Literie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Literie dans un commerce de détail en Allemagne.
De la literie vendue dans un commerce de détail en Allemagne.

La literie regroupe l'ensemble des articles composant l'univers du couchage ; en particulier le matelas et sommier sur lesquels on se couche, mais aussi le linge de lit constitué des articles en textile recouvrant le lit.

C'est aussi une branche professionnelle[1], associée notamment à celle des « plumassiers » qui produisaient les plumes des oreillers et édredons[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

On suppose que les premiers éléments de literie datent de la préhistoire. Ils se sont probablement développés et complexifiés avec la sédentarisation des groupes humains [3]. La littérature ancienne et quelques œuvres d'art nous renseignent sur ce qu'était la literie aux époques gréco-romaines, et médiévales[4]. Certaines populations autochtones semi-nomades, amérindiennes sud-américaines notamment utilisent encore le hamac.

De nombreux matériaux ont été utilisés pour les couvertures (fourrure, drap, lainages) et pour la garniture des matelas (plantes (foin ou fougères par exemple), poils/laines, plumes, balle d'avoine[5], coton..). Certains éléments de literie faisaient partie du trousseau[6] et/ou de la dot[7] préparée pour la femme avant le mariage.

Au XXe siècle les éléments de la literie se sont peu à peu standardisés, et dans de nombreux pays, l'édredon a disparu, et la couette tend à remplacer la couverture, à partir des années 1980-1990[réf. souhaitée].

Composants[modifier | modifier le code]

Le linge de lit fait partie du linge de maison et comprend les composants suivants :

Environnement[modifier | modifier le code]

Literie et santé[modifier | modifier le code]

Des literies spéciales sont dédiés aux bébés et jeunes enfants[8] et à certains maladies (literie médicale) et des literies dites anti-escarres ont été créées pour certains malades et personnes âgées[9].

Une literie peu aérée et mal nettoyée est une source potentielle d'allergie[10] et de parasitoses (punaises de lit, punaises des lits, poux, pou du pubis...)[11] ; les draps et oreillers sont en effet le lieu d'accumulation de squames humains servant de nourriture à certains acariens.

Lors de certaines épidémies (de peste et choléra notamment les literies étaient brûlées ou désinfectées dans le cas du typhus et de parasitoses telles que la gale[12], et elles ont dans le cas de la tuberculose intéressé les médecins chargés de la prophylaxie[13].

Une mauvaise literie peut être en cause dans la mort subite du nourrisson[14].

Les bougies, lampes à pétrole puis les mégots avec le développement du tabagisme ont été sources de feux de matelas et de literie[15], parfois mortels ou sources de brûlures graves en milieu carcéral[16]. Des produits anti-feux, anti-acariens[17] et des antibiotiques tels que le nanoargent ou housses anti-acariens[18] pourraient être sources de nouvelles allergies ou problèmes sanitaires[19].

La literie, nécessaire à un bon sommeil, fait partie des éléments de seconde nécessité apportés par l'aide humanitaire[20] et parfois emportée par les réfugiés lors des guerres.

Déchets de literie[modifier | modifier le code]

Jusque dans les années 1970 en Europe et en France[21], la réparation de matelas et de sommier étaient courante. Aujourd'hui, la literie usagée est souvent simplement jetée et régulièrement remplacée.

Autrefois les composants d'une literie étaient tous biodégradable ou métallique et réutilisables ou recyclables. Des matières synthétiques sont apparues (fibres synthétiques, plastique, latex, mousse de polyuréthane[22]...), principalement après la seconde guerre mondiale et des questions d'hygiène ont pu compliquer la réutilisation des literies. Les matelas en particulier sont devenus un élément importants des déchets dits « encombrants », souvent mis en décharge.

