Orgeval (Yvelines)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Orgeval.
Orgeval
La mairie d'Orgeval
La mairie d'Orgeval
Blason de Orgeval
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Saint-Germain-en-Laye
Canton Verneuil-sur-Seine
Intercommunalité Grand Paris Seine et Oise
Maire
Mandat
Yannick Tasset
2014-2020
Code postal 78630
Code commune 78466
Démographie
Population
municipale
6 016 hab. (2014)
Densité 392 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 55′ 16″ nord, 1° 58′ 35″ est
Altitude Min. 57 m – Max. 182 m
Superficie 15,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Orgeval

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Orgeval

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Orgeval

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Orgeval
Liens
Site web http://www.ville-orgeval.fr

Orgeval est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Orgevalais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et description[modifier | modifier le code]

Proche de Poissy et de Saint-Germain-en-Laye, Orgeval n'est pas très éloignée de Paris (31 km), Mantes-la-Jolie (23 km), Pontoise (22 km) et Versailles (22 km)[1].

Elle occupe un site de coteaux en pente descendant vers le nord, dominant la Seine et adossés à des hauteurs boisées, prolongeant les reliefs de la forêt de Marly vers l'est et celle des Alluets vers l'ouest.

Le territoire est majoritairement rural (80 %) et comprend 310 ha de bois. La partie urbanisée couvre environ 180 hectares et se compose très majoritairement d'habitat individuel réparti dans le bourg et les nombreux hameaux qui l'entourent, progressivement reliés entre eux par des zones de lotissements[réf. nécessaire].

La commune compte un fort déficit de logements sociaux, avec environ 6 % en 2015[2], et ne respecte pas les prescriptions de la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU) qui lui imposent de comprendre 25 % de logements locatifs sociaux. La municipalité a impulsé la construction de 107 logements sociaux entre 2014 et 2016, ce qui permet à la commune de sortir de l’état de carence, et prévoit 140 nouveaux logements pour 2017[3].

Une importante zone d'activités commerciales s'est implantée dans l'espace compris entre la RD 113 et l'autoroute. On y trouve notamment un centre commercial « Art de vivre ».

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est drainée par différents ruisseaux coulant du sud vers le nord et qui se rejoignent pour former le ru d'Orgeval, dont le cours orienté vers le nord-ouest rejoint la Seine aux Mureaux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Crespières et Feucherolles au sud, Villennes-sur-Seine et Médan au nord, Poissy à l'est, Les Alluets-le-Roi et Morainvilliers à l'ouest.

Transports et déplacements[modifier | modifier le code]

Réseau viaire

Orgeval est traversé dans sa partie nord par deux grands axes de communication : la route départementale 113 (dite route de Quarante Sous), ex-route nationale 13 et l'autoroute de Normandie (A13). Dans le nord-est de la commune se trouve l'échangeur qui relie l'A13 et la D 113, et donne accès également à l'A14, autoroute à péage qui débouche directement à la Défense.

Circulations douces

Aucun aménagement cyclable n'y a été réalisé[Quand ?].

La commune est traversée par un sentier de grande randonnée, le GR1, qui relie Triel au nord à Feucherolles au sud.

Transports en commun

La commune d'Orgeval est desservie par 10 lignes de bus qui relient Orgeval aux pôles de Des Mureaux, à la gare de Plaisir - Grignon et aux villes de Poissy, Saint-Quentin-en-Yvelines, Saint-Germain-en-Laye, La Défense, Verneuil sur seine et Versailles.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme latinisée Orgivallis en 1180, française Orgeval au XIIIe siècle[4] et latinisée Orgevallis en 1360[5].

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en -val « vallon, vallée », appellatif toponymique que les noms de lieux conservent parfois au féminin (cf. Laval, tout comme son étymon latin vallis qui est également féminin).

Le premier élément est un anthroponyme, comme c'est souvent le cas dans les formations en -val (cf. Roberval, Renneval ou Ménerval, etc.). Albert Dauzat considère qu'il s'agit du nom de personne germanique Orgis[6], hypothèse compatible avec les formes anciennes. Ernest Nègre latinise cet anthroponyme en Orgisus[7], ce qui n'est pas nécessaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre-Saint-Paul.

