Canton de Surgères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Canton de Surgères
Canton de Surgères
Situation du canton de Surgères dans le département de la Charente-Maritime.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement(s) Rochefort
Bureau centralisateur Surgères
Conseillers
départementaux
Catherine Desprez
Gilles Gay
2015-2021
Code canton 17 23
Histoire de la division
Création 15 février 1790[1]
Modifications 1 : 1801[3],[4]
2 : 22 mars 2015[2]
3 : 27 décembre 2019[5]
Démographie
Population 28 323 hab. (2018)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Superficie 378,29 km2
Subdivisions
Communes 19

Le canton de Surgères est une division administrative française située dans le département de la Charente-Maritime et la région Nouvelle-Aquitaine. À la suite du redécoupage cantonal de 2014, les limites territoriales du canton sont remaniées. Le nombre de communes du canton passe de 12 à 21.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Le canton a été créé en 1790 en même temps que le département de la Charente-Inférieure et Surgères a été choisie d'office comme chef-lieu de canton grâce à l'excellence de sa situation géographique au sein de son canton qui rassemblait alors 15 communes.
  • De 1833 à 1848, les cantons d'Aigrefeuille et de Surgères avaient le même conseiller général. Le nombre de conseillers généraux était limité à 30 par département.
  • Dans le courant du XIXe siècle, trois communes ont fusionné, savoir celles de Curé avec Saint-Georges-du-Bois le 24 octobre 1824[6], de Saint-Pierre-de-Surgères qui est supprimée et est intégrée au chef-lieu de canton le 6 août 1850[7] et de Marencennes qui est rattachée à Saint-Germain le 6 août 1850 pour former la commune de Saint-Germain-de-Marencennes[8]. Depuis ces fusions et fusions-absorptions, le nombre de communes est passé de 15 à 12.
  • Un nouveau découpage territorial de la Charente-Maritime entre en vigueur en mars 2015, défini par le décret du 27 février 2014[2], en application des lois du (loi organique 2013-402 et loi 2013-403)[9]. Les conseillers départementaux sont, à compter de ces élections, élus au scrutin majoritaire binominal mixte. Les électeurs de chaque canton élisent au Conseil départemental, nouvelle appellation du Conseil général, deux membres de sexe différent, qui se présentent en binôme de candidats. Les conseillers départementaux sont élus pour 6 ans au scrutin binominal majoritaire à deux tours, l'accès au second tour nécessitant 12,5 % des inscrits au 1er tour. En outre la totalité des conseillers départementaux est renouvelée. Ce nouveau mode de scrutin nécessite un redécoupage des cantons dont le nombre est divisé par deux avec arrondi à l'unité impaire supérieure si ce nombre n'est pas entier impair, assorti de conditions de seuils minimaux[10]. En Charente-Maritime, le nombre de cantons passe ainsi de 51 à 27. Le nouveau canton de Surgères est formé de communes des anciens cantons de Surgères (12 communes) et d'Aigrefeuille-d'Aunis (9 communes). Il est entièrement inclus dans l'arrondissement de Rochefort. Le bureau centralisateur est situé à Surgères.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le cadre géographique[modifier | modifier le code]

Ce canton, organisé autour de Surgères, est situé dans la partie septentrionale de l'arrondissement de Rochefort.

Au sud, il est délimité par le canton de Tonnay-Charente, situé dans l'arrondissement de Rochefort.

Au nord-ouest, il est limitrophe du canton de Marans, au sud-ouest de celui de La Jarrie, situés dans l'arrondissement de La Rochelle.

À l'est, il est limité par l'arrondissement de Saint-Jean-d'Angély via le canton de Saint-Jean-d'Angély.

Au nord, il confine avec le département des Deux-Sèvres où il est limitrophe du canton de Mauzé-sur-le-Mignon dans l'arrondissement de Niort.

