Primaire citoyenne de 2011

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2006 Drapeau de la France 2017 Suivant
Primaire citoyenne de 2011
9 et
Type d’élection Élection primaire ouverte
Corps électoral et résultats
Votants au 1er tour 2 661 231
Votants au 2d tour 2 860 157
François Hollande (Journées de Nantes 2012).jpg François Hollande – PS
Voix au 1er tour 1 038 188
39,17 %
Voix au 2e tour 1 607 268
56,57 %
Martine Aubry - avril 2012 (3) crop.jpg Martine Aubry – PS
Voix au 1er tour 806 168
30,42 %
Voix au 2e tour 1 233 899
43,43 %
Arnaudmontebourg.png Arnaud Montebourg – PS
Voix au 1er tour 455 601
17,19 %
Royal Toulouse 2012.JPG Ségolène Royal – PS
Voix au 1er tour 184 091
6,95 %
Valls Toulouse 2012.JPG Manuel Valls – PS
Voix au 1er tour 149 103
5,63 %
Jean-Michel Baylet - Strauss-Kahn meeting in Toulouse for the 2007 French presidential election 0154 2007-04-13 cropped mini.jpg Jean-Michel Baylet – PRG
Voix au 1er tour 17 055
0,64 %
Candidat à l'élection présidentielle
Candidate en 2007 Candidat en 2012
Ségolène Royal François Hollande

La primaire citoyenne de 2011 fait référence à l'élection organisée par le Parti socialiste et le Parti radical de gauche afin de désigner leur candidat commun à l'élection présidentielle de 2012. Le scrutin de désignation du candidat a lieu le , suivi d'un second tour le suivant. Contrairement aux deux primaires précédentes de 1995 et 2006, elle est ouverte à tous les citoyens inscrits sur les listes électorales qui se reconnaissent « dans les valeurs de la gauche et de la République », et non aux seuls militants des partis concernés.

Six candidats, François Hollande, Martine Aubry, Arnaud Montebourg, Ségolène Royal, Manuel Valls et Jean-Michel Baylet se présentent et arrivent dans cet ordre au premier tour du scrutin. Au second tour, François Hollande l'emporte face à Martine Aubry. Avec près de 2,7 millions de participants au premier tour et 2,9 millions au second, cette primaire est considérée comme un succès par la plupart des éditorialistes.

Sommaire

Modalités du scrutin[modifier | modifier le code]

Mise en place sur proposition du secrétaire national du Parti socialiste à la rénovation Arnaud Montebourg, la primaire socialiste de 2011 n'est pas réservée aux seuls militants socialistes, contrairement aux primaires de 1995 et de 2006, mais ouverte à l'ensemble des sympathisants de gauche.

Les candidatures à la primaire citoyenne ont été déposées entre le et le . L'élection a eu lieu le et compte tenu du résultat un second tour est organisé le [1].

Pour voter à la primaire, l'électeur doit remplir un certain nombre de conditions :

  • être inscrit sur les listes électorales avant le ou pour les Français mineurs : avoir 18 ans au moment de la présidentielle ou être membre du PS, du PRG, du MJS, ou des Jeunes Radicaux de gauche ; les étrangers pourront également voter s'ils sont membres du PS français, du PRG, du MJS ou des JRG.
  • verser une participation volontaire pour financer cette primaire (au minimum 1 €) ;
  • signer par l'émargement une charte d'adhésion aux valeurs de la gauche (les listes d'émargement seront par la suite détruites sous le contrôle d'huissiers[2]). Voici l'engagement tel qu'il a été adopté[3] : « Je me reconnais dans les valeurs de la Gauche et de la République, dans le projet d’une société de liberté, d’égalité, de fraternité, de laïcité, de justice et de progrès solidaire. »

Seuls peuvent être candidats les membres du Parti socialiste ayant reçu un nombre suffisant de parrainages d'élus (5 % des parlementaires socialistes soit 17 parrainages, ou 5 % des membres titulaires du conseil national du Parti socialiste soit 16 parrainages, ou 5 % des conseillers régionaux ou généraux socialistes soit 100 parrainages issus d’au moins 10 départements et 4 régions, ou 5 % des maires socialistes des villes de plus de 10 000 habitants soit 16 parrainages issus d’au moins 4 régions). Il n'est autorisé qu'un seul parrainage par personne[4]. Les partis de gauche peuvent participer à la primaire s'ils le souhaitent. Parmi les partis de gauche ayant soutenu la candidate socialiste en 2007, seul le PRG de Jean-Michel Baylet participe à la primaire, après avoir un temps émis « des réserves importantes » et posé plusieurs conditions[5]. Le MRC de Jean-Pierre Chevènement avait quant à lui exclu toute participation[6]. EELV a également refusé de participer à la primaire socialiste[7]. Le PCF et le PG de Jean-Luc Mélenchon ne participèrent pas à la primaire pour se présenter ensemble aux échéances de 2012 dans le cadre du Front de gauche.

Si un candidat obtient la majorité absolue (plus de 50 % des voix), c’est lui qui est désigné. Dans le cas contraire, les deux candidats arrivés en tête au soir du 9 octobre sont qualifiés pour le second tour.

Pour organiser ces primaires, le Parti socialiste a désigné une Haute autorité, chargée d'enregistrer les candidatures, de contrôler les opérations et de proclamer les résultats définitifs des primaires. Les juristes Jean-Pierre Mignard et Mireille Delmas-Marty, ainsi que le préfet Rémy Pautrat, sont ainsi responsables de la Haute autorité qui supervise le processus des primaires pour 2012[8].

Aspects économiques[modifier | modifier le code]

Les primaires ont coûte environ 4 millions d'euros. Les recette de la primaire était de l'ordre de 1,50 euros par électeurs au premier tour. La participation financière n'étant pas obligatoire au deuxième tour, les recettes furent moindres au second tour[9].

Contexte[modifier | modifier le code]

Logotype des primaires.

En octobre 2009, les adhérents du Parti socialiste approuvent, à 67,91 %, le principe des primaires ouvertes pour la présidentielle de 2012[10]. Cette pétition de principe a par ailleurs été confirmée par la suite. En effet, lors de la dernière modification des statuts du parti socialiste, adoptée à l’unanimité de son Conseil national du 12 septembre 2012 et approuvée le 12 octobre 2012[11], le principe de l'organisation de primaires pour la désignation du candidat à l'élection présidentielle a été confirmé. Ainsi, au chapitre 3 de ces statuts, l'article 5.3.2 [12] mentionne: "Au moins un an avant l’élection présidentielle, le Conseil national fixe le calendrier et les modalités d’organisation des Primaires". Cet article est sans doute pour parti à la source de l'initiative du projet de primaires à gauche pour la présidentielle de 2017.

En janvier 2010, pour Gaël Sliman de l'institut de sondage BVA, Dominique Strauss-Kahn et Martine Aubry dominent leurs concurrents éventuels, ce qui atteste d'une évolution par rapport à une situation antérieure où aucun favori n'émergeait[13].

En avril 2010, celui qui était alors le seul candidat déclaré, Manuel Valls, dénonce un éventuel accord préalable passé entre Dominique Strauss-Kahn, Martine Aubry et Laurent Fabius pour ne pas être en concurrence lors de la primaire[14]. L'existence de cet accord n'est pas niée par Laurent Fabius, qui confirme, en août suivant, qu'une « concertation des intelligences » a bien lieu entre lui, les deux candidats favoris des sondages et « d'autres dirigeants » du PS. Cette concertation en comité réduit devrait se solder par des désistements avant la primaire car, selon l'ancien Premier ministre, « nous n'allons pas, tels les héros d'Homère, nous défier les uns les autres[15] ». Les propos de Laurent Fabius sont appuyés par son ancien bras-droit rallié à Martine Aubry, Claude Bartolone, qui déclare en septembre 2010 : « Il y aura entente. Je suis persuadé qu'il y aura comme candidature, ou celle de Dominique Strauss-Kahn, ou celle de Martine Aubry[16] ». L'idée d'une primaire réduite à une simple confirmation d'un accord entre Dominique Strauss-Kahn et Martine Aubry est alors vivement combattue par les représentants des différents candidats déclarés ou pressentis.

En juin 2010, Ségolène Royal annonce qu'elle est prête à renoncer à son ambition si les sondages la donnent perdante[17], au nom de la « solidarité » avec Aubry et Dominique Strauss-Kahn[18]. Toutefois, le 3 octobre 2010, sur la chaîne France 5, elle déclare que sa candidature reste possible sous certaines conditions : « Bien évidemment, si je suis en situation, s'il y a un rassemblement, si je suis soutenue, si je suis désignée par les primaires[19]... »

Le , le candidat pressenti et favori à la primaire, Dominique Strauss-Kahn, est accusé d'avoir commis une agression sexuelle à New York. Son arrestation bouleverse la primaire socialiste. François Hollande, dont l'écart avec Dominique Strauss-Kahn se réduisait de semaine en semaine, et Martine Aubry, qui avait semblé s'effacer et se résoudre à une candidature du directeur général du FMI, seraient alors, selon les sondages, les candidats les mieux placés pour l'élection présidentielle.

Le , Le Changement, projet du Parti socialiste pour l’élection présidentielle, est approuvé par 95,14 % des adhérents[20]. Il doit servir de base au vainqueur des primaires.

Le , Gérard Larcher, alors président du Sénat, s'interroge sur la légalité de la primaire organisée par le Parti socialiste, notamment en ce qui concerne l'utilisation des fichiers électoraux. Il souhaite par ailleurs que le Sénat se penche sur ces primaires en commission des lois[21]. Claude Guéant, ministre de l'Intérieur, reconnaît que la primaire est légale[22]. Mais il considère qu'elle pose un problème grave car elle reviendra à publier une liste des opinions politiques des Français ; ainsi il demande des garanties sur la destruction immédiate des listes d'émargement[23], ce à quoi s'engage le Parti socialiste[24]. L'UMP édite un tract avec comme slogan « primaires du PS = fichage politique »[25].

Le , le journaliste Guillaume Roquette se demande ce qu'on aurait dit « si le Front national avait réclamé à l’État le fichier des électeurs pour départager Bruno Gollnisch et Marine Le Pen [26]? ». Le , l'écrivain Denis Tillinac estime que le droit au secret du vote est mis en cause par cette élection interne à une tendance politique qui utilise les fichiers officiels des électeurs[27]. Avant le premier tour, le député du Rhône Michel Havard fait part de son opposition « à l'organisation des primaires socialistes dans les écoles de la République » et envoie une lettre à tous les directeurs des écoles primaires de Lyon afin de les informer[28]. Le Cri du Contribuable s'interroge sur leur coût pour le contribuable parisien[29] et l'opposition municipale pose la même question à Lyon[30].

La CNIL se prononce à deux reprises sur le dispositif informatique envisagé, le 12 mai[31] et le 25 juillet 2011[32]. Elle souligne notamment que l’établissement de copies des listes électorales est conforme à la loi, qu’il n’y a pas d’enregistrement informatique des participants à la primaire et que les listes papier seront détruites au plus tard le 6 novembre 2011. La Commission indique en outre qu'elle « suivra avec la plus grande vigilance l'ensemble du processus de ces primaires pour s'assurer qu'il s'effectue dans le respect des droits des personnes. »

Le 10 octobre 2011, la majorité gouvernementale UMP minore le succès de la primaire et évoque « un problème de secret du vote[33] ».

Le 18 octobre 2011, Jean-Pierre Mignard[34], président de la Haute autorité des primaires, annonce que les listes électorales comportant les émargements des millions de votants seront détruites le 21 octobre 2011 (conformément au processus validé par la CNIL)[35].

Candidats[modifier | modifier le code]

Le , la Haute Autorité des primaires citoyennes arrête la liste officielle des candidats dans l'ordre suivant, déterminée par tirage au sort[36].

Remarque : l'âge indiqué pour les candidats est l'âge qu'ils avaient au , date de dépôt des candidatures.

Arnaud Montebourg[modifier | modifier le code]

Arnaud Montebourg (48 ans), chargé de la mise en place des primaires de 2011, présente officiellement sa candidature le [37]. Arnaud Montebourg considère sa candidature comme « celle d'un programme de transformation » et prône la fondation d'une « VIe République[38] ». Lors de son annonce de candidature, il déclare : « Devant ce champ de ruine qu’est devenu le système politique, il faut avoir le courage de construire une démocratie nouvelle qui nous aidera à réaliser notre mutation. C’est ce que je vous propose de bâtir ensemble ». Plus qu'une simple candidature à la primaire, Arnaud Montebourg se dit « candidat à la victoire[39] ».

Fonctions[modifier | modifier le code]

Équipe de campagne[modifier | modifier le code]

Programme[modifier | modifier le code]

  • Économie : Au printemps 2011, il publie l'essai Votez pour la démondialisation !, qui développe ses propositions portant sur la démondialisation[40], à partir notamment des travaux du sociologue et député philippin Walden Bello. Autour de 17 propositions[41], Arnaud Montebourg, après avoir présenté les effets néfastes de la mondialisation et de ses causes, appelle à une conversion écologique et sociale du système productif et à une révolution industrielle verte. Le 6 septembre 2011, Arnaud Montebourg annonce que sa première mesure économique serait l'instauration du « dividende du travailleur »[42]. Le 9 septembre, lors d'une réunion politique à Port-Leucate[43], il propose « le protectionnisme européen pour défendre les emplois et l'industrie » et préconise de « lutter contre la mondialisation, un puits sans fond pour écraser les salariés ». Sur un plan plus interne à son parti, il affirme aussi vouloir « rénover le PS ».
  • Institutions : Arnaud Montebourg souhaite l'instauration d'une VIe République.

Soutiens[modifier | modifier le code]

Martine Aubry[modifier | modifier le code]

Sans officialiser une candidature ou une non-candidature, Martine Aubry (60 ans) annonce dès 2010 qu'elle ne sera pas candidate contre Dominique Strauss-Kahn, étant prête à s'effacer au profit du candidat le mieux placé dans les sondages. La même année, elle déclare qu'elle annoncera sa décision définitive quelques jours avant le dépôt des candidatures à la primaire, soit en juin 2011.