Le site d'Orgeval est habité depuis la préhistoire, des outils en silex datés du néolithique y ont été retrouvés.

Une source y fut sans doute exploitée par les Gallo-Romains pour ses vertus thérapeutiques. Elle a d'ailleurs été redécouverte vers 1708 par le médecin de l'abbaye. Malgré tout, son usage fut abandonné vers 1850.

Mais sa première mention dans l'Histoire est la fondation de l'abbaye Notre-Dame d'Abbecourt en 1180 par Gasce de Poissy, suzerain d'Orgeval. Cette abbaye d'hommes qui dépendait du diocèse de Chartres, située près de l'hôtel du Moulin d'Orgeval, fut détruite vers le début du XIXe siècle.

Orgeval possède de nos jours une église d'architecture romane du XIe siècle avec une flèche et une tour octogonale. La nef est du XVIe siècle.

Jeanne d'Arc y passa en allant délivrer Poissy et on y rechercha l'or au début du XVIIe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Jusqu’à la loi du 10 juillet 1964[8], la commune faisait partie du département de la Seine-et-Oise. Le redécoupage des anciens départements de la Seine et de Seine-et-Oise fait que la commune appartient désormais au département de l'Essonne après un transfert administratif effectif le . Depuis 1962, elle fait partie de l'arrondissement de Saint-Germain-en-Laye[9]. Pour l'élection des députés, elle est rattachée depuis 1988 à la douzième circonscription des Yvelines.

La commune faisait partie de 1793 à 1967 du canton de Poissy. Dans le cadre de la mise en place du département des Yvelines, elle est alors intégrée au canton de Poissy-Sud[9]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au Verneuil-sur-Seine.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, jusqu'alors isolée, intègre en 2012 la communauté d'agglomération des Deux Rives de Seine.

Dans le cadre des dispositions de la Loi de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles (loi MAPAM), qui impose la création d'intercommunalités d'au moins 200 000 habitants dans les départements de la grande couronne de Paris[10], la communauté d'agglomération des Deux Rives de Seine fusionne avec d'autres structures intercommunales pour former le la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise dont la commune est désormais membre.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[11]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1892 1925 Frédéric Chartier[12]   architecte
mai 1925   Georges Blouin    
194? après guerre Henri Griset    
Les données manquantes sont à compléter.
1989 mars 2001[13] Bernard de Saint-Léger RPR  
mars 2001[14] en cours
(au 21 juillet 2017[15])
Yannick Tasset SE
puis LR
Médecin généraliste
Conseiller général de Poissy-Sud (2009 → 2011)
Réélu pour le mandat 2014-2020[16]

Fiscalité[modifier | modifier le code]


  • Taxe d'habitation de 8,13 %, taxe foncière bâtie : 8,86 %, taxe foncière non bâtie : 53,41 %, taxe professionnelle : 11,07 %, taxe ordures ménagères : 3,80 % (2006).
Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[18],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 6 016 habitants, en augmentation de 3 % par rapport à 2009 (Yvelines : 0,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 385 1 500 1 494 1 635 1 593 1 644 1 631 1 414 1 399
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 283 1 259 1 305 1 330 1 341 1 302 1 374 1 348 1 373
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 348 1 303 1 410 1 304 1 464 1 493 1 490 1 525 1 742
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 948 2 106 3 236 3 936 4 509 4 801 5 359 5 855 6 016
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,1 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 27 %, 15 à 29 ans = 12,7 %, 30 à 44 ans = 21,2 %, 45 à 59 ans = 21,8 %, plus de 60 ans = 17,3 %) ;
  • 50,2 % de femmes (0 à 14 ans = 23,8 %, 15 à 29 ans = 12,6 %, 30 à 44 ans = 23,1 %, 45 à 59 ans = 21,6 %, plus de 60 ans = 18,7 %).
Pyramide des âges à Orgeval en 2007 en pourcentage[20]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,3 
4,3 
75 à 89 ans
5,0 
12,7 
60 à 74 ans
13,4 
21,8 
45 à 59 ans
21,6 
21,2 
30 à 44 ans
23,1 
12,7 
15 à 29 ans
12,6 
27,0 
0 à 14 ans
23,8 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[21]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Économie[modifier | modifier le code]


