Hervé Laudrin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
abbé Hervé Laudrin
Fonctions
Conseiller général du canton de Locminé
Élection
Réélection
Prédécesseur M. Kerrand
Successeur Sylvie Sioc'Han de Kersabiec
Maire de Locminé
Élection
Réélection
Représentant de la France au Parlement européen
Élection
Député de la 3e circonscription du Morbihan
Élection
Réélection


Législature Ire, IIe, IIIe, IVe et Ve
Prédécesseur création
Successeur Jean Pascal
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Locminé (Morbihan, France)
Date de décès
Lieu de décès Locminé (Morbihan, France)
Nationalité Drapeau de la France France
Parti politique UNR puis UDR
Profession Prêtre

Hervé Laudrin, dit l’abbé Laudrin, né le à Locminé (Morbihan) et décédé le à Locminé, était un ecclésiastique et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et entrée en religion[modifier | modifier le code]

Après des études à Locminé, puis à Saint-François Xavier à Vannes au Petit séminaire et au Grand séminaire, il est ordonné prêtre le . Il poursuit ensuite ses études à Angers et obtient une licence de philosophie en 1927.

De retour en Bretagne, l'abbé Laudrin devient professeur au Collège Saint-Louis à Lorient et secrétaire des œuvres diocésaines pendant un an. Devenu vicaire de la paroisse Saint-Louis, il fonde avec le notaire Joseph Brisset en 1934 le Cercle d'Éducation Physique (CEP) de Lorient dont il engagea la section football en championnat de district. En quatre ans et sans échec, cette équipe allait monter de la 3e division du Morbihan à la division d’Honneur.

La Résistance[modifier | modifier le code]

Réformé, Hervé Laudrin participe cependant à la Seconde Guerre mondiale comme aumônier volontaire. Fait prisonnier, il rentre en France en , libéré au titre de la Croix-Rouge. Dès son retour, il rejoint les rangs de la Résistance. Traqué par l’occupant, il décide de gagner l’Espagne, le Portugal, le Maroc et enfin l’Algérie en . Le 20 juillet, il intègre les Forces françaises libres du général Larminat, dont il est nommé aumônier divisionnaire par le général de Gaulle. Ce dernier le décore de la Légion d’honneur à titre militaire le à Stuttgart devant 50 000 hommes de troupe. Il reçoit également la croix de guerre 1939-1945 et la médaille de la France libre.

Après la guerre, l’abbé Laudrin revient à Lorient où il reprend la direction du CEP qu’il gardera jusqu’en 1961. Ses relations furent homériques[1] et rivales avec Henri Bisson (qui dirigeait le Stade lavallois) au sein de la LOFA.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Après autorisation épiscopale, il se présente aux élections législatives de 1958 et est élu le député UNR de la troisième circonscription du Morbihan. Réélu le , le , le et le , Hervé Laudrin est le dernier ecclésiastique à avoir siégé à l’Assemblée nationale. Membre du groupe UNR puis UDR, il restera député du Morbihan jusqu'à son décès le .

Le , l’abbé Laudrin est élu représentant de la France au Parlement européen. Il sera constamment réélu par la suite.

Au niveau local, Hervé Laudrin est élu conseiller général du canton de Locminé le , puis le . Le , il est élu maire de Locminé après avoir brillamment gagné les élections municipales au premier tour le 14 mars. Mis en ballotage pour la première fois en 1977, il décède entre les deux tours de scrutin, la veille de sa probable réélection à la magistrature municipale.

Il était réputé pour son sens exceptionnel de la repartie et de la formule.

Mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Jouneaux, Le Stade lavallois, une histoire, Siloé, 1994, p. 26.