Le , Le Nouvel Observateur annonce que Martine Aubry aurait annoncé à son entourage son intention de ne pas être candidate à la primaire socialiste, et de soutenir Dominique Strauss-Kahn, favori des sondages[46]. Cette information est démentie par l'intéressée[47]. Quelques jours plus tard, la mise en cause de Dominique Strauss-Kahn dans une affaire d'agression sexuelle relance l'idée d'une candidature de Martine Aubry à la primaire. Elle déclare le qu'elle « prendra ses responsabilités », sans toutefois déclarer officiellement sa candidature[48].

Martine Aubry se déclare officiellement candidate le jour de l'ouverture des dépôts des candidatures, le [49].

Fonctions[modifier | modifier le code]

Équipe de campagne[modifier | modifier le code]

Programme[modifier | modifier le code]

  • Économie : Le 2 septembre 2011, lors d'une réunion politique à Toulouse[50], Martine Aubry s'engage à présider une « République qui sera exemplaire », promet une « règlementation plus stricte de la finance qui devra vraiment être au service de l'industrie, [...] par exemple que les impôts des grandes entreprises, actuellement de 8 % grâce aux bénéfices, reviennent au niveau des impôts des PME, c'est-à-dire 34 % ». Elle envisage la création d'une « banque publique d'investissements qui sera régionalisée » et évoque « une sortie progressive mais effective du nucléaire ». Elle est favorable au droit à la retraite à 60 ans à taux plein pour tous ceux qui ont commencé à travailler tôt, et à la liberté de choix pour les autres.
  • Culture : Martine Aubry souhaite augmenter le budget de la culture de 30 à 50 %[51].
  • Questions de société : Martine Aubry se prononce en faveur de la dépénalisation du cannabis[52], du mariage entre personnes de même sexe et du vote des étrangers aux élections municipales.

Soutiens[modifier | modifier le code]

Jean-Michel Baylet[modifier | modifier le code]

Le , le PRG annonce que Jean-Michel Baylet (64 ans) pourrait envisager de se présenter à la primaire socialiste. Le , le PRG confirme la candidature de l'ancien ministre à la primaire socialiste[78].

Fonctions[modifier | modifier le code]

Équipe de campagne[modifier | modifier le code]

Programme[modifier | modifier le code]

  • Économie : Le 2 septembre 2011, dans son livre L'Audace à gauche, Jean-Michel Baylet fait ses « trente propositions pour la France »[79]. Il propose de « construire une politique économique commune de la zone euro » et une « Europe fédérale » avec un « budget communautaire alimenté par un impôt européen », et d'« inscrire dans la loi les règles prudentielles » abandonnées par les banques.
  • Questions de société : Jean-Michel Baylet se dit favorable au mariage entre personnes de même sexe, à l'euthanasie et à la légalisation du cannabis.

Soutiens[modifier | modifier le code]

Manuel Valls[modifier | modifier le code]

Manuel Valls (48 ans) fait partie des premiers socialistes à annoncer sa candidature à la primaire. Le , il déclare : « Si on ne me prouve pas qu'un autre socialiste peut mieux que moi porter le renouvellement - et pour l'instant je ne vois pas - je porterai ces idées moi-même […] Clairement, je serai candidat à des primaires pour représenter les socialistes et la gauche à la présidentielle[86] ». Il confirmera ces propos le en déclarant : « En exprimant mon souhait d'être candidat à l'élection présidentielle de 2012, j'espère créer les conditions d'une nouvelle donne pour notre nation[87] ». Il estime le que si la gauche l'emporte il faudra « déverrouiller les 35 heures »[88].

Après s'être rallié à une éventuelle candidature de Dominique Strauss-Kahn, l'inculpation de ce dernier pour agression sexuelle pousse Manuel Valls à annoncer à nouveau officiellement sa candidature à la primaire socialiste le [89].

Fonctions[modifier | modifier le code]

Équipe de campagne[modifier | modifier le code]

  • Directeur de campagne : Luc Carvounas
  • Présidents du comité de soutien : Natalia Baleato et Pierre Tambourin
  • Porte-parole : Zohra Bitan, Ali Soumaré, Thomas Chadoeuf-Hoebeke
  • Conseillers politiques : Michèle Sabban, Francis Chouat
  • Coordination de la campagne et relation avec le parti : Sébastien Gros, Carlos Da Silva, Fayçal Douhane
  • Animation du réseau politique : Jean Denat, Annie Laffin, Philippe Saurel, Philippe Esnol
  • Relations avec le tissu associatif : Hatouma Doucouré
  • Conseiller presse et communication : Christian Gravel
  • Conseiller chargé des discours et des éléments de langage : Harold Hauzy
  • Coordinateur du comité scientifique : Tangi Le Nevé Ricordel

Programme[modifier | modifier le code]

  • Immigration : Le 2 septembre 2011, lors d'un entretien à La Voix du Nord, Manuel Valls affirme que « l'immigration sera un thème important de la prochaine campagne présidentielle ». Il propose de « définir des quotas migratoires établis selon nos capacités d'accueil et organisés prioritairement avec les pays qui sont des partenaires historiques et économiques comme ceux du Maghreb ou de la zone CFA »[90].
  • Économie : Manuel Valls est le seul socialiste crédité par l'hebdomadaire britannique The Economist d'avoir un programme économique qui n'est pas figé dans les années 1980. Selon l'hebdomadaire, il est le seul à livrer un discours responsable et honnête qui regarde la vérité fiscale de la France en face[91],[92]. En janvier 2011, il annonce vouloir « déverrouiller les 35 heures. » Il se dit favorable en septembre 2011 à une baisse d'« au moins 20 % » du salaire du président et des ministres[93]. Il n'est pas pour la restauration de l'âge de départ à la retraite à 60 ans.

Soutiens[modifier | modifier le code]

François Hollande[modifier | modifier le code]

François Hollande (56 ans) se déclare officiellement candidat à la primaire socialiste le , à la suite de sa réélection à la présidence du conseil général de la Corrèze.

Dans le cadre de la précampagne de la primaire socialiste, François Hollande apparaît comme le concurrent de Dominique Strauss-Kahn, directeur général du FMI et favori des sondages. Il affirme sa volonté de devenir un « président normal[96] » et effectue plusieurs voyages en province. Alors que les intentions de vote en faveur de François Hollande continuent à progresser[97], Dominique Strauss-Kahn est accusé d'agression sexuelle et arrêté à New York le , ce qui empêche son retour en France. Dès lors considéré comme le favori de la primaire, François Hollande doit faire face à la montée de Martine Aubry dans les enquêtes d'opinion à la suite de l'annonce, le , de la candidature de cette dernière. À partir de la mi-juillet, François Hollande est de nouveau en tête des sondages. Durant la campagne, il est notamment critiqué pour son bilan à la tête du Parti socialiste et à son manque d'expérience ministérielle[98].

Au second tour, les quatre candidats éliminés au premier tour Jean-Michel Baylet, Arnaud Montebourg, Ségolène Royal et Manuel Valls le rallient[99].

Fonctions[modifier | modifier le code]

Équipe de campagne[modifier | modifier le code]

Programme[modifier | modifier le code]

  • Éducation : Le 9 septembre 2011, à Soissons, François Hollande annonce vouloir faire « une loi de programmation qui permettra de récréer [...] sur les cinq ans [...], les 60 000 à 70 000 postes [d'enseignants] supprimés » [depuis 2007][101].
  • Écologie : Il maintient, le 15 septembre lors du premier débat inter-candidats, la promesse de réduire en un peu plus de dix ans la part du nucléaire de 75 % à 50 % dans la production d'électricité[102].
  • Économie : François Hollande prévoit par ailleurs une baisse de 30 % du salaire du Président de la République[103]. Il est favorable au rétablissement du droit à partir en retraite à 60 ans pour ceux qui auront cotisé 41 ans et demi.

Soutiens[modifier | modifier le code]

Ségolène Royal[modifier | modifier le code]

Ségolène Royal (57 ans) annonce sa candidature à la primaire socialiste le dans les colonnes du journal La Nouvelle République et déclare : « J’ai longuement réfléchi et beaucoup consulté. Le moment est venu d’avancer dans la clarté et la simplicité : ma réponse est oui. Je sais d’expérience qu’il faut plus que quelques mois pour se préparer et pour rassembler. Qui ne voit que la droite est déjà en campagne d’ailleurs elle ne s’en cache pas[156] ». Sa candidature est perçue comme une surprise par la plupart des observateurs, car la Première secrétaire du Parti socialiste Martine Aubry avait évoqué un accord possible de candidature commune entre elle-même, Ségolène Royal et Dominique Strauss-Kahn, conformément à ce que Ségolène Royal avait proposé six mois plus tôt[157]. Mais après la déclaration de Martine Aubry, elle avait cependant démenti toute idée de pacte entre eux[158]. À deux jours de l'ouverture officielle du dépôt des candidatures, le , Ségolène Royal annonce officiellement et confirme sa candidature à la primaire lors d'une réunion politique à Arçais dans le Marais poitevin en Poitou-Charentes[159]. Le , elle est la première à faire parvenir par courrier sa liste de parrainages d'élus, composées de 100 conseillers régionaux et départementaux issus de 4 régions et de 8 départements différents. Ségolène Royal précise qu'elle a « choisi de mobiliser les élus de base » et ajoute qu'elle n'est pas « dans la course aux signatures, car la primaire ne sera pas un congrès du PS[160] ».

Elle s'était présentée à la primaire présidentielle socialiste de 2006, qu'elle avait remportée avec 60,65 % des voix, au premier tour, face à Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius. Elle fut par la suite battue au second tour de l'élection présidentielle de 2007 par Nicolas Sarkozy en récoltant 46,94 % des voix.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Équipe de campagne[161][modifier | modifier le code]

  • Conseiller spécial, responsable des relations internationales et des thématiques régaliennes : Jean-Louis Bianco
  • Directrice de campagne : Dominique Bertinotti
  • Secrétaire générale de la campagne, chargée de l'animation des réseaux et des relations avec la société civile : Najat Vallaud-Belkacem
  • Porte-parole : Guillaume Garot
  • Chefs du pôle Propositions, argumentaires, notes de fond et finalisation du projet : Delphine Batho et Nicolas Cadène
  • Responsable de la relation avec les élus : Jean-Jack Queyranne
  • Responsable des relations avec les territoires d'outre-mer et les Français de l'étranger : Bernard Lesterlin
  • Conseillère, chargée des déplacements de terrain : Françoise Degois
  • Responsable de la campagne de terrain, des porte-à-porte : Emmanuel Espanol
  • Responsables de la mobilisation des quartiers populaires : Kamel Chibli et Brahim Abbou
  • Responsable des aspects juridiques : Béatrice Patrie
  • Responsable des Universités populaires participatives : Salim Abdelmadjid
  • Tête chercheuse / conseillère spéciale : Sophie Bouchet-Petersen
  • Mandataire financier de la campagne : Yves Debien
  • Responsables Internet et campagne jeunes : Laurent Grave-Raulin, Cyril Cibert
  • Responsable de l’organisation des réunions politiques : Denis Leroy
  • Responsable du site Internet Segorama[162] : Philippe Bourdon
  • Secrétariat particulier : Emmanuelle Huet
  • Directeur de cabinet : Alexandre Godin
  • Chef de cabinet : Guillaume Choisy

Programme[modifier | modifier le code]

Le 10 septembre, lors d'une réunion politique à Montreuil, Ségolène Royal détaille son programme[163] :

  • Économie : Elle est favorable au rétablissement du droit à la retraite à 60 ans.
  • Institutions : Elle s'engage notamment « à construire [...] la République du respect par l'ordre social juste et la participation active des citoyens », « une République nouvelle » qui « redonnera sa juste place à chacune de nos institutions », à « inscrire dans la Constitution la règle d'une bonne gestion des fonds publics », à « instaurer une justice fiscale sans augmenter les impôts », à fixer « des règles sociales et fiscales stables sur la durée du quinquennat ».

Soutiens[modifier | modifier le code]

Personnalités non candidates[modifier | modifier le code]

Personnalités ayant renoncé à se présenter[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marc Ayrault, président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, déclare début 2011 qu'il ne désire pas se présenter à la primaire de 2011, ne jugeant pas une envie d'être président de la République assez forte. Il fait connaître en juillet 2011 son soutien pour François Hollande.
  • Jean-Louis Bianco, député et président du conseil général des Alpes-de-Haute-Provence, n'excluait pas de se présenter à la primaire socialiste si Ségolène Royal n'était pas candidate. Cette dernière étant candidate, il ne se lance pas dans la course des primaires et soutient la présidente de la région Poitou-Charentes.
  • Gérard Collomb, maire de Lyon, avait annoncé dès 2010 qu'il pourrait se présenter si Dominique Strauss-Kahn n'était pas candidat. Malgré la non-candidature de Dominique Strauss-Kahn à la suite de son arrestation en mai 2011, Gérard Collomb décide de ne pas se présenter à la primaire socialiste, préférant soutenir François Hollande.
  • Bertrand Delanoë, maire de Paris, confirme en mai 2011 qu'il ne sera pas candidat, ne se jugeant pas en situation de se présenter et préférant apporter son soutien à Martine Aubry.
  • Laurent Fabius, député de la Seine-Maritime et ancien Premier ministre, n'avait pas exclu de se présenter dans le cas de figure où ni Martine Aubry et ni Dominique Strauss-Kahn n'était candidat. Il décide d'apporter son soutien à Martine Aubry, quelques semaines avant l'annonce officielle de candidature de cette dernière.
  • Benoît Hamon, porte-parole du Parti socialiste, n'écarte pas dans un premier temps une candidature à la primaire dans le cas de figure où Martine Aubry n'était pas candidate. À la veille de la déclaration de candidature de cette dernière, il indique qu'il ne sera pas candidat et qu'il restera porte-parole.
  • Jack Lang, député et ancien ministre, avait laissé planer le doute sur une éventuelle candidature à la primaire jusqu’à l'annonce de la candidature de Martine Aubry. Il a annoncé son soutien à François Hollande le mercredi 5 octobre 2011.
  • Jean Mallot, député et conseiller régional d'Auvergne, annonce sa candidature sur son blog en juin 2009. Sa campagne est néanmoins perçue comme essentiellement humoristique, notamment son premier clip de campagne, qui le présente buvant une tasse de café, avant que le slogan « Qui d'autre ? » n'apparaisse à l'écran, rappelant la publicité pour Nespresso avec George Clooney. Le 28 mars 2011, à l'instar de 47 députés il se rallie à Martine Aubry.
  • Anne Mansouret, conseillère régionale de Haute-Normandie et vice-présidente du conseil général d'Évreux, annonce sa candidature-témoignage en avril 2011. Elle se retire de la compétition le .
  • Pierre Moscovici, député et ancien ministre, avait indiqué qu'il se présenterait à la primaire si Dominique Strauss-Kahn n'était pas candidat. Après l'arrestation de ce dernier, il indique qu'il pourrait se présenter à la primaire socialiste, avant de finalement rallier François Hollande, au lendemain de l'ouverture du dépôt des candidatures pour la primaire.
  • Vincent Peillon, député européen, déclare dès septembre 2009 qu'il ne sera pas candidat à la primaire socialiste de 2011. Il annonce fin juin 2011 son ralliement à François Hollande.
  • Dominique Strauss-Kahn, ancien directeur général du Fonds monétaire international et ancien ministre, longtemps favori dans les sondages et candidat pressenti à la primaire, voit sa possible candidature empêchée à la suite de son inculpation pour agression sexuelle le . Il confirme toutefois sa non-candidature le , répondant aux questions de Claire Chazal.

