Traité sur la tolérance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la littérature <adjF> image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant la littérature française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Traité sur la tolérance
Auteur Voltaire
Pays Drapeau de la France France
Genre Essais
Date de parution 1763
ISBN 978-2-07-042871-7
Chronologie
Précédent Le Philosophe ignorant L'Ingénu Suivant

Le Traité sur la tolérance est une œuvre de Voltaire publiée en 1763.

Ce texte vise la réhabilitation de Jean Calas, protestant faussement accusé et exécuté pour avoir assassiné son fils afin d'éviter que ce dernier ne se convertisse au catholicisme.

Dans ce Traité sur la Tolérance, Voltaire invite à la tolérance entre les religions et prend pour cible le fanatisme religieux (plus particulièrement celui des jésuites chez lesquels il a fait de brillantes études étant jeune homme) et présente un réquisitoire contre les superstitions accolées aux religions.

Le Traité sur la tolérance est vraisemblablement toujours d'actualité au XXIe siècle. En effet, en janvier 2015, à la suite de l'attentat contre Charlie Hebdo, l'ouvrage de Voltaire se place au sommet des ventes des librairies un peu partout dans le monde[1]. Ses ventes en France passent de 11 500 en 2014 à 185 000 exemplaires fin 2015[2].

Contexte[modifier | modifier le code]

L'œuvre voltairienne fait suite au procès, à la condamnation à mort et à l'exécution de Jean Calas, père de famille huguenot, le 10 mars 1762.

Jean Calas appartient à une famille protestante à l'exception de sa servante, catholique, et d'un de ses fils, converti au catholicisme.

À la suite de la mort par suicide supposé de son fils aîné, la famille Calas se retrouve faussement accusée d'homicide volontaire.

La famille est mise aux fers et le père, à la demande populaire, et sur ordre de 13 juges, est condamné à mort malgré l'absence de preuve. Le contexte historique est alors encore fortement marqué par les guerres de religions françaises des siècles précédents.

À la suite de l'exécution de Jean Calas, qui plaide son innocence jusqu'à sa mort, le procès est rejugé à Paris et, le 9 mars 1765, la famille Calas est réhabilitée.

Contenu[modifier | modifier le code]

La table des matières reproduite ci-dessous montre bien la démarche philosophique de Voltaire pour faire progresser le concept de tolérance. Il commence par un rappel des faits, poursuit en montrant que la tolérance devrait être naturelle pour le genre humain. Il se réfère aux anciens Grecs et Romains, puis détruit ensuite toutes les objections et notamment celle du martyr. Il investigue dans le Judaïsme, qu'il connaît bien, et n'y trouve pas plus de trace d'intolérance.

Ensuite, il s'attaque à la Chrétienté, mais certes pas frontalement, bien plutôt en montrant constamment des signes de respect, d'allégeance, et en étalant le plus possible de références chrétiennes depuis Jésus-Christ lui-même, la Bible et les évangiles, et même de nombreux auteurs chrétiens.

Mais s'il a commencé horrifié en rapportant les faits, il n'oublie pas de faire sourire, et la fable chinoise finit de convaincre les rieurs.

Entre la plaidoirie et la dissertation philosophique, ce texte mérite d'être étudié aussi pour son efficacité rhétorique.

  1. Histoire abrégée de la mort de Jean Calas
  2. Conséquences du supplice de Jean Calas
  3. Idée de la réforme du XVIe siècle
  4. Si la tolérance est dangereuse, et chez quels peuples elle est permise
  5. Comment la tolérance peut être admise
  6. Si l'intolérance est de droit naturel et de droit humain
  7. Si l'intolérance a été connue des Grecs
  8. Si les Romains ont été tolérants
  9. Des martyrs
  10. Du danger des fausses légendes et de la persécution
  11. Abus de l'intolérance
  12. Si l'intolérance fut de droit divin dans le judaïsme, et si elle fut toujours mise en pratique
  13. Extrême tolérance des Juifs
  14. Si l'intolérance a été enseignée par Jésus-Christ
  15. Témoignages contre l'intolérance
  16. Dialogue entre un mourant et un homme qui se porte bien
  17. Lettre écrite au Jésuite Le Tellier, par un bénéficier, le 6 mai 1714
  18. Seuls cas où l'intolérance est de droit humain
  19. Relation d'une dispute de controverse à la Chine
  20. S'il est utile d'entretenir le peuple dans la superstition
  21. Vertu vaut mieux que science
  22. De la tolérance universelle
  23. Prière à Dieu
  24. Post-scriptum
  25. Suite et conclusion

Édition[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le “Traité sur la tolérance” de Voltaire, large succès dans les librairies », sur philosophie magazine,‎ (consulté le 7 mars 2015)
  2. Julie Clarini, « Traité sur la tolérance » et « Paris est une fête », best-sellers inattendus, lemonde.fr,‎ (consulté le 27 décembre 2015)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]