Konstantin Lifschitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Konstantin Yakovlevich Lifschitz (en russe : Константин Яковлевич Лифшиц ; né à Kharkov, le ) est un pianiste russe d'origine Juive.

Carrière[modifier | modifier le code]

À l'âge de cinq, Lifschitz est admis à l'École de musique Gnessine de Moscou. Sa plus importante enseignante étant Tatiana Zelikman. À treize ans, il donne son premier récital à la Maison des syndicats de Moscou, accueillie avec enthousiasme. Lors de l'examen final en 1994, il interprète les Variations Goldberg, Gaspard de la nuit et des œuvres de Scriabine, Alexandre Nikolaïevitch[1]. Il a également eu pour autres professeurs, Teodor Gutman, Vladimir Tropp, Karl-Ulrich Schnabel, Fou Ts'ong, Alfred Brendel, Leon Fleischer, Rosalyn Tureck, Hamish Milne et Charles Rosen. Lifschitz n'a participé à aucun concours de piano[2].

Après la Perestroïka , il commence à donner des concerts dans les grandes villes européennes. Parmi les formations avec qui il a joué notons, les I Solisti Veneti, l'Orchestre Symphonique de la Radio MDR de Leipzig, l'Academy of St Martin in the Fields, la Staatsphilharmonie Rheinland-Pfalz, le Konzerthausorchester Berlin, l'Orchestre du Mozarteum de Salzbourg, l'Orchestre symphonique du Minnesota, l'Orchestre symphonique de Berne, l'Orchestre symphonique de Londres, l'Orchestre symphonique de Chicago, l'Orchestre philharmonique de New York, l'Orchestre philharmonique de Saint-Pétersbourg. Avec les chef d'orchestre suivants : Andrey Boreyko, Bernard Haitink, Eliahu Inbal, Marek Janowski, Michail Jurowski, Eri Klas, Fabio Luisi, Neville Marriner, Claudio Scimone, Yuri Temirkanov, Dietrich Fischer-Dieskau, Mstislav Rostropovitch.

Konstantin Lifschitz donne des classes de maître dans le monde entier. Depuis 2008, il a sa propre classe à la Haute École de Lucerne. Il vit près de Lucerne.

Il réalise ou produit en musique de chambre avec le quatuor à cordes et des solistes Gidon Kremer, Dmitry Sitkovetsky, Patricia Kopatchinskaja, Leila Josefowicz, Mischa Maisky, Lynn Harrell, Carolin Widmann, Bella Davidovitch, Valeri Afanassiev, Natalia Gutman, Jörg Widmann, Sol Gabetta, Alexei Volodin, Daishin Kashimoto, Maxim Vengerov, Mstislav Rostropovitch et Eugène Ugorski (* 1989).

Lifschitz dirige des orchestres et le Gabrieli Chœur[3] :

  • St. Christopher Chamber Orchestra Vilnius
  • Philharmonic Chamber Orchestra Wernigerode
  • Chamber Orchestra Arpeggione Hohenems
  • Dalarna Sinfonietta Falun
  • Lux Aeterna Budapest
  • I Solisti di Napoli
  • Neujahrskonzert Langnau in Emmental
  • Stuttgart Chamber Orchestra
  • Copenhagen Philharmonic
  • Les Virtuoses de Moscou
  • Century Orchestra Osaka

Festivals[modifier | modifier le code]

Lifschitz a participé a de nombreux festivals :

Prix[modifier | modifier le code]

Dédicaces[modifier | modifier le code]

  • James Bolle, Concerto pour piano[6]
  • Vladimir Ryabov, 4 Études chromatiques[7]
  • Jakov Jacoulov, Carrousel[8]
  • Boris Yoffe, Humble Muse
  • Rahel Senn, Chant de Mongolie[9]
  • Denis Burstein, Variations[10]
  • Inna Zhvanetskaya, Dance-Suite (Partita)
  • Nimrod Borenstein, Melancholic Mobile (No. 3 from Reminiscences of Childhood)
  • Colette Mourey, Eaux-Fortes, No. 6: Une promenade (spirituelle) à Rome

Articles[modifier | modifier le code]

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Lifschitz a enregistré pour Denon, Palexa, Orfeo et quelques autres labels.

