La Mine, musée du carreau Wendel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée Les Mineurs Wendel - La Mine Wendel
Image illustrative de l'article La Mine, musée du carreau Wendel
vue d'ensemble.
vue d'ensemble.
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Ville Petite-Rosselle
Adresse Petite-Rosselle
Coordonnées 49° 12′ 18″ nord, 6° 52′ 04″ est
Informations générales
Date d’inauguration 2006
Collections Bâtiments industriels, machines d'extraction, trains miniers…
Superficie 150 ha[1]
Protection Logo monument historique Classé MH (1998)
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 43 700 (2013)[2]
Site web http://www.musee-les-mineurs.fr

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Musée Les Mineurs Wendel - La Mine Wendel

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

(Voir situation sur carte : Grand Est)
Musée Les Mineurs Wendel - La Mine Wendel

Géolocalisation sur la carte : Moselle

(Voir situation sur carte : Moselle)
Musée Les Mineurs Wendel - La Mine Wendel

Le musée du carreau Wendel « La Mine » est implanté sur deux sites voisins, le carreau Wendel et le carreau Vuillemin situé à Petite-Rosselle dans la région historique de Lorraine (Grand Est). Ces deux fosses appartenaient, avant la nationalisation de 1946, à la Compagnie des houillères de Petite-Rosselle[3]. Même s'ils étaient voisins, ces deux sièges d’extractions exploitaient deux gisements différents séparés par une faille[3]. Il est actuellement le site charbonnier le plus complet conservé en France[4], et constitue l'un des trois points d'ancrage français de la Route européenne du patrimoine industriel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Initialement découvert en Sarre, le gisement houiller Sarrois-Lorrain fut exploité côté français à partir de 1856 à Petite-Rosselle, en Moselle. La concession est tenue par Charles de Wendel et James Georges Tom Hainguerlot. La famille de Wendel était alors à la tête de l'empire sidérurgique français.

Les deux fosses avant la nationalisation[modifier | modifier le code]

Un sondage est réalisé en 1856 non loin du futur puits Wendel n°2[5]. Plus tard, de 1862 à 1864 est creusé le puits de l'Urselsbrunn sur l'emplacement du sondage, c'est un puits de recherche de 138 mètres de profondeur[6].

Le fonçage du puits Wendel no 1 commence en 1865, il sera mis en service trois ans plus tard[3]. Le fonçage du puits Wendel no 2 commence la même année sur l'emplacement du puits de l'Urselsbrunn. Il est achevé à 218 mètres en , il assure l'aérage de l'exploitation[3].

Le fonçage du puits Vuillemin no 1 commence en 1867, il entrera en exploitation en 1876[3]. Le second puits de la fosse Vuillemin est foncé de 1881 à 1889[3].

Le , un violent incendie se déclara dans la veine Henri au puits Wendel, il faudra condamner cette portion de la mine avec des barrages[7]. Cet incendie ne sera éteint que trois ans plus tard[8].

En 1935, la découverte d'un gisement de charbon gras en grande profondeur permet le creusement du puits Wendel no 3[3].

Les deux fosses après la nationalisation[modifier | modifier le code]

Les charbonnages sont nationalisés après la guerre en 1946, le carreau Wendel est modernisé. Interrompus par la Seconde Guerre mondiale, les travaux de creusement du puits Wendel no 3 reprennent en 1947. Ils sont achevés en 1952 à 900 mètres de profondeur[3].

Les puits Vuillemin no 1 et Wendel no 1 sont ravalés et modernisés de 1950 à 1955. Ils reçoivent de nouveaux chevalements métalliques et des machines d'extraction électrique à tambour bicylindroconique Venot actionné par des moteurs ALSTHOM de 3 160 cv. Le puits Wendel no 2 reçoit une installation similaire mais avec une poulie Koepe et un skip de 10,5 t pour remonter le charbon[3].

En 1953, le puits Wendel no 3 entre en service, son chevalement est équipé de quatre molettes. Il reçoit deux skips de 13 t chacun et deux cages à quatre plateaux[3]. Ce dispositif est mis en mouvement par deux machines d'extraction électriques ALSTHOM de 3800 cv équipées de poulie koepe. Deux ans plus tard, un lavoir moderne avec flottation de schlamms est installé sur le site[3].

En 1960, le siège Wendel pouvait extraire jusqu'à 10 000 tonnes quotidiennes de charbon avec un effectif de 5 000 mineurs[3].

Les 5 puits cesseront l'extraction les uns après les autres :

Le siège Wendel sera encore utilisé pour le service jusqu'à la fermeture définitive, le [3].

Reconversion[modifier | modifier le code]

Le chevalement du puits no 1 est ferraillé en novembre 1990[14]. Le chevalement du puits no 2 est épargné, c'est le plus ancien chevalement métallique du bassin et est classé aux monuments historiques[15] en 1998[16].

Le puits Wendel no 3 est fermé en 2001[17].

