La Féclaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Féclaz
Vue aérienne de la station.
Vue de la station et d'une partie du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Commune Les Déserts
Site web www.savoiegrandrevard.com
Géographie
Coordonnées 45° 38′ 43″ nord, 5° 58′ 59″ est
Massif
Altitude 1 319 m
Altitude maximum 1 525 m
Ski alpin
Domaine skiable Savoie Grand Revard
Pistes
Nombre de pistes 14
Noires 2
Rouges 5
Bleues 5
Vertes 2
Total des pistes 25 km

Géolocalisation sur la carte : Savoie

(Voir situation sur carte : Savoie)
La Féclaz

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
La Féclaz

La Féclaz (prononcé « La Fécla », voire plus rarement « La Fécle ») est une station de sports d'hiver située en France sur la commune des Déserts, dans le département de la Savoie en région Auvergne-Rhône-Alpes. La Féclaz est une station du massif des Bauges appartenant au domaine skiable de Savoie Grand Revard, aussi surnommé « le petit Canada »[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Départ du télésiège au pied des pistes.

La station de la Féclaz est située à environ 1 500 m d'altitude sur les contreforts ouest du massif des Bauges dans les Alpes. Elle s'étend du nord au sud sur une zone réduite entre le mont Revard (situé sur la station voisine du Revard) et le Nivolet, en surplomb de la cluse de Chambéry sur une zone comprise entre Chambéry et Aix-les-Bains.

Cette partie du massif, relativement boisée, est pentue au-delà de l’arête marquant le sommet et constitue la zone de ski alpin. Plus bas, au niveau de la station, la pente fait place à un plateau sur lequel sont notamment tracées les pistes de ski nordique et de randonnée. De par ses forêts résineuses et une fois recouvert de neige, ce plateau a des allures de « petit Canada », ce qui lui vaut, ainsi que plus généralement au domaine de Savoie Grand Revard, ce surnom[1].

Les agglomérations les plus proches[2] sont celles de Chambéry et d'Aix-les-Bains (25 km), d'Annecy (35 km) et de Grenoble (70 km), Lyon se trouvant pour sa part à 120 km.

Accès à la station[modifier | modifier le code]

Arrivée à la Féclaz par la RD 913.

La station est desservie par l'ancienne route nationale 513, aujourd'hui route départementale 913, arrivant d'Aix-les-Bains par le mont Revard. Celle-ci permet également une desserte directe depuis Chambéry et Annecy de par sa jonction avec l'ancienne route nationale 512 (RD 912) au col de Plainpalais. Elle reste accessible durant l’hiver.

Les gares ferroviaires les plus proches sont, comme pour la route, celles de Chambéry - Challes-les-Eaux et d'Aix-les-Bains - Le Revard, ainsi que la gare d'Annecy au nord.

Les aéroports les plus proches sont l'aéroport de Chambéry-Savoie et l'aéroport d'Annecy Haute-Savoie Mont-Blanc. Plus éloignés, la station peut également être desservie par les aéroports internationaux de Genève et de Lyon.

Enfin la station est également desservie en période hivernale par la ligne de car du réseau Synchro, au départ de Chambéry.

Nom de la station[modifier | modifier le code]

Le toponyme La Féclaz est le nom d'un hameau de la commune des Déserts. Il désigne une faille ou une brèche[3], appelée « le Trou de la Féclaz », donnant accès depuis Saint-Jean-d'Arvey au plateau de La Féclaz. Ce toponyme provient d'un terme local fècle, ficle[3].

Le toponyme se prononce en savoyard ou francoprovençal La Fécla, parfois La Fécle[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Chapelle Notre-Dame des Neiges.

Afin d'accompagner le développement touristique de la station, des notables chambériens souscrivent, sous l'impulsion du curé et du maire de la commune des Déserts, à l'édification d'une chapelle dédiée à Notre-Dame-des-Neiges en 1936[5].

La station[modifier | modifier le code]

Promotion et positionnement[modifier | modifier le code]

La promotion de la station s'effectue à partir du grand domaine Savoie Grand Revard[6]. L'office de tourisme se situe à La Féclaz.

