Bibliothèque et Archives Canada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bibliothèque et Archives Canada
Siège sur la rue Wellington à Ottawa.
Siège sur la rue Wellington à Ottawa.
Informations générales
Autre nom Library and Archives Canada
Type Archives nationales et
Bibliothèque nationale
Création 2004 (fusion Bibliothèque et Archives)
Bibliothécaire et archiviste du Canada Leslie Weir (depuis 2019)
Ampleur 20 millions de livres, 241 kilomètres linéaires d’archives, 3 millions de dessins, plans et cartes, 5 milliards de mégaoctets,
30 millions de photographies, 90 000 films, 550 000 heures audio/vidéo, 425 000 œuvres d’art, 550 000 items de musique en feuilles
Période dès le XVe siècle
Collaborateurs 860 EPT (2016)
Informations géographiques
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau de l'Ontario Ontario
Ville Ottawa
Adresse 395, rue Wellington
Site web www.collectionscanada.gc.ca

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) est une institution du gouvernement du Canada destinée à conserver et diffuser différents documents produits au Canada. Elle est née en 2004 de la fusion de la Bibliothèque nationale du Canada et des Archives nationales du Canada.

Description[modifier | modifier le code]

La Bibliothèque et Archives Canada a pour mission de conserver le patrimoine documentaire du Canada et d'offrir un point d'accès unique aux textes et documents audio-visuels qui reflètent le développement du Canada.

Bibliothèque et Archives Canada est responsable des services suivants :

  • centre canadien de généalogie ;
  • centre d'apprentissage ;
  • musée du portrait du Canada ;
  • préservation ;
  • ressources et services multiculturels ;
  • services de gestion de l'information.

Histoire[modifier | modifier le code]

Centre de préservation à Gatineau.

Bibliothèque et Archives Canada est créé en 2004 à partir de la fusion de Bibliothèque nationale du Canada et des Archives nationales du Canada[1]. En 2013, le président-directeur général de Bibliothèque et Archives Canada, Daniel Caron, quitte son poste[2]. Il est remplacé en 2014 par Guy Berthiaume[3]. Ce dernier prend sa retraite le [4]. Le , Leslie Weir devient la première femme à prendre la tête de l'institution en tant que bibliothécaire et archiviste du Canada (titre officiel) pour un mandat de quatre ans[5].

Bibliothèque et Archives Canada a acquis la Collection Peter Winkworth en deux temps, soit en 2002 et à la fin de 2008[6].

Patrimoine documentaire autochtone[modifier | modifier le code]

En raison de sa mission, Bibliothèque et Archives Canada est responsable de la préservation et de la diffusion du patrimoine documentaire autochtone. Ainsi, l'institution acquiert des fonds d’archives qui renferment la voix autochtone tels que ceux de Michel Noël, de Charles Angus Cooke et d’Howard Adams[7].

De plus, depuis 2002, Bibliothèque et Archives Canada collabore au projet Un visage, un nom initié par le collège Nunavut Sivuniksavut en collaboration avec le gouvernement du Nunavut. Il a pour objectif d’identifier les Inuits présents dans les archives photographiques, dont la description originale est trop vague pour permettre une recherche précise sur une personne, une famille ou une communauté, à l’aide du public. Ce projet aide également à la réconciliation entre les générations et à l’amélioration de la compréhension des Canadiens sur l’histoire autochtone[8]. Au cours des années qui suivirent, le projet s’est étendu aux photos portant sur l’ensemble du Grand Nord canadien. C’est en 2015 qu’il se prolonge aux Premières Nations et aux Métis vivants au sud[9].

Finalement, à la suite de la publication du rapport final de la Commission de vérité et réconciliation du Canada en 2015, Bibliothèque et Archives Canada doit mettre en place de nouvelles initiatives pour faciliter l’accessibilité du patrimoine documentaire autochtone au public, notamment les archives portant sur les pensionnats. Elle doit aussi se conformer aux principes de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones[10]. Un premier pas a déjà été fait dans le cadre d’un projet de 12 millions de dollars[11] : l'institution a embauché sept archivistes autochtones « qui parcourront le pays à la recherche de documents actuellement conservés dans les communautés [12]» et pour capter leurs récits. Les archives découvertes ne seront pas apportées à Ottawa.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Bibliothèque et Archives Canada », sur Encyclopédie canadienne, (consulté le 28 avril 2019)
  2. « Daniel Caron quitte Bibliothèque et Archives Canada », sur Le Devoir, (consulté le 28 avril 2019)
  3. « Guy Berthiaume dirigera la Bibliothèque du Canada », sur La Presse, (consulté le 28 avril 2019)
  4. « Guy Berthiaume prend sa retraite », sur Radio-Canada, audio fil du vendredi 21 juin 2019 (consulté le 20 juillet 2020)
  5. Patrimoine canadien, « Le ministre Rodriguez annonce une nomination à Bibliothèque et Archives Canada », sur www.newswire.ca, (consulté le 20 juillet 2020)
  6. La Presse canadienne, « Patrimoine - L'achat d'une importante collection d'art canadien a failli échouer », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2009)
  7. Jonathan Lainey, « Quelques nouveautés concernant le patrimoine documentaire autochtone », Recherches amérindiennes au Québec, vol. 39, no 3,‎ , p. 117–119 (DOI https://doi.org/10.7202/045812ar, lire en ligne, consulté le 25 novembre 2019)
  8. (en) Stephanie Lett, « The Arthur H. Tweedle Collection, Project Naming, and Hidden Stories of Colonialism », Past Imperfect, vol. 20,‎ , p. 71–91 (DOI 10.21971/P71Q17, lire en ligne, consulté le 25 novembre 2019)
  9. Caroline Montpetit, « Retracer la mémoire autochtone », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2019)
  10. Melissa Vernier, « Réappropriation du patrimoine autochtone : défis et nouvelles pratiques muséales et archivistiques », Partnership: The Canadian Journal of Library and Information Practice and Research, vol. 11, no 2,‎ (DOI 10.21083/partnership.v11i2.3586, lire en ligne, consulté le 25 novembre 2019)
  11. Bob Weber, « Faire plus de place aux autochtones dans le récit collectif, grâce aux archives », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2019)
  12. Ibid.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Guides de recherche[modifier | modifier le code]

  • Bibliothèque nationale du Canada. Canadiana 1867-1900, Monographies: la bibliographie nationale du Canada, édition sur microfiche: une introduction. Ottawa: Bibliothèque nationale du Canada, 1980. Texte, tête-bêche, en anglais et en français. (ISBN 0-662-50823-8)
  • Bibliothèque nationale du Canada. Guide du chercheur = Guide for Researchers. Ottawa: Minist[ère] des Approvissionnements et Services Canada, 1978. Texte, tête-bêche, en français et en anglais. (ISBN 0-662-50046-6)
  • Bibliothèque nationale du Canada. Le Dépôt légal à la [ainsi nommée à l'époque] Bibliothèque nationale du Canada = Legal Deposit at the [then named] National Library of Canada. Ottawa: National Library of Canada, 1982. Texte, imprimé tête-bêche, en français et en anglais. (ISBN 0-662-52131-5)

Liens externes[modifier | modifier le code]