Personnalités n'ayant pas obtenu le nombre de parrainages suffisants[modifier | modifier le code]

  • Daniel Le Scornet, ancien président de la Fédération des mutuelles de France, fait connaître sa candidature le , avec comme projet de « “redonner vie à la social démocratie” en s'appuyant sur “les forces vives” de la société ». Il n'obtient cependant que cinq parrainages, ce qui ne lui permet pas d'être candidat à la primaire socialiste[178].
  • Rachid Nekkaz avait annoncé sa candidature en avril 2011. Après avoir à nouveau présenté sa candidature à Lille, cette fois en précisant qu'elle s'inscrivait dans le cadre de la primaire socialiste le tout en dénonçant la cotisation d'un euro exigée pour participer au vote, qu'il qualifie de "suffrage censitaire", Rachid Nekkaz ne parvient pas à réunir le nombre suffisant de parrainages pour se présenter.
  • Christian Pierret, maire de Saint-Dié-des-Vosges et ancien secrétaire d'État chargé de l'Industrie, annonce sa candidature le . Il lui manque cependant quelques parrainages de maires de villes socialistes de plus de 10 000 habitants, ce qui ne lui permet pas de se porter candidat à la primaire[179].

Campagne[modifier | modifier le code]

Critiques entre les candidats[modifier | modifier le code]

La primaire se déroule dans un climat relativement serein selon l'avis des observateurs. Le Monde évoque ainsi une campagne « qui n'aura pas été marquée par les déchirements fratricides, dont les socialistes ont pourtant le secret »[180]. La droite, qui s'était montrée hostile à l'évènement, reconnaît progressivement l'intérêt politique d'un tel évènement[181].

Quelques escarmouches ont toutefois émaillé la campagne. Au début du mois de septembre 2011, alors que les sondages donnent Martine Aubry et François Hollande favoris, Ségolène Royal critique ses deux adversaires et demande une intervention de la Haute autorité des primaires pour interdire la publication de sondages, qu'elle juge imprécis et partiaux[182]. La Haute autorité appelle à interpréter les sondages avec prudence et demande aux instituts de sondages de ne pas publier d'enquête la veille des scrutins[183].

Après l'affaire Dominique Strauss-Kahn, la campagne de la primaire est marquée par des affaires touchant Jean-Michel Baylet et plusieurs dirigeants locaux du Parti socialiste (Jean-Noël Guérini, Robert Navarro, Patrick Sève, Bernard Granié). Martine Aubry est critiquée par Arnaud Montebourg au sujet de sa gestion de l'affaire Jean-Noël Guérini, qui est mis en examen le [184]. François Hollande est lui aussi critiqué pour avoir couvert le « système Guérini » lorsqu'il était premier secrétaire et pour avoir intégré dans son équipe de campagne Robert Navarro, exclu du PS après la découverte de factures de la fédération de l'Hérault à son profit personnel[185],[186].

Le , une interview indirecte de Ségolène Royal paraît dans Le Figaro[187]. Le journaliste rapporte des paroles censées avoir été tenues par la candidate sur ses concurrents : « Le point faible de François Hollande, c'est l'inaction. Est-ce que les Français peuvent citer une seule chose qu'il aurait réalisée en trente ans de vie politique ? Une seule ? » Quant à Martine Aubry, Ségolène Royal fustige sa méconnaissance des campagnes : « Sa seule expérience électorale, c'est une législative perdue en 2002. Passer de rien à une campagne présidentielle, ce n'est pas facile. » La Haute autorité des primaires fait, le 8 septembre, une « recommandation » non nominative ; elle rappelle que la charte éthique des primaires « prohibe tout dénigrement de la personne des candidats » et que « les candidats doivent toujours garder à l’esprit qu’à la compétition succèdera le rassemblement »[188]. Cette recommandation est analysée par les médias comme étant principalement adressé à Ségolène Royal[189]. Ségolène Royal affirme avoir parlé de « façon informelle » avec des journalistes en disant par ailleurs « des choses très positives sur les socialistes » non reprises par Le Figaro, et ajoute que ses propos ont été « sortis de leur contexte ». Elle dit n'avoir jamais donné aucune interview au Figaro, comme l'ont laissé penser les médias ayant relayé cette information et affirme qu'ils « essaient de dresser les socialistes les uns contre les autres, mais ils n’y parviendront pas »[190]. Le , Delphine Batho a demandé à rencontrer la Haute autorité des Primaires et lui rappelle que dans le passé certains propos ont pu être tenus à l'encontre de Ségolène Royal « sans que la Haute autorité des Primaires citoyennes n’ait jusqu’à ce jour pris de recommandation »[191], faisant allusion notamment aux propos qu'avait tenus Martine Aubry sur le plateau du Grand Journal, à la question : « Qu'est-ce que Martine Aubry a que Ségolène Royal n'a pas ? », elle avait répondu : « Je suis brune, elle est blonde »[192]. En réponse, la Haute autorité lui indique que cette recommandation vise tous les manquements « y compris ceux qui auraient pu être relevés à l’encontre de Madame Ségolène Royal ou d’autres candidat(e)s ».

Durant l'entre-deux-tours, une vive polémique naît d'une interview accordée par Martine Aubry à 20 Minutes, dans laquelle elle estime que le système médiatique « s'est créé son candidat » en la personne de François Hollande[193]. Ce dernier qualifiera ce jugement de « dérapage » (plusieurs de ses lieutenants réagissant de manière beaucoup plus vive en critiquant notamment l’emploi d’une « rhétorique semblable à celle de l'extrême droite »), avant que Martine Aubry ne maintienne ses propos[194] et que la Haute Autorité des Primaires ne lance un appel au calme[195].

Débats entre les candidats[modifier | modifier le code]

Les six candidats à l'investiture socialiste ont participé à trois débats télévisés avant le premier tour de la primaire. Le premier de ces débats est organisé par France Télévisions, le en début de soirée, en partenariat avec le journal Le Monde. Les deux autres ont eu lieu après les élections sénatoriales du donnant la majorité aux partis de gauche. Le 28 septembre, un débat s'est tenu en fin d'après-midi en collaboration avec I-Télé, Europe 1, Le Parisien et les chaînes parlementaires. Le 5 octobre, le dernier débat a réuni les six candidats sur BFM TV en partenariat avec RMC, Le Point et de nouveau les chaînes parlementaires. Pour le second tour, France Télévisions organise un débat entre les deux finalistes le [196].

Débat du 15 septembre 2011[modifier | modifier le code]

Le premier débat entre les candidats à la primaire est diffusé le sur France 2. Les six candidats se présentent un par un, durant une minute. Ensuite, ils se succèdent pour répondre séparément aux questions de David Pujadas et Fabien Namias, dix minutes chacun, sur le thème de leur programme économique puis le thème de leur choix (Arnaud Montebourg : le pouvoir d'achat ; Jean-Michel Baylet : sujets de société ; Ségolène Royal : les institutions de la République ; François Hollande : le nucléaire ; Manuel Valls : l'immigration ; Martine Aubry : le pouvoir d'achat.) Enfin, les six candidats sont réunis sur le même plateau pour un débat, où finalement, seuls Martine Aubry et François Hollande auront un échange direct sur le thème du nucléaire.

Déclarations et prises de position des six candidats sur les sujets abordés durant le débat  
Économie et finances Emploi Nucléaire Mode de gouvernance Statut juridique du cannabis
Arnaud Montebourg Partisan d'une « démondialisation », Arnaud Montebourg souhaite la mise en place de mesures protectionnistes, non pour « se protéger contre l'UE mais contre le reste du monde » (dont la Chine). À propos du déficit, le candidat indique qu'il est le seul, parmi les six candidats, à avoir voté contre le traité de Maastricht[197], dont il juge les critères « obsolètes ».

Arnaud Montebourg déclare préférer « mettre les banques sous tutelle avant que celles-ci ne nous mettent nous-mêmes sous tutelle ».
Arnaud Montebourg souhaite que les entreprises distribuent des dividendes aux travailleurs. Il se déclare également favorable à un blocage généralisé des loyers. Il propose également un « bonus » pour les familles monoparentales, financé par une taxe sur les familles aisées.

À propos de la réduction du poids du nucléaire, Arnaud Montebourg déclare : « On fera le plus possible de ce qu'on pourra faire, parce qu'on ne sait pas combien ça coûte ». Arnaud Montebourg s'oppose « fermement » à toute « forme de libéralisation de la consommation du cannabis », au nom de la nécessité du maintien de certains interdits.
Martine Aubry Martine Aubry prône un accroissement de la compétitivité, susceptible d'accroître « la croissance et donc les ressources financières ». La candidate souhaite que la France « soit en dessous des 3 % de déficits en 2013 ». Martine Aubry critique la proposition de François Hollande quant à un retour à l'équilibre des comptes publics en 2017. La candidate juge que le contexte européen est trop incertain pour se livrer à ce genre de pronostics « irresponsables ». La candidate souhaite organiser une conférence salariale une fois la croissance revenue pour décider de la redistribution juste des richesses.

Martine Aubry entend supprimer les niches fiscales « injustes et inefficaces » qui représentent, selon elle, « une perte de 50 milliards d'euros pour l'État ». Elle ajoute que « la moitié de cette somme servira à la réduction des déficits, et l'autre moitié à financer nos projets ».
Martine Aubry critique l'attitude des banques qui préfèrent « spéculer sur l'épargne des Français au lieu d'aider les PME et les Français ».
Martine Aubry souhaite la réduction des dépenses des ménages en prenant pour exemple le blocage des loyers. Elle évoque également un paiement de l'eau et de l'énergie différencié selon les besoins.

Martine Aubry revendique la paternité du projet socialiste des 300 000 « emplois d'avenir », portés sur la croissance verte et les métiers de l'environnement. Ces emplois, chiffrés à 3 milliards d'euros, seront répartis sur cinq ans (dont 100 000 dès la première année de mandat). Martine Aubry émet des doutes quant aux « contrats de génération » proposés par François Hollande (« Ça paraît bien, mais c'est un effet d'aubaine pour les entreprises (...) ça coûte extrêmement cher » déclare-t-elle).

Martine Aubry est partisane d'un retour de la retraite à 60 ans pour certaines catégories de travailleurs, c'est-à-dire pour « ceux qui ont commencé à travailler tôt et qui auront leurs années de cotisation ». La candidate rappelle que son projet de réforme est financé « jusqu'en 2025 ».

Martine Aubry, à l'instar de Ségolène Royal, prône une « sortie du nucléaire », qu'elle qualifie d' « énergie du passé », sans préciser à quelle échéance. Elle déclare : « Si on considère que c'est dangereux, on ne reste pas au milieu » avant d'ajouter, en réponse à une question de François Hollande, qu'elle ne démantèlera pas l'EPR de Flamanville au nom des sommes déjà investies dans le projet (plus de 2 milliards d'euros). Martine Aubry soutient que des « démocrates voudront s'associer à nous ». Mais la candidate se refuse, à la différence de Ségolène Royal, d'envisager une alliance avec Dominique de Villepin, sans toutefois fermer la porte à certains accords, et sous certaines conditions. Martine Aubry se déclare favorable à la dépénalisation du cannabis pour les détenteurs de moins de 25 grammes.
Jean-Michel Baylet Jean-Michel Baylet déclare qu'« on ne peut pas porter des propositions qui engendreraient des dépenses supplémentaires ». Le candidat prône une réforme fiscale qui signerait la fin des niches fiscales, ainsi que la mise en place d'un impôt unique sur les sociétés sur le modèle américain. Il s'engage à « pas créer de nouvelles dépenses publiques », et à en baisser certaines, sans toutefois préciser lesquelles. Jean-Michel Baylet affirme qu'« il faut faire confiance aux progrès de la science » quant au poids à accorder du nucléaire. Jean-Michel Baylet se déclare partisan d'une légalisation du cannabis afin, premièrement, de mettre fin « au trafic et aux dealers qui créent l'insécurité dans tellement d'endroits » et, deuxièmement, dans le but de mieux contrôler la qualité des produits - qu'il propose de vendre, sous contrôle, en pharmacie. Selon lui, la dépénalisation « ne règle rien quant au problème de santé publique, qui est la conséquence de la vente de cannabis de mauvaise qualité, et quant au problème des dealers qui hantent nos villes, les cages d'escaliers des immeubles ».
Manuel Valls Manuel Valls pointe la faillite de « la politique fiscale de Nicolas Sarkozy », qu'il juge responsable de la dette. Le candidat déclare que l'effort pour rétablir équilibre sera important (et égal à « celui qu'il a fallu faire après la Seconde Guerre mondiale »). Il ne « faudra pas dépenser un euro supplémentaire », ajoute-t-il. Pour atteindre les 3% de PIB de déficit fixés par les traités européens, Manuel Valls envisage de bloquer certains budgets. Le candidat prône également une fusion de l'impôt sur le revenu et de la CSG.
Manuel Valls souhaite l'affectation d'une partie du produit de la TVA au financement de la protection sociale.
Manuel Valls ne se prononce pas sur une sortie du nucléaire mais sur une réduction de son poids dans la production électrique. Son objectif est de « passer sous la barre des 50 % d'électricité produite par le nucléaire » dans les 10 ans. Pour Manuel Valls, « la nécessité du rassemblement va s'imposer ». Manuel Valls se dit « fermement opposé, au nom même des valeurs de gauche, à l'idée [qu'il se fait] de l'ordre républicain et de la liberté de chacun, à toute concession dans ce domaine ». Selon le candidat, la dépendance aux drogues dures « commence souvent - pas automatiquement - par ce type de consommation, par cette économie souterraine qui mine nos quartiers ».
François Hollande François Hollande affirme que la règle d'or proposée par Nicolas Sarkozy ne peut suffire à résorber les déficits. Le candidat propose « une loi de programmation qui donnera les moyens pour y arriver ».

