Léonor Chabot de Jarnac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chabot et Jarnac (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Chabot.

Léonor de Chabot
Titre 3e baron de Jarnac
Conflits Guerres de religions
Faits d'armes Bataille de Jarnac
Biographie
Dynastie Maison de Chabot
Nom de naissance Henri Chabot
Naissance v. 1541
Décès
Père Guy Ier Chabot
Mère Jeanne de Saint-Gelais
Conjoint
  • en 1558 Marguerite de Durfort
  • en 1589 Marie de Rochechouart
Enfants


puis de son 2ème mariage

  • Léonore Chabot
  • Claude Chabot
  • Marie Chabot

Blason de Léonor de Chabot

Léonor Chabot, baron de Jarnac, seigneur de Saint-Gelais, de Saint-Aulaye, Montlieu, etc., né vers 1541, mort en 1605.

Il est le fils de Guy Ier Chabot de Saint-Gelais, auteur du fameux coup de Jarnac, et de Louise de Pisseleu[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il adhère au protestantisme[2] dès 1561. C'est à cette époque d'effervescence religieuse que Jeanne d'Albret, reine de Navarre, vient à Jarnac avec son fils Henri pour prêcher elle-même les principes de Jean Calvin devant une foule enthousiaste.

Exaspérés par les massacres de Wassy et de Sens, en mars et avril 1562, les huguenots s'attaquent aux édifices religieux. À Jarnac, l'église Saint-Pierre est incendiée, ainsi que les chapelles Saint-Cybard et Saint-Gilles.

C'est à cette époque que survient la bataille de Jarnac. L'armée protestante occupant Jarnac sans avoir eu à combattre, est obligée d'évacuer après la mort du prince de Condé. Tout ceci n'empêche pas Léonor Chabot de faire construire un nouveau temple.

Il reçoit Henri de Navarre en son château le 11 octobre 1586.

Il devient un des chefs les plus écoutés du parti protestant en Angoumois, Saintonge et Aunis. Il prête serment le 20 août 1570 avec Henri de Navarre, Henri de Bourbon, l'amiral de Coligny et plusieurs autres chefs protestants, de défendre les quatre places de La Rochelle, Montauban, Cognac et La Charité.

Lors de la promulgation de l'édit de Nantes, il est délégué par ses coreligionnaires pour demander des éclaircissements sur cet édit, non accepté sans appréhension par les protestants.

Il rachète, le 31 juillet 1593, le Quint de Jarnac. À la suite de cette transaction, le domaine de Jarnac se trouve une fois encore en entier entre les mains du seigneur de Jarnac.

Il est gentilhomme de la chambre du roi Henri IV dont il est un fidèle compagnon et qu'il suit dans la plupart de ses guerres.

Son blason est trois chabots avec une étoile en chef, et une couronne de baron sur l’écu.

Il meurt en 1605.

Filiation[modifier | modifier le code]

Il épouse, en 1558, en premières noces, Marguerite de Durfort, fille de Symphorien de Durfort, seigneur de Duras et de Barbe Cauchon de Maupas. Ils auront sept enfants, dont

Il se remarie le [3] à Marie-Claude de Rochechouart (petite-fille d'Antoine, l'auteur de cette branche des Rochechouart), veuve de Philippe de Belleville, comte de Caunac, fille et héritière de Charles de Rochechouart (fils benjamin d'Antoine), baron de Saint-Amand, et de Françoise de Maricourt ; ils laissent :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Scévole de Sainte-Marthe, Histoire généalogique de la maison de France, , sur books.google.fr (lire en ligne)
  2. Jourdan : Éphémérides historiques de la Rochelle, p 553
  3. Généalogie de Léonor Chabot sur geneanet.org

Sources[modifier | modifier le code]

  • P. Lacroix, Le château de Jarnac, ses barons et ses comtes, Paris, Aux Librairies historiques, 1875.
  • Robert Delamain, Jarnac à travers les âges, Paris, Librairie Stock, 1925.
  • Jourdan, Éphémérides historiques de la Rochelle, A.SIRET, , 595 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]