Jean Bastaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean Bastaire
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
MeylanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Religion
Distinction

Jean Bastaire, né le à Chamalières, dans le Puy-de-Dôme, et mort le à Meylan[1], est un intellectuel français chrétien et socialiste libertaire, auteur de nombreux ouvrages.

Sa réflexion touche la politique et la morale, la théologie, la poésie et l'écologie. Il est spécialiste de Charles Péguy et de Paul Claudel.

Il a été ami du cardinal Henri de Lubac et d'Edmond Michelet.

Éléments de biographie[modifier | modifier le code]

Jean Bastaire[2] est né en 1927 à Chamalières, dans le Puy-de-Dôme. Il fait ses débuts à Paris en 1946 comme journaliste cinématographique et se lie d'amitié avec Alain Cuny et Robert Bresson.

La maladie le contraint à quitter son activité pendant près de deux ans qu'il passe en sanatorium. Marqué par l'hindouisme, il vit durant ces longs mois une évolution intérieure qui va le mener au christianisme. Il est guidé par l'abbé Lucien Ducretet, mais aussi par les œuvres de Charles Péguy, Emmanuel Mounier et Henri de Lubac. Au sanatorium, il fait la connaissance d'Hélène, une médecin de dix ans son aînée, qu'il épousera en 1950 (elle mourra en 1992)[3]. Elle devient la médiatrice de cette conversion[4].

Entre 1952 à 1981 Bastaire collabore à la revue Esprit, concrétisant ainsi son engagement chrétien à travers l'écriture et le débat[5]. Il se consacre également à la critique littéraire avec des travaux sur la poésie chrétienne de l'âge baroque, mais aussi et surtout sur l'œuvre de Charles Péguy, sur laquelle il rédigera pas moins d'une dizaine d'ouvrages. Durant la même période, en 1977, les éditions Lethielleux publient son premier texte littéraire, Court traité d’innocence.

C'est sous l'influence de sa femme, qui est aussi une militante de la première heure de la cause animale et de l'écologie, que dans les années 1960, Bastaire entame une longue réflexion sur les fondements théologiques d'une « écologie chrétienne », en s'appuyant sur la lecture des Pères de l’Église. Les premiers ouvrages écologistes paraissent après le décès de son épouse ; parce qu'ils sont nés, selon lui, d'un dialogue ininterrompu, ils sont signés Jean et Hélène Bastaire. Ses essais sur ce thème sont autant de réflexions pour affirmer le lien de charité qui unit la création et les créatures[5]. Dès lors, il milite aussi activement pour l'écologie chrétienne (la sauvegarde de la Création) qui passerait par un renouveau du franciscanisme. On voit même en lui des derniers « Papes Verts ».

Fin 2011, il confie à Pauline Bruley, qui lui succède au Bulletin de l'Amitié Charles Péguy[6] : « Péguy m’a accompagné toute la vie et permis de devenir le chrétien catholique socialiste libertaire que je suis toujours [...] il ne faut absolument pas déconnecter la vie intérieure de Péguy de sa vie active dans la cité. Il ne faut surtout pas séparer chez lui la poésie de la prose. La même mystique s’y exprime, celle du charnel enfantant le spirituel. Car lorsqu’il oppose précisément dans Notre jeunesse mystique et politique, ce n’est pas la politique qu’il rejette, mais la politique vidée de toute mystique, à commencer par celle de la cité »[7],[8].

Jean Bastaire meurt le 24 août 2013 à l’âge de 86 ans, à Meylan, près de Grenoble.

À l'Université catholique de Lyon commencent, en janvier 2015, les activités d'une chaire Jean Bastaire, portées par le Centre Interdisciplinaire d’Éthique (CIE). Cette chaire a pour objet de développer une approche éthique de l’écologie dont les piliers sont la théologie de la création et le besoin d’une prise de conscience globale des risques encourus par notre monde face à la crise écologique

Publications[modifier | modifier le code]