François Hollande prône une réforme fiscale, avec le soutien aux PME et aux entreprises innovantes.

François Hollande doute du projet des 300 000 « emplois d'avenir » promu par Martine Aubry. Le candidat préfère la création de 200 000 « contrats de génération » par an. Ce dispositif de baisses de charges, financé par l’État, doit permettre à une entreprise « qui va garder un senior et embaucher un jeune de moins de 25 ans » de ne pas verser « de cotisations sociales sur les deux emplois » en CDI. Le candidat ajoute que ce dispositif « sera financé par des économies équivalentes ». François Hollande ne se prononce pas pour une sortie du nucléaire mais sur une réduction de son poids dans la production électrique. Il envisage une baisse de 25 % d'ici 2025, soit une proportion de 75 % à 50 %. François Hollande souhaite « accueillir tout le monde à condition qu'ils acceptent le programme du candidat du PS ». Le candidat prône une « présidence normale », prompte à « rassurer les Français ». François Hollande s'est dit favorable « au maintien de l'interdit » tout en évoquant une évolution de la législation. Le candidat affirme qu'il faut « punir » les usagers mais aussi « les accompagner, les soigner ». C'est pourquoi il propose « une grande campagne d'information » sur les drogues.
Ségolène Royal Ségolène Royal s'oppose à une augmentation des impôts, préférant un soutien accru à la croissance. « De nouveaux prélèvements vont plonger la France dans la récession économique », précise-t-elle tout en ajoutant qu'elle envisagerait de créer une nouvelle tranche d'impôt pour les plus riches. La candidate souhaite également lutter contre la fraude fiscale des plus hauts revenus - cette opération permettant, selon elle, de récupérer 40 milliards d'euros.

Ségolène Royal déclare qu'elle fera de la réforme des banques son premier projet, ajoutant que « leur premier métier c'est de financer l'économie réelle pas de spéculer sur la dette des États ». Ségolène Royal souhaite également limiter les crédits revolving. Pour la candidate, il convient de « relancer les aides financières aux PME par l'intermédiaire d'une banque publique d'investissement » car il faut « créer des richesses avant de relancer les impôts ».

Ségolène Royal émet des doutes sur le projet des 300 000 « emplois d'avenir » promu par Martine Aubry. Elle remet également en cause le chiffrage proposé par François Hollande pour ses 200 000 « contrats de génération ». Ségolène Royal, à l'instar de Martine Aubry, prône une sortie du nucléaire. Elle fixe à 40 ans le délai nécessaire pour sortir du nucléaire. « Un bail beaucoup plus court n'est pas raisonnable, comme le croient les écologistes » ajoute-t-elle. Refusant de devenir une « hyper présidente », Ségolène Royal entend instaurer une « République du respect» avec « un Parlement qui contrôle, une justice indépendante, un dialogue social de qualité et une démocratie participative vivante». La candidate propose également de créer un « comité de surveillance des engagements », composé à la fois d'élus de l'opposition et de la majorité. Ayant épuisé son temps de parole à cet instant de la discussion, Ségolène Royal ne peut se prononcer sur la question. Ses déclarations antérieures témoignent toutefois d'une opposition à toute forme de légalisation ou de dépénalisation.

Débat du 28 septembre 2011[modifier | modifier le code]

Le deuxième débat entre les candidats à la primaire est diffusé simultanément sur Public Sénat et sur I-Télé le 28 septembre 2011, soit trois jours après la victoire de la gauche aux élections sénatoriales. Les six candidats ont tout d'abord répondu à la question « Quelle première mesure prendriez-vous si vous étiez élu Président de la République ? » puis ont confronté leurs idées au cours d'un débat présenté par Arlette Chabot et Michaël Darmon.

Débat du 5 octobre 2011[modifier | modifier le code]

Le troisième et dernier débat avant le premier tour de la primaire est diffusé le 5 octobre 2011 à partir de 20h30 sur BFM TV, RMC Info et Public Sénat ; il est présenté par Olivier Mazerolle, secondé de Gilles Leclerc, Laurent Joffrin et Christophe Jakubyszyn.

Débat du 12 octobre 2011[modifier | modifier le code]

Le quatrième débat, avant le deuxième tour de la primaire, opposant les deux finalistes Martine Aubry et François Hollande, est diffusé le à partir de 20h35 sur France 2.

Prises de position pour le second tour[modifier | modifier le code]

Candidats éliminés au premier tour[modifier | modifier le code]

Au soir du premier tour, le 9 octobre 2011, Manuel Valls (5,63 % des voix), annonce son soutien à François Hollande pour le second tour[198].

Le 10 octobre 2011, après avoir consulté les instances du Parti radical de gauche, Jean-Michel Baylet (0,64 % des voix) annonce son soutien à François Hollande[199].

Le 12 octobre 2011, Ségolène Royal (6,95 % des voix) annonce son soutien à François Hollande « notamment pour amplifier le résultat du premier tour » et « parce que les solutions neuves qu’[elle] défend seront prises en compte dans le programme du candidat »[200].

Le 13 octobre 2011, lors du dernier meeting de François Hollande tenu au Bataclan, Manuel Valls et Jean-Michel Baylet sont présents, de même que Dominique Bertinotti, directrice de campagne de Ségolène Royal[201].

Le 14 octobre 2011, Arnaud Montebourg (17,19 % des voix), qui avait écrit aux deux finalistes et reçu leurs réponses, ne donne pas de consigne de vote, mais indique qu'« à titre exclusivement personnel », il votera pour François Hollande[202]. Après avoir expliqué qu'il aurait voté pour Martine Aubry si « elle avait été en tête », il effectue une visite à Ris-Orangis en compagnie de François Hollande[203].  

Autres prises de position[modifier | modifier le code]

Bien qu'Europe Écologie Les Verts ne soutienne officiellement aucun candidat, son porte-parole, Jean-Vincent Placé, déclare que « la majorité » des adhérents et sympathisants d'EELV « a voté Aubry »[204]. José Bové, Dominique Voynet, Denis Baupin ou encore Francine Bavay se sont notamment prononcés publiquement en faveur de cette dernière dans l'entre-deux tours[204].

Résultats[modifier | modifier le code]

Premier tour[modifier | modifier le code]

Le premier tour de la primaire présidentielle socialiste s'est échelonné du samedi 8 octobre 2011 (à partir de 9 heures, pour les territoires et départements d'Outre-mer), au dimanche 9 octobre (pour la métropole, jusqu'à 19h). Les résultats officiels définitifs du premier tour sont publiés le dans la soirée.

Résultats
Candidats Étiquette Premier tour
Voix %
François Hollande PS 1 038 188 39,17 %
Martine Aubry PS 806 168 30,42 %
Arnaud Montebourg PS 455 601 17,19 %
Ségolène Royal PS 184 091 6,95 %
Manuel Valls PS 149 103 5,63 %
Jean-Michel Baylet PRG 17 055 0,64 %
 
Votants 2 661 231 100,00
Exprimés 2 650 206 99,59
Blancs et nuls 11 025 0,41

Second tour[modifier | modifier le code]

Il s'agit des résultats définitifs communiqués par la Haute autorité des primaires, qui a décidé de ne pas prendre en considération les résultats de 18 bureaux de vote (sur 9425) qui n'ont pas satisfait au règlement électoral.

Résultats
Candidats Étiquette Second tour
Voix %
François Hollande PS 1 607 268 56,57 %
Martine Aubry PS 1 233 899 43,43 %
 
Votants 2 860 157 100,00
Exprimés 2 841 167 99,34
Blancs et nuls 18 990 0,66

Sondages[modifier | modifier le code]

La marge d'erreur de ces sondages est estimée à 4,5 points pour 500 personnes interrogées, 3,2 points pour 1 000, 2,2 points pour 2 000 et 1,6 points pour 4 000[205], sous l'hypothèse que l'échantillon constitué pour le sondage est représentatif de la population que l'on veut connaître pour la question étudiée.

Exemple : Pour une enquête réalisé auprès de 1 000 personnes, le candidat A est crédité de 23 %, le candidat B de 20 % et le candidat C de 18 %. La prise en compte de la marge d'erreur, qui est de de 3,2 points, signifie que le score du candidat A serait en réalité compris entre 19,8 et 26,2 %, le candidat B entre 16,8 et 23,2 % et le candidat C entre 14,8 et 21,2 %. Dans ce cas précis, l'ordre d'arrivée des trois candidats dans l'élection réelle pourrait être différent de celui suggéré par les scores de l'enquête.

Les sondages ci-dessous représentent les études d'opinion réalisées depuis 2008 pour le premier tour des élections primaires socialistes. Ceux-ci sont répertoriés en trois catégories : les électeurs ayant l'intention d'aller voter à la primaire, les sympathisants de gauche et les sympathisants socialistes. Ces trois échantillons d'électeurs sont corrélés positivement dans leur évolution des intentions de vote.

Les premiers sondages suivant le congrès de Reims de 2008 du Parti socialiste qui avait vu la victoire de Martine Aubry à la tête du parti indiquent que l'ancienne rivale de cette dernière, Ségolène Royal, fait toujours figure de favorite dans la course des primaires socialistes. Cependant, une possible candidature du directeur général du Fonds monétaire international Dominique Strauss-Kahn est de plus en plus évoquée par les médias et sa popularité monte en flèche. Il est alors largement en tête dans tous les sondages. François Hollande, très bas dans les études d'opinion, monte petit à petit, jusqu'à devenir dès début 2011 le candidat le plus dangereux pour Dominique Strauss-Kahn.

L'arrestation du directeur général du FMI pour agression sexuelle en mai 2011 change la donne et propulse l'ancien Premier secrétaire du Parti socialiste François Hollande dans le costume du nouveau favori pour cette primaire, sur la lancée d'un sondage de la TNS-Sofres publié par le Nouvel Observateur le et retoqué ultérieurement par la Commission des sondages[206]. Il a pour concurrente principale Martine Aubry contre laquelle il est au coude-à-coude après que celle-ci a déclaré sa candidature en juin 2011. Les sondages montrent cependant un écart de plus en plus accru entre les deux rivaux, avec un avantage pour François Hollande.

Premier tour[modifier | modifier le code]

