Jacques Soppelsa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques Soppelsa
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (75 ans)
LibourneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jacques Soppelsa, né le à Libourne, est un géopolitologue français.

Il est également ancien président de la fédération française de rugby à XIII.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Soppelsa descend d'une famille d'origine vénitienne. Une fois ses études supérieures terminées (agrégation, Sciences Po Paris, doctorat d'État en Sorbonne sur le « complexe militaro-industriel américain »), il est nommé professeur de chaire à l'université de Paris-I qu'il préside de 1982 à 1989.

Il entre par la suite au Quai d'Orsay pour faire une carrière de diplomate aux États-Unis, puis en Amérique latine.

Aujourd'hui, Jacques Soppelsa s'investit dans de nombreuses activités, tant dans l'enseignement supérieur que dans la presse (rédaction d'une vingtaine d'ouvrages et d'articles pour le Figaro ou Libération) ou dans le sport (ancien joueur de rugby à XIII, il a présidé les fédérations française et internationale de ce sport).

Jacques Soppelsa est marié avec Patricia Mamet (professeure de droit, ancien membre du Conseil économique, social et environnemental). Père de cinq enfants.

Carrière[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Jacques Soppelsa enseigne la géopolitique à l'Institut de Géographie aux étudiants de l'Université Paris I et aux étudiants de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm. Il enseigne également la géographie aux étudiants de la Prép'ENA cohabilitée par ces deux établissements, et la géopolitique à l'École des Hautes Études Internationales et Politiques (HEI-HEP) à Paris, dont il préside le comité scientifique et pédagogique. Il est également vice-président du conseil d'administration d'Ecotec et membre du comité de rédaction de la Revue politique et parlementaire. Il s'est spécialisé sur les États-Unis, l'Amérique latine et l'Asie-Pacifique.

Jacques Soppelsa a notamment co fondé l'Institut africain d'études stratégiques de Libreville et l'université française du Pacifique.

Avec le recteur de Barcelone, Ricardo Bricall et le recteur de Bologne, Roversi Monaco, il est à l'origine[5], en 1987, de la création du programme Erasmus.

Rugby à XIII[modifier | modifier le code]

Jacques Soppelsa a été, de 1984 à 1987[3], le dixième président de la fédération française de rugby à XIII, alors nommée fédération française de jeu à XIII.

C'est à son instigation que cette fédération retrouve l'appellation « rugby à XIII », à la suite d'un procès qu'il remporte[3] malgré l'opposition tenace de la fédération française de rugby (XV).

Élu au Comité Directeur de la FFR XIII en Juin 2016, il préside la Commission « Objectif Ligue Nationale de Rugby à XIII ».

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Azerbaïdjan, État leader du Sud Caucase, A2C Media, 2015[6]
  • Mea Culpa, roman sous le pseudonyme de Jams S.McKenzie, 2013, A2C Media
  • Louis XVII : la piste argentine, A2C Médias, Paris, 2011[6]
  • Les 7 défis capitaux du nouvel ordre mondial, A2C Médias, Paris, 2010[6].
  • Géopolitique du monde contemporain, coll. Nathan, Paris, 2008.
  • Dix morts en sursis (roman de géopolitique-fiction) Éditions du Club Zéro Paris, 2006
  • Les États-Unis. Une histoire revisitée, La Martinière, 2004.
  • La prévention des conflits en Afrique centrale, avec Paul Ango Ela, Karthala, 2003.
  • Les dates clefs de la construction régionale en Amérique latine, Ellipses, 2002.
  • Géopolitique de l'Asie-pacifique, Ellipses, 2001[7].
  • La démocratie américaine au XXe siècle, Ellipses, 1999[6].
  • Des tensions et des armes, Publications de la Sorbonne, 1984.
  • Géopolitique des nouvelles peurs, Ellipses, 2004.
  • La dictature du rendement. Crises et mutations des agricultures du monde occidental, Ellipses, 1998[6].
  • Géopolitique, Sirey, 1997.
  • Lexique de Géopolitique, en collaboration, Dalloz, 1987[8].
  • 10 mythes pour l'Amérique, Ellipses, 1997.
  • Géographie des armements, Masson, 1980.
  • Les États-Unis, PUF, Paris, 1976.
  • L'Économie des États-Unis, Masson, Paris, 1979.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Embareck, « Le rugby à XIII n’a jamais rougi de son nom », sur liberation.fr, (consulté le 24 novembre 2018) : « Ancien joueur bordelais, éminent universitaire (il fut président de Paris-I-Panthéon) et diplomate, il fut également président du Board, la fédération internationale »
  2. « Jacques Soppelsa devient président du titre », Le Nouvel Observateur, 9 février 2006.
  3. a b et c Aimé Mouret, Le Who's who du rugby à XIII, Jacques Soppelsa, Toulouse, Éditions de l'Ixcea, , 291 p. (ISBN 978-2-84918-118-8), p. 244-245
  4. « Les zélés élus du 5ème arrondissement de Paris », sur paristribune.info (consulté le 24 novembre 2018)
  5. « Pour un Erasmus européen des lycées : Pourquoi ne pas transposer l'aventure universitaire Erasmus à l'échelle des lycées des pays de l'Union ? », sur lemonde.fr, (consulté le 24 novembre 2018) : « Il y a maintenant un quart de siècle, les responsables de cinq des universités européennes les plus prestigieuses, le recteur de Bologne, (notre alma mater) le recteur de Barcelone, le chancelier d'Utrecht, le président de Louvain et le signataire de ces lignes, es qualité de président de Paris Panthéon-Sorbonne, rédigeaient, à Bologne, la "Magna Charta" des universités. »
  6. a b c d et e « Jacques Soppelsa Biographie de Jacques Soppelsa », sur eyrolles.com,
  7. « Géopolitique de l'Asie-pacifique », sur fnac.fr (consulté le 24 novembre 2018)
  8. « Lexique de géopolitique / sous la direction de Jacques Soppelsa », sur documentation.unicaen.fr (consulté le 24 novembre 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]