M3 Half-track

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Halftrack M3)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

M3/M3A1 Half-tracks
Image illustrative de l’article M3 Half-track
M3 Half-track
Caractéristiques de service
Type Half-track
Véhicule blindé
Véhicule de transport de troupes
Utilisateurs Voir ici
Conflits Seconde Guerre mondiale
Guerre de Corée
Guerre de Suez
Guerre des Six Jours
Guerre civile du Liban
Production
Concepteur Ordnance Department (en)
Constructeur White Motor Co.[N 1]
Autocar Co.
Diamond T
Unités produites Au cours de la Seconde Guerre mondiale : 23719[N 2]
(12499 M3[1] et 6802 M3A1[1])
Au total : environ 41000
Variantes Voir ici
Caractéristiques générales
Équipage 1 + 12
Longueur 6,16 m (M3)
6,34 m (M3A1)
Largeur 1,96 m (M3)
2,22 m (M3A1)
Hauteur 2,30 m (M3)
2,69 m (M3A1)
Garde au sol 28,4 cm
Masse au combat 9100 kg (M3)
9300 kg (M3A1)
Blindage (épaisseur/inclinaison)
Blindage 6,4 - 13 mm
Type Acier trempé
Frontal (caisse) 13 mm / 25°
Latéral (caisse) 6,4 mm / 0°
Arrière (caisse) 6,4 mm / 0°
Dessus (caisse) 6,4 mm / 83°
Armement
Armement principal 1 × Mitrailleuse M1919 A4 .30
4000 cartouches (M3)
7750 cartouches (M3A1)

1 × M2 Browning HB .50
700 cartouches (M3A1)
Mobilité
Moteur White 160AX 6 cylindres 4 cycles essence
Puissance 147 ch ( kW)
Transmission 4 vitesses
Suspension Ressorts à lames horizontaux semi-elliptiques (roues)
Vertical volute spring suspension (en)(chenilles)
Vitesse sur route 72 km/h
Puissance massique 16,15 ch/tonne
Réservoir 230 l
Autonomie 320 km

Le M3 Half-track est un engin blindé semi-chenillé transport de troupes des forces armées des États-Unis principalement utilisé lors de la Seconde Guerre mondiale et pendant la guerre froide. Il est dérive du half-track M2. Il a été produit en ce qui concerne sa version standard à 15 000 exemplaires et pour ses variantes à 38 000 exemplaires.

Plusieurs dizaines de variantes sont produites pour servir de chassis à un système d'arme antiaérien automouvant ou à des pièces d'artillerie motorisées. Pendant la Seconde Guerre Mondiale , le M3 et ses variantes ont été distribuées à l'US Army, aux US Marines, aux forces armées du Commonwealth britannique et à l'armée soviétique. Il sert sur tous les fronts principaux pendant la durée de la guerre. Le M3 et ses variantes sont produites par plusieurs compagnies dont Diamond T, White Motor et Autocar. Relativement impopulaire au début en raison de la faiblesse de son blindage et l'absence de protection supérieure pour protéger l'équipage des shrapnels il est utilisé par la quasi totalité des alliés pendant le conflit.

Pendant la Guerre Froide, il est utilisé par de nombreux acteurs étatiques et non-étatiques dans des confits en Amérique du Sud, au Moyen-Orien, en Afrique et en Asie. Il reste en service jusqu'au milieu des années 90 et reste utilisé par le Mexique en 2019.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le half-track M3 est long de 6,17 m large de 2,223 m, haut de 2,26m et pèse 9,07 tonnes. L'empattement est long de 3,44m. La suspension consiste en un ressort à lame pour chacune des deux roues avant. A l'arrière, il dispose pour tendre le train de roulement chenillé d'un ressort hélicoïdal vertical. La contenance de ses réservoirs est de 230 litres d'essence au total. Le M3 peut transporter un conducteur et une équipe de 12 soldats. Il a une autonomie de 240 km. Il dispose d'un blindage compris de 6 à 12 mm d'épaisseur qui protège l'équipage des coups des armes légères d'infanterie. Il est mû par un moteur à essence White de 128 CV (95kW) White 160AX de 6 330 cm3 de cylindrée qui donne au véhicule un rapport de 15,9 CV / tonne.

