Jacques Lagarde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques Lagarde

Pas d'image ? Cliquez ici

Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 1900
Décès 1968
Carrière
Disciplines alpinisme
Compagnons de cordée Pierre Dalloz, Jacques de Lépiney, Henry de Ségogne
Ascensions notables Couloir Lagarde-Ségogne en face nord de l'aiguille du Plan

Jacques Lagarde, né en 1900 et mort en 1968, est l'un des principaux alpinistes français amateurs de la période de l'entre-deux-guerres, réalisant notamment des ascensions glaciaires remarquables par leur ampleur et leur difficulté.

Biographie[modifier | modifier le code]

Médecin de profession, Jacques Lagarde travaille dans la recherche afin de disposer d'assez de temps à consacrer à l'alpinisme[1]. Sa carrière alpine s'étend approximativement de 1923 à 1938 durant la période des dernières grandes conquêtes des Alpes (faces nord du Cervin, des Grandes Jorasses, des Drus, de l'Eiger) mais sans qu'il participe lui-même à aucune de celles-ci. La Seconde Guerre mondiale, puis à partir de 1943 la maladie (une paralysie), mettent fin à sa carrière d'alpiniste.

Il a été vice-président du GHM (Groupe de haute montagne) en 1931, rédacteur en chef de la Revue alpine et a participé avec Lucien Devies à la rédaction du guide Vallot.

Une des pointes des petites Aiguilles Rouges du Dolent, entre la pointe Kurz et le Tour Noir, gravie le avec Pierre Dalloz, Jacques de Lépiney et Henry de Ségogne, a été baptisée pointe Lagarde (3 572 m)[2].

Premières ascensions les plus notables[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henry de Ségogne, « Lagarde Jacques », La montagne et Alpinisme, février 1970, pp. 203-204
  2. Pierre Dalloz, La Pointe Lagarde ou les Plaisirs d'un alpiniste au cours d'une première ascension, 1926
  3. François Labande, La chaîne du Mont-Blanc : Guide Vallot. Sélection de voies, t. 1 : À l'ouest du col du Géant, Éditions Arthaud,

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henry de Ségogne « Jacques Lagarde », La montagne et Alpinisme, n° 76, février 1970, pp. 203-204
  • Olivier Hoibian, Les alpinistes en France, 1870-1950, une histoire culturelle, L'Harmattan, 2000