Dans le cadre d'une économie circulaire et de la transition écologique et énergétique, certains produits sont éco conçus et la tendance est à l'organisation de filière de récupération et recyclage[réf. souhaitée].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nickels A. (1980). La filière du meuble en France en 1978.
  2. Mechin, C. (2014). L'activité plumassière en France. Petit tour d'horizon. Ethnozootechnie, (96), 85-90.
  3. http://www.persee.fr/doc/casa_0076-230x_1989_num_25_1_2537 Jarno, R. (1984). Tente et maison : le jeu annuel de la sédentarisation à Qdeir (Syrie). In Nomades et Sédentaries: Perspectives Ethnoarchéologiques. Éditions. Recherche sur les civilisations Paris.
  4. Aebischer, P. (1950). La literie et l’histoire du matelas d’après des matériaux médiévaux romans. Zeitschrift für romanische Philologie (ZrP), 66(3-4), 303-337 (résumé).
  5. LHIRONDE. J. (1966, January). LES ALLERGIES DE LITERIE CHEZ LENFANT ET LE NOURRISSON-LA PLUME ET LA BALLE DAVOINE. In LILLE MEDICAL (Vol. 11, No. 8, p. 936). FACULTE DE MEDECINE 86 RUE DE PARIS, 59000 LILLE, FRANCE: UNIV LILLE II.
  6. BAYARD, F. (1987). LES TROUSSEAUX DES VISITANDINES DU MONASTÈRE DES CHAÎNES A LYON (1640-1753). Actes du... Congrès national des sociétés savantes: Section d'histoire moderne et contemporaine, 112, 349
  7. Barbazza, M. C. (1989). Les paysans et la dot: un exemple de quelques pratiques en Nouvelle Castille (1580-1610). Mélanges de la Casa de Velázquez, 25(1), 161-174.
  8. Brachet C (1991) La literie chez l'enfant. Journal de Pédiatrie et de Puériculture, 4(4), 229-236.
  9. CETRE, J., TISSOT-GUERRAZ, F., NICOLLE, M. C., ANDONIAN, A., & PERRAUD, M. (1991). Literie anti-escarres et personnes âgées. Techniques hospitalières médico-sociales et sanitaires, 46(547), 51-54
  10. Bessot, J. C., & Pauli, G. (1985). Prévention de l'allergie respiratoire aux acariens de la poussière de maison. Revue française d'allergologie et d'immunologie clinique, 25(3), 155-159
  11. Bessot, J. C., & Pauli, G. (1985). Prévention de l'allergie respiratoire aux acariens de la poussière de maison. Revue française d'allergologie et d'immunologie clinique, 25(3), 155-159.
  12. ICADD, Conduite à tenir devant un risque de transmission de gale. Fiche de recommandations, PDF, 2 pages
  13. Papamanouil, E. K. (1908). Contribution à l'étude de la prophylaxie de la tuberculose et recherche des bacilles de koch dans la literie des tuberculeux. publisher not identified.
  14. Gehri, M. (2000). La mort subite du nourrisson: Un drame en régression spectaculaire. Revue médicale de la Suisse romande, 120(3), 269-276.
  15. FROMY, P., CURTAT, M., NICOLIN, J., & HOGNON, B. Modélisation du feu dans un local. Présentation du logiciel FISBA.
  16. Perro, G., Cutillas, M., Maachi, B., Castède, J. C., & Sanchez, R. (2002). Les brûlures graves en milieu carcéral. Brûlures, 3(1), 28-30.
  17. Bloch-Morot, E., & Sullerot, I. Référentiel pour les Fibres textiles traitées anti Acarien.
  18. Fauroux, B., & Brouard, J. (2004). Les femmes enceintes dont l’enfant à naître est à risque d’atopie sont compliantes vis-à-vis des précautions d’environnement anti-acariens complètes, incluant la pose de housses anti-acariens sur la literie. Revue des Maladies Respiratoires, 21, 117-118.
  19. « Housse anti acarien : efficacité, avis, comparatif et choix du meilleure », Accessoire Maison,‎ (lire en ligne)
  20. CICR Activités de secours en 1967 ;Volume 50, Issue 596 ; aout 1968, pp. 359-367 ; DOI:https://doi.org/10.1017/S0035336100133726, mis en ligne 1er April 2010 (extrait)
  21. Chiarisoli, D., & Crapeau, J. P. (1974). Le secteur des métiers en 1970. Économie et statistique, 55(1), 61-65.
  22. BIKARD, J. (2009). Fabrication des mousses en polyuréthane. Ed. Techniques Ingénieur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dubois, A., Duforez, F., Elbaz, M., Delautre, G., & Leger, D. (2012). Effets d’une literie neuve sur la structure du sommeil de sujets sains. Médecine du Sommeil, 9(2), 83.
  • Dubois, A., Duforez, F., Elbaz, M., Delautre, G., & Leger, D. (2013). Effets du changement de literie sur la structure du sommeil de couple. Neurophysiologie Clinique/Clinical Neurophysiology, 2(43), 148.

Liens externes[modifier | modifier le code]