Conception[modifier | modifier le code]

Le modèle du M3 utilise de nombreux composants commerciaux pour améliorer sa fiabilité et le rythme de production. Il est standardisé en 1940 et il est construit par Autocar, Diamond T et White. Avec un moteur White 160AX, la transmission du M3 est manuelle, non synchronisée avec quatre vitesses avant et une marche arrière et comprend une boîte de transfert à deux positions. La suspension avant utilise des ressorts-lame alors que le train de roulement chenillé est suspendu par un ressort hélicoïdal vertical. La direction n'est pas assistée alors que le freinage bénéficie d'une assistance hydraulique. L'alimentation électrique est de 12 volts. Le véhicule utilise deux chenilles faites de caoutchouc moulé armé par un cable en acier et des guides-chenille métalliques.

Les armes d'infanterie sont tenues par des rateliers derrière les sièges alors que les munitions et les rations sont généralement stockées dessous. En 1942, les véhicules reçoivent un petit ratelier pour stocker les mines terrestres à l'extérieur du compartiment de l'équipage, juste au dessus des chenilles. Au combat, les hommes d'équipage ont pu accrocher des rations supplémentaires, des sacs à dos et tout autre type de matériel à l'extérieur du véhicule. Des étagères pour mettre les paquetages ont souvent été ajoutée sur le terrain et les derniers véhicules reçoivent des étagères montées à l'arrière à cet effet.

Les premiers véhicules reçoivent un affût-pivot juste derrière les sièges avant qui pouvait soutenir une mitrailleuse Browning de 12,7 mm M2HB. Les dernières versions M3A1 reçoivent un "pupitre" blindé pour une mitrailleuse de 12,7 mm et des affuts pour deux mitrailleuses de 7,62 mm monté le long du compartiment de l'équipage. De nombreux M3 ont été convertis en M3A1. La carrosserie est totalement blindée avec des volets blindés réglables sur le radiateur du moteur et un pare-brise à l'épreuve des balles.

Développement[modifier | modifier le code]

Le développement d'un engin semi-chenillé à partir du véhicule de reconnaissance M3 commence avec la directive du matériel OCM 14188. Le prototype est construit à l'arsenal de Rock Island avec le soutien de la White Motor Company et reçoit la nomenclature T7. Il a le même chassis et moteur que le M3 mais il a des roues avant plus large et un pare-choc plus court à l'avant. Le blindage est composé d'une plaque d'acier durci de 8 mm et le véhicule est armé de deux mitrailleuses de 7,62 mm Mle 1919 et d'une mitrailleuse Browning M2 HB de 12,7 mm. Il comprend un équipage de 8 membres. Des essais à Aberdeen Proving Ground en 1938 constatent des performances insuffisantes en raison de la direction assumée par les roues avant. LT7 est alors reconverti en véhicule de reconnaissance et restitué à l'US Army.

Tout au lon de 1939 et 1940, un nouveau prototype est construit et développé par l'US Army à Aberdeen Proving Ground. Le M3 est alors développé comme une version plus grande du M2 équipé de deux mitrailleuse Mle 1919 et une mitrailleuse M2HB pour le combat. Le M3 se voit ajouté une porte arrière et cinq sièges supplémentaires. Il est essayé à Aberdeen Proving Ground en été 1941 et il est adopté peu après.

Service[modifier | modifier le code]

Dans l'US Army, le M3 est destiné aux régiments d'infanterie motorisés. Il est rapidement mis en service par le Provisional Tank Group lorsque l'armée japonaise commence l'invasion des Philippines. Au début, il fait l'objet de nombreux défauts mécaniques. Le service du matériel les rectifie sur la base des rapports faits par les militaires aux Philippines. Le M3 est utilisé dans son rôle premier lors de l'opération Torch. Chaque division blindé possède 433 M2 ou M3 dans les régiments blindés et 233 dans les régiments d'infanterie motorisée. Au début, les half-tracks sont impopulaire. Ils reçoivent le surnom de "Purple Heart boxes", les boites à Purple Heat (décoration donnée aux blessés au combat dans l'US Army). Le reproche principal est concentré sur le manque complet de protection du dessus contre les obus d'artillerie fusants et le manque de resistance aux feux des mitrailleuses. Omar Bradley déclare dans son rapport sur les half-tracks que c'était un reproche fondé et améliorable. Sa mauvaise réputation provient de l'inexpérience de la troupe qui l'utilisaient pour trop de missions. Un autre problème majeur avec le M3 est son galet de tension arrière fixe qui se cassait trop facilement en terrain difficile. Les chefs militaires en Afrique du Nord achètent alors des pièces détachées pour construire des galets de tension montées sur ressort pour faire face au terrain difficile. Cette modification est approuvée par le service du matériel américain. En 1943, le M3 sert en Sicile et en Italie et les retours du terrain deviennent alors positifs. Il est employé lors de l'opération Overlord et sur le front européen jusqu'à la fin de la guerre.

La production totale de M3 et de ses variantes se monte à 54 000 véhicules environ. Pour équiper les nations alliées, International Harvester produit des véhicules tout à fait similaires sous le nom de M5, en particulier dans le cadre du plan Prêt-Bail.

Variantes[modifier | modifier le code]

Véhicules blindés transport de troupe ː[modifier | modifier le code]

  • M3 - Half-tracks produits par White et Autocar équipés d'un moteur de 6330 cm3 160AX. Ils sont équipés soit d'un affût antiaérien M32 ou d'un affût terrestre pour une mitrailleuse de 12,7 M2HB.
  • M3A1 - Il reçoit un affût circulaire M49 fixé au dessus du siège avant droit. Entre 1942 et 1943, tous les M3, qu'ils soient standards ou A1, sont remis à niveau continuellement. Ces améliorations comprennent un certain nombre d'aménagements du train de roulement, du moteur et de la répartition des charges.
  • T29/̥M3A2 - Développé en 1943, il comprend des éléments propres à assurer une convergence entre les M2 et les M3 et en faire un véhicule unique. Le besoin en half-track s'est avéré moins important que prévu et le M3A2 n'a jamais été produit.
  • Le M5 transport de troupe
  • M3E2/M5 - Variante produite par International Harvester, largement identique en apparence au M3, il est équipé d'un moteur à essence de 7 400 cm3 IHC RED-450-B, un train de roulement et un équipement électrique différent. Le châssis, les bogies, les chenilles, la poulie de tension, le barbotin, les treuils, la boite de transfert, les galets de roulement et les affûts de mitrailleuse sont interchangeables avec ceux du M3. Le M5 est plus lourd que le M3 en raison de son blindage plus épais. La carrosserie du véhicule est soudée plus que rivetée. Le M5 est principalement construit pour les accords Prêt-Bail.
  • M5A1 - Similaire au M3A1, le M5A1 est un M5 doté d'un affût de mitrailleuse M49. Il est armé d'une mitrailleuse de 12,7 mm M2HB et de deux mitrailleuses de 7,62 mm. Le modèle IHC a une vitesse maximum légèrement inférieure (68 km/h) et une autonomie plus faible (201 km).
  • T21/M5A2 - En principe similaire au M3A2, il est développé pour aboutir à la fusion de la production des deux modèles M5 et M9. Comme pour le M3A2, le projet n'est pas achevé et le modèle n'est donc pas produit.
  • M9 - Avec la même carrosserie que le M5 mais avec une répartition des charges identique à celle du M2, la radio est accessible de l'intérieur par opposition à l'extérieur et il est équipé d'une porte arrière, d'un affût piédestal pour la mitrailleuse.
  • M9A1 - Même modèle que le M9 sauf avec l'affût circulaire et les trois affûts fixés sur les parois pour mitrailleuses.

Canons, obusiers et mortiers automoteurs[modifier | modifier le code]

  • T12/M3 75 mm GMC (Gun Motor Carriage) – Chassis M3 équipé d'un canon de 75 mm M1897A5, il peut aussi être monté sur un affût-bouclier M2A3
  • M3A1 75 mm GMC – L'affût-bouclier M2A2 est remplacé par un M2A3 lors de l'épuisement des stocks du premier. Des variantes ultérieures font apparaître un affût bouclier de circonstance et de 59 coups complets.
  • T19 105 mm HMC (Howitzer Motor Carriage)– Chassis M3 armé de l'obusier M2A1 de 105 mm avec 8 coups complets.
  • T19/M21 81 mm MMC (Mortar Motor Carriage) – Chassis porte mortier M3 équipé d'un mortier M1 de 81 mm et doté de 97 coups, le mortier est placé pour être mis en œuvre de l'intérieur du véhicule.
  • T21 – Chassis porte-mortier M3 avec un mortier de 4.2 pouces (106 mm) il n'est pas adopté.
    • T21E1 – Le T21 ne peut tirer que vers l'arrière tout comme le porte-mortier M4 basé sur le M2, le T21E1 peut tirer vers l'avant.
  • T30 75 mm HMC – Chassis de M3 porte-obusier équipé avec un obusier de 75mm M1A1 sur un affût simple avec une dotation de 60 coups. Utilisé par l'US Army, il est attribué aux Français Libres et il est utilisé ultérieurement en Indochine.
  • T38 105 mm HMC – Chassis de M3 porte-obusier équipé de l'obusier M3 de 105 mm. Sa production est annulée avec le succès de l'obusier automouvant de 105mm T19.
  • T48 Gun Motor Carriage – Chassis de M3 porte-canon équipé avec le canon de 57 mmm M1, copie du canon britannique antichar QF6 6 pounder. Au total, 962 T48 sont produits pendant la guerre. 60 sont attribués à la Grande-Bretagne dans le cadre du plan Prêt-Bail et 650 sont envoyés à l'URSS où il sert sous le nom de SU-57 doté de 99 coups. Un total de 32 est converti en M3A1, alors qu'un seul est entré en service dans l'US Army.

Versions antiaériennes[modifier | modifier le code]

  • T1E4/M13 MGMC (Multiple Gun Mount Carriage) – Chassis de M3 équipé d'un affût double Maxson M33 avec deux mitrailleuses de 12,7 mm M2HB dotées de 5000 coups au total. Les côtés de la carrosserie des prototypes du T1E4 sont retirés pour faciliter les mouvements de l'affût. Lors de la production, il est reclassé sous la nomenclature M13. Il est développé à partir du projet T1, lui-même développé sur la base du half-track M2.
    • M14 Half-track – Variante du M13 MGMC monté sur un chassis M5. Livré à la Grande-Bretagne sous le contrat Prêt-Bail.
  • M16 Half-track – Chassis de M3 équipé d'un affût quadruple Maxson M45 (plus spécifiquement le M45D) équipé de quatre mitrailleuses de 12,7 mm M2HB dotées de 5000 coups au total.
    • M16A1 MGMC – Véhicule transport de troupe standard M3 converti en MGMC en ôtant les sièges arrière et en installant un affût quadruple Maxson M45 (Plus spécifiquement le M45D avec un bouclier en forme d'aile de chauve-souris installé de part et d'autre de l'affût au dessus des mitrailleuses). Ces véhicules sont facilement identifiables par l'absence des petits panneaux supérieurs repliables au dessus de la carrosserie caractéristiques des M16 originaux.
    • M16A2 MGMC – M16 convertis pour ajouter les améliorations apportées au M16A1 avec l'ajout de la porte à l'arrière du compartiment de l'équipage. Pour les M16 déjà construits, ces améliorations se manifestent essentiellement par un changement d'affût du M45D au M45F.
    • M17 Half-track – version du M16 MGMC doté de 5000 coups, sur la base du chassis M5 attribué à l'Union soviétique sur la base du contrat Prêt-Bail.
  • T58 – Simiraire au M16 et M17, le T58 est équipé d'une tourelle Maxson mise en œuvre grâce à un moteur électrique spécial. Il n'a existé que sous la forme de prototype.
  • T28E1 CGMC (Combination Gun Motor Carriage)– Chassis M3 équipé d'un ensemble composé d'un autocanon de 37 mm M1A2 doté de 240 coups flanqué de deux mitrailleuses de 12,7 mm M2HB doté de 3400 coups au total. Le T28 d'origine est construit sur un chassis de half-track M2 . Il n'a existé que sous la forme de prototype.
    • M15 Half-track – Variante du T28E1 équipé d'une superstructure blindée sur l'affût pour protéger l'équipage et solidarisée les mitrailleuses de 12,7 mm M2HB.
    • M15A1 CGMC – Système d'arme réorganisé avec les mitrailleuses de 12,7 mm M2HB montée sous un autocanon de 37 mmm M1A2 au lieu de l'installation exposée ci-dessus.
  • T10E1 – Variante conç̠ue pour essayer la faisabilité de remplacer les mitrailleuses de 12,7 mm par une copie américaine de canon de 20 mm Hispano-Suiza HS.404 sur un affût Maxson modifié. Tous ont été reconverti en M16 normaux. Le T10 d'origine était monté sur le chassis du half-track M2.