Intentions de vote sur les électeurs ayant l'intention d'aller voter à la primaire  
Sondage Date de réalisation Taille du panel Abstention, blancs, nuls Personnalités testés NSP[a]
CSA 2 au 3 juin 2010 865 5 % Strauss-Kahn 28 % | Aubry 24 % | Royal 12 % | Hollande 5 % | Valls 2 % 24 %
BVA 30 nov. au 1er dec. 2010 1 182 9 % Strauss-Kahn 41 % | Royal 16 % | Aubry 14 % | Hollande 9 % | Montebourg 8 % | Valls 7 % | Moscovici 3 % | Bianco 1 % 1 %
CSA 1er au 2 décembre 2010 335 9 % Strauss-Kahn 29 % | Royal 19 % | Aubry 16 % | Hollande 3 % | Montebourg 3 % | Valls 2 % | Moscovici 1 % | Hamon 1 % 17 %
CSA 17 au 18 janvier 2011 280 Strauss-Kahn 37 % | Royal 26 % | Aubry 16 % | Hollande 14 % | Montebourg 4 % | Valls 3 %
Aubry 32 % | Royal 31 % | Hollande 22 % | Montebourg 6 % | Moscovici 5 % | Valls 4 %
LH2 9 au 10 avril 2011 290 9 % Strauss-Kahn 32 % | Aubry 15 % | Hollande 14 % | Royal 11 % | Montebourg 2 % | Autres candidats 4 % 22 %
OpinionWay 12 au 14 avril 2011[b] 173[c] Strauss-Kahn 46 % | Aubry 24 % | Hollande 18 % | Royal 9 % | Montebourg 3 % 7 %
Après l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn (15 mai 2011)
CSA 16 mai 2011 310 Hollande 33 % | Aubry 23 % | Royal 20 % | Montebourg 3 % | Valls 2 % | Moscovici 2 % 17 %
OpinionWay 17 au 18 mai 2011[b] 193[c] Hollande 62 % | Aubry 22 % | Royal 9 % | Montebourg 4 % | Valls 3 % 6 %
OpinionWay 15 au 17 juin 2011[b] 253[c] Hollande 51 % | Aubry 32 % | Royal 10 % | Montebourg 6 % | Valls 1 % 3 %
CSA 20 au 21 juin 2011 289 Aubry 35 % | Hollande 34 % | Royal 13 % | Montebourg 4 % | Moscovici 3 % | Valls 3 % 8 %
CSA 11 juillet 2011 281 Hollande 34 % | Aubry 32 % | Royal 16 % | Valls 3 % | Montebourg 1 % | Baylet 1 % 13 %
OpinionWay 13 au 15 juillet 2011[b] 211[c] Hollande 46 % | Aubry 30 % | Royal 14 % | Montebourg 7 % | Valls 2 % | Baylet 1 % 1 %
Début de la campagne officielle de la primaire (20 juillet 2011)
Ipsos 16 au 22 août 2011 404 Hollande 42 % | Aubry 31 % | Royal 18 % | Montebourg 5 % | Valls 3 % | Baylet 1 % 10 %
CSA 22 au 23 août 2011 250 Hollande 37 % | Aubry 31 % | Royal 16 % | Montebourg 5 % | Valls 4 % | Baylet 1 % 8 %
OpinionWay 30 août au 1er sept. 2011[b] 222[c] Hollande 42 % | Aubry 29 % | Royal 21 % | Montebourg 7 % | Valls 1 % | Baylet 0 %
BVA 16 au 18 sept. 2011[d] 473 Hollande 43 % | Aubry 28 % | Royal 12 % | Montebourg 9 % | Valls 7 % | Baylet 1 %
CSA 19 au 20 sept. 2011 234 Hollande 34 % | Aubry 27 % | Royal 19 % | Montebourg 6 % | Valls 4 % | Baylet 1 % 9 %
OpinionWay 23 au 26 septembre 2011[b] 204[c] Hollande 46 % | Aubry 24 % | Royal 13 % | Montebourg 12 % | Valls 5 % | Baylet 0 %
Ipsos 21 au 26 septembre 2011 574 Hollande 44 % | Aubry 27 % | Royal 13 % | Montebourg 10 % | Valls 5 % | Baylet 1 % 12 %
OpinionWay 5 au 6 octobre 2011[b] 293[c] Hollande 49 % | Aubry 24 % | Royal 13 % | Montebourg 10 % | Valls 3 % | Baylet 1 %
Résultats officiels (9 octobre 2011) Hollande 39,17 % | Aubry 30,42 % | Montebourg 17,19 % | Royal 6,95 % | Valls 5,63 % | Baylet 0,64 %
Souhaits de victoire sur l'ensemble des sympathisants de gauche  
Sondage Date de réalisation Taille du panel Abstention, blancs, nuls Personnalités testés NSP[a]
Viavoice 4 au 5 décembre 2008 444 Royal 19 % | Delanoë 17 % | Strauss-Kahn 16 % | Aubry 15 % | Hamon 11 % | Fabius 4 % | Hollande 4 % 14 %
Viavoice 26 au 27 mars 2009 473 Royal 25 % | Aubry 20 % | Strauss-Kahn 19 % | Delanoë 12 % | Hamon 5 % | Hollande 4 % | Fabius 3 % 13 %
BVA 26 au 27 juin 2009 Strauss-Kahn 26 % | Delanoë 21 % | Royal 19 % | Aubry 18 % | Autre 7 % | Hollande 4 % 5 %
TNS Sofres 23 au 24 novembre 2009 Strauss-Kahn 32 % | Royal 15 % | Aubry 12 % | Delanoë 12 % | Hollande 6 % | Fabius 5 % | Valls 4 % 14 %
BVA 22 au 23 janvier 2009 Strauss-Kahn 29 % | Aubry 19 % | Royal 14 % | Delanoë 13 % | Autre 8 % | Hollande 7 % 9 %
Ifop 28 au 29 janvier 2010 Aubry 23 % | Strauss-Kahn 20 % | Aucun 14 % | Royal 10 % | Hollande 7 % | Autre 7 %
Fabius 2 % | Jospin 2 % | Delanoë 1 % | Montebourg 1 % | Moscovici 1 %
12 %
Ifop 6 au 7 mai 2010 Strauss-Kahn 25 % | Aubry 17 % | Royal 17 % | Aucun 16 % | Autre 7 % | Hollande 3 % | Delanoë 1 % | Jospin 1 % | Lang 1 % | Valls 1 % 11 %
CSA 2 au 3 juin 2010 7 % Strauss-Kahn 32 % | Aubry 21 % | Royal 16 % | Hollande 5 % | Valls 3 % 16 %
Ifop 25 au 26 novembre 2010 Strauss-Kahn 29 % | Aucun 20 % | Aubry 15 % | Royal 12 % Autre 5 % | Hollande 4 % | Delanoë 1 % | Fabius 1 % | Montebourg 1 % | Valls 1 % 11 %
CSA 1er au 2 décembre 2010 5 % Strauss-Kahn 33 % | Royal 23 % | Aubry 21 % | Hollande 4 % | Montebourg 3 % | Valls 3 % | Hamon 1 % | Moscovici 1 % 6 %
OpinionWay 1er au 3 décembre 2010 891 Strauss-Kahn 46 % | Aubry 22 % | Royal 19 % | Hollande 11 % 2 %
Ifop 2 au 3 décembre 2010 547 Strauss-Kahn 41 % | Aubry 19 % | Royal 18 % | Hollande 7 % | Montebourg 6 % | Valls 3 % | Aucun 4 % | Autre 1 % 1 %
Aubry 34 % | Royal 25 % | Hollande 16 % | Montebourg 11 % | Valls 7 % | Aucun 5 % | Autre 1 % 1 %
Ifop 6 au 7 janvier 2011 543 Strauss-Kahn 36 % | Aubry 20 % | Royal 15 % | Hollande 13 % | Montebourg 7 % | Valls 3 % | Autres candidats 4 % 1 %
Ifop 13 au 21 janvier 2011 1 052 Strauss-Kahn 41 % | Aubry 20 % | Royal 17 % | Hollande 11 % | Montebourg 5 % | Valls 3 %| Autres candidats 2 % 1 %
Aubry 37 % | Royal 22 % | Hollande 20 % | Montebourg 10 % | Valls 7 %| Autres candidats 3 % 1 %
Ifop 10 au 11 février 2011 529 Strauss-Kahn 43 % | Aubry 24 % | Royal 12 % | Hollande 11 % | Montebourg 4 % | Valls 3 % 3 %
Ifop 24 au 25 février 2011 524 Strauss-Kahn 40 % | Aubry 17 % | Royal 17 % | Hollande 15 % | Montebourg 4 % | Valls 4 % 3 %
Aubry 30 % | Hollande 30 % | Royal 21 % | Montebourg 9 % | Valls 8 % 2 %
Strauss-Kahn 40 % | Hollande 21 % | Royal 20 % | Montebourg 7 % | Valls 4 % 2 %
Ifop 31 mars au 1er avril 2011 577 Strauss-Kahn 37 % | Hollande 22 % | Aubry 18 % | Royal 12 % | Montebourg 5 % | Valls 3 %
LH2 9 au 10 avril 2011 290 Strauss-Kahn 36 % | Aubry 18 % | Hollande 18 % | Royal 12 % | Montebourg 3 % | Autres candidats 3 % 10 %
OpinionWay 12 au 14 avril 2011[b] 951 Strauss-Kahn 46 % | Hollande 22 % | Aubry 19 % | Royal 8 % | Montebourg 5 % 15 %
Hollande 37 % | Aubry 35 % | Royal 13 % | Montebourg 10 % | Valls 5 % 23 %
Strauss-Kahn 52 % | Hollande 28 % | Royal 13 % | Montebourg 7 % 16 %
Ifop 7 au 15 avril 2011 1 061 Strauss-Kahn 38 % | Aubry 22 % | Hollande 18 % | Royal 12 % | Montebourg 4 % | Valls 3 %
Viavoice 11 au 25 avril 2011 411 Strauss-Kahn 39 % | Hollande 20 % | Royal 11 % | Montebourg 5 % | Valls 2 % | Autres candidats 7 % 16 %
389 Hollande 29 % | Aubry 23 % | Royal 13 % | Montebourg 5 % | Valls 3 % | Autres candidats 11 % 16 %
Après l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn (15 mai 2011)
Harris 15 au 16 mai 2011[b] Hollande 30 % | Strauss-Kahn 27 % | Aubry 19 % | Royal 12 % | Montebourg 3 % | Valls 2 % | Autres candidats 6 % 1 %
Hollande 37 % | Aubry 22 % | Royal 14 % | Montebourg 4 % | Valls 2 % | Autres candidats 21 %
OpinionWay 17 au 18 mai 2011[b] 974 Hollande 49 % | Aubry 27 % | Royal 12 % | Montebourg 7 % | Valls 5 % 13 %
Hollande 45 % | Aubry 24 % | Delanoë 9 % | Royal 9 % | Fabius 5 % | Montebourg 5 % | Valls 5 % 11 %
Ifop 17 au 19 mai 2011 803 Hollande 41 % | Aubry 28 % | Royal 10 % | Montebourg 7 % | Valls 4 %
Ifop 19 au 27 mai 2011 1 018 Hollande 39 % | Aubry 33 % | Royal 12 % | Montebourg 5 % | Valls 4 % | Autres candidats 2 % 5 %
Ifop 1er au 10 juin 2011 1 028 Hollande 36 % | Aubry 35 % | Royal 14 % | Montebourg 6 % | Valls 4 % 5 %
OpinionWay 15 au 17 juin 2011[b] 1 334 Hollande 43 % | Aubry 33 % | Royal 13 % | Montebourg 7 % | Valls 4 % 12 %
Hollande 42 % | Aubry 31 % | Royal 13 % | Montebourg 7 % | Valls 4 % | Moscovici 3 % 12 %
Ifop 16 au 24 juin 2011 971 Hollande 37 % | Aubry 34 % | Royal 13 % | Valls 5 % | Montebourg 4 % | Autres candidats 1 % 6 %
Harris 24 au 27 juin 2011[b] Hollande 39 % | Aubry 30 % | Royal 9 % | Montebourg 5 % | Valls 4 % 13 %
Ifop 30 juin au 8 juillet 2011 1 053 Aubry 40 % | Hollande 38 % | Royal 11 % | Valls 5 % | Montebourg 4 % | Autres candidats 3 % 2 %
BVA 8 au 9 juillet 2011 Aubry 35 % | Hollande 34 % | Royal 11 % | Montebourg 4 % | Baylet 2 % | Valls 2 % 12 %
Aubry 28 % | Hollande 27 % | Strauss-Kahn 19 % | Royal 10 % | Montebourg 4 % | Valls 2 % | Baylet 1 % 9 %
OpinionWay 13 au 15 juillet 2011[b] 1 113 Hollande 42 % | Aubry 34 % | Royal 13 % | Montebourg 7 % | Valls 3 % | Baylet 1 % 13 %
Début de la campagne officielle de la primaire (20 juillet 2011)
Ifop 21 au 29 juillet 2011 1 093 Hollande 42 % | Aubry 34 % | Royal 13 % | Montebourg 4 % | Valls 4 % | Baylet 1 % 2 %
Viavoice 18 au 19 août 2011 501 Hollande 40 % | Aubry 22 % | Royal 12 % | Valls 4 % | Montebourg 2 % | Baylet 0 % 20 %
Harris 17 au 22 août 2011[b] Hollande 42 % | Aubry 28 % | Royal 9 % | Montebourg 5 % | Valls 5 % | Baylet 0 % 11 %
Ifop 23 au 26 août 2011[d] 854 Hollande 41 % | Aubry 31 % | Royal 13 % | Valls 6 % | Montebourg 5 % | Baylet 1 % 3 %
BVA 16 au 18 sept. 2011[d] Hollande 44 % | Aubry 28 % | Montebourg 11 % | Royal 9 % | Valls 7 % | Baylet 1 %
OpinionWay 23 au 26 septembre 2011[b] 1 133[d] Hollande 43 % | Aubry 30 % | Royal 11 % | Montebourg 10 % | Valls 5 % | Baylet 1 % 11 %
Harris 28 au 29 septembre 2011[b] 9 % Hollande 40 % | Aubry 28 % | Montebourg 12 % | Royal 6 % | Valls 4 % | Baylet 1 % 7 %
Ifop 15 au 30 septembre 2011 1 434 Hollande 42 % | Aubry 27 % | Royal 11 % | Montebourg 8 % | Valls 5 % | Baylet 1 % 1 %
OpinionWay 5 au 6 octobre 2011[b] 1 261 Hollande 43 % | Aubry 28 % | Montebourg 11 % | Royal 11 % | Valls 6 % | Baylet 1 %
Harris 5 au 6 octobre 2011[b] 614 Hollande 40 % | Aubry 29 % | Montebourg 12 % | Royal 6 % | Valls 5 % | Baylet 1 % 7 %
Résultats officiels (9 octobre 2011) Hollande 39,17 % | Aubry 30,42 % | Montebourg 17,19 % | Royal 6,95 % | Valls 5,63 % | Baylet 0,64 %
Souhaits de victoire sur l'ensemble des sympathisants socialistes  
Sondage Date de réalisation Taille du panel Abstention, blancs, nuls Personnalités testés NSP[a]
TNS Sofres 22 au 25 août 2008 Royal 29 % | Strauss-Kahn 28 % | Delanoë 19 % | Aubry 6 % | Hollande 4 % | Fabius 3 % 11 %
Ifop 25 au 26 septembre 2008 Strauss-Kahn 30 % | Delanoë 26 % | Royal 26 % | Aubry 16 % | Aucun 2 %
Après le Congrès de Reims (14 au 16 novembre 2008)
Viavoice 4 au 5 décembre 2008 246 Royal 22 % | Strauss-Kahn 19 % | Delanoë 18 % | Aubry 17 % | Fabius 4 % | Hollande 4 % 9 %
Viavoice 26 au 27 mars 2009 242 Royal 26 % | Strauss-Kahn 21 % | Aubry 20 % | Delanoë 12 % | Hamon 5 % | Hollande 5 % | Fabius 2 % 9 %
BVA 26 au 27 juin 2009 Strauss-Kahn 32 % | Delanoë 20 % | Royal 20 % | Aubry 18 % | Hollande 5 % | Autre 2 % 2 %
Ifop 20 au 21 août 2009 Strauss-Kahn 27 % | Royal 24 % | Delanoë 14 % | Aubry 11 % | Hollande 6 % | Fabius 5 % | Valls 5 % | Moscovici 4 % | Aucun 4 %
TNS Sofres 23 au 24 novembre 2009 Strauss-Kahn 34 % | Royal 18 % | Aubry 14 % | Delanoë 10 % | Hollande 7 % | Fabius 4 % | Valls 4 % 9 %
Ifop 28 au 29 janvier 2010 Aubry 27 % | Strauss-Kahn 25 % | Royal 11 % | Hollande 9 % | Aucun 5 % | Autre 5 %
Fabius 4 % | Jospin 3 % | Montebourg 2 % | Delanoë 1 % | Moscovici 1 % | Valls 1 %
6 %
Ifop 6 au 7 mai 2010 Strauss-Kahn 30 % | Royal 23 % | Aubry 19 % | Aucun 10 % | Hollande 3 % | Autre 2 % | Delanoë 1 % | Jospin 1 % | Lang 1 % 8 %
CSA 2 au 3 juin 2010 4 % Strauss-Kahn 35 % | Aubry 21 % | Royal 21 % | Hollande 5 % | Valls 1 % 13 %
Ifop 19 au 20 août 2010 Strauss-Kahn 34 % | Aubry 24 % | Royal 13 % | Aucun 12 % | Autre 4 % | Jospin 2 % | Hollande 1 % 9 %
Ifop 25 au 26 novembre 2010 Strauss-Kahn 41 % | Aubry 17 % | Royal 14 % | Aucun 11 % | Autre 4 % | Hollande 3 % | Fabius 1 % | Montebourg 1 % | Valls 1 % 7 %
CSA 1er au 2 décembre 2010 2 % Strauss-Kahn 40 % | Aubry 23 % | Royal 17 % | Hollande 6 % | Valls 4 % | Montebourg 1 % 7 %
OpinionWay 1er au 3 décembre 2010 Strauss-Kahn 49 % | Royal 22 % | Aubry 19 % | Hollande 10 %
Ifop 2 au 3 décembre 2010 Strauss-Kahn 52 % | Royal 19 % | Aubry 17 % | Hollande 5 % | Montebourg 3 % | Valls 3 % | Aucun 1 %
Aubry 37 % | Royal 25 % | Hollande 18 % | Montebourg 10 % | Valls 7 % | Aucun 2 % | Aucun 1 %
Ifop 6 au 7 janvier 2011 Strauss-Kahn 47 % | Hollande 18 % | Aubry 12 % | Royal 11 % | Montebourg 4 % | Valls 4 % | Autres candidats 2 % 2 %
Ifop 13 au 21 janvier 2011 448 Strauss-Kahn 48 % | Aubry 17 % | Royal 17 % | Hollande 11 % | Montebourg 3 % | Valls 2 %| Autres candidats 1 % 1 %
Aubry 37 % | Hollande 23 % | Royal 22 % | Montebourg 8 % | Valls 7 %| Autres candidats 1 % 1 %
Ifop 10 au 11 février 2011 Strauss-Kahn 46 % | Aubry 22 % | Royal 14 % | Hollande 11 % | Montebourg 3 % | Valls 2 % 2 %
Ifop 24 au 25 février 2011 Strauss-Kahn 49 % | Royal 19 % | Aubry 15 % | Hollande 15 % | Valls 2 % | Montebourg 0 %
Aubry 34 % | Hollande 30 % | Royal 25 % | Valls 6 % | Montebourg 4 % 1 %
Strauss-Kahn 54 % | Royal 22 % | Hollande 18 % | Montebourg 3 % | Valls 2 % 1 %
Ifop 31 mars au 1er avril 2011 577 Strauss-Kahn 41 % | Hollande 25 % | Aubry 15 % | Royal 9 % | Montebourg 6 % | Valls 1 %
LH2 9 au 10 avril 2011 Strauss-Kahn 43 % | Hollande 25 % | Aubry 19 % | Royal 7 % | Montebourg 2 % 4 %
OpinionWay 12 au 14 avril 2011[b] 556 Strauss-Kahn 51 % | Hollande 21 % | Aubry 18 % | Royal 8 % | Montebourg 2 % 5 %
Hollande 40 % | Aubry 36 % | Royal 14 % | Montebourg 5 % | Valls 5 % 14 %
Strauss-Kahn 58 % | Hollande 25 % | Royal 13 % | Montebourg 4 % 7 %
Ifop 7 au 15 avril 2011 517 Strauss-Kahn 50 % | Hollande 20 % | Aubry 17 % | Royal 8 % | Montebourg 2 % | Valls 2 %
Après l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn (15 mai 2011)
Harris 15 au 16 mai 2011[b] Hollande 38 % | Strauss-Kahn 27 % | Aubry 19 % | Royal 8 % | Valls 3 % | Montebourg 1 % | Autres candidats 3 % 1 %
Hollande 49 % | Aubry 23 % | Royal 10 % | Valls 3 % | Montebourg 1 % | Autres candidats 14 %
CSA 16 mai 2011 Hollande 42 % | Aubry 22 % | Royal 18 % | Montebourg 3 % | Valls 2 % | Moscovici 1 % 12 %
OpinionWay 17 au 18 mai 2011[b] 584 Hollande 51 % | Aubry 28 % | Royal 13 % | Montebourg 4 % | Valls 4 % 9 %
Hollande 47 % | Aubry 25 % | Royal 10 % | Delanoë 9 % | Valls 4 % | Fabius 3 % | Montebourg 2 % 6 %
Ifop 17 au 19 mai 2011 442 Hollande 50 % | Aubry 27 % | Royal 9 % | Montebourg 4 % | Valls 3 %
Ifop 19 au 27 mai 2011 505 Hollande 46 % | Aubry 35 % | Royal 9 % | Valls 4 % | Montebourg 3 % | Autres candidats 1 % 2 %
Ifop 1er au 10 juin 2011 1 028 Hollande 44 % | Aubry 36 % | Royal 10 % | Valls 5 % | Montebourg 3 % 2 %
OpinionWay 15 au 17 juin 2011[b] 784 Hollande 45 % | Aubry 33 % | Royal 14 % | Montebourg 4 % | Valls 4 % 4 %
Hollande 44 % | Aubry 31 % | Royal 14 % | Montebourg 4 % | Valls 4 % | Moscovici 3 % 4 %
CSA 20 au 21 juin 2011[e] Hollande 41 % | Aubry 37 % | Royal 9 % | Moscovici 5 % | Montebourg 4 % | Valls 4 % 0 %
Ifop 16 au 24 juin 2011 470 Hollande 43 % | Aubry 34 % | Royal 11 % | Valls 4 % | Montebourg 3 % | Autres candidats 1 % 4 %
Harris 24 au 27 juin 2011[b] Hollande 43 % | Aubry 34 % | Royal 9 % | Valls 4 % | Montebourg 3 % 7 %
Opinionway 4 au 5 juillet 2011[b] 420 Hollande 38 % | Strauss-Kahn 33 % | Royal 16 % | Montebourg 9 % | Valls 4 % 12 %
Aubry 37 % | Hollande 35 % | Royal 15 % | Montebourg 8 % | Valls 5 % 11 %
Ifop 30 juin au 8 juillet 2011 Hollande 42 % | Aubry 41 % | Royal 9 % | Valls 4 % | Montebourg 3 % | Autres candidats 1 % 1 %
CSA 11 juillet 2011[e] Aubry 41 % | Hollande 41 % | Royal 11 % | Valls 2 % | Montebourg 1 % | Baylet 0 % 4 %
OpinionWay 13 au 15 juillet 2011[b] 668 Hollande 45 % | Aubry 35 % | Royal 14 % | Montebourg 3 % | Valls 3 % | Baylet 0 % 5 %
Début de la campagne officielle de la primaire (20 juillet 2011)
Ifop 21 au 29 juillet 2011 565 Hollande 48 % | Aubry 36 % | Royal 9 % | Montebourg 2 % | Valls 2 % | Baylet 1 % 2 %
Viavoice 18 au 19 août 2011 275 Hollande 49 % | Aubry 24 % | Royal 9 % | Valls 5 % | Montebourg 1 % | Baylet 0 % 13 %
Harris 17 au 22 août 2011[b] Hollande 49 % | Aubry 30 % | Royal 7 % | Montebourg 3 % | Valls 3 % | Baylet 0 % 7 %
CSA 22 au 23 août[e] Hollande 45 % | Aubry 39 % | Royal 10 % | Valls 3 % | Montebourg 2 % | Baylet 0 % 1 %
Ifop 23 au 26 août 2011[d] 439 Hollande 47 % | Aubry 31 % | Royal 11 % | Valls 5 % | Montebourg 4 % | Baylet 0 % 2 %
CSA 19 au 20 sept. 2011 1 % Hollande 47 % | Aubry 31 % | Royal 9 % | Valls 5 % | Montebourg 4 % | Baylet 1 % 2 %
OpinionWay 23 au 26 septembre 2011[b] 683[e] Hollande 46 % | Aubry 33 % | Royal 11 % | Montebourg 6 % | Valls 4 % | Baylet 0 % 5 %
Harris 28 au 29 septembre 2011[b] 5 % Hollande 49 % | Aubry 26 % | Montebourg 9 % | Royal 6 % | Valls 5 % | Baylet 0 % 7 %
Ifop 15 au 30 septembre 2011 782 Hollande 51 % | Aubry 26 % | Royal 9 % | Montebourg 5 % | Valls 5 % | Baylet 1 % 1 %
OpinionWay 5 au 6 octobre 2011[b] 775 Hollande 47 % | Aubry 30 % | Royal 11 % | Montebourg 7 % | Valls 5 % | Baylet 0 %
Résultats officiels (9 octobre 2011) Hollande 39,17 % | Aubry 30,42 % | Montebourg 17,19 % | Royal 6,95 % | Valls 5,63 % | Baylet 0,64 %


