Jean-Pierre Chopin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Pierre Chopin
Naissance
Albert (Somme)
Nationalité Drapeau : France Française
Activité principale
Autres activités
Distinctions

Jean-Pierre Chopin est un écrivain, philosophe, essayiste, dramaturge, et critique d'art français né à Albert (Somme) le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Chargé de cours à l'Université de Lille, puis professeur de lettres au lycée Sacré-Cœur d'Amiens, Jean-Pierre Chopin, après son premier livre, Topologie du salaud qui, en 1985, « est remarqué et soutenu par Simone de Beauvoir »[1], est en 1991 docteur ès lettres en Sorbonne, ayant soutenu à l'Université Paris-IV, sous la direction de Michel Crouzet, la thèse De la crise à l'espoir ou le nihilisme constructeur chez Paul Valéry[2]. En 1994, auprès de Nicole Ceylerette-Pietri chez Gallimard, il collabore à l'édition de l'intégrale des Cahiers de Paul Valéry.

En tant que critique d'art, on lui doit notamment des commentaires des œuvres de Paul Ambille, Michèle Battut, Raymond Biaussat, Gaston Bogaert, Alain Bonnefoit, Alfred Defossez, Jean Garonnaire, Alain Géneau[3], Alexis Hinsberger, Éliane Thiollier ou Alain Thomas.

Installé à Courcelles-sous-Moyencourt en 2001, Jean-Pierre Chopin en est le maire depuis [4]. Son grand modèle étant Michel de Montaigne, il a à ce propos coutume de dire : « Très modestement, je tente de suivre l'exemple de celui qui fut maire de Bordeaux et qui partagea son temps entre la réflexion et les affaires publiques »[1].

Publications[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Mensonges très ordinaires, Éditions Bénévent, 2008.

Peinture[modifier | modifier le code]

Actes de colloques[modifier | modifier le code]

  • « Le mythe selon Paul Valéry », Mythe-symbole-roman, actes du colloque de l'Université de Picardie, Amiens, 1978, pp.76-86.
  • « La Nausée comme mystique du poétique », actes du colloque de Pavie, Schena Editore, 1993.
  • « Apocalypse valéryenne », Paul Valéry Orient, actes du colloque de Tokyo, Lettres modernes Minard, 1998, pp.127-144.

Articles philosophiques[modifier | modifier le code]

  • « La pensée mystique de Paul Valéry », Bulletin des études valéryennes, n°43, , pp. 37-62.
  • « Urgence valéryenne ou Cioran face à ses idoles », Les Temps modernes, Gallimard, n°489, , pp. 157-167.
  • « Valéry ou l'intellectuel du troisième type », Bulletin des études valéryennes, n°46, , pp.45-51.
  • « La grande leçon de Valéry ou l'intelligence artificielle comme comédie de l'esprit », Milieux, n°30, , pp. 20-27.
  • « Paradoxes sur le crime chez Thomas de Quincey », Milieux, n°34, 1988, pp. 50-55.
  • « Révolution comme topologie de l'Être », Lettres à la Révolution, Maison de la culture d'Amiens, Éditions des Trois-Cailloux, .
  • « Éros et Priape », Bulletin des études valéryennes, n°53, , pp. 45-65.
  • « L'Invitée ou le vertige congédié » (sur Simone de Beauvoir), revue Roman 20-50, n°13, Presses universitaires du Septentrion, , pp. 11-29.
  • « Critique de la critique génétique », Bulletin des études valéryennes, n°64, 1993, pp. 37-53.
  • « Comme des oiseaux sans ailes » (hommage à Simon Lantiéri), publications de l'Université de Provence, 2000, pp. 133-138.
  • « Mais toutes ces ruines ont une certaine rose », Valéry et la Méditerranée, collections « Les écritures du Sud », Edisud, Aix-en-Provence, 2005, pp. 87-103.
  • « Expressis verbis - Entretien avec Jean-Pierre Chopin », Alkemie - Revue semestrielle de littérature et philosophie, n°24 : L'exil, Classiques Garnier, 2019, pp. 215-241.
  • « Pensées d'un confiné », Alkemie - Revue semestrielle de littérature et philosophie, n°26 : L'âme, Classiques Garnier, 2020, pp. 165-171.

