Jean-Pierre Dantan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dantan.

Jean-Pierre Dantan
Dantan le Jeune

Description de cette image, également commentée ci-après

Jean-Pierre Dantan dessiné par Nadar.[réf. nécessaire]

Naissance
Paris
Décès 1869
Baden-Baden
Nationalité Drapeau de la France France
Activités Sculpteur
Formation École nationale supérieure des beaux-arts
Maîtres François-Joseph Bosio

Jean-Pierre Dantan, dit Dantan le Jeune, né à Paris , mort à Baden-Baden le , est un sculpteur français.

Il est le frère du sculpteur Antoine Laurent Dantan, dit l’Ainé, et est réputé pour les portraits-charges de ses contemporains[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Hector Berlioz, lithographie de Charles Ramelet d'après le buste de Dantan, Bibliothèque nationale de France.

Formé d’abord par l’apprentissage auprès de son père sculpteur sur bois, Jean-Pierre Dantan, il entre à l’École des beaux-arts de Paris en 1823 et suit les cours du sculpteur François-Joseph Bosio. Il se lança vite, à partir de 1826, dans la caricature dessinée et sculptée après la création admirée de sa statuette représentant César Ducornet (1805-1856) sous l’aspect réaliste d’un poète miséreux.

Il réalise des centaines de petits bustes de 20 à 60 centimètres qui sont édités en plâtre ou en bronze : il commercialise ses caricatures et portraits de la société de son temps dans une salle du passage des Panoramas, dite « musée Dantan ».

Ces portraits-charges représentant les célébrités de la politique (Talleyrand, William Douglas, Hamilton, Louis-Philippe…), des arts (Beethoven, Paganini, Verdi, Liszt…) et des lettres (Victor Hugo, Balzac, les frères Delavigne…) connaîtront un grand succès : on les trouve aujourd’hui dans les musées de nombreux pays, en particulier au musée Carnavalet à Paris.

Ces statuettes ont inspiré son contemporain Honoré Daumier pour ses portraits-charges de parlementaires conservés au musée d'Orsay[2].

Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise (division IV), comme son frère, dans la concession familiale décorée par les deux frères (médaillons de Dantan Père et Dantan jeune par Antoine-Laurent et médaillons de Mme Dantan et de Dantan l’ainé par Jean-Pierre).

La lignée artistique des Dantan s’est prolongée avec le peintre Édouard-Joseph Dantan (1848-1897), connu pour des œuvres comme l’Atelier du sculpteur, Un entracte à la Comédie-Française ou Un coin du Salon.

Œuvres liste non exhaustive[modifier | modifier le code]

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, Prince de Bénévent (1833), plâtre, High Museum of Art, Atlanta.

Sculptures[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Dantan, Musée Dantan. Galerie des charges et croquis des célébrités de l'époque, avec texte explicatif et biographie, Paris, H. Delloye, 1839. In-8. 200 feuillets chiffrés
  • Philippe Sorel, « Les Dantan du musée Carnavalet, Portraits-charges sculptés de l’époque romantique », dans la Gazette des Beaux-Arts, janvier 1986
  • Le XIXe siècle, édition 2009, galerie Talabardon & Gautier, Anvers, Imprimerie DeckersSnoeck, 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les frères Dantan, tous deux sculpteurs français du XIXe siècle, sont parfois confondus, même par les sources sérieuses[Lesquelles ?].
  2. Revue Connaissance des Arts n°677, décembre 2009, p.138
  3. Defosse, Inauguration de la statue de Boieldieu, dans Rouen, sa ville natale, Rouen, Nicétas Périaux,‎ 1839