Second tour[modifier | modifier le code]

Intentions de vote sur les électeurs ayant l'intention d'aller voter à la primaire  
Source Date de réalisation Taille du panel Abstention, blancs, nuls,
NSP[a]
photographie de Martine Aubry photographie de Francois Hollande photographie de Ségolène Royal photographie de Dominique Strauss-Kahn
Martine Aubry François Hollande Ségolène Royal D. Strauss-Kahn

CSA

17 au 18 janvier 2011 280 51 % 49 %
45 % 55 %
43 % 57 %
57 % 43 %
57 % 43 %
51 % 49 %
Après l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn (15 mai 2011)

Ipsos

16 au 22 août 2011 404 9 % 47 % 53 %
10 % 72 % 28 %
10 % 74 % 26 %

OpinionWay

31 août au 1er septembre 2011 222 7 % 47 % 53 %

CSA

19 au 20 septembre 2011 8 % 40 % 52 %
10 % 66 % 24 %
7 % 66 % 27 %

OpinionWay

23 au 26 septembre 2011 204 42 % 58 %

Ipsos

21 au 26 septembre 2011 574 41 % 59 %
73 % 27 %
75 % 25 %

OpinionWay

5 au 6 octobre 2011 293 40 % 60 %
Après le premier tour (9 octobre 2011)

OpinionWay

10 au 11 octobre 2011 638 48 % 52 %

OpinionWay

12 au 13 octobre 2011 610 48 % 52 %
Résultats officiels (16 octobre 2011) 43,43 56,57 %
Souhaits de victoire sur l'ensemble des sympathisants de gauche  
Source Date de réalisation Taille du panel Abstention, blancs, nuls,
NSP[a]
photographie de Martine Aubry photographie de Francois Hollande photographie de Ségolène Royal
Martine Aubry François Hollande Ségolène Royal

Ifop

19 au 27 mai 2011 47 % 53 %

Ifop

1er au 10 juin 2011 1028 48 % 52 %

CSA

20 au 21 juin 2011[e] 7 % 42 % 51 %
10 % 68 % 22 %
8 % 69 % 23 %

Ifop

16 au 24 juin 2011 971 47 % 53 %

Ifop

30 juin au 8 juillet 2011 1053 50 % 50 %

CSA

11 juillet 2011[e] 9 % 43 % 48 %
11 % 61 % 28 %
10 % 65 % 25 %

OpinionWay

13 au 15 juillet 2011[b] 1113 44 % 56 %
Début de la campagne officielle de la primaire (20 juillet 2011)

Ifop

21 au 29 juillet 2011 1093 45 % 55 %

CSA

22 au 23 août[e] 6 % 45 % 49 %
5 % 66 % 29 %
4 % 71 % 25 %

OpinionWay

23 au 26 septembre 2011 1 133 14 % 43 % 57 %

Ifop

15 au 30 septembre 2011 1 434 41 % 59 %

OpinionWay

5 au 6 octobre 2011 1 261 14 % 42 % 58 %
Après le premier tour (9 octobre 2011)

OpinionWay

10 au 11 octobre 2011 2 196 14 % 46 % 54 %

Harris

9 au 11 octobre 2011 12 % 41 % 47 %

OpinionWay

12 au 13 octobre 2011 1 990 14 % 47 % 53 %
Résultats officiels (16 octobre 2011) 43,43 56,57 %
Souhaits de victoire sur l'ensemble des sympathisants socialistes  
Source Date de réalisation Taille du panel Abstention, blancs, nuls,
NSP[a]
photographie de Martine Aubry photographie de Francois Hollande photographie de Ségolène Royal photographie de Dominique Strauss-Kahn
Martine Aubry François Hollande Ségolène Royal D. Strauss-Kahn

Ifop

8 au 9 avril 2010 50 % 50 %
2 % 57 % 41 %
39 % 61 %
Après l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn (15 mai 2011)

Ifop

16 au 24 juin 2011 42 % 58 %

CSA

20 au 21 juin 2011[e] 4 % 39 % 57 %
2 % 77 % 21 %
2 % 82 % 16 %

Ifop

30 juin au 8 juillet 2011 47 % 53 %

CSA

11 juillet 2011[e] 6 % 42 % 52 %
3 % 74 % 23 %
6 % 73 % 21 %

OpinionWay

13 au 15 juillet 2011[b] 43 % 57 %
Début de la campagne officielle de la primaire (20 juillet 2011)

Ifop

21 au 29 juillet 2011 565 42 % 58 %

CSA

22 au 23 août 2011[e] 2 % 47 % 51 %
1 % 77 % 22 %
1 % 81 % 18 %

Ifop

23 au 26 août 2011 42 % 58 %

CSA

19 au 20 septembre 2011 3 % 40 % 57 %
4 % 82 % 14 %
1 % 84 % 15 %

OpinionWay

23 au 26 septembre 2011 681 6 % 43 % 57 %

Ifop

15 au 30 septembre 2011 782 35 % 65 %

OpinionWay

5 au 6 octobre 2011 775 6 % 41 % 59 %
Après le premier tour (9 octobre 2011)

OpinionWay

10 au 11 octobre 2011 1 372 7 % 42 % 58 %

Harris

9 au 11 octobre 2011 4 % 40 % 56 %

OpinionWay

12 au 13 octobre 2011 1 254 9 % 44 % 56 %
Résultats officiels (16 octobre 2011) 43,43 56,57 %

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f NSP: Ne se prononcent pas (ceux qui sont indécis ou qui ne choisissent aucun candidat).
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad et ae Sondage effectué sur Internet.
  3. a, b, c, d, e, f et g Note d'OpinionWay : Compte tenu de la faiblesse des effectifs, les résultats auprès des «électeurs potentiels» ne doivent pas être considérés comme une intention de vote autonome mais comme les résultats de l’enquête auprès d’une sous catégorie de l’échantillon total.
  4. a, b, c, d et e Sondage effectué à sur internet et par téléphone.
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Sondage effectué à domicile.

