Histoires de sociétés futures

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Histoires de sociétés futures
Préface Jacques Goimard
Genre Anthologie
Science-fiction
Éditeur Le Livre de poche
Collection La Grande Anthologie de la science-fiction no 3787
Lieu de parution Paris
Date de parution 1984
Type de média Livre papier
Couverture Manchu
Chronologie

Histoires de sociétés futures est le vingt-sixième tome, et le quatorzième volume de la deuxième série, de La Grande Anthologie de la science-fiction.

Préfacé par Jacques Goimard, il réunit quinze nouvelles.

Publication[modifier | modifier le code]

Extraits de la préface[modifier | modifier le code]

« (…) Il est traditionnel d'opposer l'utopie et l'anti-utopie comme des représentations du paradis sur Terre et de l'enfer sur Terre. Ce seraient des genres symétriques nés de deux attitudes symétriques : l'optimisme et le pessimisme. (…) Autre hypothèse : l'utopie a en gros précédé la révolution industrielle et accompagne ses premières phases. Elle est caractéristique d'une société qui commence à bouger sans qu'on sache encore très bien quelle direction elle va prendre. (…) Au contraire l'anti-utopie s'installe au moment où la révolution industrielle montre ses limites. (…) Les utopistes écrivaient dans des sociétés bloquées ; ils imaginaient un ailleurs pour ne pas finir sur le bûcher, ou en prison, ou en Sibérie. Les anti-utopistes vivent dans des sociétés permissives où ils peuvent dire à peu près ce qu'ils veulent ; ils en profitent pour situer leurs histoires dans un avenir, mais aussi pour en rajouter un peu, dans l’espoir de souffler sur les passions de leurs lecteurs et d’attiser le brasier, soit pour mieux avertir, soit tout simplement pour intéresser. (…) Cette sombre délectation tient peut-être à la paranoïa ambiante, mais surtout à la société du spectacle, qui a succédé aux sociétés répressives productrices d'utopies. En bref, les utopistes étaient sûrement moins optimistes que les utopies, et les anti-utopistes moins pessimistes que les anti-utopies.

(…) Le recueil que voici groupe des nouvelles de S.-F. moderne : la plus ancienne (mais non la moindre) remonte à 1951. Toutes sauf une sont américaines. Le courant contestataire, richement représenté ailleurs, n'apparaît ici que dans une histoire (…). La plupart des récits peuvent passer pour des représentations de l'enfer sur Terre, mais s'il faut désigner une dominante nous la chercherons moins du côté de l’anti-utopie que de la critique. Une critique parfois déchirante (…), parfois humoristique (…), parfois les deux en même temps (…) ; une critique distanciée par l'objectivité feinte (…) ou la volonté aristocratique de souffrir en beauté (…) ; une critique spécialement atroce quand le piège est ainsi conçu qu'il ne permet ni de rire ni de pleurer (…).  »

— Extraits de la préface, p. 8, 9, 10 et 14

Nouvelles[modifier | modifier le code]

Pour l'amour de Grace[modifier | modifier le code]

Les Champs d'or[modifier | modifier le code]

  • Auteur : Kit Reed
  • Titre initial : Golden Acres
  • Nouvelle traduite de l’anglais par Dorothée Tiocca, initialement parue dans Mister Da V. and Other Stories, 1967.
  • Résumé :

Un cimetière sur toute la Terre[modifier | modifier le code]

  • Auteur : C. C. MacApp (en)
  • Titre initial : And All the Earth a Grave
  • Nouvelle traduite de l’anglais par Michel Deutsch, initialement parue dans Galaxy Science Fiction n°126, décembre 1963.
  • Résumé : À la suite d'une erreur technique, une société qui fabrique des cercueils en fabrique cinquante fois plus que prévu. Du coup le budget publicité-marketing est cinquante fois plus élevé que l'année précédente. Les responsables des ventes engagent alors une campagne de publicité gigantesque pour vendre ces milliers de tonnes de cercueils. Le public est assez étonné. Les gens achètent des cercueils, d'abord un peu, puis beaucoup. Acheter un cercueil devient un acte courant, à la mode. Des cercueils de toutes tailles, de tous poids, en bois, pierre, cuir, argent, or, sont fabriqués. Les autres sociétés commerciales s'y mettent aussi, puis l'Europe, l'URSS, la Chine. Ensuite, pour les responsables du marketing des entreprises concernées, il faut que les gens « utilisent leurs cercueils ». Il devient donc tendance de dormir dans un cercueil. Surgit alors la mode des suicides : quoi de plus normal que de remplir le cercueil qu'on a acheté ? Quelques années plus tard, la surface de la Terre s'est vidée : tous les humains sont morts et « résident » dans leurs cercueils.
  • Articles connexes : Société de consommation - Économie de l'offre - Comportement grégaire - La Longue Marche des cornichons (nouvelle humoristique)