Articles de critique d'art[modifier | modifier le code]

  • Articles parus dans La Voix du Nord et Les Échos du Touquet entre 1978 et 2000 : Paul Ambille, Michèle Battut, Chantal Berry-Mauduit, Michel Beszié, Raymond Biaussat, Gaston Bogaert, Alain Bonnefoit, Alfred Defossez, Jean-Claude Dresse, Marcel Esserd, Claude Fauchère, Jean Garonnaire, Daniel Gélis, Dominique Guillemard, Claude Hemeret, Jean-Pierre Hénaut, Alexis Hinsberger, Gérard Le Nalbaut, Christian Lepère, Jacques Roulleaux, Michel Sementzeff, Alain Thomas, Éliane Thiollier, J. Van Rycke, Félix Varla.

Conférences[modifier | modifier le code]

  • « Sortir pour entrer » avec Paul Valéry, bibliothèque de Douai, [5].

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Jean-Pierre Chopin démontre l'importance actuelle de la "pensée profonde" de Valéry, méconnue d'être paradoxalement trop connue, et pour cela "gratter toute affaire cessante son image académique" sous laquelle il est enterré sous couvert de positivisme, de scientisme, de "désinvolture métaphysique", lui qui, plus que tout autre, fut semblable à l'énigme, à l'indicible, à l'écoute de l'Être comme d'une conque musicale, à l'ouverture ontologique. » - André Mandin[6]
  • « Dans son Purgatoire de l'amertume, Jean-Pierre Chopin va jusqu'au bout de l'idée de pensée paradoxale. Pour combattre ses désillusions, ses amertumes, il ne faut pas les ignorer... Le terme "purgatoire" indique un lieu "destiné à nettoyer l'esprit de ses préjugés". Jean-Pierre Chopin parle également d'abécédaire homéopathique qui soigne le mal par le mal, "en insufflant certaines pensées amères qui, paradoxalement, vont libérer l'amertume qu'on peut avoir quand elle reste inexprimée", en mettant aux prises le lecteur face à des pensées dérangeantes. "C'est une démarche qui se veut plus purgative que curative" explique-t-il. Une démarche qui vise essentiellement à lutter contre le sectarisme et l'obscurantisme. L'espérance se retrouve notamment sur la couverture du livre et le tableau de Vincent Van Gogh Semeur au soleil couchant. "Un semeur qui, malgré notre époque qu'on dit décadente, incarne dans son geste l'espérance, notamment avec ce magnifique soleil jaune à l'horizon et cet arbre qui déborde du cadre et aspire au dépassement". » - Esteban Nomine[7]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Monique Biéri, « Courcelles-sous-Moyencourt : Un huitième livre pour le maire ! », Le Courrier picard, 30 novembre 2020, p. 20.
  2. Thèses.fr, Jean-Pierre Chopin
  3. Site Alain Géneau, Géneau selon Jean-Pierre Chopin
  4. Monique Biéri, « Un maire sur les traces de Montaigne », Le Courrier picard, 9 novembre 2017
  5. Jean-Pierre Chopin, « Sortir pour entrer » avec Paul Valéry, présentation de la conférence, 2012
  6. André Mandin, « Paul Valéry et la médecine », Histoire des sciences médicales, tome XXVI, n°1, 1992, pp. 35-42.
  7. Esteban Nomine, « Essai de Philosophie - Courcelles-sous-Moyencourt : avec son Purgatoire de l'amertume, son huitième ouvrage, Jean-Pierre Chopin pointe du doigt les désillusions que l'on rumine et qui nous rongent la vie », Le Bonhomme Picard, 2 décembre 2020, p. 23.

Annexes[modifier | modifier le code]

Presse[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Emmanuel Reger, « Jean-Pierre Chopin a sorti son sixième livre », Le Réveil de Neufchâtel, 26 décembre 2014 (lire en ligne).
  • Mathias Schweisguth, « Jean-Pierre Chopin, maire et écrivain », Le Bonhomme picard, .
  • Monique Biéri, « Un maire sur les traces de Montaigne », Le Courrier picard, .
  • Régis Sinoquet, « Maire et philosophe », Le Courrier picard, .
  • Pierre-Emmanuel Reger, « Près de Poix-de-Picardie, Jean-Pierre Chopin est réélu maire », Le Réveil de Neufchâtel, 28 mai 2020.
  • Monique Biéri, « Courcelles-sous-Moyencourt : un huitième livre pour Monsieur le maire ! », Le Courrier picard, 30 novembre 2020.
  • Esteban Nomine, « Essai de philosophie - Courcelles-sous-Moyencourt : avec son Purgatoire de l'amertume, son huitième ouvrage, Jean-Pierre Chopin pointe du doigt les désillusions que l'on rumine et qui nous rongent la vie », Le Bonhomme picard, 2 décembre 2020.

Liens externes[modifier | modifier le code]