George Cavendish-Bentinck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cavendish, Bentinck et Cavendish-Bentinck.
George Cavendish-Bentinck
George Cavendish-Bentinck Vanity Fair 23 December 1871.jpg

George Cavendish-Bentinck caricaturé dans Vanity Fair en 1871

Fonctions
Membre du 24e Parlement du Royaume-Uni (d)
Whitehaven (en)
-
Membre du 23e Parlement du Royaume-Uni (d)
Whitehaven (en)
-
Membre du 22e Parlement du Royaume-Uni (d)
Whitehaven (en)
-
Membre du 21e Parlement du Royaume-Uni (d)
Whitehaven (en)
-
Membre du 20e Parlement du Royaume-Uni (d)
Whitehaven (en)
-
Membre du 19e Parlement du Royaume-Uni (d)
Whitehaven (en)
-
Membre du 18e Parlement du Royaume-Uni (d)
Taunton (en)
-
Membre du Conseil privé du Royaume-Uni
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
Nom dans la langue maternelle
George BentinckVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Formation
Activités
Père
William Frederick Cavendish-Bentick (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Titre honorifique
Le très honorable

George Cavendish-Bentinck (né le 9 juillet 1821 et mort le 9 avril 1891) était un homme politique conservateur britannique élu à la Chambre des communes de 1859 à 1891.

Il était le petit-fils du troisième duc de Portland William Cavendish-Bentinck. Un de ses petits-fils Victor Cavendish-Bentinck fut le dernier duc de Portland. Un autre fut Mark Sykes (des Accords Sykes-Picot). Après ses études à la Westminster School puis au Trinity College (Cambridge), il servit un an aux Grenadier Guards (1840-1841). Il devint ensuite juge de paix pour les Cumberland et Dorset.

Il fut élu au Parlement à partir de 1859. Il entra au gouvernement de Benjamin Disraeli au Board of Trade (1874-1875) avant d'être Judge Advocate General de 1875 à 1880. En 1875, il entra au Privy Council et devint trustee du British Museum.

En 1885, il fut un des plus farouches opposants à W. T. Stead lors de la campagne de presse dite du « Maiden Tribute of Modern Babylon ».


Liens externes[modifier | modifier le code]