Henri Lepage (économiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henri Lepage.
Henri Lepage
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (76 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de
Site web

Henri Lepage, né le , est un économiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris en 1962, après être passé par le lycée Janson-de-Sailly. Il a également étudié à l'Université du Colorado (États-Unis) et à la London School of Economics (Grande-Bretagne). Il est journaliste économique de 1967 à 1976 dans les hebdomadaires Entreprise et Review.

Il a enseigné dans les milieux les plus divers : il a été professeur associé à l'Université Paris-Dauphine et travaille maintenant au Parlement européen.

Il est membre de la Société du Mont Pèlerin, administrateur de l'ALEPS, membre fondateur, président du Conseil scientifique et membre du conseil d'administration de l'Institut Turgot.

Il se classe parmi les Scholars pédagogiques. Son apport scientifique consiste à rendre simples des théories complexes, et ce qui peut s'avérer encore plus difficile, de rendre clairs des faits a posteriori évidents. S'il a fait des contributions originales à l'économie, son œuvre est surtout remarquable par la synthèse et la reformulation rigoureuse et didactique des travaux universitaires américains peu connus en France. Parmi les économistes qui croient aux valeurs de la libre entreprise et de l'économie de marché, certains acceptent de reconnaître le besoin d'une intervention de l'État. Il montre que l'argumentation utilisée afin de justifier l'intervention des pouvoirs publics a des limites et des défauts. Même si les choix sur le marché sont incertains, c'est un sophisme que d'attribuer cette incertitude au marché en supposant, sans examen, que les choix étatiques non seulement ne seraient pas source d'incertitude mais seraient capables de la faire disparaître.

Il affiche son intérêt pour les théories de la propriété. Il permet de mettre en valeur que des droits de propriété ne s'appliqueraient pas seulement à des biens matériels, physiques et tangibles mais également sur des espaces intangibles ou mobiles (comme la propriété privée sur les ondes hertziennes, sur l'eau, sur les animaux ou sur l'air). La propriété privée ne se déduirait pas de la technologie employée pour la définir et la protéger (par exemple, la barrière et la clôture) mais aurait pour origine les droits attachés à la propriété. Selon ces conceptions, la technologie découlerait des Droits de propriété et non l'inverse.

Dans le domaine de la concurrence, Lepage, sous l'influence initiale de Friedrich Hayek, puis de Murray Rothbard, qu'il a fait découvrir en France, a été le premier à publier des mises en causes de la « norme » de « concurrence parfaite », et des études empiriques attirant l'attention sur les réalités universelles (l'incertitude, le passage du temps, l'impossibilité d'un profit certain, la création d'information qui est la vraie source de la production) dont les tenants de cette prétendue norme ne tiennent pas compte, alors que c'est leur existence même qui rend la recherche de ces normes possible et nécessaire.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]