La Frontière éclatée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Frontière éclatée
Image illustrative de l’article La Frontière éclatée
Les six volumes de la série spéciale « Auteurs francophones » dans la Grande Anthologie de la science-fiction.

Directeur de publication Gérard Klein
Ellen Herzfeld
Dominique Martel
Genre Recueil de nouvelles
Science-fiction
Éditeur Le Livre de poche
Lieu de parution Paris
Date de parution 1989
Type de média Livre papier
Chronologie

La Frontière éclatée est le troisième volume de la série spéciale de La Grande Anthologie de la science-fiction, paru en 1989.

L'ouvrage, consacré (comme les autres volumes de la série spéciale) aux auteurs francophones, réunit treize nouvelles publiées entre 1979 et 1984.

Publication[modifier | modifier le code]

Extrait de la préface[modifier | modifier le code]

« (…) La Frontière éclatée, troisième volume de l'Anthologie de la science-fiction française, couvre les années 1979 à 1984, George Orwell ayant proposé une inévitable césure à cette exploration de l'avenir à travers l'imaginaire. (…) Dessoûlée, débarrassée de ses tribuns de bistrot, la science-fiction française se cherche. Curieusement, elle va se trouver une sorte d'unité, certes non concertée, autour du thème de l'art et de l'artiste et plus généralement des talents, comme il ressort de la présente sélection. Il est sans doute utile de souligner que cette convergence, manifeste dans cinq des nouvelles choisies et au moins présente dans la plupart des autres, a surpris les anthologistes eux-mêmes. (…) Mais que ce soit par réaction à l'indifférence d'un lectorat moutonnier, ou sous l'influence, largement inconsciente, de l'évolution de la société en général, la plupart des auteurs de talent ont montré durant les années 80 une prédilection pour l'invention d'univers disloqués, incompréhensibles, aux limites de la logique, où déambulent des personnages impuissants, reflétant sans doute un monde social problématique où la maîtrise du destin s'annonce très incertaine tant pour les individus que pour les groupes. Sans s'être donné le mot, ni avoir constitué d'écoles ou de chapelles durables, ils proposent une littérature de l'Errance qui contraste fortement avec l'optimisme conquérant de l’avenir ou le pessimisme argumenté des futurs calamiteux, caractéristiques des années précédentes. Leur maître secret ou avoué est encore Philip K. Dick. (…). »

— Préface, p. 5, 6 et 9

Liste des nouvelles[modifier | modifier le code]

Rien qu'un peu de cendre, et une ombre portée sur un mur[modifier | modifier le code]

  • Auteur : Jean-Pierre Andrevon
  • Situation dans le recueil : p. 11 à 30
  • Parution de la nouvelle :
  • Résumé :

Dori et la suite[modifier | modifier le code]

  • Auteur : Dominique Douay
  • Situation dans le recueil : p. 31 à 53
  • Parution de la nouvelle :
  • Résumé :

Cosmosculpture[modifier | modifier le code]

  • Auteur : Yves Frémion
  • Situation dans le recueil : p. 54 à 74
  • Parution de la nouvelle :
  • Résumé :

Off[modifier | modifier le code]

  • Auteur : Serge Brussolo
  • Situation dans le recueil : p. 75 à 116
  • Parution de la nouvelle :
  • Résumé :

Détails de l'exposition[modifier | modifier le code]

  • Auteur : Jean-Claude Dunyach
  • Situation dans le recueil : p. 117 à 127
  • Parution de la nouvelle :
  • Résumé :

Aussi lourd que le vent…[modifier | modifier le code]

  • Auteur : Serge Brussolo
  • Situation dans le recueil : p. 128 à 185
  • Parution de la nouvelle :
  • Résumé :

Histoire d'amour avec drame[modifier | modifier le code]

  • Auteur : Georges Panchard
  • Situation dans le recueil : p. 186 à 221
  • Parution de la nouvelle : dans le magazine Fiction no 338 (mars 1983)
  • Résumé :

Un bonheur sans nuages[modifier | modifier le code]

  • Auteur : Bernard Mathon [1]
  • Situation dans le recueil : p. 222 à 264
  • Parution de la nouvelle : dans le magazine Fiction no 316 (mars 1981)
  • Résumé :

Les Risques du métier[modifier | modifier le code]

  • Auteur : Richard Canal
  • Situation dans le recueil : p. 265 à 281
  • Parution de la nouvelle : dans le magazine Fiction no 348 (février 1984)
  • Fiche sur iSFdb
  • Résumé : Dans cette ville portuaire, Stéphane est un homme doté de pouvoirs télépathiques : il a le don de lire les pensées de certains criminels. Or depuis quelques semaines, un tueur étrangle méticuleusement des femmes seules. Et ce soir là, Stéphane « pressent » que l'étrangleur va récidiver. Il avertit son contact à la PJ locale, le commissaire Angelis. Une patrouille est envoyée sur les lieux supposés de la future agression. Le commissaire Angelis vient récupérer Stéphane à son domicile afin qu'il identifie le meurtrier, et durant le trajet, lui annonce que le ministère de l'intérieur a décidé de se passer à l'avenir de ses services. Peu de temps après, le tueur est arrêté par la police au moment où il s'apprêtait à assassiner une prostituée. L'homme, qui était obsédé par les cous de ses victimes, envoie une « décharge télépathique empathique » intense à Stéphane, qui comprend les motivations profondes du tueur. Désormais, Stéphane décide de devenir, à son tour, un étrangleur ; et pour commencer, il décide de tuer la prostituée que le tueur n'avait pas eu le temps d'étrangler grâce à son intervention.

Où le voyageur imprudent tente d'effacer…[modifier | modifier le code]

  • Auteur : Jean-Pierre Hubert
  • Situation dans le recueil : p. 282 à 302
  • Parution de la nouvelle : dans le magazine Fiction no 312 (octobre 1980)
  • Résumé :

Coineraine[modifier | modifier le code]

  • Auteur : Agnès Guitard[2]
  • Situation dans le recueil : p. 303 à 334
  • Parution de la nouvelle :
  • Résumé :

La Vallée des ascenseurs[modifier | modifier le code]

La Machine lente du temps[modifier | modifier le code]

  • Auteur : Elisabeth Vonarburg
  • Situation dans le recueil : p. 374 à 442
  • Parution de la nouvelle :
  • Résumé :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La notice biographique placée en fin de volume précise que Bernard Mathon, né le 4 mars 1945, a écrit une dizaine de nouvelles. Le début de sa carrière a été marqué par un certain humour « briseur de tabous » (cf. bibliographie, p. 450).
  2. La bibliographie en fin de volume précise qu'Agnès Guitard est mathématicienne de formation, née à Lachine au Québec le 3 mars 1954. Elle travaillait alors dans le domaine de l'édition et de la traduction assistée par ordinateur (cf. bibliographie, p. 448-449).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


La Grande Anthologie de la science-fiction
précédé de
L'Hexagone halluciné
La Frontière éclatée suivi de
Les Mosaïques du temps