Jérôme Durain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Durain.

Jérôme Durain
Illustration.
Fonctions
Sénateur de Saône-et-Loire
En fonction depuis le
(5 ans, 1 mois et 12 jours)
Élection 28 septembre 2014
Groupe politique SOC
Conseiller régional de Bourgogne-
Franche-Comté
En fonction depuis le
(3 ans, 10 mois et 10 jours)
Élection 13 décembre 2015
Biographie
Date de naissance (50 ans)
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste
Diplômé de IEP de Paris
Profession Fonctionnaire

Jérôme Durain, né le , est un homme politique français. Il est élu sénateur de Saône-et-Loire le .

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En 2005, Jérome Durain prend la tête du Parti socialiste en Saône-et-Loire, succédant ainsi à Arnaud Montebourg.

Il devient à la suite des élections municipales de 2008, adjoint chargé de l'environnement du maire de Chalon-sur-Saône, Christophe Sirugue. Mais il perd ce poste à la suite des élections municipales de 2014, la liste socialiste du député-maire sortant, sur laquelle il figurait, étant battue dès le premier tour.

En 2010, il est élu conseiller régional, et devient en 2012 vice-président de la région Bourgogne, chargé de l'aménagement du territoire et des politiques contractuelles des pays. Il doit abandonner ce mandat à la suite de son élection au Sénat.

Il est élu sénateur de Saône-et-Loire en 2014.

Il est tête de liste départementale en Saône-et-Loire lors des élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 sur la liste PS-PRG « Notre Région d'Avance » de Marie-Guite Dufay dans la nouvelle grande région Bourgogne-Franche-Comté. La liste « Notre Région d'Avance » gagne cette élection et lors de la séance d'installation du nouveau conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté le 4 janvier 2016 à Dijon il prend la présidence du groupe majoritaire « Notre Région d'Avance-La Gauche Unie ».

En janvier 2016, il est chargé par Manuel Valls, en compagnie de Rudy Salles, d'une mission temporaire auprès de la Secrétaire d'État auprès du ministre de l'économie, de l'industrie et du numérique, chargée du numérique, Axelle Lemaire, consistant à proposer « un cadre législatif et réglementaire favorisant le développement en France des compétitions de jeux vidéo »[1]. Le rapport remis par les deux parlementaires en préconise notamment de « définir un vrai cadre pour les compétitions online et offline », « créer une commission spécialisée rattachée au CNOSF », « donner un vrai statut aux joueurs » à travers un CDD sportif, « protéger les jeunes joueurs » à travers diverses mesures et « favoriser le recrutement de joueurs étrangers »[2]. Cette mission débouche sur une participation au projet de loi pour une République numérique, qui est adopté en première lecture au Sénat le 3 mai, avec 323 voix pour et 1 voix contre[3],[4]. La loi reconnait officiellement dans son chapitre 4 section 2 la pratique du jeu vidéo en compétition en France, ainsi qu'un statut officiel aux joueurs professionnels[5].

En 2018, il soutient la candidature d'Olivier Faure pour le congrès d'Aubervilliers du PS[6].

Mandats actuels[modifier | modifier le code]

  • Conseiller régional de Bourgogne de 2010 à 2015
  • Vice-président de la Région Bourgogne entre 2012 et septembre 2014,
  • Sénateur de Saône-et-Loire depuis 2014.
  • Conseiller Régional de Bourgogne-Franche-Comté depuis 2015.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « E-Sport, la pratique compétitive du jeu vidéo », sur economie.gouv.fr
  2. Alix DULAC, « eSport : ce que le gouvernement souhaite mettre en place », sur rmcsport.bfmtv.com, (consulté en novembre 2016)
  3. « Projet de loi pour une République numérique - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 12 mai 2016)
  4. « Manuel Valls veut des compétitions de jeux vidéo en France », sur Europe 1.fr, (consulté en novembre 2016)
  5. « Loi numérique - Section 4 : Compétitions de jeux vidéo », sur legifrance.gouv.fr, (consulté en novembre 2016)
  6. Agence France-Presse, « Congrès du PS: qui soutient qui? », liberation.fr, (consulté le 27 février 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]