Habitat (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Habitat (magasin))

Habitat
logo de Habitat (entreprise)
Logo d'Habitat
illustration de Habitat (entreprise)

Création 1964 à Londres (Royaume-Uni)
Fondateurs Terence Conran
Forme juridique Société par actions simplifiée
Slogan “Love Your Home”
Siège social Milton KeynesVoir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Sainsbury'sVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Commerce de détail
Produits Mobilier
Société mère Sainsbury's et Home Retail GroupVoir et modifier les données sur Wikidata
SIREN 389 389 545
Companies House 07445750Voir et modifier les données sur Wikidata
TVA européenne FR72389389545Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.habitat.fr

Chiffre d'affaires 63.961.000€ (2021)
Magasin Habitat au Forum des Halles à Paris

Habitat est une chaîne de magasins d'origine britannique créée par Terence Conran en 1964, spécialisée dans la vente de meubles et d'accessoires de décoration contemporains. Elle fait partie depuis septembre 2011 du groupe français de distribution CAFOM.

Habitat propose des gammes de produits spécialisés dans l'ameublement et la décoration de la maison : canapés et fauteuils, salon et salle à manger, bureau, chambre et literie, cuisine, luminaires.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au début des années 1950, Terence Conran ouvre des restaurants ; par la suite il crée en 1957 le Conran Design Group[1]. Le , Terence Conran, jeune créateur ouvre le premier magasin Habitat de 1 500 m2 Fulham Road, à Londres, avec sa femme[2]. Le concept est alors innovant pour l'époque[3] : il a pour ambition de moderniser le mobilier britannique en proposant un design contemporain à des prix abordables et plus largement, de démocratiser le design en général, comme « une alternative à ces boutiques qui ne faisaient que vendre des meubles »[3] ; Vogue écrit en 1973 que Terence Conran « voulait juste que le monde entier possède un saladier bien « designé »[4]. « L'utile peut-être beau et le beau accessible » explique le fondateur[3]. Le premier point de vente est immédiatement un succès[2]. Le magasin moderne est plus qu'un point de vente, c'est aussi un lieu d'influence par la mise en scène de tout ces produits simples et fonctionnels[2]. En plein Swinging Sixties, le personnel porte des uniformes dessinés par Mary Quant et un coin coiffure Vidal Sassoon est présent dans le lieu[2].

La marque se développe rapidement en anticipant les goûts du public. Si la marque fait fabriquer très majoritairement à l'étranger, jusqu'en Asie, ce continent apprécié de Terence Conran est aussi source d'inspiration, tout comme le Bauhaus, le design suédois et danois entre autres[5]. Le premier catalogue de vente par correspondance est lancé en 1969 en Angleterre, avec un demi-million d'exemplaires[6].

La société ouvre en 1973 son premier magasin français à Paris, au pied de la tour Montparnasse, dans le quartier Necker. L'idée remonte de quelques années auparavant et émane de Francis Bruguière, acheteur de mobilier pour Prisunic, face au succès du catalogue de l'enseigne anglaise. Comme Prisunic refuse d'ouvrir un magasin de meubles, il sollicite Terence Conran : d'abord laissée en suspens, l'idée murie, pour finalement voir le jour au 11, rue de l'Arrivée, au sein du Centre commercial Montparnasse[7]. Sans autre publicité que le bouche-à-oreille, le succès est immédiat[8], avec un chiffre d'affaires supérieur de 50 % aux prévisions au bout d'une année[9]. Le catalogue français de vente par correspondance est lancé dans la foulée à 400 000 exemplaires[10]. Un an après l'emplacement de Montparnasse, Habitat ouvre à Orgeval, puis l'année suivante à Montpellier et à Paris avenue de Wagram, en 1976 à Lyon, encore à Paris au Forum des Halles trois ans après[9]. Pendant deux décennies, Habitat poursuit son expansion en Europe, s'implantant en Espagne ou en Allemagne[11] ainsi que dans une dizaine d'autres pays européens, mais également à Bangkok[9]. L'enseigne compte alors un demi-milliers de points de vente[9].

Pour les quarante ans du Festival de Cannes, Habitat créé une collection utilisée pour les terrasses du Palais des Festivals, les studios, les salles de conférences[12]. Lors de la décennie suivante en 1993 a lieu à Paris l'exposition Habitat, vingt ans de quotidien en France[13].

En 1998, Tom Dixon est nommé directeur du design[14]. Le designer français Pierre Favresse est nommé, en 2011, directeur artistique de la marque Habitat[15].

En 2014, Habitat fête ses 50 ans d'existence et fait appel à des grands noms pour célébrer l’événement : Terence Conran, et Thierry Marx[16].

Rachats successifs[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980, Terence Conran fait entrer Habitat dans le groupe Storehouse, qui englobait Bhs, Richards Shops, Mothercare, Heal's et The Conran Shop. La crise économique de 1987 pousse Terence Conran à s'éloigner d'Habitat. Il quitte le groupe en 1991[12].

Deux ans plus tard, Habitat rejoint le groupe Ikano. Fondé par le Suédois Ingvar Kamprad, fondateur et propriétaire d'Ikea, Ikano se compose de sociétés indépendantes opérant dans différents secteurs. Au cours de cette période, la famille Kamprad recrute de nouveaux talents, tels que Vittorio Radice et essaye de consolidet la position d'Habitat sur le marché du mobilier et de l'aménagement d'intérieur[17]. Pourtant, l'enseigne semble négligée et surtout le position de la marque reste incertain[18],[19]. En décembre 2009, Habitat, y compris la filiale britannique, se voit acheté par le fonds Hilco Capital (en) qui doit redresser l'enseigne et engage des réductions de coûts. Par la suite en 2011, Hilco coupe Habitat en deux, et l'ensemble de la marque en Grande Bretagne est vendu à Home Retail Group[18].

