Inde danoise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Territoires des nations européennes en Inde de 1501 à 1739.

L'Inde danoise[1],[2] est le nom donné aux anciennes possessions danoises en Inde.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les colonies danoises en Inde furent fondées par la Compagnie danoise des Indes orientales, qui exista du XVIIe au XIXe siècle. La capitale des colonies danoises était Fort Dansborg, à Tranquebar, fondé en 1620 sur la côte de Coromandel. Le tout formait une superficie de quelque 3 200 km2 à l'apogée de la colonie, vers 1760 (dont environ 1 841 km2 pour les îles Nicobar). Les langues principales y étaient le bengali et le télougou.

En 1845, les derniers comptoirs danois avaient une superficie de quelque 350 km2.

Les Danois établirent également plusieurs comptoirs commerciaux, gouvernés à partir de Tranquebar :

En 1779, la Compagnie céda ses possessions au gouvernement, et elles devinrent des colonies de la couronne danoise.

En 1789, les îles Andaman devinrent britanniques. Durant les guerres napoléoniennes, les Britanniques attaquèrent les navires danois, et ruinèrent le marché de la Compagnie danoise des Indes orientales. Ils occupèrent également Dansborg et Frederiksnagore à deux reprises (1801 – 1802 et 1805 – 1815).

Les colonies danoises déclinèrent, et finirent par être absorbées par l'Inde britannique : les Danois vendirent Frederiksnagore en 1839, puis Tranquebar et la plupart de leurs possessions moindres en 1845. En 1869, les droits danois sur les îles Nicobar, progressivement abandonnés depuis 1848, furent vendus aux Britanniques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Macau, L'Inde danoise : la première compagnie (1616-1670), Aix-en-Provence, Institut d'histoire des pays d'outre-mer, coll. « Études et documents » (no 3), , [5]-134 p., 30 cm (OCLC 758047829, SUDOC 001925946).
  2. Jacques Macau, L'Inde danoise : la deuxième compagnie (1670-1732), Aix-en-Provence, Institut d'histoire des pays d'outre-mer, coll. « Études et documents » (no 4), , 115 p., 30 cm (OCLC 489123873, SUDOC 000017248).

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]