Gagner la paix[modifier | modifier le code]

  • Auteur : Frederik Pohl
  • Titre initial : The Waging of the Peace
  • Nouvelle traduite de l’anglais par Michel Deutsch, initialement parue dans Galaxy Science Fiction n°100, août 1959.
  • Résumé : Pour empêcher l'industrie d'être anéantie lors d'une éventuelle guerre nucléaire, on a fabriqué des usines souterraines, entièrement indépendantes, automatisées et robotisées. Le problème est qu'elles produisent trop et inondent les habitants en surface d'objets très souvent inutiles ou invendables. Comment stopper cette spirale infernale ? On imagine d'abord acheter moins d'objets et interdire la publicité. Puis une guerre a lieu contre les Machines. D'abord infructueuses, les offensives humaines sont couronnées de succès lorsqu'on prive les usines souterraines de matières premières. Effectivement, la surface cesse assez rapidement d'être inondée par les objets manufacturés venus du sous-sol. Jusqu'au jour où les usines envoient en surface des objets créés « à partir de rien », sans matières premières. Comment faire pour réagir ? Et comment se débarrasser de ces nouveaux objets, apparemment inusables ? Et s'il n'y avait pas de solution à ce problème ?

Les Ailes du chant[modifier | modifier le code]

… et pour toujours Gomorrhe[modifier | modifier le code]

  • Auteur : Samuel R. Delany
  • Titre initial : Aye, and Gomorrha…
  • Nouvelle traduite de l’anglais par René Lathière et Alain Dorémieux, initialement parue dans Dangerous Visions, 1967.
  • Résumé :

Paiement d'avance[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Paiement d'avance.

La Course des papillons de nuit[modifier | modifier le code]

Les Colporteurs de souffrance[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Les Colporteurs de souffrance.
  • Auteur : Robert Silverberg
  • Titre initial : The Pain Peddlers
  • Nouvelle traduite par Arlette Rosenblum, rédigée en novembre 1962 et initialement parue dans Galaxy Science Fiction n°124, août 1963.

Les Sculpteurs de nuages de Corail D[modifier | modifier le code]

Mécène[modifier | modifier le code]

  • Auteur : William Rotsler
  • Titre initial : Patron of the Arts
  • Nouvelle traduite de l’anglais par Jacques Polanis, initialement parue dans Universe 2, 1972.
  • Résumé :

Monde en tranches le mardi seulement[modifier | modifier le code]

  • Auteur : Philip Jose Farmer
  • Titre initial : The Sliced-Crosswise Only-On-Tuesday World
  • Nouvelle traduite de l’anglais par Ronald Blunden, initialement parue dans New Dimensions 1, 1971.
  • Résumé :

Plus fort que la camisole[modifier | modifier le code]

  • Auteur : Wyman Guin
  • Titre initial : Beyond Bedlam
  • Nouvelle traduite de l’anglais par Jacques Polanis, initialement parue dans Galaxy Science Fiction n°11, août 1951.
  • Résumé :

Maintenant, c’est l’éternité[modifier | modifier le code]

  • Auteur : Thomas M. Disch
  • Titre initial : Now Is Forever
  • Nouvelle traduite de l’anglais par Roland Delouya, initialement parue dans Amazing Stories vol.38 n°3, mars 1964, sous le pseudonyme de Dobbin Thorpe.
  • Résumé :

L'humanité a inventé une machine extraordinaire, le reprostat, qui permet de créer toute chose dont on a besoin ou envie, ainsi que de dupliquer tout ce qui existe. Il s'ensuit qu'on n'a plus besoin d'usines, d'entreprises, de banques, de commerces, de police, etc., puisque tout peut être créé à volonté. Le problème est que cette nouvelle ère d'abondance entraîne la disparition de tous les repères sociaux et la fuite éperdue des gens dans un nouvel hédonisme égoïste, festif et sexuel. Le tissu social se délite complètement ; il n'y a plus de société cohérente.

  • Remarque : pour une autre machine permettant la copie infinie, voir Tout avoir....

Le Monde comme Volonté et Revêtement mural[modifier | modifier le code]

  • Auteur : R. A. Lafferty
  • Titre initial : The World as Will and Wallpaper

Liens externes[modifier | modifier le code]


La Grande Anthologie de la science-fiction
précédé de
Histoires de créatures
Histoires de sociétés futures suivi de
Histoires de mondes étranges