Alfred Brendel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alfred Brendel

Description de cette image, également commentée ci-après

Alfred Brendel en 2010.

Naissance
Wiesenberg, Moravie
Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
Activité principale Pianiste
Activités annexes Poète, essayiste
Années d'activité 19482008
Maîtres Edwin Fischer
Site internet http://www.alfredbrendel.com

Alfred Brendel, né le à Wiesenberg en Moravie (actuellement en République tchèque), est un pianiste autrichien. Il est également poète et essayiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Brendel est issu d'une famille allemande de Moravie. Son père est ingénieur et homme d'affaires. À Zagreb il est directeur d'une salle de cinéma. Il commence le piano à six ans (1937), à Zagreb avec Sofia Dezelic (née en 1911), puis au conservatoire de Graz, avec Ludovica von Kaan (1943 à 1947), une élève de Bernhard Stavenhagen, tout en prenant des leçons de composition avec Arthur Michl. Le jeune homme se consacre aussi à la peinture, à la poésie et à la composition. Il considère l'écriture comme une seconde carrière.

Il donne son premier récital lorsqu'il a dix-sept ans à Graz (1948), avec des œuvres avec fugue de Bach, Brahms et Liszt. Il poursuit sa formation par les Master classes de Paul Baumgartner et Eduard Steuermann (un élève de Ferruccio Busoni) et l'écoute de disques des grands pianistes, qui ont une grande influence sur lui, tels Arthur Schnabel, Alfred Cortot, Wilhelm Kempff ou Edwin Fischer. Il suit les Master classes de ce dernier données à Lucerne en 1949, 1950 et 1954.

En 1949, il remporte le quatrième prix Ferruccio Busoni de Bolzano. Il débute à Londres en 1958 et à New York en 1964 lors d'une tournée américaine. Entre 1958 et 1964, il enregistre pour le label Vox-Turnabout, la quasi-intégrale de l'œuvre pour piano de Beethoven en terminant par les Variations Diabelli en juillet 1964. L'ensemble est couronnée par un Grand prix du disque. Il donne l'intégrale des sonates en concert, à Londres en 1962.

Sa première au Carnegie Hall à lieu en 1973, peu après la signature de son contrat avec le label Philips pour lequel il enregistre le reste de sa discographie. Pendant sa carrière il joue avec de nombreux chef d'orchestre, dont l'un des premiers était Antonio Janigro à Zagreb. Ensuite il travaille notamment avec Bernard Haitink, Simon Rattle, Charles Mackerras et Claudio Abbado. Il a aussi enregistré des lieder de Schubert et Schumann avec Dietrich Fischer-Dieskau et Matthias Goerne.

Après un grand concert donné à Londres, il décide de s'y installer et il y vit encore aujourd'hui.

Il occupe régulièrement les scènes internationales, en récitals ou en concerts avec orchestre.

En 1989, il est anobli par la Reine Elisabeth II, en hommage à sa brillante carrière.

En 2004, il reçoit le Prix Ernst von Siemens, parfois considéré comme un équivalent pour la musique du prix Nobel.

En 2007, il est récompensé par le prix Une vie en musique - Arthur Rubinstein. La même année, le pianiste virtuose annonce qu'il souhaite prendre sa retraite le 18 décembre 2008, après un concert d'adieux à Vienne.

En plus, il avait une entrée en scène dans le film Pianomania, un documentaire germano-autrichien des réalisateurs Robert Cibis et Lilian Franck. Ce film avait des premières dans plusieurs pays du monde et fait partie du catalogue de Goethe-Institut.

Il a enregistré de nombreux disques pour Vox, Turnabout, Vanguard et Philips après 1972. Il a également été sélectionné pour les prestigieuses anthologies de pianistes de Steinway & Sons : Steinway Legends.

Répertoire[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]