Place et représentation dans la société française[modifier | modifier le code]

  • De nombreux livres ont été publiés en lien avec cette primaire, par les candidats pour faire connaître leur projet (Des Idées et des Rêves et Votez pour la démondialisation ! d'Arnaud Montebourg, Lettre à tous les résignés et indignés qui veulent des solutions de Ségolène Royal), par des journalistes à propos des candidats (Martine Aubry. Les coulisses d'une ambition, Rosalie Lucas, Marion Mourgue, Archipel ; Martine, le destin ou la vie, Isabelle Giordano, Paris, Éditions Grasset et Fasquelle, coll. « Documents Français ») ou des primaires.
  • La primaire socialiste de 2011 a également suscité la création d'un jeu vidéo en ligne, Primaires à gauche, permettant d'incarner les candidats et développé par l'école supérieure de journalisme de Lille avec le soutien de KTM et du journal Le Monde[212],[213],[214].
  • Un bilan complet de cette primaire a été dressé par le think tank Terra Nova, a qui l'on attribue la paternité de cette nouvelle forme de participation démocratique. L'ouvrage dirigé par Olivier Ferrand, écrit avec son secrétaire général Romain Prudent, Florence Chatiel, Marie-Laure Fages et Harold Huwart, intitulé Les primaires : une voie de modernisation pour la démocratie française[215], recense les effets de cette innovation politique sur la société française et présente les moyens de la pérenniser.

Questions soulevées à l'occasion de cette élection[modifier | modifier le code]

Éventualité d'une publication des opinions politiques des Français[modifier | modifier le code]

Selon Claude Guéant, ministre de l'intérieur avant cette élection, les primaires socialistes posent « un problème grave », car elles reviendront à publier « une liste des opinions politiques des Français » selon qu'ils y prendront part ou non. « Je suis heureux que le Parti socialiste reconnaisse qu'il y a un problème. Et je pense qu'il y a un problème grave parce que publier par différence une liste des opinions politiques des Français, c'est sérieux, c'est grave »[216].

Le parti socialiste a résolu ce problème en détruisant les listes d'émargement.

Requête non recevable de Maryse Joissains-Masini[modifier | modifier le code]

