Henri Beaufort (cardinal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de cette famille, voir : Beaufort et pour les homonymes, voir Henri Beaufort.
Henri Beaufort
Image illustrative de l'article Henri Beaufort (cardinal)
Henri Beaufort (cardinal)
Biographie
Naissance
Beaufort
Décès
Wolvesey (Angleterre)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
24 mai 1426 par Martin V
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de Saint-Eusèbe
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 14 juillet 1398
Fonctions épiscopales Légat du pape Martin V en Allemagne
Évêque de Winchester
1404 – 1447
Évêque de Lincoln
1398 – 1404

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Henri Beaufort (1375 ? Beaufort[1], Wolvesey), évêque de Lincoln et évêque de Winchester, est un prélat anglais. Il était surnommé « le cardinal d'Angleterre » et appartenait à la maison de Beaufort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le deuxième des quatre enfants illégitimes de Jean de Gand et de sa maîtresse Katherine Swynford. Il est donc un demi-frère d'Henry Bolingbroke. Henri Beaufort reçoit une solide éducation à Oxford et à Aix-la-Chapelle. Henri est légitimé en 1397 par le roi Richard II par lettres patentes mais les Beaufort sont déclarés inaptes à la succession au trône.

Beaufort est nommé évêque de Lincoln le 27 février 1398 puis est consacré le 14 juillet suivant. Après que Bolingbroke accède au trône sous le nom d'Henri IV en septembre 1399, Beaufort est nommé Lord grand chancelier en février 1403. Beaufort occupe ce poste jusqu'en novembre 1404, lorsqu'il est nommé évêque de Winchester.

Entre 1411 et 1413, Beaufort est en disgrâce pour avoir soutenue la faction du prince de Galles Henri de Monmouth, opposée à celle du roi. À la mort d'Henri IV en 1413, Beaufort est une nouvelle fois nommé Lord chancelier par le roi Henri V. Il quitte le poste en 1417. La même année le pape Martin V lui propose le rang de cardinal mais Henri V lui interdit d'accepter.

À la mort d'Henri V en août 1422, une double régence s'établit car le jeune Henri VI est encore au berceau. Un des frères d'Henri V, Jean de Lancastre, duc de Bedford est chargé de mener la guerre en France contre le dauphin Charles, installé à Bourges et qui s'est autoproclamé roi à la mort de son père Charles VI le Fol en octobre 1422. Durant l'absence de Bedford, le gouvernement de l'Angleterre est mené par l'autre frère d'Henri V, Humphrey de Lancastre, duc de Gloucester, nommé Lord Protecteur. Cependant, Beaufort a également une place importante au Conseil du roi. En 1424, il devient pour la troisième Lord chancelier mais est forcé de démissionner deux ans plus tard sous la pression de Gloucester.

Beaufort est finalement créé cardinal en 1426. Légat du pape Martin V en Allemagne, il part prêcher la croisade contre les Hussites en Bohême mais il est mis en déroute près de Tachov le 4 août 1427. Ambassadeur en France, il tente en vain de réconcilier Bedford avec le duc de Bourgogne Philippe le Bon.

Jeanne d'Arc malade interrogée dans sa prison par le cardinal de Winchester, par Paul Delaroche, 1824.

À la suite de la capture de Jeanne d'Arc en 1430, Beaufort assiste au procès intenté à la pucelle qui est présidé par l'évêque de Beauvais Pierre Cauchon. Il est présent à son exécution à Rouen le 30 mai 1431. Selon certaines sources, il aurait pleuré lorsqu'elle est brûlée vive.

Le 16 décembre 1431, à Notre-Dame de Paris, le cardinal Beaufort couronne roi de France le jeune Henri VI, amené en France par Bedford.

Après la mort de Bedford en 1435, Gloucester revendique la régence mais cette prise du pouvoir est contestée par le cardinal. Le 16 novembre 1437, peu avant son seizième anniversaire, Henri VI reçoit l'essentiel des pouvoirs. Le duc de Gloucester est remercié et le cardinal Beaufort apparaît désormais comme le véritable mentor du roi. Il lui transmet notamment sa grande piété.

À la cour, les avis divergent quand à l'attitude à prendre en réaction à la reconquête menée par Charles VII. Le duc de Gloucester et Richard, duc d'York, cousin d'Henri, sont partisans d'une reprise en main de la situation par une intervention rapide, d'autant que les Bourguignons ont fait la paix avec le roi de France à Arras en 1435, tandis que le cardinal et William de la Pole, duc de Suffolk, cherchent à faire la paix. Le Parlement prend parti pour Beaufort qui envoie à Paris Suffolk y négocier une trêve sur la base du statu quo entérinée à Tours en 1444.

En février 1447, Suffolk, avec l'aide du vieux cardinal Beaufort, fait arrêter Gloucester, accusé de trahison. Ce dernier est emprisonné pour être jugé mais il meurt rapidement (probablement d'une attaque cardiaque). Certains accusent néanmoins Suffolk et le cardinal d'avoir fait assassiner le propre oncle et héritier du roi.

Beaufort meurt peu après le 11 avril 1447 à Wolvesey.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  1. Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, t.1, Ch.Delagrave, 1876, p. 247