Léon Geismar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Geismar.
Léon Geismar
Description de cette image, également commentée ci-après

Léon Geismar en uniforme de gouverneur général.

Naissance
Dambach-la-Ville
Alsace-Lorraine
Décès
Casablanca
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Administrateur colonial
Formation

Léon Geismar (15 juillet 1895 à Dambach-la-Ville-11 mai 1944 à Casablanca) est un haut fonctionnaire français, administrateur colonial, gouverneur général de l'Afrique-Occidentale française (AOF).

Biographie[modifier | modifier le code]

Léon Geismar dans sa jeunesse.

Famille[modifier | modifier le code]

La famille de Léon Geismar serait établie en Alsace, dans le Haut-Rhin, depuis le XVIIe siècle. Il est le fils de Félix Geismar (né en 1858 à Dambach-la-Ville-mort en 1919), négociant en vins, et de Céline Weyl (1865-1941), originaire de Benfeld, (Bas-Rhin). Il a un frère aîné, Paul Geismar, engagé volontaire dans l'armée française, tué près d'Arras le 30 juin 1915 et décoré de la Médaille militaire à titre posthume. Léon Geismar est le neveu du général de brigade Gédéon Geismar, et le cousin germain de Max Hymans, président d'Air France.

Marguerite Mouneyres.

Le , il épouse Marguerite Mouneyres (1907-1980). Elle est la fille de Léopold Mouneyres, polytechnicien et membre du cabinet civil du général Galliéni, et de la nièce de la dernière reine malgache, Ranavalona III. De leur union naîtra en 1927 une fille Martine (1927-1974), qui épouse le professeur de médecine Jean Doucet, spécialiste des maladies tropicales à Dakar.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Léon Geismar étudie la médecine à Strasbourg. Le , il est enrôlé dans le 132e Régiment d'Infanterie allemand, puisque l'Alsace faisait alors partie de l'Empire allemand. En septembre 1914, il déserte l'armée à Sarrebourg et rejoint les lignes françaises. Il est enfermé dans un camp de prisonniers à Clermont-Ferrand, puis il s'engage dans l'armée française.

Comme l'armée se méfiait des déserteurs alsaciens en qui elle voyait de possibles espions, il fait toute la guerre en Orient. Il participe ainsi à la Bataille des Dardanelles, comme médecin auxiliaire, puis comme médecin-major. Il y obtient la médaille militaire avec deux citations pour, bien que blessé lui-même, avoir refusé d'être évacué avant l'ensemble des blessés.

Carrière dans l'administration coloniale[modifier | modifier le code]

Après la guerre, Léon Geismar ne reprend pas ses études de médecine. Il passe une licence en droit puis le concours de l'École coloniale le . Il parle alors couramment le français, l'allemand, et l'anglais, comprend le portugais, le néerlandais et l'italien et apprend le haoussa.

Il est affecté à Bamako en 1921 comme chef de bureau. En janvier 1922, il devient administrateur de 3e classe, à Dakar, puis en 1923, administrateur de 2e classe et chef de la subdivision du Niger. Il est ensuite nommé à Madagascar et devient administrateur de 1re classe en 1926.

Il est administrateur général de l'Exposition coloniale de 1931, sous la présidence du maréchal Lyautey. Il retourne en AOF en 1932, comme administrateur en chef et inspecteur des affaires administratives.

Il est nommé administrateur supérieur au Togo le comme gouverneur de 3e classe. Il y encourage la culture de l'arachide[1]. Il quitte le poste le . Il retourne à Dakar en 1936, et devient gouverneur de 2e classe en avril 1938.

Succédant à Marcel de Coppet, il fait fonction de gouverneur général de l'Afrique-Occidentale française (AOF) du au , avant l'arrivée de Pierre Boisson.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Réunion de gouverneurs au Musée des Colonies, à Paris.
Le gouverneur général Léon Geismar accueillant le général de Gaulle à sa descente d'avion lors de sa première visite à Dakar, en 1943.

Il est rétrogradé au titre de trésorier général de la Côte d’Ivoire à Abidjan en décembre 1940 car d'origine juive[2]. Il est finalement révoqué par le Gouvernement de Vichy en 1941, bien qu'il proclame être catholique depuis son mariage[3]. Léon Geismar est emprisonné à Casablanca. Lorsqu'en mars 1943 l'AOF est libérée, il retrouve son grade de gouverneur des colonies le , puis son poste de secrétaire général de l’AOF le , faisant fonction de gouverneur général à la destitution de Pierre Boisson.

Il reçoit le général de Gaulle à Dakar en 1943, lors du premier voyage de celui-ci en Afrique noire. Il est nommé gouverneur de 1re classe en août 1943.

Il assiste peut-être, du 30 janvier au 8 février 1944, à la conférence de Brazzaville avec quarante autres gouverneurs des colonies. En effet, il était considéré comme un spécialiste des conditions d'évolution des colonies, compte tenu des missions d'étude qui lui avaient confiées sur ces questions.

Le , il est remplacé à son poste en raison de ses problèmes de santé, dus aux sévices subis lors de son incarcération. Il meurt à Casablanca le à l'âge de 49 ans.

Il a été inhumé à Casablanca en présence de René Pleven, commissaire aux Colonies du Comité français de la Libération nationale (CFLN), et de son cousin Max Hymans, alors directeur des transports aériens du CFLN.

Décorations[modifier | modifier le code]

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Colonie du Sénégal : Recueil des coutumes civiles des races au Sénégal, Imprimerie du Gouvernement du Sénégal, Saint-Louis, 1933
  • « L'action gouvernementale et les coutumes indigènes en AOF », Outre-Mer, année 1934, 2e trimestre, p. 157-166

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Cornevin, Histoire du Togo, Berger-Levrault, Paris, 1962, p. 349
  2. Ruth Ginio [2003].
  3. Françoise Job [2005].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ruth Ginio, «La politique antijuive de Vichy en Afrique occidentale française», Archives juives, vol. 36, 2003/1, en ligne.
  • Françoise Job, « Léon Geismar, gouverneur des colonies », Archives juives, février 2005, vol. 38
  • Léon Strauss, « Léon Geismar », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 45, p. 4613

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]