Jacek Rostowski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacek Rostowski
Jacek Rostowski, en 2009 au WEF.
Jacek Rostowski, en au WEF.
Fonctions
Vice-président
du Conseil des ministres polonais
Président du Conseil Donald Tusk
Gouvernement Tusk II
Successeur Elżbieta Bieńkowska
Député à la Diète
Élection
Législature VIIe
Groupe politique PO
Ministre des Finances
Président du Conseil Donald Tusk
Gouvernement Tusk I et II
Prédécesseur Zyta Gilowska
Successeur Mateusz Szczurek
Biographie
Nom de naissance Jan Antony Vincent-
Rostowski
Date de naissance (66 ans)
Lieu de naissance Londres (Royaume-Uni)
Nationalité Polonaise
Parti politique Plate-forme civique
Diplômé de University College de Londres
London School of Economics
Profession Universitaire
Économiste

Jan Antony Vincent-Rostowski, dit Jacek Rostowski (Speaker Icon.svg audio), né le à Londres, est un universitaire, économiste et homme d'État polonais, membre de la Plate-forme civique (PO).

Il est ministre des Finances entre et , et brièvement vice-président du Conseil des ministres en .

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Il obtient en un baccalauréat en sciences en relations internationales à l'University College de Londres (UCL). Recevant l'année d'après une maîtrise en arts en sciences économiques et histoire à l'UCL, il la complète par une seconde maîtrise en sciences économiques de la London School of Economics (LSE) en .

Pendant les années 1980, il est actif au sein de la « Polish Solidarity Campaign », une campagne de solidarité britannique envers le syndicat polonais libre Solidarność.

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Universitaire[modifier | modifier le code]

Il est recruté en comme lecteur à l'école des études slaves et est-européennes de l'université de Londres. Conseiller du ministre polonais des Finances Leszek Balcerowicz entre et , il conseille le gouvernement de la Fédération de Russie en termes de politique macroéconomique au début des années 1990.

En , il prend un poste de lecteur au centre des performances économiques de la LSE. Il abandonne ses deux postes universitaires en , lorsqu'il est nommé professeur de sciences économiques et directeur du département de sciences économiques de l'université d'Europe centrale (CEU) de Budapest.

Conseiller économique[modifier | modifier le code]

Il est choisi en pour exercer la présidence du comité de la politique macroéconomique du ministère polonais des Finances. En , il renonce parallèlement à cette fonction et à son poste d'encadrant à la CEU. Conseiller économique de la Banque nationale de Pologne (NBP), dirigée par Balcerowiz, entre et , il fait une incursion dans le secteur privé, étant recruté par Bank Pekao SA.

Il est de nouveau directeur du département de sciences économiques de l'université d'Europe centrale de à .

Vie politique[modifier | modifier le code]

Ministre des Finances[modifier | modifier le code]

Jacek Rostowski et Donald Tusk en campagne lors des élections parlementaires de .

Le , Jacek Rostowski est nommé à 56 ans ministre des Finances dans le premier gouvernement de coalition de centre droit du président du Conseil des ministres libéral Donald Tusk. Il est alors partisan de l'introduction de l'euro la plus rapide possible. Initialement indépendant, il adhère en à la Plate-forme civique (PO).

Pour les élections législatives du , il est investi candidat sur la liste de la PO dans la circonscription de Varsovie-I, emmenée par Tusk. Au cours du scrutin, il est élu député à la Diète avec 10 743 voix préférentielles, puis il retrouve son ministère à la formation du second gouvernement Tusk le mois qui suit.

À l'occasion du remaniement ministériel du , il est promu vice-président du Conseil des ministres, tout en conservant son portefeuille ministériel.

Après le gouvernement[modifier | modifier le code]

Discours de Jacek Rostowski devant la convention électorale de la PO pour les élections européennes le .

Il est relevé de ses fonctions gouvernementales le suivant, à l'occasion d'un nouveau remaniement, justifié par l'impopularité grandissante du gouvernement, liée notamment à la réforme des retraites[1]. Il détient le record de longévité à son poste avec un mandat d'une durée totale de six ans et cinq jours. Il est d'ailleurs le seul depuis à avoir accompli l'intégralité d'un mandat gouvernemental et le seul à avoir été reconduit à l'issue d'élections législatives.

Pour les élections européennes du , il est choisi par la PO comme tête de liste dans la circonscription de Bydgoszcz. Avec 32 514 votes de préférence, il réalise le deuxième résultat des candidats de la Plate-forme civique, qui n'obtient qu'un seul élu.

Nommé au conseil économique de la chancellerie de la présidente du Conseil des ministres Ewa Kopacz en , il devient chef du groupe des conseillers politiques le mois qui suit. Il démissionne en et renonce à cette occasion à briguer un nouveau mandat parlementaire au cours des élections législatives prévues en .

Il intègre en l'équipe économique de la Plate-forme civique, désormais présidée par Grzegorz Schetyna, dont il quitte parallèlement le conseil national.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié et père de deux enfants. Son propre père, Roman Rostowski, était le secrétaire personnel de Tomasz Arciszewski, chef du gouvernement polonais en exil durant la Seconde Guerre mondiale. Au cours des années 1950, son père a travaillé pour le ministère britannique des Affaires étrangères, étant posté au Kenya, à l'île Maurice et aux Seychelles, où il l'a suivi et passé une bonne partie de son enfance.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Figaro, « Réforme impopulaire des retraites en Pologne, le ministre des Finances démissionne », sur lefigaro.fr, (consulté le 5 février 2017).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]