Route européenne du patrimoine industriel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La route européenne du patrimoine industriel (en anglais : European Route of Industrial Heritage, abrégé en ERIH) est un réseau d'infrastructures touristiques formant un itinéraire touristique ayant pour thème le patrimoine industriel européen.

Cette route a pour origine une initiative développée entre 2003 et 2008 par onze institutions et un partenaire, l'Union européenne[1].

L'ERIH est aujourd'hui géré par une association de droit allemand nommée ERIH-European Route of Industrial Heritage e.V.[1] dont le siège est situé à Cologne et dont le maintien du réseau n'est pas le seul but[2]. Les membres en l'échange de cotisations[1],[2] ont le droit d'utiliser le symbole de la route une roue d'engrenage de 12 dents mais aussi de bénéficier d'une plus grande publicité[3].

Pour promouvoir ces membres, dont le nombre devient important, l'ERIH s'organise aussi en sous-routes thématiques et régionales[4].

ERIH-European Route of Industrial Heritage e.V.
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association culturelle de droit allemand
Zone d’influence
Pays membres
Union européenne et autres pays d'Europe
Fondation
Fondation févr. 2008
Identité
Présidente Meinrad Maria Grewenig
Vice-président Adam Hajduga
Trésorière Susanne Schlimm
Affiliation européenne European Heritage Alliance 3.3 (en)
Site web (en + de) erih.net

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Au 9 mars 2018, l'organisation compte 1 333 sites patrimoniaux répartis dans 47 pays d'Europe. Parmi eux, 103 points d'ancrage forment le cœur de l'itinéraire virtuel de l'ERIH. Vingt-deux itinéraires régionaux permettent d'approfondir l'histoire industrielle de ces territoires. Chacun des sites est rattaché à l'une des dix-sept routes thématiques européennes qui présentent la diversité de l'histoire industrielle européenne et ses origines partagées.

Points d'ancrage[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

Autriche[modifier | modifier le code]

« Erzberg Adventure ».

Belgique[modifier | modifier le code]

Danemark[modifier | modifier le code]

Musée ferroviaire danois, Odense.

Espagne[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Italie[modifier | modifier le code]

Luxembourg[modifier | modifier le code]

Musée national des mines, Rumelange.

Norvège[modifier | modifier le code]

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Pologne[modifier | modifier le code]

Portugal[modifier | modifier le code]

Musée ferroviaire national du Portugal, Entroncamento.

République tchèque[modifier | modifier le code]

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Suède[modifier | modifier le code]

Turquie[modifier | modifier le code]

Centrale électrique de Santralİstanbul, Istanbul.

Routes régionales[modifier | modifier le code]

Les routes régionales couvrent des régions où le patrimoine industriel est présent. Elles relient des sites reconnus comme points d'ancrage et des sites d'intérêt secondaire. Leur liste en 2018 est la suivante[5] :

Route régionale Pays concernés
Route de Berlin Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Route de la Région métropolitaine de Hambourg Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Route de la Hesse du nord Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Route de Lusace Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Route Rhin-Main Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Route de la Ruhr Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Route Saar-Lor-Lux Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la France France
Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Route de Saxe Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Route de Saxe-Anhalt Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Route des Vallées industrielles Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Route de l'Euregio Meuse-Rhin Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Route du fer en Styrie Drapeau de l'Autriche Autriche
Route de Catalogne Drapeau de l'Espagne Espagne
Route de Hollande Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Route de Silésie Drapeau de la Pologne Pologne
Route du sud du Pays de Galles Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Route du Sud-Ouest du Yorkshire Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni

Itinéraires thématiques européens[modifier | modifier le code]

Treize itinéraires thématiques abordent différents paysages industriels européens[6] :

Eau
Énergie
Fer et acier
Habitat et architecture
Industrie de guerre
Mines
Papier
Paysages industriels
Production
Sel
Secteur des services et loisirs
Textile
Transports et communication

Développements futurs[modifier | modifier le code]

La Route européenne du patrimoine industriel pourrait intégrer le réseau des Itinéraires culturels du Conseil de l'Europe, comme évoqué suite à une réunion de travail entre des représentants du Conseil de l'Europe et de l'ERIH le [7].

Critiques et faiblesses[modifier | modifier le code]

En 2013, dans l'étude consacrée au tourisme culturel lié au patrimoine industriel en Europe commandée par la Commission du transport et du tourisme du Parlement européen à la Direction générale des politiques internes de l'Union, les auteurs mettent en lumière quatre problèmes auxquels l'ERIH est confrontée :

  • des finances fragiles, du fait des cotisations peu nombreuses quoiqu'élevées ;
  • la difficulté en termes de moyens humains et techniques d'intervenir sur l'ensemble du territoire européen ;
  • la faible pénétration touristique de la thématique ;
  • l'accessibilité limitée du sujet, à la fois sur les plans physique et intellectuel, pour le public[8].

L'historienne et ethnographe Margaret Manale a pointé les carences de l'ERIH dans la mise en valeur de la contribution des ouvriers de l'Usine sidérurgique de Völklingen, point d'ancrage historique, à l'effort de guerre de l'Allemagne nazie[9].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (de) « ERIH-Mitgliedschaft - ERIH », sur www.erih.de (consulté le 1er mars 2018), (en) « ERIH Membership - ERIH », sur www.erih.net (consulté le 1er mars 2018).
  2. a et b (de) « Vereinssatzung (geänderte Fassung vom 13.08.2008) » [PDF], sur erih.de, (consulté le 1er mars 2018), (en) « Articles of the Association (version of 13 August 2008) », sur erih.net, (consulté le 1er mars 2018).
  3. (en) « ERIH e.V. – European Route of Industrial Heritage Membership Information », sur erih.net (consulté le 1er mars 2018)
  4. (de) « Das Routensystem - ERIH », sur www.erih.de (consulté le 1er mars 2018)
  5. (en) « Regional routes open un the industrial history of a region », sur erih.net (consulté le 13 mars 2018).
  6. (en) « European theme routes illustrate the connections », sur erih.net (consulté le 19 mars 2018).
  7. « Rencontre avec "Route européenne du patrimoine industriel" à l'IEIC », sur culture-routes.net, (consulté le 19 mars 2018).
  8. Bernard Lane, Richard Weston, Nick Davies, Elisabeth Kastenholz, Joana Lima et Janusz Majewsjki, Le tourisme lié au patrimoine industriel et le tourisme agricole/rural en Europe : Étude, Bruxelles, Direction générale des politiques internes. Département thématique B : politiques structurelles et de cohésion, (lire en ligne), p. 90.
  9. Margaret Manale, « Industrie de guerre et patrimoine : les usines Röchling face à l'histoire », Les Temps modernes, vol. 2, no 673,‎ , p. 76-106 (lire en ligne).

Liens internes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]