Albert Bignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Albert Bignon
Fonctions
Député de la Charente-Maritime, Député de la 2e circonscription de la Charente-Maritime
1951, 1955,
Successeur Jean-Guy Branger
Biographie
Nom de naissance Albert Charles Louis Bignon
Date de naissance
Lieu de naissance Groix
Date de décès (à 66 ans)
Lieu de décès Rochefort
Parti politique RPF, RS, UNR, UDR
Profession Avocat

Albert Bignon, né Albert Charles Louis Bignon le à Groix et mort le à Rochefort, est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est scolarisé au Prytanée militaire de La Flèche et au lycée Dupuy-de-Lôme de Lorient. Il fait son droit à Rennes. En 1933, il se marie avec mademoiselle Dalmont et devient avocat à Rochefort. Il sera six fois bâtonnier de l'ordre des avocats de La Rochelle et de Rochefort[1].

Entré dans la Résistance, il est chef de sous-secteur du réseau Navarre et chef de groupe de l'OCM de Rochefort. Arrêté le , il est emprisonné et torturé. Il devient maire de Rochefort à la Libération, mais il démissionne pour s'engager dans le 6e régiment d'infanterie. Il participe aux derniers combats contre les forces allemandes[1].

En 1947, il redevient conseiller municipal de Rochefort : il va le rester jusqu'en 1971. En 1949, il est élu conseiller général du canton de Rochefort-Sud : il va le rester jusqu'à sa mort[1].

Aux élections législatives de 1951, il est second sur la liste RPF de Max Brusset, liste qui arrive en tête. Les deux hommes sont élus députés de la Charente-Maritime. À l'Assemblée, Albert Bignon devient membre de la commission de la marine marchande et des pêches, et vice-président de la commission des pensions[1].

Aux élections législatives de 1956, il est second sur la liste RS de Max Brusset. Mais l'électorat s'émiette du fait de listes multipliées et d'un assez fort courant poujadiste en Charente-Maritime. La liste où figure Albert Bignon régresse, et seul Max Brusset est réélu[1].

En 1958, Albert Bignon est élu député UNR de la 2e circonscription de la Charente-Maritime. Il conserve ce mandat sous les couleurs de l'UNR-UDT en 1962, de l'UD-Ve en 1967, puis de l'UDR en 1968 et 1973[2].

Mandats électifs[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]