Le 9 mai 2012, Maryse Joissains-Masini, députée-maire UMP de la ville d'Aix-en-Provence adresse une requête au Conseil constitutionnel demandant l'annulation de l'élection présidentielle[217], fondant sa requête sur le « dépassement des comptes de campagne », la « propagande abusive ayant entaché fortement l'équilibre du scrutin » et la « complicité d'infraction à la loi syndicale » ; s’agissant de la prétendue « propagande abusive », elle évoque le fait que la primaire socialiste a « mobilisé les médias pendant plus de quatre mois ». Le 10 mai 2012, Dominique Rousseau, professeur de droit constitutionnel, indique que le recours de Maryse Joissains est une aberration juridique[218]. Le recours, adressé hors délai[219], n’a pu être examiné[220].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Primaires au PS : le vote se déroulera les 9 et 16 octobre », Le Parisien, 11 janvier 2011.
  2. « Primaires PS : “Une polémique indigne du président du Sénat” », Le Journal du dimanche, 6 avril 2011.
  3. « L'engagement de reconnaissance dans les valeurs de la Gauche », sur lesprimairescitoyennes.fr (consulté le 8 octobre 2011)
  4. « Les primaires, mode d'emploi », sur Parti socialiste,
  5. « 2012 : Baylet pose quatre conditions à la participation du PRG aux primaires », sur L'Express, (consulté le 4 septembre 2010)
  6. AFP, « Le parti de Jean-Pierre Chevènement ne participera pas aux primaires du PS », lepoint.fr, 2 juin 2010.
  7. Julie Ducourau, « Des primaires ouvertes à toute la gauche, mais peu de candidats », 3 juin 2010.
  8. « Le PS tient ses Sages », Le Journal du dimanche, 2 février 2011.
  9. http://www.latribune.fr/economie/france/fillon-commence-sa-campagne-avec-les-millions-de-la-primaire-620336.html
  10. « PS: les militants disent oui aux primaires et non au cumul », Libération.fr, 2 octobre 2009.
  11. "Règlements et statuts intérieurs du PS (2012): p2/56"
  12. "Règlements et statuts intérieurs du PS (2012): p32/56"
  13. « 2012 : DSK et Aubry s'installent en tête de la course », Le Nouvel Observateur, 27 janvier 2010.
  14. Dépêche AP, « Primaires au PS : Valls déplore de “vieilles pratiques”" », NouvelObs.com, 19 avril 2010.
  15. Françoise Fressoz et Sophie Landrin, « Laurent Fabius : “L'insécurité est la rente viagère de Nicolas Sarkozy” », Le Monde, 28 août 2010.
  16. Bastien Hugues, « L'idée d'un accord Aubry-DSK déclenche un tollé au PS », Le Figaro.fr, 24 septembre 2010.
  17. Royal pourrait s'effacer si les sondages la donnent perdante
  18. « Royal tente de s'immiscer dans le pacte Aubry-DSK », Le Figaro, 31 mai 2010.
  19. « Primaires socialistes : Royal temporise, veut “choisir le moment” », Le Point (avec AFP), .
  20. « Le PS adopte son projet pour 2012 », Le Nouvel Observateur, 28 mai 2011.
  21. Le Sénat examinera la légalité de la primaire socialiste
  22. « Primaires: Le PS répond au déchaînement de la droite », Le Point, 20 juin 2011.
  23. Guéant : "Les primaires socialistes posent un problème grave"
  24. « Fichage politique : la CNIL veille au grain », La Voix du Nord, 6 octobre 2011
  25. Primaire PS: l'UMP dévoile un tract dénonçant un "fichage politique"
  26. « Trouble primaire », Valeurs actuelles, 23 juin 2011
  27. « Éloge du secret », Valeurs actuelles, 14 juillet 2011.
  28. Primaires socialistes : « Havard écrit aux directeurs d'écoles primaires », LyonMag, 8 octobre 2011
  29. « La Ville de Paris met à disposition 208 locaux municipaux pour les primaires du PS », Le Cri du Contribuable
  30. « Conseil municipal : clash autour des primaires socialistes à Lyon »,LyonMag, 19 septembre 2011.
  31. « La CNIL se prononce sur l'organisation des "primaires" du Parti Socialiste », sur cnil.fr, (consulté le 20 octobre 2011)
  32. « Primaires du PS : vigilance et contrôle de la CNIL », sur CNIL, (consulté le 25 juillet 2011)
  33. « La droite minore le succès de la primaire PS », LCI, 10 octobre 2011.
  34. Grand entretien avec Jean-Pierre Mignard sur le bilan des Primaires citoyennes (Nonfiction.fr, 18 novembre 2011).
  35. Primaire PS : les listes électorales seront détruites vendredi, lemonde.fr, le 18 octobre 2011
  36. Décision du 20 juillet 2011 arrêtant la liste des candidats admis à participer aux primaires citoyennes Haute Autorité des primaires citoyennes, 20 juillet 2011
  37. PS : Montebourg se déclare candidat «à la présidence de la République» Le Parisien.fr, 20 novembre 2010
  38. « "Ma candidature est celle d'un programme de transformation" », sur lemonde.fr,
  39. « Arnaud Montebourg officialise sa "candidature à la présidence de la République française », sur France-Info, (consulté le 20 octobre 2011)
  40. « Libre échange et démondialisation », sur arnaudmontebourg2012.fr
  41. Voir p. 83-87 de l'ouvrage.
  42. 2012. S'il est élu, Montebourg instaurera le partage généralisé des dividendes Challenges, 08-09-11
  43. Montebourg tente de « rénover le PS depuis 15 ans », les autres « l'ont cogéré » AFP, 20 Minutes, 10/09/2011
  44. a et b http://www.ladepeche.fr/article/2011/06/29/1117638-primaires-ps-le-choix-des-lotois.html
  45. Des idées et des rêves, Arnaud Montebourg
  46. « Info Obs - Martine Aubry n'est pas candidate à la primaire socialiste », sur Nouvel Observateur, (consulté le 4 mai 2011)
  47. Jim Jarrasé, « INFO LE FIGARO.FR - Martine Aubry dément les infos du Nouvel Obs », sur lefigaro.fr, (consulté le 5 mai 2011)
  48. Aubry : "je prendrai mes responsabilités" - Dominique Strauss Kahn, Martine Aubry, Politique - leJDD.fr
  49. « Primaire PS: Aubry devrait se lancer mardi à Lille », sur 20 minutes.fr, (consulté le 20 octobre 2011)
  50. Le "serment de Toulouse" de Martine Aubry Reuters, RMC.fr, 07/09/2011
  51. « Culture: Aubry détaille ses mesures », sur Le Figaro, (consulté le 20 octobre 2011)
  52. « Aubry s'attire une critique sur le cannabis », sur Le JDD (consulté le 20 octobre 2011)
  53. http://www.liberation.fr/politiques/01012339425-primaire-au-ps-fabius-vote-aubry
  54. http://www.lejdd.fr/Politique/Depeches/Mauroy-a-Lille-pour-soutenir-Aubry-349003/
  55. http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/politique/20110530.OBS4212/2012-apres-fabius-guigou-fait-savoir-sa-preference-pour-aubry.html
  56. Primaires PS : Lienemann soutient Aubry - Europe1.fr - Politique
  57. Rejoindre l’initiative
  58. a, b, c et d Martine Aubry : La candidate pour faire gagner la gauche en 2012
  59. F. CORLET, « Primaires socialistes : François Bonneau soutient Martine Aubry », Orléans infos, 23 juin 2011.
  60. http://www.lexpress.fr/actualite/politique/primaire-ps-cambadelis-soutient-aubry_1004081.html
  61. Le grand oral des candidats devant Rassemblement citoyen, Nord Eclair, vendredi 09 septembre 2011, http://www.nordeclair.fr/Locales/Villeneuve-d-Ascq/2011/09/09/le-grand-oral-des-candidats-devant-rasse.shtml
  62. http://www.inventeragauche.com/2011/06/communique-de-presse-gagner-ensemble-avec-martine-aubry/
  63. http://www.paris-normandie.fr/actu/rouen-valerie-fourneyron-soutient-martine-aubry-0
  64. a et b http://www.laprovence.com/article/politique/bouches-du-rhone-les-ralliements-a-martine-aubry-se-multiplient
  65. « Les soutiens à Martine Aubry s'organisent à l'Assemblée », La Provence, (consulté le 17 mai 2011)
  66. « PS : Mazetier choisit Aubry », Europe 1, (consulté le 1er juillet 2011)
  67. L'appel des 47 députés pour une candidature de Martine Aubry
  68. http://www.lepoint.fr/dossiers/villes/lille-confession-verite-aubry/des-reseaux-pour-convaincre-12-05-2011-1330387_367.php
  69. « Je soutiens la candidature de Martine Aubry », Blog de Gérard Filoche, (consulté le 30 juin 2011)
  70. Sénatoriales dans le Nord : ça grince chez Aubry | Le fil info Public Sénat
  71. http://www.voici.fr/news-people/actu-people/jamel-debbouze-soutient-la-candidature-de-martine-aubry-421037
  72. http://www.lejdd.fr/Politique/Depeches/Yohann-Diniz-soutient-Martine-Aubry-359863/
  73. « Stéphane Hessel réitère son soutien à Martine Aubry pour 2012 », gauche unie, (consulté le 30 juin 2011)
  74. Stéphane Hessel soutient également la candidature de Nicolas Hulot pour la Primaire présidentielle écologiste de 2011.
  75. 2012: Stéphane Hessel soutient Nicolas Hulot Le Nouvel Observateur, 3 mai 2011
  76. http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/09/08/pourquoi-je-voterai-pour-martine-aubry_1569404_3232.html
  77. http://obsvideo.nouvelobs.com/video/xk70bm_un-acteur-de-plus-belle-la-vie-soutient-martine-aubry_news.html
  78. Primaire PS : Jean-Michel Baylet candidat
  79. Baylet (PRG) fait ses "trente propositions pour la France" Le Point 02/09/2011
  80. Éric Hacquemand, « Tapie, supporteur de Baylet pour la primaire PS » sur leparisien.fr, 8 octobre 2011
  81. Candidature de Jean-Michel Baylet aux primaires de la gauche, PRG, consulté le 14 juillet 2011
  82. Jean Michel Baylet à Bastia et à Ajaccio, consulté le 4 octobre 2011
  83. Le PRG et Génération Écologie créent un "pôle radical et écologiste", France Télévisions, consulté le 25.08.2011
  84. Primaires citoyennes : l’imagination au rancart, Mouvement des Libéraux de Gauche, consulté le 7 octobre 2011
  85. LGBT : pourquoi je voterai pour Jean-Michel Baylet à la primaire du PS, Le Nouvel Observateur, consulté le 7 octobre 2011
  86. « PS : Manuel Valls candidat aux primaires »
  87. « La profession de foi et les propositions du candidat Valls pour 2012 »
  88. Le Monde du 3 janvier 2010
  89. http://www.liberation.fr/politiques/01012342006-valls-je-suis-candidat-aux-primaires
  90. Manuel Valls : « Nous devons définir des quotas migratoires » La Voix du Nord, 02.09.2011
  91. « The Economist vote Manuel Valls », sur lefigaro.fr, (consulté le 20 octobre 2011)
  92. « Débat PS : Manuel Valls, oasis réaliste perdu dans le désert socialiste », sur Atlantico,
  93. Salaire/président : « baisse de 20 % »(Valls) Le Figaro, 18 septembre 2011
  94. « Primaire PS: Sabban soutient Valls », sur Le Figaro,
  95. « Primaire : Valls s'entoure d'Ali Soumaré (E1) », sur lejdd.fr,
  96. « C'est quoi “un président normal” ? », site de TF1-LCI, 23 mai 2011.
  97. « Hollande veut grappiller du terrain », site d'Europe 1, 14 avril 2011.
  98. « Pourquoi François Hollande est devenu la nouvelle cible de ses « amis » au PS », politique.net, 26 mai 2011.
  99. http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/10/14/arnaud-montebourg-je-voterai-pour-hollande_1587667_823448.html#ens_id=1402952
  100. http://www.midilibre.fr/2011/08/28/hollande-adoube-navarro,378290.php
  101. Éducation: Hollande veut rétablir les 70 000 postes supprimés depuis 2007 Challenges, 09 septembre 2011
  102. Hollande et le nucléaire : pas de geste pour les écologistesLe Monde, 15 septembre 2011
  103. Salaire du Président : - 30 % dit Hollande ! Marianne, 19 septembre 2011
  104. http://www.publicsenat.fr/lcp/politique/senatoriales-nord-grince-chez-aubry-59187
  105. « Dumas penche plutôt pour Hollande », sur sudouest.fr,
  106. « Primaire PS : Jack Lang va soutenir François Hollande », sur JDD (consulté le 20 octobre 2011)
  107. « Primaire au PS : Moscovici rallie Hollande », sur Le JDD (consulté le 20 octobre 2011)
  108. « Primaire PS: Patriat soutient Hollande », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 20 octobre 2011)
  109. BFM TV du 13 juillet 2011
  110. « Primaires au PS : Michel Vauzelle apporte son soutien à François Hollande », sur Alpes du Sud
  111. « Cicatriser les blessures de la société », sur blogs.mediapart.fr
  112. Primaire socialiste: Jean-Marc Ayrault choisit François Hollande leparisien.fr, 6 juillet 2011
  113. Un second président de région soutient Hollande - L'EXPRESS
  114. PS : la bataille de la primaire passera-t-elle par le Sénat ? - Public Sénat sur LePost.fr (11:44)
  115. Le sénateur Bel soutient Hollande - Le Figaro
  116. Jean-Pierre Bel, patron des sénateurs PS, soutient Hollande « bien sûr » - Public Sénat
  117. À la Une | Répondre à Gauche
  118. http://www.lejdd.fr/Politique/Depeches/Primaire-PS-nouveau-soutien-pour-Hollande-330625/
  119. « Christian Bourquin soutient François Hollande », La Clau, 6 juillet 2011.
  120. Les rares soutiens de François Hollande dans le Rhône / Ps / Politique / univers / journal / Lyon Capitale - le journal de l'actualité de Lyon et du Grand Lyon.
  121. a, b, c et d Primaire socialiste : pour qui va voter votre député ?
  122. http://www.lejdd.fr/Politique/Depeches/PS-Cahuzac-rallie-Hollande-353995/
  123. François Hollande, député de la 1ère circonscription de la Corrèze
  124. Le Télégramme - Monde - Politique. Les soutiens finistériens à François Hollande
  125. Du soutien à François Hollande - SudOuest.fr
  126. a et b Primaires socialistes : Michèle Delaunay soutient François Hollande - Infos Bordeaux
  127. http://www.lavoixdunord.fr/France_Monde/actualite/Secteur_France_Monde/2011/06/09/article_soutenu-par-b-derosier-f-hollande-cultiv.shtml
  128. a et b Primaire socialiste: François Hollande engrange les soutiens - 20minutes.fr
  129. Guy Férez soutient François Hollande - AUXERRE TV
  130. a et b François Hollande rode ses thèmes de campagne, Le Monde.
  131. « Primaire du PS : Jean Germain soutient François Hollande », Leberry.fr, 6 juillet 2011.
  132. N. GERVAIS, « POLITIQUE. Hollande reçoit le soutien de Lurel et Gillot », France-Antilles, 06/07/2011.
  133. « Primaires au PS : qui soutient Aubry, qui soutient Hollande ? », La Montagne, 29 juin 2011.
  134. X. BROUET, « Les aubrystes sortent du bois en Lorraine », Le Républicain lorrain, 29 juin 2011.
  135. « Philippe Grosvalet choisit François Hollande », Répondre à gauche, 26 juin 2011.
  136. Entretien de Didier Guillaume avec S. BLEZY, « Pour le président du Conseil général Didier Guillaume : "Réduire le chômage, c’est possible !" », Le Dauphiné libéré, 5 juin 2011.
  137. http://www.lejdd.fr/Politique/Depeches/Primaire-PS-Robert-Hue-votera-Hollande-397859/
  138. « Primaires du PS : Claude Jeannerot soutient François Hollande », Macommune.info, 21 juin 2011.
  139. « Yves Krattinger soutient François Hollande aux primaires socialistes », Répondre à gauche, 3 juillet 2011.
  140. Ronan KERDRAON, Sénateur, et Michel MORIN, Vice-Président du Conseil Régional de Bretagne apportent leur soutien à François HOLLANDE - Ronan Kerdraon - Sénateur Maire - Plérin
  141. Jean-Yves Le Drian sur #europe1 : "je soutiens François Hollande" pour les primaires socialistes
  142. « Primaire: Victorin Lurel annonce son soutien à François Hollande », dépêche AFP reprise par le site en ville Limoges, 6 juillet 2011.
  143. « Agression: l'élu Mahéas crie au “complot” », dépêche AFP reprise par Le Figaro, 11 juin 2011.
  144. « Primaires PS : Espoir à gauche soutient François Hollande », Blog de Michel Teychenné, consulté le 7 juillet 2011.
  145. Primaire PS : après Moscovici, Peillon rallie Hollande, Actualités
  146. http://www.lepoint.fr/politique/election-presidentielle-2012/primaires-PS/l-entourage-de-francois-hollande-18-04-2011-1320763_325.php
  147. http://www.lejdd.fr/Politique/Depeches/PS-le-maire-de-Strasbourg-soutient-Hollande-353261/
  148. « En Ille-et-Vilaine, 22 élus socialistes apportent leur soutien à François Hollande », Ouest-France, 30 juin 2011.
  149. M. VINCENT, « Pourquoi je soutiens François Hollande », Répondre à gauche, 3 juillet 2011.]
  150. http://www.slate.fr/story/44499/primaire-choisir-socialiste-attali
  151. Joël Batteux, enthousiaste et toujours solitaire - ouest-france.fr
  152. Éric Hacquemand, Balasko vote Hollande sur leparisien.fr, 13 octobre 2011
  153. « Je vais voter Hollande par raison plus que par passion », Le Monde, 13 septembre 2011.
  154. Le Graët derrière Hollande sur lequipe.fr, 02 octobre 2011
  155. http://www.lejdd.fr/Politique/Depeches/Denis-Podalydes-soutient-Hollande-400433/
  156. La Nouvelle République du Centre-Ouest du 30 novembre 2010
  157. Quand Royal promettait un dispositif collectif
  158. Ségolène Royal candidate aux primaires du PS
  159. Ségolène Royal relance sa campagne depuis son fief du Poitou-Charentes
  160. Ségolène Royal croit à sa victoire
  161. Article de Rue89 et courriel de Ségolène Royal adressé aux adhérents de l'association Désirs d'avenir le samedi 20 août 2011
  162. [1] site recensant toutes les interventions de Ségolène Royal dans les médias
  163. Ségolène Royal détaille son programme à Montreuil Le Monde, 10.09.2011
  164. [2]
  165. Jean-Louis Bianco rencontre des militants de Désirs d'avenir le 03 mars 2011)
  166. Primaires du PS : le soutien de Charles Fiterman à Ségolène Royal
  167. Ségolène Royal : me r'voilà  ! - Politique - Nouvelobs.com
  168. "Pourquoi nous soutenons Ségolène Royal" - LeMonde.fr
  169. Vidéo - Yvette Roudy rend hommage à François Mitterrand
  170. a, b, c, d, e, f, g, h et i "Pourquoi nous soutenons Ségolène Royal"
  171. Présidentielles : Gambier soutient Royal
  172. Pour Ségolène Royal, c'est toujours : objectif 2012
  173. Ségolène Royal à la mine et au charbon
  174. Pierre Bergé ne choisirait pas DSK et réaffirme son soutien à Ségolène Royal - RichardTrois sur LePost.fr (14:00)
  175. L'entourage de Ségolène Royal - Le Point
  176. Comme en 2007, Ariane Mnouchkine soutient à nouveau Ségolène Royal
  177. Ségolène Royal et Edgar Morin, le duo gagnant
  178. http://www.20minutes.fr/ledirect/757118/primaire-ps-petit-candidat-daniel-scornet-hors-jeu
  179. « Pierret accuse Aubry d'avoir empêché sa candidature », Le Figaro, 15 juillet 2011.
  180. Comment le PS a décidé d'organiser sa primaire sur lemonde.fr du 7 octobre 2011
  181. La primaire PS fait baver l’UMP sur liberation.fr du 7 octobre 2011
  182. Royal éreinte Hollande et Aubry
  183. Primaire: "prudence" sur les sondages
  184. « L'affaire Guérini peut empoisonner la primaire », Le Figaro, 8 septembre 2011.
  185. « Les frais de bouche du sénateur Navarro », Le Figaro, 7 septembre 2011.
  186. « Guérini, Navarro : ces affaires qui empoisonnent le PS », nouvelobs interactif, 9 septembre 2011.
  187. Royal éreinte Hollande et Aubry Le Figaro, 7 septembre 2011
  188. Recommandation no 10 sur l'éthique dans la campagne Haute Autorité des primaires citoyennes, 8 septembre 2011
  189. Primaires PS : rappel à l'ordre après les critiques de Ségolène Royal TF1 News, 8 septembre 2011.
  190. Critiques contre Hollande et Aubry : Royal assure que ses propos ont été sortis de leur contexte Le Figaro, 7 septembre 2011
  191. Rencontre entre Madame Delphine BATHO, députée et représentante de Madame Ségolène ROYAL et la Haute autorité des Primaires citoyennes
  192. Martine Aubry : "Ségolène Royal est blonde"
  193. Martine Aubry: «Le système a choisi Hollande car il est plus facile à battre pour Sarkozy», 20 Minutes,
  194. « "Fébrilité" et "dérapage" : le ton monte entre les camps Aubry et Hollande », Le Monde,
  195. « Les responsables de la primaire PS lancent un appel au calme », Le Monde,
  196. Primaire PS : trois débats télévisés auront lieu entre les candidats
  197. En fait, en 1992, Arnaud Montebourg avait approuvé le Traité de Mastricht, comme l’indique La Tribune du 18 octobre
  198. Valls votera Hollande, lejdd.fr, le 9 octobre 2011
  199. Jean-Michel Baylet apporte le soutien du PRG à François Hollande, lexpress.fr, le 10 octobre 2011
  200. « Ségolène Royal soutient Hollande “pour amplifier le résultat du premier tour” », Le Point, 12 octobre 2011.
  201. Hollande, la dernière séance, lejdd.fr, le 14 octobre 2011
  202. Arnaud Montebourg : "Je voterai pour Hollande", lemonde.fr, le 14 octobre 2011
  203. «Hollande avec Montebourg à Ris-Orangis », tempsreel.nouvelobs.com, 14 octobre 2011.
  204. a et b « Primaire PS : officiellement neutres, nombre de Verts ont fait leur choix », Le Monde, 15 octobre 2011.
  205. Quelle est la marge d’erreur d’un sondage ?
  206. « François Hollande, candidat socialiste favori… de la TNS-Sofres !», Rue89,
  207. « Primaires à gauche » : on a testé le premier newsgame français sur RSLN, site de décryptage de l'actualité numérique
  208. Serez-vous Martine Aubraïe ou ou Ségolène Royic ? sur Buzzminute.com.
  209. lemonde.fr lance un jeu vidéo sur les primaires socialistes, 23/06/2011, France Culture.
  210. http://www.tnova.fr/content/les-primaires-une-voie-de-modernisation-pour-la-d-mocratie-fran-aise
  211. Le Point, 21 juin 2011, Guéant : « Les primaires socialistes posent un problème grave »
  212. La maire UMP d'Aix-en-Provence demande au Conseil constitutionnel d'annuler l'élection présidentielle, Le Monde, 9 mai 2012.
  213. Annuler l'élection d'Hollande ? Le recours de Maryse Joissains ne tient pas juridiquement, [3], 10 mai 2012.
  214. article 30 du décret no 2001-213 du 8 mars 2001
  215. Les Barons: Ces élus qui osent tout ! de Jean-Baptiste Forray

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]