Bruno Sido

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bruno Sido
Illustration.
Fonctions
Sénateur français
En fonction depuis le
(19 ans, 6 mois et 10 jours)
Élection 23 septembre 2001
Réélection 25 septembre 2011
24 septembre 2017
Circonscription Haute-Marne
Groupe politique UMP puis LR
Prédécesseur Antoine Allemeersch
Conseiller général puis départemental
de la Haute-Marne

(26 ans, 6 mois et 4 jours)
Réélection 16 mars 2008
29 mars 2015
Circonscription canton de Saint-Blin (1994-2015)
canton de Poissons (2015-2020)
Président du conseil général puis départemental de la Haute-Marne

(19 ans, 7 mois et 6 jours)
Réélection
Prédécesseur Pierre Niederberger (UDF)
Successeur Nicolas Lacroix (LR)
Conseiller régional de Champagne-Ardenne

(3 ans, 6 mois et 16 jours)
Élection 15 mars 1998
Président Jean-Claude Étienne
Maire de Saint-Blin

(5 ans et 8 jours)
Prédécesseur Michel Cailac
Successeur Bernard Guy
Biographie
Date de naissance (70 ans)
Lieu de naissance Paris
Nationalité Française
Parti politique RPR
UMP
Les Républicains
Profession Exploitant agricole
Officier de réserve de la Marine nationale

Bruno Sido, né le à Paris, est un homme politique français. Il est sénateur depuis 2001.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ingénieur agronome et officier de réserve de la Marine nationale, Bruno Sido s'installe dans la Haute-Marne en 1977 et devient exploitant agricole sur des terres appartenant à son grand-père. Il devient la même année, conseiller municipal de Roches-sur-Rognon.

Il milite au sein de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles et préside la Fédération Départementale des Syndicats d'Exploitants Agricoles de la Haute-Marne de 1989 à 1995. Il devient conseiller général pour Saint-Blin en 1994.

Il est élu maire de Saint-Blin en 1996. Atteint par le cumul des mandats exécutifs, il ne se représente pas en 2001.

En mars 1998, il conduit la liste RPR-UDF à l'élection régionale de Champagne-Ardenne. Sa liste obtient trois élus dont lui-même et il devient vice-président du conseil régional de Champagne-Ardenne.

Le , il succède à Pierre Niederberger en tant que président du conseil général de la Haute-Marne. Il est reconduit dans ses fonctions de conseiller général et président du conseil général en mars 2001 et 2004.

Il est élu sénateur dans le département de la Haute-Marne en 2001. La loi sur le cumul des mandats l'oblige à démissionner en octobre 2001 de son poste de conseiller régional.

Il soutient la candidature de Bruno Le Maire au congrès de l’UMP de 2014 et celle de François Fillon pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016[1].

Affaires[modifier | modifier le code]

France Soir fait état, en 2011, d'une utilisation dispendieuse des fonds du conseil général de la Haute-Marne : il utiliserait une voiture C6 avec chauffeur et vivrait dans un hôtel particulier avec sa famille grâce à l'argent du conseil général[2].

Le , une enquête de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique révèle qu'il était propriétaire d'un compte en Suisse non déclaré. Il confirma l'information, déclarant qu'il avait régularisé son compte en 2013[3]. Il est condamné par le tribunal correctionnel de Paris, le , dans le cadre d'une comparution avec reconnaissance préalable de culpabilité, à six mois d'emprisonnement avec sursis et 60 000 euros d'amende pour omission dans sa déclaration de patrimoine et blanchiment de fraude fiscale[4],[5].

En 2020, alors que Bruno Sido est un « farouche défenseur du nucléaire » et opposant déclaré à l'énergie éolienne (il s'est opposé à l'implantation de 330 générateurs éoliens dans son département), il autorise la société Calyce Development à édifier sept aérogénérateurs sur un site appartenant au groupement foncier agricole des Breuils, dont il est copropriétaire, contre un revenu compris entre 12 000 et 24 000 [6].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Anciens mandats[modifier | modifier le code]

  • Conseiller départemental de la Haute-Marne, élu du canton de Poissons de 2015 à 2020 (démissionnaire)
  • Président du conseil général puis départemental de la Haute-Marne de 1998 à 2017 (réélu en 2011 et 2015)
  • Conseiller général du canton de Saint-Blin de 1994 à 2015
  • Président de l'OPECST (2012-2014), premier Vice-président de l’OPECST (2011-2012 puis depuis 2014)
  • Président du Mémorial Charles-de-Gaulle du au
  • Vice-président du conseil régional de Champagne-Ardenne du au
  • Maire de Saint-Blin du au
  • Président de la F.D.S.E.A. de 1989 à 1995

Missions[modifier | modifier le code]

Bruno Sido s'intéresse particulièrement aux textes législatifs portant sur l’agriculture, l’environnement, l’énergie, ou encore le développement rural. Il est membre du club parlementaire CERES sur l'avenir de la recherche agronomique[7]. Parmi les textes de loi significatifs examinés ces dernières années, Bruno Sido a rempli les fonctions de rapporteur pour :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ludovic Vigogne, « Primaire à droite: la liste des premiers soutiens parlementaires », lopinion.fr, 20 avril 2016.
  2. « Argent public : Un président de conseil général qui vit comme un roi »
  3. « Bruno Sido, épinglé pour son compte en Suisse, moquait Jérôme Cahuzac au Sénat »
  4. Lefigaro.fr avec AFP, « Le sénateur Bruno Sido condamné à 6 mois de prison avec sursis », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 6 octobre 2020).
  5. Le Journal de la Haute-Marne, édition du 13 avril 2016, page 3.
  6. « Un sénateur dans le vent », Le Canard Enchaîné, no 5204,‎ .
  7. Club parlementaire sur l'avenir de la recherche agronomique : bio de Bruno sido

Liens externes[modifier | modifier le code]