Jean Lapointe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Lapointe
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Sénateur canadien
Saurel
-
Fernand Roberge (en)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Arthur Louis Philippe Jean Marie LapointeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Fratrie
Gabriel Lapointe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
Parti politique
Distinctions
Titre honorifique
L'honorable

Jean Lapointe, né le à Price et mort le à Montréal, est un auteur-compositeur-interprète, un acteur québécois et sénateur canadien.

Biographie[modifier | modifier le code]

À l'âge de 14 ans (en 1950), Jean Lapointe participe à un concours d'amateurs à la station radiophonique CHRC (de Québec) et remporte plusieurs prix qui récompensent ses talents de chanteur et d'imitateur. Ce succès l'amène à se produire dans des cabarets de la région de Québec. En 1954, il tente sa chance à Montréal[1]. Il enregistre un 78 tours intitulé Le club de hockey canadien.

Jean Lapointe travaille dans plusieurs cabarets montréalais (dont le Casa Loma) et, en , est engagé au Théâtre national de Jean Grimaldi. C'est à ce moment que Jérôme Lemay, rencontré à Québec peu de temps auparavant, assiste à l'un de ses spectacles. Un tandem prend son envol, les « Jérolas » voient le jour. Le duo connaît un succès ininterrompu durant ses 15 années de carrière, jusqu'à sa dissolution en 1974[2]. Dont les chansons Yakety yak, Charlie Brown, Matilda, Méo Penché, Jack Monoloy, Sylvie, oh Sylvie et Les éléphants entre autres.

Puis, en solo, Jean Lapointe confirme, par ses succès, son talent d'humoriste et de chanteur. Il présente des spectacles d'humour et de chanson, mêlant ces deux arts avec brio. Entre 1977 et 1981, ses spectacles attirent plus de 300 000 personnes. Comédien et humoriste doué, Jean Lapointe sombre dans l'alcoolisme et devient ensuite très préoccupé par les problèmes liés à la toxicomanie. En 1982, il fonde la Maison Jean Lapointe où seront reçus en cure fermée des toxicomanes[3].

Il fait un passage remarqué dans la télésérie Duplessis en 1978.

Philatéliste dans l'âme, il s’associe avec Michel Strecko et ouvre, en 1979, la boutique La Timbragie, au Complexe Desjardins de Montréal. Ce commerce reste en opération jusqu'en 1989.

Le , le premier ministre Jean Chrétien le nomme au Sénat du Canada. Il siège en tant que libéral jusqu'à sa retraite statutaire à l'âge de 75 ans, le [4].

Au printemps 2011, il participe à un retour des Jérolas sur scène[5]. Cette tournée fut interrompue à cause d'un malaise de Jérôme Lemay à la Place des Arts le . Jérôme Lemay est décédé peu après, le .

Jean Lapointe meurt le à la Maison de soins palliatifs Saint-Raphaël à Montréal[6],[7].

Famille[modifier | modifier le code]

Le fils de Jean Lapointe, Jean-Marie Lapointe, est un acteur québécois. Son père Arthur-Joseph Lapointe est, quant à lui, chef de gare et député fédéral de Matapédia—Matane.

Médiagraphie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • Le club de hockey Canadien (78 tours) (1954)
  • Démaquillé (1976)[8]
  • Face A, Face B (1977)
  • Chante-la ta chanson (1978)
  • Jean Lapointe... jongleur (1980)
  • Si on chantait ensemble (1982)
  • C’est beau le monde (1984)
  • Showman à l’Olympia (1985)
  • Comme en amour (1986)
  • Jean Lapointe nature (1989)
  • Ces gens que j’aime (1992)
  • Au revoir et merci (Les Jérolas) (1994)
  • J’ai entendu ça ...quelque part (1995)
  • Une voix, une histoire... (1999)
  • Derrière deux yeux… Y'a une histoire ! (2001)
  • Lapointe avec un S (2005)
  • Jean Lapointe - Ses 50 plus grands numéros (DVD) (2006)
  • L'eau (2009)

Compilations[modifier | modifier le code]

  • Jean Lapointe 15 ans d’émotion en 21 chansons (1992)
  • Les grands succès de Jean Lapointe (1988)
  • Profil (1981)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Lauréat et nominations[modifier | modifier le code]

Gala de l'ADISQ[modifier | modifier le code]

Année Catégorie Pour Résultat
1979[9] interprète masculin de l'année Jean Lapointe nomination
1981[10] nomination
spectacle de l'année - humour Pour le fun nomination
1983[11] interprète masculin de l'année Jean Lapointe nomination
microsillon de l'année - populaire Si on chantait ensemble nomination
spectacle de l'année - humour En pleine farce nomination
1984[12] artiste s'étant le plus illustré hors-Québec Jean Lapointe nomination
1985[13] artiste québécois s'étant le plus illustré hors-Québec dans le marché francophone nomination
interprète masculin de l'année nomination
microsillon de l'année - pop C'est beau le monde nomination
spectacle de l'année - humour Porte à rire nomination
1987[14] interprète masculin de l'année Jean Lapointe nomination
1988[15] artiste québécois s'étant le plus illustré hors Québec - marché francophone nomination
1990[16] spectacle de l'année - humour Attend'rire nomination
1993[17] album de l'année - populaire Ces gens que j'aime nomination

Prix Génie[modifier | modifier le code]

Année Catégorie Pour Résultat
2005 meilleur acteur dans un second rôle Le Dernier Tunnel lauréat

Gala Québec Cinéma[modifier | modifier le code]

Année Catégorie Pour Résultat
2005 meilleur acteur de soutien Le Dernier Tunnel lauréat
2011 À l'origine d'un cri lauréat
Prix Jutra-Hommage Jean Lapointe lauréat

Autres prix[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Québec Info Musique | Jean Lapointe », sur www.qim.com (consulté le )
  2. L'Encyclopédie canadienne
  3. Maison Jean Lapointe : Historique
  4. Zone Aucun thème sélectionné- ICI.Radio-Canada.ca, « Jean Lapointe prend sa retraite de la politique », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  5. Daniel Lemay, « Jérôme Lemay victime d'un malaise sur scène (lors de la première montréalaise du retour des Jérolas) », La Presse (Montréal), (consulté le ).
  6. Sarah-Émilie Nault, « Le Québec pleure un de ses grands », sur Le Journal de Montréal (consulté le )
  7. Zone Arts- ICI.Radio-Canada.ca, « Jean Lapointe n’est plus », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  8. Le Parolier
  9. « Archives 1979 – », sur ADISQ (consulté le )
  10. « Archives 1981 – », sur ADISQ (consulté le )
  11. « Archives 1983 – », sur ADISQ (consulté le )
  12. « Archives 1984 – », sur ADISQ (consulté le )
  13. « Archives 1985 – », sur ADISQ (consulté le )
  14. « Archives 1987 – », sur ADISQ (consulté le )
  15. « Archives 1988 – », sur ADISQ (consulté le )
  16. « Archives 1990 – », sur ADISQ (consulté le )
  17. « Archives 1993 – », sur ADISQ (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bergeron Raymonde, « Jean Lapointe aux cent visages », La Presse Perspectives, , p. 2-4, vol. 23, no 2 (la page couverture montre en pleine page la photo de l'artiste)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]