Jean L'Helgouach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean L'Helgouach
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
NantesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Cochet Geneviève, professeur de piano conservatoire de Rennes
Enfant
Anne, Soazig, Gaëlla
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Maître
Directeur de thèse
Distinctions

Jean L'Helgouach (parfois orthographié L'Helgouac'h) est un archéologue et préhistorien français, né le à Meknès au Maroc, mort le à Nantes.

Carrière scientifique[modifier | modifier le code]

Ses études secondaires se déroulent à Rennes de 1943 à 1950, ainsi que ses études supérieures (licence en sciences naturelles en 1953). Par le biais Yves Coppens, il intègre l'équipe dirigée par Pierre-Roland Giot et participe notamment aux fouilles des sites mégalithiques de Saint-Just, de Men-ar-Rumpet, de l'île Carn, de Barnenez, de l'île Guenioc. Entré comme stagiaire au Centre national de la recherche scientifique, il prépare sous la direction de P.-R. Giot, une thèse de doctorat sur Les sépultures mégalithiques en Armorique qu'il soutiendra après son service militaire effectué en Algérie (1958-1960)[1],[2].

Devenu directeur de recherche, il prend la direction de la circonscription des antiquités préhistoriques des Pays de la Loire (1969-1989) ce qui l’amènera à diriger de nombreux chantiers de fouilles archéologiques sur des sites mégalithiques en Bretagne et dans tout l’ouest de la France (Champ-Grosset, Crec'h Quillié, Prajou-Menhir, Gâvres, Larcuste, Dissignac, dolmens transeptés de Pornic, les Prises). De 1986 à 1994, il codirige l'équipe interinstitutionnelle chargée de l'importante opération de Locmariaquer. A cette occasion, il démontre des phénomènes de réemploi et d'iconoclasie dans la grande architecture mégalithique armoricaine, à travers une retentissante publication Les idoles qu'on abat… (1983)[1],[2]. Il s’intéresse à la question des navigations atlantiques préhistoriques et à leur possible évocation sur les dalles gravées de Mané Lud, Trébeurden ou Commana[2]. Parallèlement, il s'intéresse à des problématiques annexes comme le paléoenvironnement (marais de Brière, tourbières du Morbihan littoral) et l'origine minéralogique des éléments de parure (gîte de variscite de Pannecé)[1],[2].

Enseignant de préhistoire à l’Université de Nantes jusqu'à sa retraite, il est le fondateur du Laboratoire de préhistoire armoricaine de cette université. Il collabore à de nombreux colloques (Congrès de la société préhistorique française à Rennes en 1989, colloque international sur le Néolithique de Vannes en 1990, colloque international sur l'art mégalithique de Nantes en 1995) et publications (membre fondateur de la Revue archéologique de l'Ouest). Il est aussi le créateur de l’Association de Recherches préhistoriques et protohistoriques des Pays de la Loire. Spécialiste de renommée mondiale, il est membre du Conseil supérieur de la recherche archéologique (1979-1984), de la Commission supérieure des Monuments historiques (1982-1985), du Conseil scientifique du Centre national de Préhistoire[1],[2].

Auteur de plus de 160 publications scientifiques, concernant majoritairement le mégalithisme, ses recherches abordent aussi la transition du Néolithique vers l'âge du bronze dans l'ouest de la France, travaux qui se traduiront par sa collaboration avec les éditions Ouest-France aux ouvrages Préhistoire de la Bretagne et Protohistoire de la Bretagne[1].

Musicien[modifier | modifier le code]

Parallèlement à ses activités scientifiques, Jean L'Helgouach, fut un musicien ( 1er prix de violon et d'alto au Conservatoire de Rennes )[2] passionné de musique bretonne. Il a été penn-soner (chef-d'orchestre) de la Kevrenn de Rennes, avec laquelle il a participé à de nombreux enregistrements. Il a créé l'école de bombarde de Rennes en 1966. Jean L'Helgouach est l'auteur d'une Marche funèbre de Bagad (1955), de l marche "War zu an heol" (o sevel) - "Du côté où le soleil se lève", d'une suite "mégalithique" pour bombarde, trompette, cor, trombone et tuba (1976), d'une suite pour cornemuse et ensemble de violoncelles (1986) et d'une "évocation sonore de l'âge du bronze" pour lur, trombone et percussion (1988)[2]. Sa discographie est riche d'une quinzaine de références.

Décorations et postérité[modifier | modifier le code]

Il est titulaire de la Médaille commémorative d'Algérie et chevalier de l'Ordre national du Mérite (1988)[1]. Il est décoré de l'Ordre de l'Hermine en 1997 pour son dévouement à la cause bretonne[2], en reconnaissance de ses multiples apports à une région qu'il aimait d'une passion profonde bien que discrète et raisonnée.

Une place porte son nom dans la commune de Locmariaquer depuis le .

Publications[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur de près de 200 publications[2] dont :

  • 1956 : École de bombarde
  • 1962 : La Bretagne, préhistoire et protohistoire en collaboration avec Pierre-Roland Giot et Jacques Briard
  • 1965 : Les sépultures mégalithiques en Armorique (dolmens à couloir et allées couvertes), Rennes, Travaux du Laboratoire d'Anthropologie Préhistorique de la Faculté des Sciences, 330 pages.
  • 1979 : Préhistoire de la Bretagne
  • non publié : ( 1980- ) Inventaire des mégalithes de Loire-Atlantique ( recherches disponibles auprès du centre de documentation du musée Dobrée à Nantes )

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Le Roux 2000
  2. a b c d e f g h et i Briard 2000.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jacques Briard, « Jean l'Helgouach ( 1933-2000) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 97, no 2,‎ , p. 332-333 (lire en ligne)
  • Charles-Tanguy Le Roux, « Jean L'Helgouac'h (1933-2000) », Revue archéologique de l'ouest, vol. 17,‎ , p. 5-6 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]