Le cadre physique[modifier | modifier le code]

L'altitude varie de 1 mètre dans la vallée de la Gères dans la commune de Saint-Germain-de-Marencennes à 82 mètres qui correspond à une colline située dans la commune de Marsais. L'altitude moyenne du canton s'établit à 33 mètres, ce qui en fait le canton le plus élevé de tout le nord du département. Cette partie de la Charente-Maritime qui correspond à la plaine de l'Aunis est d'ailleurs celle où se trouve le point culminant de l'ancienne province.

Le canton est arrosé en son centre et au sud par une petite rivière qui y prend sa source (commune de Saint-Mard) et qui a donné son nom au chef-lieu de canton, la Gères, petit affluent de rive droite de la Charente.

C'est également dans ce canton que naît le petit fleuve côtier du Curé dans la commune de Saint-Georges-du-Bois et qui s'écoule vers le nord-ouest du canton.

Enfin, au nord du canton, la vallée du Mignon sert de délimitation naturelle autant qu'administrative avec le département des Deux-Sèvres.

La ville principale est Surgères, elle fait partie des 18 villes de la Charente-Maritime de plus de 5 000 habitants (en 2007) et se situe au douzième rang des villes du département.

Représentation[modifier | modifier le code]

Conseillers généraux de 1833 à 2015[modifier | modifier le code]

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1833 1836 Pierre François
Audry de Puyravault

(1773-1852)
Gauche Propriétaire à Puyravault
Député (1822-1823, 1827-1837, 1848)
1836 1848 M. Bonneau   Propriétaire à Saint-Pierre-de-Surgères
1848 1868
(décès)
Charles Mainguet[11]   Juge de paix à Surgères
1868 1879
(décès)[12]
François Sauget Républicain Banquier et négociant
1879[13] 1910 Paul Rouvier RG Négociant, propriétaire agricole
Sénateur (1901-1912)
Maire de Surgères
1910 1919 Ferdinand Rignoux Rad. Négociant, conseiller municipal de Surgères
1919 1922 Frédéric Martin   Négociant
1922 1925
(décès)[14]
Jules Simonneau   Propriétaire, agriculteur, maire de Saint-Germain-de-Marencennes
1925[15] 1928
(décès)[16]
Jean Filippi Rad. Médecin
1928 1940 François Filippi
(fils du précédent)
Rad. Médecin
1945 1949 Maurice Brillouet PCF Employé comptable
Député (1946-1951)
Maire de Surgères (1945-1947), ancien conseiller d'arrondissement
1949 1973
(décès)
Gérard Noël Rad. Garagiste
Maire de Surgères
mars
1973
septembre
1973
Henri Giraudeau
(1905-1987)
PRG Chef d'entreprise à Surgères
1973 2004 Jean-Guy Branger UDR puis RPR
puis DVD puis UDF
Professeur de lycée
Député (1977-1997) - Sénateur (1998-2008)
Vice-Président du Conseil Général
Maire de Surgères
Président de la Communauté de Communes de Surgères
2004 2011 Philippe Guilloteau DVD[17] Notaire, maire de Surgères (2001-2014)
2011 2015 Marie-Pierre Brunet PRG Maire de Saint-Saturnin-du-Bois (2001-2020)

Conseillers d'arrondissement (de 1833 à 1940)[modifier | modifier le code]

Liste des conseillers d'arrondissement successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1937 1940 Maurice Brillouet PCF Employé comptable, conseiller municipal de Surgères
Déchu de ses mandats en 1940 par le Gouvernement de Vichy
1940       Les conseils d'arrondissement ont été suspendus par la loi du 12 octobre 1940
et n'ont jamais été réactivés
Les données manquantes sont à compléter.

Représentation postérieure à 2015[modifier | modifier le code]

Conseillers départementaux successifs
Période élective Mandat Identité Nuance Qualité
2015 2021 2015 en cours Catherine Desprez   DVD Pharmacien-biologiste, maire de Surgères
Vice-Présidente du Conseil départemental
2015 en cours Gilles Gay   DVD Agriculteur, maire d'Aigrefeuille-d'Aunis

À l'issue du 1er tour des élections départementales de 2015, deux binômes sont en ballotage : Catherine Desprez et Gilles Gay (Union de la Droite, 40,84 %) et Marie-Pierre Brunet et Christian Brunier (Union de la Gauche, 29,46 %). Le taux de participation est de 50,08 % (9 976 votants sur 19 921 inscrits)[18] contre 50,08 % au niveau départemental[19] et 50,17 % au niveau national[20]. Au second tour, Catherine Desprez et Gilles Gay (Union de la Droite) sont élus avec 57,67 % des suffrages exprimés et un taux de participation de 48,18 % (5 076 voix pour 9 553 votants et 19 828 inscrits)[21].