Essais de montage d'un canon de 40 mm[modifier | modifier le code]

Des expérimentations variées sont faites pour monter un canon de 40 mm Bofors L/50 sur le chassis M3. Dans la plupart des cas, le recul de l'arme est trop important et le dispositif est trop lourd. Les essais sont arrêtés par l'adoption du M19 MGMC monté sur le chassis du char léger M24 "Chaffee".

  • T54/E1 – Essayé en 1942, l'affût s'avère rapidement instable en phase de tir et le T54E1 amélioré qui comprend un bouclier blindé circulaire et un blindage arrière sur le véhicule ne résout pas le problème. Il n'a existé que sous la forme de prototype.
  • – Développement du T54/E1, équipé de jacks extérieur pour aider à la stabilisation du véhicule pendant les périodes de tir prolongées, il s'avère encore trop instable pour la lutte anti-aérienne. Il n'a existé T59que sous la forme de prototype
    • T59E1 – T59 équipé avec le système de contrôle de tir T17, il n'a existé que sous forme de prototype.
  • T60/E1 – Identique au T54 et au T59 mais armé de deux mitrailleuses de 12,7 mm M2HB placées de part et d'autres d'un canon de 40 mm (Le dispositif reçoit le numéro de nomenclature T65). Le T60E1 est développé avec un blindage similaire à celui du T54E1. Il souffre des mêmes problèmes de stabilité que les versions précédentes. N'a existé qu'à l'état de prototype.
  • T68 – Le projet d'expérimentation le plus abouti, le T68 comprend deux canons de 40 mm superposés et un stabilisateur au dessus des deux tubes. La force du recul s'avère trop importante pour l'affût. et l'idée est abandonnée. N'a existé que sous la forme de prototype.
  • M15 "Special" – Conversion effectuée sur le terrain par es dépôts de l'US Army en Australie pour monter sur un M3 standard qui ne soit pas un M15 une tourelle de 40 mm Bofors L/50. Seuls les dispositifs montés sur les M3 connaissent le succès et sont plus utilisé pour de l'appui direct que dans un rôle antiaérien.
  • M34 – Comme le M15 "Special" ci-dessus, 102 M15 sont convertis en M34 au Japon en 1951. Le M34 était équipé d'un tube simple de 40 mm Bofors à la place du dispositif du M15. L'idée est de surmonter le manque de munition de 37 mm qui n'est plus fabriqué. Le M34 sert en particulier avec le 26 ème et le 140 ème bataillon de lutte antiaérienne pendant la guerre de Corée.

Les versions israéliennes[modifier | modifier le code]

Les Israéliens montent un canon de 20 mm sur un chassis de half-track M3 modifié.

  • M3 Mk. A – M5 APC (Armoured Personnal Carrier - Véhicule blindé transport de troupe). Les half-tracks israéliens reçoivent tous l'appellation M3 même lorsqu'il s'agit de modèles M2/M9 et ils sont tous connu sous le nom de Zachlam זחל"ם en hebreu. Le M3 Mk. A est identifié comme IHC M5s lorsqu'il est équipé du moteur RED-450. L'affût de mitrailleuse M49 est conservé mais de nombreux types de mitrailleuses y sont montées.
  • M3 Mk. B – M5 converti comme poste de commandement avec des postes-radio supplémentaires et un parechoc avant doté d'un treuil. Le Mk. B est équipé de mitrailleuses de 12,7 mm M2HB.
  • M3 Mk. C – A l'origine un canon automoteur M21 MMC monté sur un chassis M3 (présumé équipé du moteur White 160AX d'origine) et équipé d'un mortier M1 de 81 mm.
  • M3 Mk. D – Un autre mortier automoteur monté sur un chassis de half-track M3, équipé du mortier de 120 mm Soltam. Il est entré en service en 1960.
  • M3 TCM-20 – Half-track M3/M5 équipé du système d'arme israélien TCM-20 avec deux canons Hispano-Suiza HS. 404 monté sur un affût Maxson d'ancien modèle. La fente de vision de droite est souvent remplacé par un affût de coque semi-sphérique pour une mitrailleuse. Ils se s'avèrent être très efficaces pour lutter contre les équipes de missiles antichar en les forçant à se cacher ou pour les empêcher de se mettre sur des positions favorables pour les utiliser avec précision.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Pays[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La White n'a pas produit de M3A1.
  2. Au total 21510 véhicules furent produits car 2209 M3 ont été convertis en M3A1.
  3. La Wehrmacht a utilisé des véhicules capturés sur le front nord-africain et sur le front de l'Ouest au cours de la Seconde Guerre mondiale.
  4. a et b Véhicules fournis par Israël.
  5. a et b Véhicules capturés à l'ALS.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « M3/M3A1 sur la data base des véhicules militaires américains de la Seconde Guerre mondiale »
  2. a b c d e f g h i j k l m n o et p Zaloga (1994), pp. 21–22.
  3. a b c d e f et g Zaloga (1994), p. 42.
  4. Zaloga (1994), p. 13.
  5. Zaloga (1994), pp. 36–37
  6. Zaloga (1994), p. 23.
  7. (en) « Trade Registers », Stockholm International Peace Research Institute, (consulté le 20 novembre 2014)
  8. https://www.facebook.com/moroccanFAR/photos/a.850789308307656.1073741874.301539789899280/850789694974284/?type=3&theater
  9. Zaloga (1994), pp. 3–5
  10. Bishop, p. 81.
  11. Kassis, 30 Years of Military Vehicles in Lebanon (2003), pp. 41-47.
  12. Kassis, 30 Years of Military Vehicles in Lebanon (2003), pp. 85-89.
  13. El-Assad, Blue Steel: M-3 Halftracks in South Lebanon (2006), p. 58.
  14. Kassis, 30 Years of Military Vehicles in Lebanon (2003), p. 63.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Thomas Berndt, American Tanks of World War II, Minneapolis, MN, MBI Publishing Company, (ISBN 0-87938-930-3, lire en ligne).
  • (en) Chris Bishop, The Encyclopedia of Weapons of WWII, London, UK, Orbis Publishing and Aerospace Publishing, (ISBN 0-7607-1022-8).
  • (en) Terry Gander, The Bofors Gun, Barnsley, UK, Pen and Sword, (ISBN 1-4738-3680-8).
  • (en) R.P. Hunnicutt, Half-tracks: A History of American Semi-Tracked Vehicles, Santa Barbara, CA, Presidio Press, (ISBN 0-89141-742-7).
  • (en) Steven J. Zaloga, M3 Infantry Half-Track 1940–73, Oxford, UK, Osprey Publishing, (ISBN 1-85532-467-9).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]