La station[modifier | modifier le code]

Hébergement et restauration[modifier | modifier le code]

En 2014, la capacité d'accueil de la station, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 3 419 lits touristiques répartis dans 362 établissements[Note 1]. Les hébergements se répartissent comme suit : 33 meublés ; 3 résidences de tourisme ; 4 hôtels ; 5 centres ou villages de vacances/auberges de jeunesse ; 1 refuge ou gîte d'étape[7].

Domaine skiable et gestion[modifier | modifier le code]

Plateau nordique de la station.
Le Sire, sommet de la station (été 2007).

Le domaine[modifier | modifier le code]

Cette station a accueilli l'un des tout premier téléskis des Alpes qui fut construit au Sire à la Féclaz sur les pentes du Nivolet. Elle compte actuellement 3 téléskis et 1 télésiège[8]. La Féclaz fait partie du vaste domaine skiable de Savoie Grand Revard, qui est le premier site français de ski nordique, avec plus de 150 km de pistes[9].

  • Altitude station: 1 350 m
  • Ski de fond : 140 km
  • Ski alpin[10] : 13 pistes (25 km[réf. souhaitée])
    • 2 pistes vertes
    • 5 pistes bleues
    • 5 pistes rouges
    • 2 pistes noires

Le 22 novembre 2014, la Féclaz inaugure un nouveau stade de biathlon, prévu pour accueillir les championnats de France de ski nordique en mars 2015[11].

Les activités estivales[modifier | modifier le code]

La Féclaz constitue une station familiale au sein de laquelle un large choix d'animations est organisé durant l'été pour les familles.

La station compte ainsi un centre d'équitation et un parc aventure, et le plateau de la Féclaz permet également la pratique du vélo tout terrain (VTT) au milieu des forêts de sapins ainsi qu'en zones découvertes pour des vues remarquables.

Mais le site de La Féclaz est surtout parcouru par de nombreux sentiers de randonnée de tous niveaux de difficulté. À titre d'exemple, il est possible de monter au Sire et de rejoindre le Mont Kamuniak (1 558 m) et son belvédère à 360 degrés, en moins d'une demi-heure. De nombreuses autres promenades plus longues sont également possibles au départ de la station, en particulier vers la croix du Nivolet, le Revard ou le col de la Doriaz.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (fr) Voir - Office du tourisme du domaine Savoie Grand Revard
  • (fr) Voir - Site officiel de l'ESF de la Féclaz.
  • (fr) Voir - Présentation des différents espaces du domaine Savoie Grand Revard

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'impliquent donc pas de transaction commerciale, comme les résidences secondaires[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Parc naturel régional du Massif des Bauges, « Le petit Canada », sur parcdesbauges.com (consulté le 3 novembre 2013)
  2. Savoie Grand Revard, « Plan de situation », sur savoiegrandrevard.com (consulté le 2 novembre 2013)
  3. a et b D'après Henry Suter, « Feclaz », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter, 2000-2009 (consulté le 13 juin 2015).
  4. Aliance culturèla arpitanna, « Toponymie arpitane : les noms en -oz, -az, -ex, -ix », sur arpitania.eu (consulté le 2 novembre 2013).
  5. Article de Christian Sorrel, « Une nouvelle montagne sacrée ? Catholicisme, tourisme et sports d'hiver en Savoie », p. 374, paru dans Serge Brunet, Dominique Julia et Nicole Lemaître, Montagnes sacrées d'Europe : Actes du colloque "Religion et Montagnes", Tarbes, 30 mai-2 juin 2002, vol. 49, Publications de la Sorbonne, , 427 p. (ISBN 978-2-85944-516-4).
  6. « Savoie Grand Revard », sur site france-montagnes.com (consulté le 13 juin 2015). France Montagnes est une association qui regroupe des acteurs du tourisme de montagne en France.
  7. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com, (consulté en janvier 2015) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  8. Savoie Grand Revard, « Ski alpin », sur savoiegrandrevard.com (consulté le 2 novembre 2013)
  9. Savoie Grand Revard, « N°1 du ski nordique en France », sur savoiegrandrevard.com (consulté le 2 novembre 2013)
  10. Savoie Grand Revard, « 2 domaines de ski alpin », sur savoiegrandrevard.com (consulté le 2 novembre 2013)
  11. Le Dauphiné libéré, « La Féclaz : un stade très attendu », sur ledauphine.com, (consulté le 11 octobre 2014)