Hamois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hamois
Hamois
L'église Saint-Pierre, à Hamois.
Blason de Hamois
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Arrondissement Dinant
Bourgmestre Valérie Warzée-Caverenne (MR)
(Ensemble 2018)
Majorité Ensemble 2018
Sièges
ECOLO
Ensemble 2018
3
16
Section Code postal
Hamois
Achet
Emptinne
Mohiville
Natoye
Schaltin
Scy
5360
5362
5363
5361
5360
5364
5361
Code INS 91059
Zone téléphonique 083
Démographie
Gentilé Hamoisien(ne)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
7 349 ()
49,80 %
50,20 %
96 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
25,09 %
62,06 %
12,86 %
Étrangers 1,56 % ()
Taux de chômage 10,28 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 12 853 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 20′ nord, 5° 09′ est
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
76,42 km2 (2005)
70,14 %
20,16 %
8,36 %
1,34 %
Localisation
Localisation de Hamois
Situation de la commune dans l'arrondissement de Dinant et la province de Namur
Géolocalisation sur la carte : province de Namur
Voir sur la carte administrative de province de Namur
City locator 14.svg
Hamois
Géolocalisation sur la carte : Région wallonne
Voir sur la carte administrative de Région wallonne
City locator 14.svg
Hamois
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Hamois
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Hamois
Liens
Site officiel www.hamois.be

Hamois (en wallon Hamwè) est un gros village du Condroz en province de Namur, et commune francophone de Belgique (Région wallonne). Il est confluence du Bocq avec deux ruisseaux affluents.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'étymologie de 'Hamois' est obscure. Le mot aurait son origine dans le germanique hemmen signifiant enclos ou hameau. Une autre étymologie, germanique, elle aussi, ferait remonter Hamois au radical « ham » signifiant pré, prairie, pâture ou herbage. En 1145 il est connu sous le nom de 'Halmata'. En 1497 les documents mentionnent:'Hamay'.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, Hamois relevait de la mairie de Ciney et donc de la Principauté de Liège. Sous le régime français (décret du 22 thermidor an XII - ), Hamois, Achet, Hubinne et Monin forment une seule commune. En 1898, Achet et Monin retrouvent leur autonomie. Cette séparation est l'aboutissement de tensions toujours plus nombreuses entre Achet et Hamois : un contentieux patrimonial dès l'aube du XIXe siècle, et ensuite religieux à partir des années 1870 (l'érection d'une paroisse à Achet et la séparation de Monin et d'autres hameaux), et finalement scolaire quelques années plus tard avec une répartition des enfants en fonction de la géographie religieuse.

Déjà en 1855, Hamois est une des communes les plus peuplées de l'arrondissement. Entre 1871 et 1940 (sans Achet donc à cette date), la population d'Hamois progresse peu: elle passe de 635 à 928 habitants. Au chiffre démographique de 1871, il convient d'ajouter les 590 habitants des autres sections de la commune et des nombreux hameaux. Une densité de population d'une trentaine d'habitants au km². Jusqu'à la fin du XIXe siècle, Hamois est une commune rurale dont les « manants » sont pauvres, toujours soumis aux aléas de la vie et de la météorologie, longtemps rétive aux instruments monétaires et de mesure induits par le système métrique. Il faut attendre les dernières décennies du XIXe siècle et la construction de la ligne de chemin de fer Ciney-Huy pour que la commune se développe. Autour de la gare, sur la route Ciney-Liège, convergent en effet des voiries vitales pour les industries de la région: les fours à chaux d'Achet, les carrières de Schaltin, d'Andenne et de Barsy, les transporteurs de bois venus de Barvaux-Condroz... Une situation enviable qui conduit les autorités locales à se battre (en vain) de 1889 à 1910, pour faire passer le tracé prévu de la ligne vicinale d'Andenne à Ciney par Hamois afin d'ainsi établir une jonction à Melreux avec l'Ourthe. La station sur la ligne Ciney-Statte sera le poumon économique de la localité : une scierie à vapeur, un dépôt d'essence dès le début du XXe siècle.

Après avoir, dès 1916, bénéficié de l'électricité grâce au moulin Warnon, la localité confie le service à la Compagnie Luxembourgeoise d'Électricité en 1930.

Durant la Première guerre mondiale, comme ses voisines, Hamois accueille des civils français évacués de force par l'occupant allemand. Comme à Natoye, ils sont originaires du département de l'Aisne (Faucoucourt - 316 personnes- et Wissignicourt -186 personnes-).

L'hôtel de ville de la nouvelle commune d'Hamois (à partir de 1977) ne se trouve pas à Hamois même mais dans le village voisin d'Emptinne

Population et évolution des chiffres[modifier | modifier le code]

Au 1er décembre 2019, Hamois compte 7 672 habitants, 3 841 hommes et 3 831 femmes, soit une densité de 100,39 habitants/km2[1] pour une superficie de 76,42 km2.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason commune de Hamois (Belgique).svg
La ville possède des armoiries.
Blasonnement : De sable à trois pals d'or, à fasce ondée d'argent brochant le tout.
Source du blasonnement : Heraldy of the World



Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Hamois
Assesse Gesves
Hamois Havelange
Ciney Ciney Somme-Leuze

Les chiffres des années 1846, 1900 et 1947 tiennent compte des chiffres des anciennes communes fusionnées.

  • Source : DGS - Remarque : 1806 jusqu'à 1970 = recensement ; depuis 1971 = nombre d'habitants chaque [2].

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • À propos de la scission des communes d'Hamois et de Achet: Jean-Luc LEFEVRE, Achet et sa modernité (1898-1940), dans Mémoires des villages du Haut-Bocq, no 6, 2011,p. 55–79 et Guéguerre et guerre à Hamois, 1897-1918, ibidem, no 8, 2013, p. 61–67 ainsi que Jacques de CARTIER d'YVES, Hamois-Achet - partage, ibidem, no 6, p. 81–84 ;
  • J.L. LEFEVRE, Hamois aux avant-postes de la modernité (1879-1940), in Mémoires des villages du Haut-Bocq, no 9, 2014,p. 110–131 ;
  • J.L. LEFEVRE, Civils français évacués dans le pays de Hamois, in Gauheria (Lens), no 95, , p. 53– 60 et dans Mémoires des villages du Haut-Bocq, no 10, 2015, p. 15–34 ;
  • J.L. LEFEVRE, Les évacués français dans les paroisses du Haut-Bocq, ibid., p. 39–59 ;
  • J.L. LEFEVRE, Hamois au XIXe siècle. D'une révolution à l'autre, in Mémoires des villages du Haut-Bocq, no 11, 2017, p. 48–63 ;

Liens externes[modifier | modifier le code]