Jeanne de Savoie (duchesse de Bretagne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jeanne de Savoie (homonymie).

Jeanne de Savoie
Titre
Duchesse de Bretagne

(11 ans, 1 mois et 9 jours)
Prédécesseur Isabelle de Castille
Successeur Jeanne de Flandre
Biographie
Dynastie Maison de Savoie
Date de naissance c. 1310
Date de décès (à 34 ans)
Père Édouard de Savoie
Mère Blanche de Bourgogne
Conjoint Jean III de Bretagne

Jeanne de Savoie, morte à Vincennes le , est une noble issue de la maison de Savoie, qui par mariage devient duchesse de Bretagne de 1330 à 1341, et est prétendante au comté de Savoie de 1329 à 1339.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeanne de Savoie est la fille unique du comte Édouard de Savoie et de Blanche de Bourgogne[1]. Sa date de naissance est inconnue. L'année de 1310 est donnée comme point de repère.

Nièce par alliance du roi Philippe VI de France, elle épouse le , à Chartres, après l'obtention d'une dispense pour parenté et affinité au troisième degré, le duc Jean III de Bretagne, veuf de ses deux premières épouses[2]. Elle reçoit de son époux les seigneuries de Chailly et de Longjumeau (1334), la vicomté de Limoges (1339)[2].

Peu de temps après à la mort de son père, elle revendique le comté de Savoie[3] comme fille unique du de cujus. Soutenu par son époux, elle doit alors engager un conflit avec son oncle Aymon de Savoie soutenu par les États Généraux de Savoie qui avaient déclaré « que les États de Savoie ne tombaient pas de lance en quenouille »[4].

Le Pape Jean XXII tente d'apaiser le conflit et après la mort au combat en 1333 de Guigues VIII de Viennois Dauphin de Viennois, allié de Jeanne un accord est conclu par l'entremise du roi de France le 22 novembre 1339. Jeanne abandonne ses droits contre une rente de 6.000 livres tournois. Plus tard le Pape Clément VI invite encore le roi à rétablir la paix entre la duchesse de Bretagne et le fils d'Aymon, le tout jeune comte Amédée.

Après la mort en 1341 de Jean III de Bretagne à qui elle n'a pas donné d'enfant, Jeanne de Savoie vivait retirée à la cour de France où elle meurt en 1344, après avoir transmis ses droits à son héritier Philippe d'Orléans[5].

Elle meurt le , au bois de Vincennes[2]. Son corps est inhumé dans l'église des Cordeliers de Dijon[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Édouard » dans André Palluel-Guillard, « La Maison de Savoie », sur le site des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - Sabaudia.org (consulté le 27 septembre 2016), p. 18.
  2. a b c et d Samuel Guichenon, Histoire généalogique de la Royale Maison de Savoie ou Histoire généalogique de la Royale Maison de Savoie justifiée par titres, fondations de monastères, manuscrits, anciens monumens, histoires, et autres preuves authentiques, chez Jean-Michel Briolo, 1660, pp. 382-383 (lire en ligne).
  3. Bernard Demotz, Le comté de Savoie du XIe au XVe siècle : Pouvoir, château et État au Moyen Âge, Genève, Slatkine, , 496 p. (ISBN 2-05101-676-3), p. 170.
  4. Marie-José de Belgique, 1956, p. 53-54 et note no 1.
  5. Marie-José de Belgique, 1956, p. 86.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]