Grégory Besson-Moreau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Grégory Besson-Moreau
Fonctions
député de l'Aube
En fonction depuis le
(1 an, 4 mois et 29 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription première circonscription de l'Aube
Législature XVe
Groupe politique La République en marche
Prédécesseur Nicolas Dhuicq
Biographie
Date de naissance (36 ans)
Lieu de naissance Brou-sur-Chantereine
Parti politique LREM
Profession chef d'entreprise

Grégory Besson-Moreau, né en à Brou-sur-Chantereine, est un homme politique français membre de La République en marche (REM). Depuis le 21 juin 2017, il est député de la première circonscription de l'Aube.

Biographie[modifier | modifier le code]

Grégory Besson-Moreau a grandi près de Coulommiers, en Seine-et-Marne[1]. Il est marié et père de deux enfants[2].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Grégory Besson-Moreau a d’abord travaillé dans plusieurs grandes entreprises d’installations électriques, avant de créer en 2005 son bureau d’études[3]. En 2015, il fonde la société Énergie IP, une start-up spécialisée dans le domaine du bâtiment et des objets connectés[4]. L’entreprise conçoit des équipements permettant à des appareils ordinaires d’immeubles de bureaux, d’hôtels ou d’hôpitaux, d’être connectés afin de recevoir des données et d’être alimentés en énergie. Le matériel vendu par Énergie IP est fabriqué dans une usine de Cergy-Pontoise employant 40 personnes.

Élection législative de 2017[modifier | modifier le code]

Au lendemain de l’élection présidentielle de 2017, Grégory Besson-Moreau est investi par La République en marche ! pour être candidat, issu de la société civile, aux élections législatives dans la première circonscription de l'Aube. Il incarne une nouvelle génération et axe sa campagne sur la proximité et l'écoute[5].

Résident à Montreuil (Seine-Saint-Denis), Grégory Besson-Moreau possède une résidence secondaire dans l'Aube dans sa circonscription à La Chaise d’où est originaire son épouse[6].

Grégory Besson-Moreau arrive en tête du premier tour avec 29,86% des voix, devant le sortant Nicolas Dhuicq (25,69%) et le candidat du Front national Bruno Subtil (24,89%)[7]. Pendant la campagne, il reçoit les visites de soutien des Ministres Jacques Mézard (Agriculture et Alimentation)[8] et Gérald Darmanin (Action et Comptes publics)[9]. Le 7 juin 2017, il reçoit le soutien direct du nouveau Premier ministre Édouard Philippe[10].

Le 18 juin 2017, la première circonscription de l’Aube est le théâtre de l’unique triangulaire du second tour des législatives[11]. Après avoir mené une campagne de terrain et d'écoute[12], Grégory Besson-Moreau est élu député de la première circonscription de l'Aube avec 36,46 % des suffrages (contre 35,30% pour Nicolas Dhuicq et 28,24% pour Bruno Subtil)[7],[13].

Député[modifier | modifier le code]

Dès son élection, Grégory Besson-Moreau siège à la Commission des Affaires économiques[14]. Il est également élu vice-président du groupe d’études sur les startups et les PME[15]. Il décide d'installer sa permanence parlementaire à Bar-sur-Aube. Compte tenu de la taille de la circonscription, il décide également de mettre en place une permanence de proximité pour aller chaque semaine à la rencontre des maires et des administrés[16].

Le 21 mars 2018, Grégory Besson-Moreau a été nommé rapporteur général de la commission d’enquête parlementaire “Lactalis[17], mise en place à la suite de la contamination par des salmonelles d’enfants âgés de moins de 6 mois par des lots de laits infantiles fabriqués dans l'usine Lactalis à Craon[18]. Il rend son rapport le 18 juillet 2018 préconisant certaines mesures fortes comme le renforcement des sanctions pénales et financières des dirigeants de l'agroalimentaire[19].

Il a également créé une association apolitique "Aube, dialogues et perspectives" dont le but est d'offrir des débats de qualité dans le département de l'Aube à destination des citoyens[20]. Le premier colloque s'est déroulé sur le campus universitaire de l'ESC Troyes sur le thème : "Les enjeux européens à l'heure du Brexit". Plus de 500 personnes étaient présentes avec deux invités : Michel Barnier, Négociateur en chef du Brexit pour l'Union européenne[21] et Nathalie Loiseau, Ministre de l'Europe.

