Rue Coquillière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

1er arrt
Rue Coquillière
Image illustrative de l’article Rue Coquillière
Rue Coquillière, Paris 1er.
Situation
Arrondissement 1er
Quartier Palais-Royal
Halles
Début 1, rue du Jour
Fin 44, rue Croix-des-Petits-Champs
Morphologie
Longueur 295 m
Largeur 13 à 28 m
Historique
Création Avant 1292
Ancien nom Rue du Coquillier
porte Coquillier
porte Coquillière
Géocodification
Ville de Paris 2317
DGI 2318

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Coquillière
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Coquillière est l'une des plus anciennes voies du 1er arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Il y avait, dans cette voie, une porte de l'enceinte de Philippe Auguste, appelée « Coquillier » ou « Coquillière », qui devait ce nom, ainsi que la rue, à la famille Coquillier.

Historique[modifier | modifier le code]

La rue fut ouverte au XIIIe siècle, peu après la construction de l'enceinte de Philippe Auguste. Elle se situe à cheval sur le quartier du Palais-Royal (partie située entre la rue Croix-des-Petits-Champs et la rue du Louvre), et le quartier des Halles (partie située entre la rue du Louvre et l'église Saint-Eustache).

Le 15 juillet 1767, le consortium Oblin-Le Camus de Mézière, déjà adjudicataire du lotissement de l'ancien hôtel de Soissons et futur constructeur, au bénéfice d'Armand-Gaston Camus, de l'hôtel de Beauvau et de l'hôtel du Tillet, rue des Saussaies, se vit adjuger par sentence du Châtelet de Paris une maison rue Coquillière, au coin de la rue de Grenelle Saint-Honoré (actuelle rue Jean-Jacques Rousseau), donc dans le prolongement de l'ancien hôtel de Soissons[1].

Vues historiques
À gauche, une vue ancienne du quartier de la place des Victoires, avec mention de la rue Coquillière et à droite, l'hôtel de Toulouse vu de la rue Coquillière en 1913.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • À l'angle des rues du Bouloi et Coquillière était situé le monastère des Carmélites[2].
  • Au no 15 se trouvait le Bouillon Duval.

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives nationales, minutier central, étude LXXXVIII, carton 717.
  2. Séance plénière de la Commission du Vieux Paris du 24 juin 2016, api-site.paris.fr, p. 14.