Hélène Risser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Risser.
Hélène Risser
Naissance
Strasbourg, Département Bas-Rhin
Nationalité Drapeau : France française
Profession
Activité principale
Présentatrice du magazine Déshabillons-les sur Public Sénat
Autres activités
écrivain, romancière
Formation

Compléments


  • directrice du pôle magazine et documentaire sur Public Sénat (depuis 2009)
  • rédactrice en chef adjointe

Hélène Risser est une journaliste française, née à Strasbourg (Bas-Rhin) en 1971.

Elle anime depuis 2007 le magazine d'analyse des stratégies de communication, Déshabillons-les, sur la chaîne Public Sénat. Elle est en outre, depuis 2009, directrice du pôle documentaire de la chaîne, avec le titre de rédactrice en chef.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hélène Risser a fait des études d’économie et de finance à Dauphine, et une formation en histoire de l'art à l’École du Louvre[1].

Débuts dans le journalisme économique[modifier | modifier le code]

Elle se lance dans le journalisme. Pendant quelques mois, elle collabore comme pigiste aux pages économiques du Monde. En 1996, elle rejoint le magazine mensuel Capital [1], puis l’Essentiel du Management (groupe Prisma Presse). Elle retourne en 1998 aux pages économiques du Monde.

Une première expérience télé[modifier | modifier le code]

En 1997, sous la houlette d’Anne Magnien, ex-animatrice de Culture Pub, elle participe au lancement d’un nouveau magazine de décryptage économique pour La Cinquième (France 5) : Les Lois de la Jungle (rebaptisé Éconoclaste en 1999). Elle intervient en plateau aux côtés de l’économiste Daniel Cohen et d’autres chroniqueurs.

Arrêt sur Images[modifier | modifier le code]

En 2000, elle rejoint l’équipe d’Arrêt sur Images (France 5) où, pendant quatre ans, elle réalise des enquêtes sur les médias, des chroniques et des interviews aux côtés de Daniel Schneidermann.

Pigiste[modifier | modifier le code]

Fin 2004, après son départ d’Arrêt sur Images, elle collabore à nouveau comme pigiste auprès de différents médias : i-Télé, Canal+, Paris Première, Le Monde, Les Inrockuptibles

Arrivée sur Public Sénat[modifier | modifier le code]

En février 2006, elle est embauchée par Jean-Pierre Elkabbach à Public Sénat.

Comme rédactrice en chef adjointe de la chaîne, elle développe le pôle magazine en lançant et en encadrant une émission de reportage sur les enjeux économiques et sociaux de la présidentielle de 2007 : Enjeux de Campagne.

Déshabillons-les[modifier | modifier le code]

Depuis septembre 2007, elle dirige et anime un magazine de décryptage du discours et de l’image politique, Déshabillons-les.

Dans ce magazine, devenu hebdomadaire, elle met en perspective des images d’actualité et d’archives de l’INA en faisant intervenir des experts et des politiques.

Rédactrice en chef[modifier | modifier le code]

Depuis septembre 2009, elle dirige le pôle documentaire de la chaîne.

Sud Radio[modifier | modifier le code]

Depuis le 17 octobre 2013, Hélène Risser anime sur l'antenne de Sud Radio l'interview mensuelle d'un politique pendant une heure, de 18h à 19h[2].

Filmographie[modifier | modifier le code]

En novembre 2008, elle réalise le documentaire Auroville, retour sur une utopie[3] pour l’INA et Public Sénat. En janvier 2016, pour le premier anniversaire des attentats de Charlie, co-réalisation d'un documentaire sur Bernard Maris avec Hélène Fresnel, son amie et la dernière compagne de l'économiste de Charlie

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Une enquête sur les recettes et dérives de la télé commerciale[4].
Traite du rôle des médias dans la campagne présidentielle de 2007[5]
Étudie les stratagèmes et les démons féminins. Ce roman comporte des interventions de psychanalystes et de chercheurs, dont Jean-Pierre Winter, Véronique Nahoum-Grappe, et Serge Hefez, sur les nouveaux rapports hommes-femmes[6].
  • Dans la tête des candidats avec Pascal de Sutter, Les Arènes, novembre 2011 (ISBN 2352041791)
Avec le psychologue Pascal de Sutter, de l'université de Louvain (Belgique), dresse le profil psychologique des candidats à la présidentielle de 2012[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]