  • Taux de chômage (1999) : 6,8 % contre 12,9 % en moyenne française.
  • Revenu moyen par ménage : en 2012, la moyenne était de 62 962 €/an [22] contre 20 363 €/an en moyenne française.
  • En 2011, le revenu fiscal de référence par ménage et par an s'élevait à 56 941 €, ce qui plaçait Orgeval au 69e rang national parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole. Cette moyenne est légèrement inférieure à celles de certaines communes voisines telles que Aigremont (71 629 €), Villennes-sur-Seine (66 608 €) ou encore Morainvilliers (57 490 €)[23], bien que restant extrêmement haut par rapport à celle de la région et du pays. La ville d'Orgeval est une commune résidentielle recherchée des Yvelines et les prix de l'immobilier y sont très élevés (compter plus d'un million d'euros pour plusieurs quartiers[réf. nécessaire]).
  • La commune compte environ six banques et neuf agences immobilières[Quand ?].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Quelques Orgevalais célèbres :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Orgeval

Les armes d'Orgeval se blasonnent ainsi :
d'or à l'aigle d'azur.

Le blason d'Orgeval est inspiré de celui de Jean VII Enguerrand, abbé de l'Abbaye Notre-Dame d'Abbecourt à Orgeval (ordre des Prémontrés) vers 1550.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source Michelin
  2. « Orgeval prié de construire », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne).
  3. Julie Ménard et S.B., « Logements sociaux : les mauvais élèves des Yvelines en progrès », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne).
  4. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  5. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 510b
  6. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  7. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne) [1]
  8. Journal Officiel, Loi n°64-707 du 10 juillet 1964 portant sur la réorganisation de la région parisienne
  9. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Le Parisien, « C'est parti pour une agglo de 400 000 habitants », (consulté le 24 mai 2015)
  11. « Les maires de Orgeval » (consulté le 22 juillet 2017).
  12. VI - Mairie, Histoire d'Orgeval (consulté le 22 juillet 2017).
  13. Carole Lardot, « L'urbanisme au coeur de la campagne », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne).
  14. C.J., « Yannick Tasset (SE) plébiscité », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne) « La préservation de l'environnement de ce gros bourg de 4 800 habitants avait permis au candidat d'être avec 59 % des voix dès le premier tour des élections municipales ».
  15. a et b M. G et V.W., « Yvelines : Orgeval pleure Claude Rich : Le comédien est décédé jeudi soir à 88 ans, chez lui, à Orgeval. Il avait élu domicile dans cette commune chic proche de Poissy dans les années 1960 », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne).
  16. Mchel Seimando, « Yannick Tasset l'emporte 41,1% : « pas une réussite » : Avec 41,1% des suffrages, Yannick Tasset l'emporte ce dimanche mais souligne qu'il ne s'agit « pas d'une réussite». Il dénonce «une campagne au ras des pâquerettes », 78 actu,‎ (lire en ligne).
  17. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  20. « Évolution et structure de la population à Orgeval en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 avril 2011)
  21. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 avril 2011)
  22. http://www.journaldunet.com/management/ville/classement/villes/richesse?page=2
  23. Étude de Journal du Net réalisée en 2011.[réf. incomplète]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Edmond Bories, Notice historique sur Orgeval (Seine-et-Oise), Éditions René Bodin, Andrésy, 1908, 32 p.
  • Isabelle Duhau, Autour d'Orgeval : de la boucle de Poissy au pays de Cruye, Inventaire général du Patrimoine et Lieux Dits, (ISBN 978-2905913302)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]