En , Habitat rejoint le groupe CAFOM[20] (excepté la filiale britannique donc). Fondé par Hervé Giaoui en 1985, CAFOM est un groupe indépendant du secteur de la grande distribution spécialisée dans l'aménagement de la maison. Le rachat, pour « une bouchée de pain », se fait au détriment de Conforama[19]. Mais les déboires s'accumulent rapidement pour Hervé Giaoui : il perd le soutien de BNP Paribas ainsi que celui du hongkongais Li & Fung, deux parties prenantes du rachat ; en parallèle, Habitat en Grande-Bretagne fait faillite : les fabricants « prennent peur et arrêtent de livrer », les points de vente se retrouvent vides[19]. Ces années là, Habitat va mal, cumulant les pertes[19],[21]. En 2013, Habitat fait un plan social et licencie plus de 100 personnes[22] et ferme plusieurs magasins dont l'enseigne est propriétaire[18]. Le chiffre d'affaires reste en baisse années après années malgré la nette augmentation du nombre de magasins[19] : les emplacements non rentables continuent d'être fermés, les ouvertures, de par le monde, se font en franchise, pour limiter les investissements[19].

Le , l'ancien ministre de l'Économie Arnaud Montebourg est nommé vice-président d'Habitat chargé de l'innovation. Il doit développer le Made in France. Il y reste 16 mois jusqu'à l'annonce de sa candidature à la présidentielle[23],[24]. Malgré tout la chute continue et l'attentat contre Charlie Hebdo finit de vider les magasins déjà bien désertés[25]. Pour essayer de stopper l’hémorragie, les promotions incessantes s'enchainent et les points de vente s'ouvrent à d'autres marques, sous forme de corners[25].

Mi 2018, les cinq magasins de Norvège doivent fermer[26]. En , Cafom annonce que Habitat Deutschland GmbH, filiale d'Habitat en Allemagne, a demandé l'ouverture d'une procédure collective, précisant que l'activité des magasins de ses autres filiales n'est pas concernée par cette procédure[27].

En , le groupe Cafom annonce son intention de céder l’enseigne (une soixantaine de points de vente) qu’il n’a pas réussi à redresser[20],[28],[29].

Activité, rentabilité et effectif[modifier | modifier le code]

[30]
2014 2015 2016 2017 2018
Chiffre d'affaires en millions d'euros hors taxes 131 85 77 79 84
Résultat net en millions d'euros -1,2 - 0,2 - 4,1 - 8,3 - 11,5
Effectif moyen annuel 572 532 517 781 490

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gleizes, p. 11 et 12.
  2. a b c et d Gleizes, p. 12.
  3. a b et c Gleizes, p. 11.
  4. Cité in : Jérômine Savignon et Gilles de Bure (préf. Pierre Bergé), Saint Laurent rive gauche : la révolution de la mode, Paris, Éditions de La Martinière, , 155 p. (ISBN 978-2-7324-4519-9), p. 20, où Pierre Bergé expose Habitat comme une des sources d'inspirations pour la création de Saint Laurent rive gauche.
  5. Gleizes, p. 17 et 21.
  6. Gleizes, p. 17 et 18.
  7. Gleizes, p. 22.
  8. VERONIQUE CAUHAPE, « Habitat cultive l'art du bien-vivre depuis vingt-cinq ans » Accès limité, sur lemonde.fr, (consulté le )
  9. a b c et d Gleizes, p. 23.
  10. Gleizes, p. 22 à 23.
  11. Habitat 40 ans de design non-stop, E-Marketing, 1er juin 2004
  12. a et b Gleizes, p. 25.
  13. Gleizes, p. 27.
  14. Tom Dixon, designer de l'année, Obsession Nouvel Obs, 21 janvier 2014
  15. Rencontre avec Pierre Favresse, designer, Le Monde, 21 août 2012
  16. Habitat sort la grosse artillerie pour fêter ses 50 ans, Challenges, 4 juin 2014
  17. (en) A new era for Habitat… 'How can we trade with three shops?, The Guardian, 26 juin 2011
  18. a b et c Juliette Garnier, « Le pari risqué d'Habitat, pionnier déchu du meuble contemporain » Accès limité, sur lemonde.fr, (consulté le )
  19. a b c d e et f Mitrofanoff, p. 74.
  20. a et b le monde economie - Cecile Prudhomme - 3 octobre 2019
  21. Cafom (Habitat) relève la tête en 2013, LSA Conso, 12 mars 2014
  22. https://www.lesechos.fr/01/07/2013/LesEchos/21468-102-ECH_plan-social-chez-habitat.htm
  23. « Le bilan mitigé d'Arnaud Montebourg chez Habitat », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. « Ce qu'Arnaud Montebourg a (vraiment) apporté à Habitat », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. a et b Mitrofanoff, p. 75.
  26. Cercle Finance, « Cafom: arrêt des activités d'Habitat en Norvège », sur votreargent.lexpress.fr, (consulté le )
  27. « Cafom : procédure collective pour Habitat Deutschland », sur Zone bourse (consulté le ).
  28. Le Figaro avec AFP, « Cafom va céder l'enseigne d'ameublement Habitat », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  29. Cécile Prudhomme, « Les magasins Habitat de nouveau à vendre », sur lemonde.fr, (consulté le )
  30. « Habitat France : bilans », sur www.verif.com (consulté le )

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :