Jean-Guy Branger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Branger.

Jean-Guy Branger
Illustration.
Fonctions
Député
1977 - 1997
Sénateur
1998 - 2008
Gouvernement Ve République
Groupe politique NI (1977-1986)
UDF (1986-1997)
UC (1998-2002)
UMP (2002-2008)
Prédécesseur Albert Bignon
Biographie
Date de naissance
Résidence Charente-Maritime

Jean-Guy Branger, né le à Cabariot (Charente-Inférieure), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Professeur de lycée de profession, il occupe plusieurs mandats d'élus à partir des années 1960[1]. Membre du RPR avant de rejoindre les adhérents directs de l'UDF[2], il est député de la Charente-Maritime à partir de 1977, lorsqu'il remplace Albert Bignon dont il était le suppléant et qui meurt durant son mandat.

Lors des élections législatives de l'année suivante, il refuse de devenir suppléant du candidat soutenu par le RPR François Heilbronner et, s'opposant à ce qu'il considère comme un parachutage, il décide de se représenter[3],[4], ce qui lui vaudra une exclusion du RPR[5]. Il l'emporte finalement au second tour face au candidat d'union de la gauche Michel Fort (par 22 511 voix contre 19 370[6]) et sera élu aux élections législatives sans discontinuer jusqu'en 1997, date à laquelle il est battu par Bernard Grasset. Il est élu sénateur de la Charente-Maritime le 27 septembre 1998. Il ne s'est pas représenté en 2008.

Autres mandats[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Jean-Guy Branger est chevalier de la Légion d'honneur[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thomas Brosset, « 100 ans de mandats », Sud Ouest,‎
  2. « Jean-Guy Branger, le « Clark Gable des marais » », Le Monde,‎ , p. 6
  3. « Brèves », Le Monde,‎
  4. « Jean-Guy Branger candidat à Rochefort », Sud Ouest,‎ , p. 2G
  5. Anne Chaussebourg, « VIII. - POITOU-CHARENTES : le soutien du monde rural en crise n'est pas acquis aux modérés », Le Monde,‎
  6. « Législatives (deuxième tour) : les résultats dans notre région », Sud Ouest,‎ , p. 3
  7. Décret du 31 décembre 2008 portant promotion et nomination, (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]