Chronologie du musée[modifier | modifier le code]

  • En 1985 est créé le Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle du Bassin Houiller Lorrain (CCSTI). Il rassemble des particuliers, des associations de conservation du patrimoine ainsi des représentants de la DRAC[18].
  • En 1988, les houillères confient le carreau Vuillemin-Wendel à la CCSTI[18].
  • En 1991, est prise la décision de réaliser le musée sur cet emplacement[18].
  • Depuis 1993, la rénovation des installations se fait petit à petit afin de permettre la visite du public[18].
  • En 2006, le musée de la mine du carreau Wendel ouvre ses portes permettant de découvrir les galeries de l'intérieur, en immersion au sein de la mine[19]
  • En 2012, une nouvelle partie du musée est ouverte, il s'agit du passage que les mineurs empruntaient de l'entrée sur les carreaux de la fosse à la descente dans le puits[20].
  • Inauguré officiellement le en présence notamment du président de la région Lorraine, Jean-Pierre Masseret, de l'architecte dwpa, le musée Les Mineurs Wendel a ouvert ses portes au public depuis juillet 2012[21].

Tourisme[modifier | modifier le code]

La mine, musée du carreau Wendel bénéficie du label officiel français Musée de France et fait partie du réseau des Grands Sites de Moselle.

  • Durant sept ans de 2005 à 2011, fin aout, aux pieds du puits Vuillemin ont eu lieu les représentations du spectacle son et lumières Les Enfants du Charbon écrit par Sylvie Dervaux qui en assure également la mise en scène et la direction artistique. 300 figurants et techniciens bénévoles ont participé au montage et à l’interprétation des 27 tableaux du spectacle, servis par une technique impressionnante : projection d’images et de vidéos monumentales, lasers couleurs de grandes puissances, effets pyrotechniques et bruitages impressionnants. Cet évènement recevra ainsi plus de 100 000 spectateurs transfrontaliers attirant également un public d’autres régions de France [22].

Exposition[modifier | modifier le code]

Le Musée Les Mineurs Wendel présenta du 2 mai 2014 au 31 octobre 2014 une exposition consacrée aux jardins des mineurs de charbon en Lorraine intitulée « Du minéral au végétal, les jardins des mineurs de charbon »[23].

Le jardin occupait une place centrale dans le quotidien du mineur, pour se nourrir et se divertir après son travail. Les logements construits par les compagnies minières jusqu’au milieu du XXe siècle comportaient d’ailleurs systématiquement un jardin pour chaque famille. L’exposition présentera les différents types de jardins qui existèrent aux XIXe et XXe siècles dans le bassin houiller lorrain, et leurs fonctions. Elle mettra aussi en lumière les fruits et légumes qui y étaient cultivés et les recettes spécifiques réalisées à partir de ces aliments dans les familles de mineurs. Les compagnies minières mettaient également à disposition des directeurs et des ingénieurs, des jardiniers qui entretenaient leur parc et leur potager. Le quotidien et le rôle de ces jardiniers sera présenté. Enfin, l’exposition ouvrira les horizons, en s’intéressant à l’histoire des jardins ouvriers en Europe aux XIXe et XXe siècles. Complément original et inattendu, cet événement sera accompagné par la reconstitution d’un jardin de mineur grandeur nature qui sera installé sur le Parc Explor Wendel du printemps à l’automne 2014. Il permettra aux visiteurs de découvrir les fruits et légumes cultivés au travers d’animations familiales et éducatives, à destination de tous les publics (ateliers jardinage, cuisine, etc.).

Logos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Description du parc.
  2. « Fréquentation des principaux sites touristiques en lorraine 2013 » [PDF], sur observatoire-lorraine.fr.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Pierre-Christian Guiollard 1993, p. 252
  4. « Présentation du musée »
  5. « histoire du puits Wendel n°2-le sondage »
  6. « histoire du puits Wendel n°2-le puits de l'Urselsbrunn »
  7. Musée de la mine Carreau Wendel, Le cahier du carreau Wendel N°2, Mai 2011, p. 4.
  8. Musée de la mine Carreau Wendel, Le cahier du carreau Wendel N°2, Mai 2011, p. 10.
  9. « fermeture du puits Vuillemin 1 »
  10. « fermeture du puits Vuillemin 2 »
  11. « fermeture du puits Wendel 1 »
  12. « fermeture du puits Wendel 2 »
  13. « fermeture du puits Wendel 3 »
  14. « histoire du puits Wuillemein n°1 »
  15. « histoire du puits Wuillemein n°2 »
  16. « Carreau minier Vuillemin-Wendel », notice no PA57000018, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « histoire du puits Wendel n°3 »
  18. a, b, c et d Pierre-Christian Guiollard 1993, p. 253
  19. « Ouverture du musée »
  20. Musée de la mine Carreau Wendel, Le cahier du carreau Wendel N°1, Septembre 2010, p. 31.
  21. Cristina Marino, « La vie quotidienne des mineurs exposée en Lorraine (Portfolio) », sur lemonde.fr, (consulté le 17 septembre 2012)
  22. INPI Paris -Dépôt de Marque du 21/02/2005 [1] et dépôt en 2004 auprès de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques n°166651 du 15/05/2004
  23. « Du minéral au végétal, les jardins des mineurs de charbon », sur http://www.museumspass.com/fr/

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Pierre-Christian Guiollard, Les chevalements des houillères Françaises, Pierre-Christian Guiollard, (ISBN 2-9502503-6-X).