  • Alain-Fournier ou la tentation de l'enfance, Plon, 1964.
  • Péguy tel qu'on l'ignore, Gallimard, coll. Idées, 1973[9] (réédition en 1995 avec une nouvelle préface).
  • Claudel et Péguy (avec Henri de Lubac), Aubier-Montaigne, 1974 (réédition in Œuvres complètes du Cardinal Henri de Lubac, Cerf, 2008).
  • Péguy l'insurgé, Payot, Paris, 1975[10].
  • Court traité d'innocence, Lethielleux, 1977.
  • Charles Péguy, Cahiers de l'Herne (no 32), 1977.
  • Alain-Fournier ou l'anti-Rimbaud, J. Corti, 1978.
  • Pour Jeanne d'Arc : petit traité d'incarnation, Cerf, 1979 (2e édition largement modifiée, Pour Jeanne d'Arc : portrait d'une insurgée, Cerf, 2004).
  • Madame de Clèves : tragédie en cinq actes (d'après le roman de Madame de La Fayette), J. Corti, 1980.
  • Le matin de l'éternité, Le Centurion, 1984.
  • Péguy e la cultura del popolo (a cura di Angelo Prontera), Milella, 1987.
  • Éros sauvé ou le jeu de l'ascèse, Desclée, 1990.
  • Péguy l'inchrétien, Desclée, 1991.
  • Éloge des patries, Ed. universitaires, 1991.
  • La Passion du Christ selon les poètes baroques français, anthologie, Éditions de la Différence, coll. « Orphée », Paris, 1993.
  • Prier à Chartres avec Péguy, Desclée de Brouwer, 1993.
  • Civisme mode d'emploi, Desclée de Brouwer, 1995.
  • Apprentissage de l'aube : autobiographie spirituelle, Cerf, 1996.
  • Le salut de la Création : essai d'écologie chrétienne (avec Hélène Bastaire), Desclée de Brouwer, 1996.
  • Psaumes de la nuit et de l'aurore, Arfuyen, 1996.
  • Le chant des créatures : les chrétiens et l'univers, d'Irénée à Claudel (avec Hélène Bastaire), Cerf, 1996.
  • Péguy au porche de l’Église (avec Louis Baillet et Jacques Maritain), Cerf, 1997.
  • Passage par l'abîme, Arfuyen, 1998.
  • Péguy contre Pétain, l'appel du 17 juin, Éditions Salvator - janvier 2000 (ISBN 978-2706702266).
  • La gloire de Sophie : portrait, éditions Salvator - février 2000 (ISBN 978-2706702129).
  • Conversations écologiques (anthologie de textes de Paul Claudel), Le Temps qu'il fait, 2000.
  • Petit dictionnaire des idées non reçues, Parole et silence, 2000.
  • Lettre à François d'Assise sur la fraternité cosmique (avec Hélène Bastaire), Parole et silence, 2001.
  • Chiens du Seigneur : histoire chrétienne du chien (avec Hélène Bastaire), Cerf, 2001.
  • Noces vives, Arfuyen, 2002.
  • Arcabas, l'enfance du Christ (avec Enzo Bianchi), Cerf, 2002.
  • Le Dieu mendiant (avec Hélène Bastaire), Cerf, 2003.
  • Sur la piste de Gustave Aimard, trappeur quarante-huitard, Encrage, 2003
  • Pour une écologie chrétienne (avec Hélène Bastaire), Cerf, novembre 2004.
  • La Pâque à deux : récit, Parole et silence, 2004.
  • Le rire de l'univers : traité de christianisme écologique, (anthologie de textes de Jürgen Moltmann), Cerf, 2004.
  • Un nouveau franciscanisme : les petits frères et les petites sœurs de la Création, (avec Hélène Bastaire), Parole et silence, 2005.
  • Approche franciscaine de l'écologie (avec Michel Hubault ofm) 2006.
  • Le gémissement de la Création : vingt textes sur l'écologie (de Jean-Paul II), Parole et Silence, 2006
  • Le cantique féminin de la Création (avec Hélène Bastaire), 2006.
  • Les lectures englouties, Paléo-Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand), 2008.
  • Pour un Christ vert (avec Hélène Bastaire), éditions Salvator - 2009.
  • Pâque de l'univers, Arfuyen, 2009
  • Éloge de la fidélité au temps de l'éphémère, éditions Salvator - 2009 (ISBN 978-2706707773).
  • La terre de gloire : essai d'écologie parousiaque (avec Hélène Bastaire), juin 2010, Cerf.
  • La création, pour quoi faire ? : une réponse aux créationnistes (avec Hélène Bastaire), éditions Salvator, 2010.
  • Pâque de l'univers , Arfuyen, 2010.
  • Apologie des noces, Parole et silence, 2011
  • Insurrection Pascale (avec Hélène Bastaire), éditions Salvator, 2012 (ISBN 978-2706709067).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'Amitié Charles Péguy[11], Hommage à Jean Bastaire, Bulletin d'information et de recherche no 145, janvier-mars 2014, 112 p. (bibliographie p. 57-76).,
  • René Heyer, Écritures de la conversion : René Daumal, Maxime Alexandre, Roland Sublon, Jean Bastaire, Presses universitaires de Strasbourg, Strasbourg, 2011, 84 p. (ISBN 978-2-86820-482-0)
  • Jacques Julliard, Note conjointe sur Jean Bastaire lecteur de Péguy, Mil neuf cent, no 12, 1994, Numéro thématique sur Ce que le lecteur fait de l'œuvre, p. 235-237.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Anarchiste chrétien.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jean Bastaire est né à la vie éternelle », sur plunkett.hautetfort.com (consulté le 8 janvier 2017)
  2. « Jean Bastaire - Les Editions du cerf », sur www.editionsducerf.fr (consulté le 8 janvier 2017)
  3. « Jean Bastaire, précurseur de l’écologie chrétienne », sur la-croix.com, (consulté le 30 mars 2018)
  4. « ÉDITIONS ARFUYEN - BASTAIRE », sur www.arfuyen.fr (consulté le 8 janvier 2017)
  5. a et b « Bastaire Jean », sur Revue Esprit, (consulté le 30 mars 2018)
  6. Décès de Bastaire : hommages de l'Amitié Charles Péguy, Amitié Charles Péguy, 16 septembre 2013 , en ligne.
  7. Patrick Kechichian, Jean Bastaire, chrétien catholique et socialiste libertaire, La République des Lettres, 17 septembre 2013, texte intégral.
  8. Pauline Bernon : Un lecteur de Péguy : Jean Bastaire, Amitié Charles Péguy, 26 septembre 2011 , en ligne.
  9. « Peguy Tel Qu'On L'Ignore - Jean Bastaire », sur www.librairie-gallimard.com (consulté le 8 janvier 2017)
  10. Encyclopædia Universalis, « CHARLES PÉGUY », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 8 janvier 2017)
  11. « L'Amitié Charles Péguy, Bulletin d'information et de recherche », sur Charles Péguy, le site officiel (consulté le 20 novembre 2014)