Prises de position[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Député d’une circonscription très rurale, Grégory Besson-Moreau a pris position sur plusieurs dossiers agricoles: les agro-carburants (biodiesel et éthanol)[22], qu’il est notamment allé défendre lors d’une rencontre à Bruxelles avec le commissaire européen à l’Agriculture, Phil Hogan, et la future loi issue des états généraux de l’alimentation (août-décembre 2017), notamment son volet destiné à lutter contre la vente à perte et les promotions abusives[23]. Il est également membre de la mission d'information commune sur le foncier agricole à l'Assemblée Nationale [24] et membre des groupes d'études Enjeux de la ruralité, Modernisation des activités agricoles et structuration des filières et Inondations, risques naturels et calamités agricoles[24]. Le 24 avril 2018, il interpelle le Ministère de la Transition écologique et solidaire par une question écrite sur le rôle des terres agricoles en zone de surinondations. Grégory Besson-Moreau demande à ce qu'elles soient reconnues d'utilité publique et qu'un fonds d'indemnisation soit créé lorsque les crues durent et empêchent tout resemis[25].

Le 6 avril 2018, Grégory Besson-Moreau publie dans le journal Marianne une tribune à l'encontre de Michel-Édouard Leclerc, président directeur général de l'enseigne de grande distribution E. Leclerc[26]. Il fustige le cynisme de Michel-Edouard Leclerc qui "étrangle les agriculteurs français sous prétexte de défendre les consommateurs" et que la guerre des prix dans la grande distribution amène plus "d'un quart des agriculteurs français à subsister sous le seuil de pauvreté"[26].Il ajoute que "le travail de la terre est l’un de plus beaux métiers du monde et que chaque agriculteur doit être en droit de vivre dignement de son métier"[26].

Il est membre des groupes d'études Modernisation des activités agricoles et structuration des filières[27] et Inondations, risques naturels et calamités agricoles [28] à l'Assemblée Nationale.

Vignerons[modifier | modifier le code]

À l’instar de tous les députés et sénateurs de Champagne[29], Grégory Besson-Moreau a demandé au gouvernement d’Edouard Philippe en décembre 2017[30] que les vignerons continuent d’être exonérés de la cotisation foncière des entreprises et de la taxe foncière des propriétés bâties pour leurs pressoirs, exonération supprimée dans la loi de finances 2018.

Il est un membre actif du groupe d'études Vigne, vin et œnologie à l'Assemblée Nationale[31].

TPE/PME[modifier | modifier le code]

En novembre 2017, Grégory Besson-Moreau est nommé rapporteur[32] du groupe de travail Création/Croissance/Transmission/Rebond [33], qui est rattaché au projet de loi-cadre TPE/PME annoncé par le ministre de l’Économie Bruno Le Maire pour 2018[34], dans le cadre du Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE)[35].

Le 30 mars 2018, il publie une tribune dans le journal les Echos sur l'économie des territoires[36]. Il développe l'idée selon laquelle il faut réformer le cadre réglementaire, économique, fiscal et financier en France et qu'il faut faire sauter les verrous à l'innovation et au financement des entreprises[36].

Prison de Clairvaux[modifier | modifier le code]

Dès son élection à l’Assemblée Nationale, Grégory Besson-Moreau a demandé au Gouvernement de revenir sur la fermeture en 2022 de la Maison centrale de Clairvaux, située dans sa circonscription[37], décidée en avril 2016 par le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas[38]. Reçu à l’Élysée le 3 mars 2018 par le directeur de cabinet du Président de la République, Emmanuel Macron, Grégory Besson-Moreau demande un arbitrage présidentiel[39] après que le Premier ministre, Edouard Philippe, eut confirmé, le 18 janvier 2018, que la Maison centrale serait bien fermée[40]. Alors que cela n'avait jamais été fait, il décide de mener une campagne médiatique nationale et il fait entrer les caméras d'une grande chaine de télévision nationale qui effectue un reportage sur cette fermeture[41]. Inlassable défenseur de la Maison centrale de Clairvaux, il déclare en septembre 2017 que l'unité dans le département de l'Aube est une nécessité pour mener à bien un vrai plan de reconversion[42].

Il est membre du groupe d'études Prisons et conditions carcérales à l'Assemblée Nationale.[43]

Chasse[modifier | modifier le code]

Chasseur lui-même, Grégory Besson-Moreau a signé, lors de la campagne des législatives de 2017, les 30 propositions de réforme proposées aux candidats par la Fédération nationale des chasseurs[6]. Il est le secrétaire du groupe d'études Chasse et Territoires à l'Assemblée Nationale qui réunit près de 70 députés[44].