Composition[modifier | modifier le code]

Composition antérieure à 2015[modifier | modifier le code]

Situation du canton de Surgères dans le département de la Charente-Maritime avant 2015.

Le canton de Surgères regroupait douze communes.

Liste des communes du canton avant le redécoupage de 2014
Nom Code
Insee
Code
postal
Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Surgères
(chef-lieu)
17434 17700 28,71 6 581 (2012) 229


Breuil-la-Réorte 17063 17700 16,07 459 (2012) 29
Marsais 17221 17700 23,98 911 (2012) 38
Péré 17272 17700 8,44 416 (2012) 49
Puyravault 17293 17700 13,68 630 (2012) 46
Saint-Georges-du-Bois 17338 17700 27,90 1 774 (2012) 64
Saint-Germain-de-Marencennes 17340 17700 16,47 1 214 (2012) 74
Saint-Mard 17359 17700 21,21 1 148 (2012) 54
Saint-Pierre-d'Amilly 17382 17700 19,81 502 (2012) 25
Saint-Saturnin-du-Bois 17394 17700 25,21 865 (2012) 34
Vandré 17457 17700 14,57 810 (2012) 56
Vouhé 17482 17700 15,61 655 (2012) 42

Composition postérieure à 2015[modifier | modifier le code]

Le nouveau canton de Surgères comprenait vingt et une communes entières à sa création[2].

À la suite du décret du , la commune nouvelle de La Devise est entièrement rattachée au canton de Saint-Jean-d'Angély. Le nombre de communes descend à 19.

Liste des 19 communes du canton de Surgères au
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Modifier
Surgères
(bureau centralisateur)
17434 CC Aunis Sud 28,71 6 797 (2018) 237 modifier les donnéesmodifier les données
Aigrefeuille-d'Aunis 17003 CC Aunis Sud 16,76 4 117 (2018) 246 modifier les donnéesmodifier les données
Ardillières 17018 CC Aunis Sud 15,70 852 (2018) 54 modifier les donnéesmodifier les données
Ballon 17032 CC Aunis Sud 12,18 800 (2018) 66 modifier les donnéesmodifier les données
Breuil-la-Réorte 17063 CC Aunis Sud 16,07 456 (2018) 28 modifier les donnéesmodifier les données
Chambon 17080 CC Aunis Sud 18,33 945 (2018) 52 modifier les donnéesmodifier les données
Ciré-d'Aunis 17107 CC Aunis Sud 25,76 1 381 (2018) 54 modifier les donnéesmodifier les données
Forges 17166 CC Aunis Sud 13,58 1 315 (2018) 97 modifier les donnéesmodifier les données
Landrais 17203 CC Aunis Sud 15,40 733 (2018) 48 modifier les donnéesmodifier les données
Le Thou 17447 CC Aunis Sud 19,00 1 932 (2018) 102 modifier les donnéesmodifier les données
Marsais 17221 CC Aunis Sud 23,98 931 (2018) 39 modifier les donnéesmodifier les données
Puyravault 17293 CC Aunis Sud 13,68 684 (2018) 50 modifier les donnéesmodifier les données
Saint-Georges-du-Bois 17338 CC Aunis Sud 27,90 1 768 (2018) 63 modifier les donnéesmodifier les données
Saint-Mard 17359 CC Aunis Sud 21,21 1 206 (2018) 57 modifier les donnéesmodifier les données
Saint-Pierre-d'Amilly 17382 CC Aunis Sud 19,81 533 (2018) 27 modifier les donnéesmodifier les données
Saint-Pierre-la-Noue 17340 CC Aunis Sud 24,91 1 556 (2018) 62 modifier les donnéesmodifier les données
Saint-Saturnin-du-Bois 17394 CC Aunis Sud 25,21 909 (2018) 36 modifier les donnéesmodifier les données
Virson 17480 CC Aunis Sud 9,92 762 (2018) 77 modifier les donnéesmodifier les données
Vouhé 17482 CC Aunis Sud 15,61 646 (2018) 41 modifier les donnéesmodifier les données
Canton de Surgères 1723 363,72 28 323 (2018) 78 modifier les données