  • Bach, L'Offrande musicale ; Frescobaldi (2005, Orfeo)
  • Bach, Variations Goldberg (1996, Denon)
  • Bach, Variations Goldberg (2015, Orfeo)
  • Beethoven, Bagatelles (2006, Palexa)
  • Chopin, Préludes op. 28 ; Webern, Variations op. 27 ; Schönberg, 6 petites pièces op. 19 ; Messiaen, 3 Préludes (2002, Denon)
  • Schumann, Variations Abegg ; Chopin, Études op. 10, 3 Mazurkas op. 59, Impromptu no 3 (1999, Denon)
  • Schubert, Impromptus ; Messiaen (2001, Palexa)
  • Schubert, Saontes pour piano nos 20 et 21 (2002, Wakabayashi Kobo)
  • Scriabine, Sonate no 5, Morceaux op. 52, Pièces op. 59 ; Rachmaninoff, Préludes op. 32 (1997, Denon)
Musique de chambre 
  • Beethoven, Sonates pour violon nos 1 à 10 - Daishin Kashimoto, violon (2014, Emi)[15]
  • Mozart, Sonates pour violon, K296, 301-306, 376-380, 403, 454, 481, 526 et 547 - Dmitri Sitkovetsky, violon (2010, Hänsslser)
  • Rachmaninov, Œuvres pour violon et piano [trans. Mikhailovsky et Heifetz] - Hideko Udagawa, violon (2006, Signum Classics)
  • Beethoven, intégrale des sonates pour piano et violon avec Dashin Kashimoto Warner 2014.
Récitals 
  • Debut Recital : Beethoven, Chopin, Schumann (1990, Denon)
  • Debut Recording : Bach, Schumann, Scriabine, Medtner (1990, Denon)
  • Live in Milano : Mozart, Chopin, Ravel (1993, Denon)
  • London Debut Recital : Couperin, Brahms, Rachmaninoff (1995, Denon)
  • Live in Tokyo : (1996, Sacrambow)
  • Lifschitz live in Montréal : Rameau, Haydn, Mozart, Schubert, Chopin, Scriabine (concert 1997, 2CD Palexa 0507/08)[16]
  • Live in Tokyo: Bach and Chopin (1999, Denon)
  • Bach, Beethoven, Byrd, Schumann (Concerto italien, Rondos, op. 51, Sonate pour piano no 15 « Pastorale », Carnaval) (1999, Palexa)

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Konstantin Lifschitz » (voir la liste des auteurs).
  1. « Bechstein: Konstantin Lifschitz », sur bechstein.com
  2. « Konstantin Lifschitz: Home », sur konstantinlifschitz.de
  3. « The Gabrieli Choir », sur gabrielichoir.org
  4. (en) « Miami Piano Festival, miami piano fest, », sur miamipianofest.com
  5. « SoNoRo », sur sonoro.ro
  6. « Composer James Bolle », sur jamesbolle.com
  7. « Composers Works: Rjabow, Wladimir », sur sikorski.de,
  8. « Jakov Jakoulov - composer, organist and pianist », sur jakoulov.com
  9. « RAHEL SENN - Offizielle Website », sur rahelsenn.com
  10. « Denis Burstein », sur oclassica.com
  11. George Hall, « Konstantin Lifschitz – review », sur the Guardian
  12. « Konstantin Lifschitz, Wigmore Hall, London », sur The Independent
  13. Bach’s Songs of Innocence and Experience, All in a Day, NY Times, 2007
  14. « Schubert Piano works/Lifschitz/Palexa C », sur classicstoday.com
  15. « Konstantin Lifschitz – Le maître du contrepoint », sur www.bechstein.com (consulté le 19 avril 2019)
  16. Lors de sa sortie ce disque a été distingué d'un « 10 » par Gérard Honoré dans le magazine Répertoire no 149, p. 7.

Liens externes[modifier | modifier le code]