Henri Lepage (économiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henri Lepage et Lepage.

Henri Lepage, né le , est un économiste et essayiste libéral français. Son livre Demain le capitalisme, paru en 1978, a contribué à diffuser en France les idées néolibérales.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (section Économie et finances) en 1962[1], après être passé par le lycée Janson-de-Sailly. Il a également étudié à l'Université du Colorado (États-Unis) et à la London School of Economics (Royaume-Uni). Il a été professeur associé à l'Université Paris-Dauphine[2].

Il découvre pendant ses études l'économie néo-classique et les auteurs libéraux américains. D'abord journaliste économique, il devient chargé d'études à l'Institut de l'entreprise et, dans un contexte où les milieux patronaux craignent l'arrivée au pouvoir de la gauche en France, commence à se faire connaître en publiant des articles qui visent à prouver scientifiquement la supériorité du capitalisme sur l'autogestion. Il publie en 1978 le livre Demain le capitalisme, qui est à l'époque un best-seller et s'écoule à plus de 100 000 exemplaires. Soutenu par les réseaux « aroniens » à L'Express[3], il devient alors, avec d'autres économistes comme Pascal Salin et Florin Aftalion, l'un des principaux représentants de l'école dite des nouveaux économistes[4] qui importe à l'époque en France un libéralisme radical, venu principalement des États-Unis. Inspirés par l'école autrichienne, les « nouveaux économistes » entendent fournir un contrepoint intellectuel au socialisme et bénéficient, dans les années 1980, d'une influence dans les partis politiques de droite, et notamment à l'UDF[5]. Henri Lepage, qui se présente comme anarcho-capitaliste[6], est alors, grâce au succès de son livre, l'un de leurs principaux représentants médiatiques. Il devient également le conseiller économique d'Alain Madelin auquel il contribue à faire découvrir la pensée économique libérale[3]. En 1990, Henri Lepage cosigne avec Alain Madelin dans Le Quotidien de Paris un article préconisant de réserver certaines prestations sociales aux ressortissants français[7].

Ses écrits portent notamment sur l'intervention de l'État dans l'économie et sur les théories de la propriété. Il a participé à la diffusion des textes de Friedrich Hayek et de Murray Rothbard en France.

Il est membre de la Société du Mont Pèlerin, administrateur de l'ALEPS, membre fondateur, président du conseil scientifique et membre du conseil d'administration de l'Institut Turgot.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]