Démographie[modifier | modifier le code]

Démographie avant 2015[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
11 93412 79413 19013 34213 37713 56414 27715 74415 965
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes à partir de 1962[22] puis population municipale à partir de 2006[23])
Histogramme de l'évolution démographique

Démographie depuis 2015[modifier | modifier le code]

En 2018, le canton comptait 28 323 habitants[Note 1], en augmentation de 0,5 % par rapport à 2013 (Charente-Maritime : +2,13 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
2013 2018
28 18228 323
(Sources : Base Insee, population municipale à partir de 2013[24].)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne)
  • Bernard Gaudillère, Atlas historique des circonscriptions électorales françaises, Genève, Librairie Droz SA, , 839 p. (ISBN 978-2-600-00065-9 et 2-600-00065-8, lire en ligne)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy et Christine Théré, Communes d'hier, communes d'aujourd'hui : les communes de la France, Paris, Ined, , 407 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4, lire en ligne).
  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne)
  • Bernard Gaudillère, Atlas historique des circonscriptions électorales françaises, Genève, Librairie Droz SA, , 839 p. (ISBN 978-2-600-00065-9 et 2-600-00065-8, lire en ligne)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy et Christine Théré, Communes d'hier, communes d'aujourd'hui : les communes de la France, Paris, Ined, , 407 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4, lire en ligne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Marie Prudhomme (1798), p. 278
  2. a b et c Décret no 2014-269 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Charente-Maritime.
  3. Notice communale de Surgères sur le site de l'EHESS.
  4. Bernard Gaudillère (1995), p. 793.
  5. Décret no 2019-1474 du 26 décembre 2019 modifiant le décret no 2014-269 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Charente-Maritime.
  6. Dictionnaire des communes de Charente-Maritime, Les Chemins de la Mémoire éditeur, Saintes, p.63
  7. Jean-Luc Flohic, Le Patrimoine des communes de la Charente-Maritime, édition Flohic, 2002, tome II, p.1088
  8. Jean-Luc Flohic, Le Patrimoine des communes de la Charente-Maritime, édition Flohic, 2002, tome II, p.1077
  9. « Loi no  2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral », JORF no 0114 du 18 mai 2013 p. 8242, (consulté le 29 avril 2014)
  10. Article 4 de la loi du 17 mai 2013 modifiant l'article L 191 -1 du code électoral.
  11. http://www.culture.gouv.fr/LH/LH135/PG/FRDAFAN83_OL1696036v001.htm
  12. « Journal officiel de la République française », sur Gallica, (consulté le 7 juin 2020).
  13. « Journal officiel de la République française », sur Gallica, (consulté le 7 juin 2020).
  14. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le 7 juin 2020).
  15. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le 7 juin 2020).
  16. « Le Temps » Accès libre, sur Gallica, (consulté le 10 septembre 2020).
  17. Résultats élections
  18. « Résultats du 1er tour pour le canton de Surgères », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 25 mars 2015)
  19. « Résultats du 1er tour pour le département de la Charente-Maritime », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 25 mars 2015)
  20. « Résultats du 1er tour pour la France entière », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 23 mars 2015)
  21. « Résultats du second tour pour le canton de Surgères », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 31 mars 2015)
  22. Structure de la population du canton de 1968 à l'année de la dernière population légale connue
  23. Fiches Insee - Populations légales du canton pour les années 2006, 2011, 2012
  24. Fiches Insee - Populations légales du canton pour les années 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]