Guy Mettan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guy Mettan
Description de cette image, également commentée ci-après

Guy Mettan en 2007.

Naissance (60 ans)
Evionnaz (Canton du Valais)
Drapeau de la Suisse Suisse
Nationalité suisse, russe
Profession

Guy Mettan, né à Evionnaz le 19 novembre 1956, est un journaliste, artiste et une personnalité politique suisse, membre du PDC.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il suit ses études secondaires de 1975 à 1979 à Genève, ville où il siégera jusqu'ici. Pendant cette période, il fonde la revue universitaire Courants dont il a été également rédacteur en chef[1].

Ayant obtenu son diplôme en sciences politiques, il suit un premier stage au Journal de Genève de 1980 à 1983. Il travaille ensuite au Temps stratégique jusqu'en 1989, à Bilan jusqu'en 1990, puis au Nouveau Quotidien de 1991 à 1992, pour finalement se retrouver directeur et rédacteur en chef de le Tribune de Genève.

En 1996, il crée et anime le Business Club Romand à Zurich. En 1998 il préside la Fondation EMA « qui a pour but d'offrir aux pays du Sud un meilleur accès aux capitaux, aux technologies et aux marchés internationaux »[2] et l'Association ASEMA. Dans la même année, à la suite de l'acquisition de la Tribune de Genève par le groupe Edipresse, Guy Mettan se fait évincer de son poste. Il commence ensuite une carrière de politicien en devenant conseiller municipal de la Ville de Genève en 1999[3].

En 2001 il est nommé vice-président de la Chambre de commerce Suisse-Afrique de l’Ouest, en 2005 de la [Joint Chambers of Commerce (JCC) Suisse-Russie] puis en 2006, président de la Croix Rouge Genevoise.

Depuis 2001 il est député au Grand Conseil du canton de Genève et président puis directeur exécutif du Club Suisse de la Presse dont il fut un membre fondateur.

En parallèle, il est également fondateur et coordinateur du Festival francophone de philosophie de Saint-Maurice (Valais)[4].

Ancien journaliste, Guy Mettan est auteur de plusieurs articles apparus dans la presse suisse et a participé dans le cadre de travaux de l'UNESCO dans lequel il a proposé de créer un serment déontologique des journalistes[1].

Il a adopté une petite fille russe née en 1991. Il a obtenu la nationalité russe.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Les Alpes à l’avant-garde de l’Europe?, Le Temps stratégique,
  • Création et innovation en Suisse, Éditions Zoé,
  • Vibrant éloge de Guillaume Tell, Éditions Zoé,
  • Genève, ville de paix. De la conférence de 1954 sur l'Indochine à la coopération internationale, Genève, Éditions Slatkine,
  • De l’imaginaire au réel, aller retour, spectacle de peinture-danse, Thonon, 1988
  • Guillaume Tell, poème symphonique rock opéra-rock écrit, produit et télédiffusé en Suisse romande à l’occasion du 700e anniversaire de la Confédération en 1991
  • Dictionnaire impertinent de la Suisse (avec Christophe Büchi), Éditions Slatkine 2010
  • Genève ou le besoin de grandir, Editions Slatkine 2013
  • Nouveau dictionnaire impertinent de la Suisse (avec Christophe Buchi), Editions Slatkine 2013
  • Russie-Occident, une guerre de mille ans : La russophobie de Charlemagne à la crise ukrainienne, Editions des Syrtes, (ISBN 978-2940523184)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Courants, no 105, octobre-novembre 1998, page 35
  2. L'Hebdo, 28 juin 2007, page35
  3. La Tribune de Genève, 29 mars 1999
  4. Accueil - Festival de philosophie