François de Vivonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
François de Vivonne
François de Vivonne.jpg
Fonction
Gentilhomme de la Chambre
Biographie
Naissance
Vers ou Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Saint-Germain-en-Laye (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Conjoint
Philippa de Beaupoil (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Diane de Vivonne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Sport

François de Vivonne, seigneur d'Ardelay et de La Châtaigneraye, est un gentilhomme français, né en 1520, mort à Saint-Germain-en-Laye le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'André de Vivonne, seigneur de Chastaigneraye, d'Ardelai et d'Anville, sénéchal de Poitou, chambellan du roi, gouverneur du comte d'Angoulême, et de Louise de Daillon, il avait pour parrain Francois Ier, et il fut élevé à la cour[1]. C'était un jeune homme robuste, connu pour sa force physique et son adresse aux armes. Il participa pendant les guerres d'Italie au siège de Coni[2] où il montra son courage et sa valeur militaire.

Ces qualités indéniables étaient ternies par son humeur extrêmement querelleuse et présomptueuse.

Il est surtout connu pour sa participation au duel judiciaire fameux l'opposant à Guy Chabot de Saint-Gelais, futur deuxième baron de Jarnac et connu sous le nom de « coup de Jarnac », dont il fut l'inattendu vaincu. Mortifié par sa défaite, il arracha ses pansements et mourut des suites de ce combat le [3].

François Ier, digne appréciateur des hommes de guerre, disait : « Nous sommes quatre gentilshommes de Guyenne qui combattons contre tous « allants et venants » : moi, Sansac, Essé et Châtaigneraye[4],[5] ».

Il avait épouse Philippa de Beaupoil, dame de La Force, fille de François de Beaupoil, seigneur de La Force, et de Philippa de Pellegrue, dame de Soumensac. Leur fille Diane de Vivonne épousera Nicolas de Grimouville.

Veuve, Philippa de Beaupoil se remarie avec François de Caumont, seigneur de Castelnau, et sera la mère du maréchal Jacques Nompar de Caumont, 1er duc de La Force.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Vivonne et Jarnac, le dernier duel judiciaire en France », Revue des Deux Mondes T. 5, 1854, [lire sur Wikisource].
  2. Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme, Œuvres complètes, tome 6, lire en ligne sur Gallica, p. 273.
  3. Geoffroy Caillet, « Le « coup de Jarnac » fête son anniversaire », 10/07/2014, Le Figaro.
  4. François Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois Badier, Recueil de généalogies, pour servir de suite ou de supplément au Dictionnaire de la Noblesse, p. 397-398.
  5. André de Vivonne (1452-1532), seigneur de La Châtaigneraye, sénéchal du Poitou, est le père de François.

Liens externes[modifier | modifier le code]