 1752. [7]
  • Le Siècle de Louis XIV par M. de Voltaire […] nouvelle édition augmentée d'un très grand nombre de remarques, par M. de La B***, Francfort : Veuve Knoch & J. G. Eslinger, 1753, in-8°. [8]
  • Réponse au Supplément du Siècle de Louis XIV, Colmar [Paris], 1754, in-12°. [9]
  • Mémoires pour servir à l’histoire de Madame de Maintenon et à celle du siècle passé, Amsterdam, 1755-1756, 6 vol. in-12°.
  • Lettres de Madame de Maintenon, Amsterdam, 1755-1756, 8 vol. in-12°.
  • Lettres de Messire Paul Godet des Marais, évêque de Chartres, à Mme de Maintenon, recueillies par l'abbé Berthier, Bruxelles [Amsterdam], 1755. [10]
  • Mémoires pour servir à l’histoire de Madame de Maintenon et à celle du siècle passé, seconde édition, Amsterdam, 1756, 6 vol. in-12°.
  • Lettres de Madame de Maintenon, seconde édition, Amsterdam, 1756, 9 vol. in-12°. (N.-B. Dans cette seconde édition, le volume des lettres de Mgr Godet des Marais est intégré à la collection avec la mention de tome IX en page de titre, mais l’adresse est « Bruxelles [Amsterdam], 1756 ».)
  • Lettres de M. de La Beaumelle à M. de Voltaire, Londres [Avignon], 1763. [11]
  • Préservatif contre le déisme, ou instruction pastorale de M. Dumont, ministre du St Evangile, à son troupeau […] sur le livre de M. Jean-Jacques Rousseau intitulé Emile ou de l'Éducation, Paris [Avignon ?], 1763, in-12°. [12]
  • Lettre à MM. Philibert et Chirol, libraires à Genève, 1770. [13]
Écrits posthumes
  • Commentaire sur La Henriade, revu et corrigé par M. F***, Paris : Le Jay, 1775, 2 vol. in-8°. [14]
  • L'Esprit, Paris, 1802, in-12°.
  • Vie de Maupertuis, Paris : Ledoyen et Ch. Meyrueis & Cie, 1856 [15].
Participations à des œuvres signées ou attribuées à d'autres auteurs
  • Mémoire théologique et politique au sujet des mariages clandestins des protestants de France, où l’on fait voir qu’il est de l’intérêt de l’Église et de l’État de faire cesser ces sortes de mariages, en établissant, pour les protestans, une nouvelle forme de se marier qui ne blesse point leur conscience et qui n’intéresse point celle des évêques et des curés, [s. l.], 1755. [16].
  • Lettre du czar Pierre à Voltaire, sur son histoire de Russie, [s. l. (Toulouse)], 1761, in-12 (attribué à Vacquier-Prouho).
  • La calomnie confondue, ou mémoire dans lequel on réfute une nouvelle accusation intentée aux protestants de la province du Languedoc, à l'occasion de l'affaire du sieur Calas détenu dans les prisons de Toulouse, Au Désert, 1762 (signé P. Rabaut). [17]
  • Les Gasconismes corrigés, Toulouse : J.-J. Robert, 1766, in-8 (signé Desgrouais). [18]
  • Examen de la nouvelle histoire de Henri IV de M. de Bury, Genève : Philibert, 1768 (signé « M. le marq. de B*** » : François de Varagne-Gardouch, marquis de Bélesta). [19]

Références[modifier | modifier le code]

Éditions critiques
  • La Beaumelle, Suite de la Défense de L'Esprit des lois (1751). Texte établi par Claude Lauriol, introduit et annoté par Gilles Susong, dans La Beaumelle et le « montesquieusisme ». Contribution à l’étude de la réception de L’Esprit des lois, Naples, Liguori Editore ; Paris, Universitas ; Oxford, Voltaire Foundation, 1996, p. 95-157.
  • La Beaumelle, Mes Pensées ou Le qu’en dira-t-on ? (1751-1752). Édition critique de Claude Lauriol, Genève, 1997.
  • La Beaumelle, Deux traités sur la tolérance : L’Asiatique tolérant (1748) – Requête des protestants français au roi (1763). Édition critique de Hubert Bost, Paris, 2012.
Travaux
  • Michel Nicolas, Notice sur la vie et les écrits de Laurent Angliviel de La Beaumelle, Paris, 1852, in-8. [20]
  • Achille Taphanel, La Beaumelle et Saint-Cyr, d’après des correspondances inédites et des documents nouveaux, Paris, 1898.
  • Michel Sans, « Les Aventures d’un huguenot des Cévennes à Copenhague au XVIIIe siècle, Laurent Angliviel de La Beaumelle », Archistra 6 (1972), p. 123-134 ; « La Beaumelle et la comédie danoise », Archistra 7-8 (1973), p. 10-13 ; « Il y a deux cents ans... un assassinat littéraire de Voltaire », Archistra 11-12 (1973), p. 106-109 ; « Bagatelle pour un épervier », Archistra 14-15 (1974), p. 35-36 ; « De la Bastille aux Cévennes, un exilé du roi Louis XV : Laurent Angliviel de La Beaumelle », Archistra 19 (1975), p. 57-60.
  • Claude Lauriol, La Beaumelle, un protestant cévenol entre Montesquieu et Voltaire, Genève, 1978.
  • Claude Lauriol, « La Spectatrice danoise », Dictionnaire des journaux (1600-1789) (dir. Jean Sgard), Oxford, 1991, no 1229. [21]
  • Claude Lauriol, « Laurent Angliviel de La Beaumelle (1726-1773) », Dictionnaire des journalistes (1600-1789) (dir. Jean Sgard), Oxford, 1999, no 13. [22]
  • Claude Lauriol (avec la collaboration de Gilles Susong), La Beaumelle et le « montesquieusisme ». Contribution à l’étude de la réception de L’Esprit des lois, Naples, Ligouri Editore ; Paris, Universitas ; Oxford, Voltaire Foundation, 1996.
  • Claude Lauriol, Études sur La Beaumelle, Paris, 2008.
  • Claude Lauriol, « La Beaumelle », Dictionnaire électronique Montesquieu, mis à jour le 13/02/2008. [23].
  • Hubert Bost – Claude Lauriol – Hubert Angliviel de La Beaumelle (éd.), Correspondance générale de La Beaumelle (1726-1773), Oxford : t. I : 1726-1747 (2005) ; t. II : avril 1747 – juillet 1749 (2006) ; t. III : août 1749 – février 1751 (2007) ; t. IV : mars 1751 – avril 1752 (2008) ; t. V : mai 1752 – avril 1753 (2009) ; t. VI : 15 avril 1753 – 21 janvier 1754 (2010) ; t. VII : 22 janvier 1754 – 18 octobre 1754 (2011) ; t. VIII : 20 octobre 1754 – 30 juin 1755 (2012) ; t. IX : 1er juin 1755 – 29 janvier 1756 (2013) ; t. X : février – décembre 1756 (2014) [24] ; t. XI : janvier – décembre 1757 (à paraître en 2015) [en cours de publication à la Voltaire Foundation (17 tomes prévus)]. Cette édition a reçu le Prix de la Fondation Edouard Bonnefous de l'Institut de France en 2013. [25]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :