Histoires de fins du monde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Histoires de fins du monde
Image illustrative de l’article Histoires de fins du monde
Les 36 volumes de la Grande Anthologie de la science-fiction.

Directeur de publication Jacques Goimard
Genre Anthologie
Science-fiction
Éditeur Le Livre de poche
Collection La Grande Anthologie de la science-fiction no 3767
Lieu de parution Paris
Date de parution 1974
Type de média Livre papier
Couverture Pierre Faucheux
Nombre de pages 416
ISBN 2-253-00608-4
Chronologie

Histoires de fins du monde est le cinquième volume de la première série de La Grande Anthologie de la science-fiction.

Préfacé par Jacques Goimard, il réunit dix-huit nouvelles et a été publié en 1974.

Publication[modifier | modifier le code]

Extrait de la préface[modifier | modifier le code]

« Le thème de la fin du monde est aussi ancien que la peur de mourir. Il apparaît tout constitué dans les religions — fort nombreuses — qui développent des « mythes eschatologiques » (c’est-à-dire des récits relatifs à la fin du monde) : l’Apocalypse pour le christianisme, le Chant de la Völa pour l’ancienne religion scandinave, etc. À ce moment déjà, le thème présente une double face : tantôt la fin du monde — ou d’une partie du monde — est envoyée par les dieux pour punir l’homme de ses péchés (…), tantôt elle apparaît comme un processus inéluctable, intégré au cycle de la nature comme l’hiver au retour éternel des saisons (…)

Cataclysme par intrusion, cataclysme par stérilité : c'est toujours en fin de compte le cataclysme, le choc, le grand spectacle, l'inspiration apocalyptique de la pythie écumant sur son trépied ou de la völa chantant d'une voix cassée le crépuscule des dieux. Un grand vent passe, qui emporte le monde avec lui et ne laisse pas pierre sur pierre (…). »

— Extrait de la préface

Liste des nouvelles[modifier | modifier le code]

Foster, vous êtes mort ![modifier | modifier le code]

Mémorial[modifier | modifier le code]

Le jour se lève[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le jour se lève.
  • Titre original : Daybroke ; traduction de l’anglais par P.-J. Izabelle.
  • Nouvelle de Robert Bloch, initialement parue dans Star Science Fiction Magazine, janvier 1958.

Loth[modifier | modifier le code]

La Mort de chaque jour[modifier | modifier le code]

Seule une mère...[modifier | modifier le code]

  • Titre original : That Only a Mother ; trad. de l’anglais par Alyette Guillot-Coli.
  • Nouvelle de Judith Merril, initialement paru dans Astounding Science Fiction no 211, juin 1948.
  • Résumé :

Prochain spectacle au programme[modifier | modifier le code]

  • Titre original : Coming Attraction trad. de l’anglais par P. Soulas.
  • Nouvelle de Fritz Leiber, initialement paru dans Galaxy Science Fiction no 2, novembre 1950.
  • Résumé :

Le Vaisseau fantôme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le Vaisseau fantôme.
  • Titre original : Flying Dutchman ; trad. de l’anglais par Roger Durand.
  • Nouvelle de Ward Moore, initialement paru dans Adventures in Tomorrow, 1951.

Les Gardiens de la maison[modifier | modifier le code]

  • Titre original : The Keepers of the House ; trad. de l’anglais par Denise Hersant.
  • Nouvelle de Lester del Rey, initialement paru dans Fantastic Universe, janvier 1956.
  • Résumé :

Les Filles et Nugent Miller[modifier | modifier le code]

La vie n’est plus ce qu’elle était[modifier | modifier le code]

Les Carnivores[modifier | modifier le code]

  • Titre original : The Carnivore ; trad. de l’anglais par Didier Coupaye.
  • Nouvelle de G. A. Morris, initialement paru dans Galaxy Science Fiction no 35, octobre 1953.
  • Résumé :

La Lune était verte[modifier | modifier le code]

  • Titre original : The Moon Is Green ; trad. de l’anglais par Didier Coupaye
  • Nouvelle de Fritz Leiber, initialement paru dans Galaxy Science Fiction no 19, avril 1952.
  • Résumé : Après la guerre atomique, une jeune femme enceinte se languit dans un abri souterrain collectif. Une nuit, elle ouvre une fenêtre et trouve un homme au-dehors. Elle le laisse entrer, le nourrit; il affirme que les mutations ont changé le monde en un jardin d'Éden et les enfants humains en elfes. Le mari survient alors et sous sa menace, l'homme narquois admet son boniment; le monde est un enfer, lui-même un monstre immunisé aux radiations. Mais la jeune femme, refusant de revenir à la triste réalité, préfère s'enfuir dans la nuit empoisonnée.

Un système non-P[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Un système non-P.
  • Titre original : Null-P
  • Nouvelle de William Tenn, initialement parue dans Worlds Beyond no 2, janvier 1951.

Que la lumière soit[modifier | modifier le code]

  • Titre original : Let There Be Light ; trad. de l’anglais par Bruno Martin.
  • Nouvelle de Horace B. Fyfe, initialement paru dans If no 5, novembre 1952.
  • Résumé :

Frère Francis[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Un cantique pour Leibowitz.

La Ruée vers l’Est[modifier | modifier le code]

Dans les eaux de Babylone[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Articles généraux
Autres recueils de science-fiction

Liens externes[modifier | modifier le code]

La Grande Anthologie de la science-fiction
précédé de
Histoires de mutants
Histoires de fins du monde suivi de
Histoires de machines