Kriss (animatrice)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kriss.
Kriss
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Corinne GorseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Kriss (ou Kriss Graffiti, ou Laka, La Kriss), de son vrai nom Corinne Gorse, est une productrice-animatrice de radio française, née le à Neuilly-sur-Seine et décédée le (à 61 ans) à Issy-les-Moulineaux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née le à Neuilly-sur-Seine[1] d'une mère égyptienne, écrivain, et de Georges Gorse, ministre et diplomate. Elle passe son enfance en Tunisie et en Algérie[2]. Sous son vrai nom de Corinne, elle fait ses premiers essais d'animatrice avec son frère (« le mage ») toute l'année 1968 dans la station de sports d'hiver naissante du Corbier (Savoie). Son charisme d'adolescente et son large sourire y sont remarqués.[réf. nécessaire]

C'est en 1969, à vingt ans à peine, que Kriss, commence sa carrière de femme de radio à France Inter. Elle rencontre Pierre Codou et Jean Garretto, alors producteurs de L'Oreille en coin, qui lui proposent de réaliser des entretiens et d'animer les dimanches après midi.

En 1971, toujours sous l'impulsion de Jean Garretto et de Pierre Codou, Kriss participe à la réflexion sur l'esprit « FIP 514 » (France Inter Paris sur 514 m Ondes moyennes) et devient l'une des premières « fipettes » (c'est ainsi que l'on appelle les animatrices de FIP). Cette radio, d'un type nouveau pour l'époque, propose un programme essentiellement composé de musique, d'informations et de brèves sur l'état de la circulation dans Paris. Ces brèves ont un ton et un humour qui sont la marque de Kriss.

Pendant la saison 1980-1981, elle anime À cœur et à Kriss, émission quotidienne à 15 heures.

Son émission Portraits sensibles sur France Inter (2000 - 2004), interrompue à sa demande au bout de 719 éditions[3], lui vaut une notoriété dans l'art de l'entretien humaniste et insolite.

Elle est nommée chevalier dans l'ordre des Arts et des Lettres le 24 juillet 2009 par le ministre de la Culture et de la Communication Frédéric Mitterrand[4].

Kriss meurt d'un cancer des voies respiratoires le 19 novembre 2009, à l'âge de soixante-et-un ans[5]. Depuis deux ans, elle tenait ses auditeurs au courant de l'évolution de son état de santé, et revenait à l'antenne quand celui-ci le lui permettait. Sa dernière prestation sur France Inter a lieu le dimanche 21 juin 2009 en tant qu'invitée de sa propre émission Crumble où l'a conviée sa remplaçante Marie-Pierre Planchon.

Kriss repose au cimetière de Prunay-en-Yvelines, où est également enterré son père, Georges Gorse.

La voix du Macintosh[modifier | modifier le code]

En 1984, la cassette audio[6] de découverte qui accompagne le premier Macintosh en France est enregistrée par Kriss, avec un accompagnement musical de Maxime Leforestier créé sur un Apple II.

Émissions radiophoniques sur France Inter[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Actrice 
Scénariste 

Citations[modifier | modifier le code]

« Dans deux minutes, l'antenne. Moment délicat où l'invité se décompose. Ses mains tremblent. Le faire rire. Où ai-je mis ma fiche ? Le distraire. Lui dire deux mots pour qu'il sente que j'ai compris ce qu'il vient défendre. Tenter une question comme on trempe un orteil dans la mer. Faire une gaffe, renverser mon verre, bafouiller, qu'il sache que c'est permis. Essais de voix. je mets mon casque. Mon casque c'est ma maison, mon cocon. J'écoute fort, à l'intérieur du son. J'entends les fêlures de sa voix, son souffle. Tout s'entend, la voix mouillée, la voix qui tremble, celle qui sourit, qui réclame. Les plaintes les plus lointaines sont inscrites dans la voix et les rires de l'enfance. Toutes ces voix qui s'envolent, invisibles et réelles. Est-ce bien raisonnable de déranger un satellite pour nos élucubrations ? Surtout ne jamais se poser cette question avant une émission. »

— La sagesse d'une femme de radio, L'Œil neuf (Jean-Claude Béhar) / France Inter, 2005[7],[8]

« Ma copine Clafouti Gun et moi, on ne s'est pas connues dans une maison de passe à Bangkok en pratiquant des massages body-body au prince Charles qui, en récompense des services rendus m'aurait obtenu une place à la radio. C'est bien pire ! On s'est rencontrées aux Jeannettes. Même qu'elle était chef pisteuse de première classe avec gland de chêne et trois étoiles matutines, alors que je n'étais qu'aide-aide-pisteuse, une feuille de vigne et deux bougies.

Mais surtout, on était malheureuses, très fières d'être malheureuses, culturistes du culte du malheur!!! Et on trouvait ça tout à fait normal. »

« Si vous vous êtes déjà dit en hochant la tête, ne serait-ce qu'une fois, Boaf, les ennuis ça fait partie de l'existence, c'est notre lot, c'est normal, vous aussi, vous célébrez le Grand Culte du Malheur ! Alors, je vous donne une recette pour en sortir : observez les poissons volants. »

— Sur un air de poissons volants, Seuil, 1981[9]

Publications[modifier | modifier le code]

Kriss est auteur (ou coauteur) des livres suivants :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]