Jacques Panijel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques Panijel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Conflit
Distinction

Jacques Panijel, né le et décédé le à Paris, immunologiste de profession, est un cinéaste, écrivain, auteur dramatique et militant politique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Panijel s'engage dans la Résistance à l'âge de 19 ans. Patron de la région Rhône-Alpes du réseau Combat, il crée le S.N.M. (Service National Maquis) en 1943 dont l'objectif est de former des sous-officiers chargés d'accueillir les réfractaires au S.T.O. Il sera décoré de la Croix de guerre, de la Légion d'honneur et de la Rosette de la Résistance après avoir passé un an au ministère de la Guerre en tant que Chef du 1er Bureau.

Il publie en 1948, aux Éditions de Minuit, un roman intitulé La Rage, inspiré par son expérience des années de Résistance où il met en lumière la possibilité de s'engager dans l'action physique tout en étant un intellectuel. Malgré le soutien de Vercors à l'origine de l'édition du livre, le P.C.F., à travers l'Humanité, critiquera vivement l'ouvrage.

Il réalise avec Jean-Paul Sassy La Peau et les Os, premier long métrage tourné en prison qui reçoit le prix Jean-Vigo en 1961.

Il prend une part active à la lutte politique contre la guerre d'Algérie en fondant avec Pierre Vidal-Naquet et Laurent Schwartz le Comité Audin (1957). Il sera signataire du Manifeste des 121.

En 1960, il crée le journal clandestin Vérité-Liberté avec Robert Barrat, Pierre Vidal-Naquet et Paul Thibaud[1].

Après le massacre du 17 octobre 1961, il tourne un film, qu'il intitule Octobre à Paris, à partir d'entretiens avec des victimes de la répression. Interdit, ce film est présenté lors de projections clandestines[2]. Il n'obtiendra son visa d'exploitation qu'en 1973, après une grève de la faim de René Vautier, autre cinéaste ayant dénoncé la guerre d'Algérie dans ses films,

Il poursuit sa carrière de biologiste, et devient chef du service de physiopathologie de l'immunité à l'Institut Pasteur tout en étant directeur de recherche au CNRS.

Son dernier engagement politique sera de dénoncer l'invasion par l'U.R.S.S. de la Tchécoslovaquie en août 1968. En 1969, il prendra la parole lors d'un meeting à la Mutualité, à Paris, aux côtés de Michel Rocard et Alain Krivine.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma (réalisation)
Télévision

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]