Carreau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sur les autres projets Wikimedia :

Carreaux de céramique lustrée posés sur la pointe revêtant le mur du mihrab dans la Grande Mosquée de Kairouan, Tunisie.

Le mot carreau désigne divers objets de forme carrée :

Cartes à jouer[modifier | modifier le code]

Saunerie[modifier | modifier le code]

  • Bassin de faible profondeur utilisé pour la production de sel dans les marais salants.

Horticulture[modifier | modifier le code]

  • Un Carreau est, dans un jardin, une surface cultivée portant généralement un seul type de plante.

Archerie[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

Serrurerie[modifier | modifier le code]

  • En serrurerie, anciennement, grosse lime de fer carrée, taillée sur les quatre faces; Carrelet - Autre lime qui n'a que la moitié de la force du carreau ; Carrelettes - Petites limes.

Peinture[modifier | modifier le code]

Poisson[modifier | modifier le code]

Broderie, mode, ameublement[modifier | modifier le code]

Expressions courantes[modifier | modifier le code]

  • « Se tenir à carreau » : être sur ses gardes, ne pas se manifester, s'efforcer de passer inaperçu, se contrôler, se taire (expression issue d'un dicton des joueurs de cartes) ; l'expression pourrait entre autres aussi provenir du carreau d'arbalète car elle sous-entend qu'on se met hors d’atteinte des projectiles, donc qu'avec cette attitude on ne risque rien[1] ; néanmoins, l'explication la plus probable est qu'elle proviendrait de l'argot où le « carreau » désigne le domicile, tout comme la « carrée » ou la « carre » est la chambre[2], sachant qu'il existe aussi l'expression « se tenir à carre » pour dire « rester caché dans sa chambre », donc ne pas se manifester, chercher à passer inaperçu[1].
  • « Être (mis) sur le carreau » :
    • être licencié, rejeté - peut venir du « carreau » de mine (mineurs et autres ouvriers licenciés, ou en chômage forcé, ou en grève, qui demeurent en attente sur le carreau) ;
    • être malade (en québécois et en français) - peut être une évolution de sens à partir d'une expression plus ancienne : en 1185, Philippe Auguste fait paver les rues (jusqu'alors boueuses) de Paris. Vers 1330, on appelle « carreau » ces surfaces pavées. Les duellistes préfèrent régler leurs comptes sur ces surfaces, qui offrent l'avantage de ne pas se dérober sous les pieds. Vers 1600, l'expression « laisser sur le carreau » signifie donc déjà « laisser quelqu'un à terre comme mort ou blessé ».
  • « Rester / être laissé sur le carreau » : être abandonné dans une situation difficile. Semble issu de la signification précédente.
  • « faire un carreau » : expression de la pétanque.
  • « avoir le carreau » : désigne une maladie infantile caractérisée par un ventre anormalement dur ; « Oui, oui, c'est comme ça, peut-être moins maintenant, mais tu as eu le carreau, mon enfant. » (L'enfant, de Jules Vallès).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Expression se tenir à carreau », sur expressio.fr (consulté le ).
  2. Jacques Arnal, L'Argot de police ou l'Académie Saint-Éloi, Paris, Eurédif, , 186 p. (ISBN 978-2-7167-0310-9 et 2716703108).