Nibelung II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nibelung II
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Entre et Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Après Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
FeudataireVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Fratrie
Enfant
Parentèle
Nibelung Ier (père possible)
Une guilhemide (d) (épouse possible)
Nibelung III (fils possible)
Theodebert (fils possible)
Childebrand III (fils possible)Voir et modifier les données sur Wikidata

Nibelung II est un comte carolingien, probablement de Madrie, de la fin du VIIIe siècle et du début du IXe siècle, de la famille des Nibelungides, fils probable de Nibelung Ier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est cité en 788 lorsqu'il cède son alleu de Calliacum (Cailly) à l'abbaye de Lacroix-Saint-Ouen. En 805, il fait également une donation de terres qu'il possède en Hesbaye au profit de l'abbaye de Saint-Denis. L'historien Léon Levillain l'identifie également au possesseur d'une villa à Baugy, mais Christian Settipani considère qu'il s'agit de deux nobles distincts[1].

Mariage et enfants[modifier | modifier le code]

Aucun document ne lui attribue d'enfant. Trois Nibelungides sont connus à la génération suivante :

Les prénoms des enfants de Childebrand III montrent un lien de parenté entre ce dernier et les Guilhemides. Le prénom de Thibert (Teutbert ou Tjéodebert) de Madrie laisse supposer que cette parenté passe par une épouse nibelungide de la génération de Childebrand II plutôt qu'à celle de Childebrand III. Il paraît logique de considérer Thibert de Madrie et Childebrand III comme frère et fils d'une Wilhelmide. La question est de savoir qui est leur père, entre Nibelung II et Childebrand II :

  • d'une part un faux acte de Pépin Ier d'Aquitaine indique que Thibert de Madrie était fils d'un Nibelung. Est-ce une invention, ou l'introduction d'un fait réel dans le faux, comme le pratiquent souvent les faussaires du Moyen Âge pour donner une vraisemblance à leur production ?
  • d'autre part, l'épouse wilhelmide d'un Nibelungide ne peut chronologiquement qu'être une sœur de saint Guillaume de Gellone. Les seules sœurs connues sont Abba et Berta, citées comme religieuses en 804. Cela signifie que si l'une d'elles s'est mariée, elle est veuve à cette date. Or Childebrand II n'est plus cité à partir de 796, tandis que Nibelung II est encore vivant en 805[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Settipani 1993, p. 344.
  2. Settipani 1993, p. 352.
  3. Settipani 1993, p. 352-353.
  4. Settipani 1993, p. 345-346.

Bibliographie[modifier | modifier le code]