Siège Simon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Siège Simon
Entrée puits Simon n°1 (en arrière-plan) et n°2.
Entrée puits Simon n°1 (en arrière-plan) et n°2.
Puits n°1
Coordonnées 49° 12′ 08″ nord, 6° 54′ 51″ est
Début du fonçage 1904
Mise en service 1907
Profondeur 478 mètres
Arrêt 1997 (extraction)
Remblaiement ou serrement 2002
Puits n°2
Coordonnées 49° 12′ 07″ nord, 6° 54′ 47″ est
Début du fonçage 1908
Mise en service 1914
Profondeur 499 mètres
Arrêt 1997 (aérage)
Remblaiement ou serrement 2002
Puits n°3
Coordonnées 49° 11′ 24″ nord, 6° 54′ 42″ est
Début du fonçage 1932
Mise en service 1933
Profondeur 843 mètres
Arrêt 1973 (extraction)
Remblaiement ou serrement 2002
Puits n°4
Coordonnées 49° 12′ 50″ nord, 6° 55′ 29″ est
Début du fonçage 1947
Mise en service 1951
Profondeur 447 mètres
Arrêt 1973 (extraction)
Remblaiement ou serrement 2002
Puits n°5
Coordonnées 49° 12′ 09″ nord, 6° 54′ 24″ est
Début du fonçage 1958
Mise en service 1966
Profondeur 1 136 mètres
Arrêt 2002 (service)
Remblaiement ou serrement 2002
Administration
Pays France
Région Grand Est
Département Moselle
Commune Forbach
Caractéristiques
Compagnie Houillères de Lorraine
Ressources Houille

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Siège Simon

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

(Voir situation sur carte : Grand Est)
Siège Simon

Géolocalisation sur la carte : Moselle

(Voir situation sur carte : Moselle)
Siège Simon

Le siège Simon est l'un des principaux charbonnages des houillères de Lorraine, situé sur le territoire de la commune de Forbach en Moselle dans la région française du Grand Est. Ce siège d'extraction est constitué de cinq puits de mine. Le charbon y a été exploité de 1907 à 1997. Au début du XXIe siècle, des bâtiments désaffectés ou reconvertis ainsi que trois chevalements témoignent de cette activité passé.

Histoire[modifier | modifier le code]

Monument de la catastrophe du puits Simon.
La tour du puits Simon no 5 avant sa démolition en 2009.

Le gisement est identifié grâce à une série de sondages effectués entre 1817 et 1849[1]. Mais ce n'est qu'en 1904 que le fonçage du puits Simon no 1 commence[2]. Après l’installation d'un cuvelage en fonte, le puits Simon no 1 atteint la profondeur de 478 mètres. L'extraction démarre finalement le 22 février 1907[2]. L'année suivante, démarre le creusement du puits Simon no 2 et la construction d'un lavoir[1]. Le puits Simon no 1 sera envahi par les eaux à la fin de l'année 1909[1]. En 1910, le pompage énergique permet de relancer l'extraction. Pendant ce temps, en surface, s'achève la construction du bâtiment des douches, du bâtiment administratif, des ateliers et de la centrale thermique. Le puits no 2 entre en exploitation en 1914[3].

Au cours de la période de l'entre-deux-guerres, le siège Simon connaîtra une intense activité[1]. Le fonçage du puits Simon no 3 commence en 1932 pour servir d'aérage aux puits no 1 et no 2[4]. Il sera achevé en septembre 1933. En 1938, les puits Simon produisent près d'un million de tonnes de houille[1].

Après la libération de Forbach par les troupes américaines, on constate de nombreux dégâts : les chantiers sont noyés jusqu'à 70 mètres de la surface et les installations minières sont en ruines. Le fonçage du puits Simon no 3 commence en 1948[5]. Le 1er juillet 1946, le pompage est terminé et l’exploitation peut reprendre[1]. Dans les années 1950, le puits no 3 est finalement équipé d'une machine d'extraction, de ventilateurs, de bains douches et de bureaux. Le fonçage du puits no 4 débute en 1947 il est destiné à l'aérage et sera achevé en 1951[1].

Les houillères de Lorraine entreprirent le fonçage du puits no 5 le 1er janvier 1958[6]. En 1973, l'exploitation est concentrée aux puits no 1, no 2 et no 5. Les puits no 3 (fermé en juin 1973[4]) et no 4 (fermé en 1988[5]) ne servent plus qu'à l'aérage. Les bâtiments de ces deux fosses sont désaffectés[1].

Le 25 février 1985, un coup de grisou entraîne la mort de 22 mineurs et plus de cents blessés. Le 30 mars 1992, le tribunal de Sarreguemines rend son verdict en déclarant les HBL responsables de la catastrophe. C'est la dernière catastrophe minière en France[réf. nécessaire].

La fosse Wendel ferme en 1985 et entraîne un regroupement logistique. Toutes les activités de surface ainsi que l'administration se concentrent sur le site du siège Simon[1]. Le , une derrière berline symbolique remonte du puits no 2. L’exploitation du charbon dans le secteur Est s'arrête là[1].

Reconversion[modifier | modifier le code]

Le carreau Simon où se trouvent les puits no 1, no 2 et no 5 a conservé ses infrastructures historiques de style "wendelien" avec en plus les chevalements 1 et 2. Ces installations tombent actuellement en ruines. Le bâtiment de recette du puits no 1 ainsi que les installations plus récentes ont été démolis en 1998[2], concernent le chevalement no 5 il a été démoli le [7].

Les infrastructures du puits no 3 ont été démolies en juin 2001 et le chevalement en novembre 2002. Aujourd’hui il ne reste que le bâtiment des bains-douches reconvertis en entrepôts[8].

A l’exception de sa recette démolie en 1991, le puits no 4 est resté relativement intacte, il était à l'origine composé de 3 bâtiments, son chevalement est devenu la propriété de la commune de Schœneck[5] qui l'a reconverti en émetteur pour la télévision local quant aux deux autres bâtiments restants ils ont été vendu à une entreprise privée.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Pierre-Christian Guiollard, Les chevalements des houillères Françaises, Pierre-Christian Guiollard, (ISBN 2-9502503-6-X).