Grande Finlande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Finlande
Cet article est une ébauche concernant la Finlande.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Les frontières actuelles de la Finlande, les régions perdues au profit l'URSS en 1940-1944 (bleu ciel). La "Grande Finlande" comprend une grande partie des anciens territoires de Finlande. L'image montre les frontières de la Finlande après le traité de Tartu et le traité de Paris.


La Grande Finlande (finnois : Suur-Suomi) désigne un idéal irrédentiste et nationaliste visant à unir à la Finlande des régions voisines dont les cultures, les populations et/ou l'histoire sont finnoises : la Carélie russe, l'Ingrie russe, l'Estonie, la Marche finnoise norvégienne et une partie de la Tornédalie suédoise[1],[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Carélianisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Carélianisme.

En Finlande, l’intérêt pour la Carélie s'est exprimé au XIXe siècle dans un mouvement culturel appelé carélianisme une forme finlandaise du Nationalisme romantique. Cette idée s'est surtout développée peu avant la Seconde Guerre mondiale, à l'époque où prospéraient en Europe d'autres mouvements nationalistes et revendications identitaires.

L'idéologie de la Grande Finlande[modifier | modifier le code]

La minorité des Kvènes de Nord-Norge a un habitat très dispersé dans les années 1860. Les Kvènes vivent donc très isolés. Entre 1927 et 1934, la société académique de Carélie et l'association de l'héritage finnois coopèrent activement avec les Kvènes. L'activité principale dans les médias finlandais est de diffuser une propagande pan-fennique par différents canaux. Cette activité ralentit de 1931 à 1934, mais elle reprend après.

En Norvège, les principaux moyens de discrimination culturelle et linguistique sont le système scolaire, les médias et les soi-disant «politiques cadres". Dans les débuts de l'indépendance, la Finlande veut que les zones du Länsipohja parlant meänkieli in Norrbotten soient rattachées à la Finlande. C'est alors une réaction aux velléités d'Åland de rejoindre la Suède. Le gouvernement finlandais met en place le comité du Nord-Ouest dont l'objectif est d’introduire au Länsipohja une base occidentale des mouvement nationaux finlandais. De son côté la Suède cherche à suédifier les finnois. Dans les années 1950, les écoles du Nord de la Suède sont punies pour avoir utilisé le finnois.

Heimosodat[modifier | modifier le code]

En 1917, après la déclaration d'indépendance finlandaise en relation avec la Révolution d'Octobre et avec Guerre civile russe, la situation des peuples finno-ougriens habitant de l'autre coté de la frontière orientale préoccupe les activistes nationalistes. Ainsi des troupes de volontaires réalisent des opérations sur le territoire de l'URSS, ces opérations avec la participation de troupes de volontaires finlandais à la guerre d'indépendance de l'Estonie (1918-1920) sont appelées heimosodat.

Durant les années 1920, on construit la Grande Finlande pendant les guerres Heimosodat et l'on veut alors que tous les peuples Finnois de la Baltique soient regroupés en un seul État. Ce souhait existe aussi dans la partie occidentale de la Carélie orientaleRepola et Porajärvi rejoignent la Finlande avec des règles strictes mais doivent quitter la Finlande selon le traité de Tartu.

La plupart des projets de Grande Finlande sont inspirés par la société académique de Carélie ainsi que par le Mouvement de Lapua et par son successeur parlementaire le mouvement patriotique. Le parti de la coalition nationale et le parti agraire sont partisans de l’agrandissement de la Finlande. Le Miekkavala (fi) de Carl Gustaf Emil Mannerheim de 1918 et le Miekantuppipäiväkäsky (fi) de 1941 font croître l’enthousiasme pour la Grande Finlande.

Parmi les politiciens de gauche favorables à la Grande Finlande, Oskari Tokoi et Väinö Voionmaa publient en 1918 "Les frontières naturelles de la Grande Finlande"[3].

Traité de Tartu[modifier | modifier le code]

La RSS de Carélie dans les années 1920 et 1930[modifier | modifier le code]

La grande purge[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grandes Purges.

La guerre de continuation[modifier | modifier le code]

L'avancée maximale des unités finlandaise lors de la guerre de continuation
Article détaillé : Guerre de Continuation.


L'idée de nos jours[modifier | modifier le code]

De nos jours, l'idéologie de la grande Finlande est pratiquée par peu de monde, elle cherche principalement à promouvoir la survie des peuples ouraliens sans modification des frontières existantes. Elle est portée par des groupements comme la fondation Juminkeko (fi), l'association Matthias Castrén, l'association Finlande-Russie et autres associations. Parmi les étudiants l'idée est au plus fort à l'Université de Tartu en Estonie.

En août 2008, après la deuxième guerre d'Ossétie du Sud, Juhani Suomi critique sévèrement les relations entre la Finlande et la Russie. Dans un article publié par Keskisuomalainen il écrit que les Finlandais ont redressé la tête vers l'idée d'une grande Finlande au "risque d'aller vers la guerre"[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fi) Ohto Manninen, Suur-Suomen ääriviivat: Kysymys tulevaisuudesta ja turvallisuudesta Suomen Saksan-politiikassa 1941, Helsinki, Kirjayhtymä, (ISBN 951-26-1735-8)
  • (fi) Toivo Nygård, Suur-Suomi vai lähiheimolaisten auttaminen: Aatteellinen heimotyö itsenäisessä Suomessa, Helsinki, Otava, (ISBN 951-1-04963-1)
  • (fi) Jukka Tarkka, Ei Stalin eikä Hitler - Suomen turvallisuuspolitiikka toisen maailmansodan aikana, Helsinki, Otava, (ISBN 951-1-09751-2)
  • (fi) Helge Seppälä, Suomi miehittäjänä 1941-1944, Helsinki, SN-kirjat, (ISBN 951-615-709-2)
  • (fi) K.A. Morozov, Karjala Toisen Maailmansodan aikana 1941-1945, Petrozavodsk,
  • (de) Jalmari Jaakkola, Die Ostfrage Finnlands, WSOY,
  • (fi) Sari Näre, Jenni Kirves, Luvattu maa: Suur-Suomen unelma ja unohdus, Helsinki, Johnny Kniga, (ISBN 978-951-0-40295-5)
  • (fi) Anastassija Trifonova, Suur-Suomen aate ja Itä-Karjala, Itämerensuomalaisten kielten laitos, Université de Tartu (lire en ligne)
  • (fi) Ilja Solomeštš, Ulkoinen uhka keskustan ja periferian suhteissa: Karjalan kysymys pohjoismaisessa vertailussa 1860-1940, Carelia, nro 10-1998, ss.117–119 (lire en ligne)
  • (sv) Teemu Ryymin, Finske nasjonalisters og norske myndigheters kvenpolitikk i mellomkrigstiden., Universitetet i Bergen, (lire en ligne)
  • (fi) Claes Olsson, Suur-Suomen muisto (lire en ligne)
  • (fi) Janne Sundqvist, Suur-Suomi olisi onnistunut vain natsi-Saksan avulla, Yle uutiset, (lire en ligne).

Références[modifier | modifier le code]

  1. (Nygård 1978)
  2. (Näre 2014)
  3. (fi) Kirsi Nurmio, « Voionmaa (1869-1947) Raittiusfanaattisuus, rotuoppi ja Suur-Suomi » (consulté le 11 janvier 2016)
  4. (fi) Juhani Suomi alias Kunto Kalpa, « Tämä tie voi viedä sotaan », Keskisuomalainen,‎ (consulté le 11 janvier 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]