Il est membre du groupe d'études Enjeux de la ruralité à l'Assemblée Nationale[45].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Willy Billiard, « La République en Marche : un novice, un briscard et une apprentie », sur liberation-champagne.fr, (consulté le 24 décembre 2017).
  2. Jean-François Laville, « Qui est Grégory Besson-Moreau le candidat pour La République en marche! sur la 1ere circonscription », sur lest-eclair.fr, (consulté le 19 juin 2017).
  3. « Énergie IP »
  4. Lélia De Matharel, « Bouygues Bâtiment mise sur les start-up pour connecter ses futurs immeubles », sur journaldunet.com, (consulté le 24 décembre 2017).
  5. « Grégory BESSON MOREAU »
  6. a et b « Qui sont les trois députés de l'Aube? », L'Est-Éclair,‎ (lire en ligne)
  7. a et b Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2017 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/elecresult__legislatives-2017 (consulté le 7 avril 2018)
  8. « L’avocat de la ruralité dans l’Aube », sur http://www.lest-eclair.fr/, (consulté le 7 avril 2018)
  9. « Le ministre Gérald Darmanin en visite à Torcy-le-Grand et à la sucrerie d’Arcis-sur-Aube », sur http://www.lest-eclair.fr/, (consulté le 7 avril 2018)
  10. « Édouard Philippe soutient Grégory Besson-Moreau », sur http://www.lest-eclair.fr/, (consulté le 7 avril 2018)
  11. « La seule triangulaire du Grand Est et de France, se trouve dans la 1ère circonscription de l'Aube », France 3 Grand Est, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  12. Vincent Mongaillard, « Législatives : un fauteuil pour trois dans l'Aube », Le Parisien,‎
  13. « Législatives 2017 : LREM l'emporte dans l'unique triangulaire, la 1ere circonscription de l'Aube », sur leparisien.fr, (consulté le 19 juin 2017).
  14. « Grégory Besson-Moreau - Son activité de député à l'Assemblée nationale - NosDéputés.fr », sur www.nosdeputes.fr (consulté le 25 juillet 2018)
  15. « Groupe d'études startup et pme », sur https://www.nosdeputes.fr/ (consulté le 7 avril 2018)
  16. Benoit SOILLY, « Pourquoi Besson-Moreau a choisi Bar-sur-Aube », L'Est Eclair,‎ (lire en ligne)
  17. « Lactalis: Grégory Besson-Moreau rapporteur général de la commission d’enquête », sur http://www.lest-eclair.fr/, (consulté le 7 avril 2018)
  18. « Lait infantile Au moins 20 bébés contaminés par des salmonelles », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  19. RMC, « Affaire Lactalis: vers des sanctions pénales et financières durcies pour la grande distribution », sur RMC (consulté le 20 juillet 2018)
  20. Jean François LAVILLE, « G. Besson-Moreau fonde un club de réflexion », L'Est Eclair,‎ , http://www.liberation-champagne.fr/44919/article/2017-10-27/g-besson-moreau-fonde-un-club-de-reflexion (lire en ligne)
  21. Jean François LAVILLE, « Négociateur en chef de l’Union européenne pour le Brexit, Michel Barnier sera à Troyes vendredi », L'Est éclair,‎ , http://www.lest-eclair.fr/64625/article/2018-04-11/negociateur-en-chef-de-l-union-europeenne-pour-le-brexit-michel-barnier-sera (lire en ligne)
  22. « Grégory Besson-Moreau défend les agrocarburants », sur http://www.lest-eclair.fr/, (consulté le 4 juillet 2018)
  23. « Besson-Moreau sur tous les fronts », sur http://www.liberation-champagne.fr, (consulté le 7 avril 2018)
  24. a et b « Grégory Besson-Moreau - Son activité de député à l'Assemblée nationale - NosDéputés.fr », sur www.nosdeputes.fr (consulté le 20 juillet 2018)
  25. « Grégory Besson-Moreau : Question N° 7632 au Ministère de l'agriculture - NosDéputés.fr », sur www.nosdeputes.fr (consulté le 25 juillet 2018)
  26. a b et c « Assez ! Michel-Edouard Leclerc doit se plier à la loi », Marianne,‎ (lire en ligne)
  27. Assemblée Nationale, « Groupe d'études : modernisation des activités agricoles et structuration des filières - 15ème législature - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le 25 octobre 2018)
  28. Assemblée Nationale, « Groupe d'études : inondations, risques naturels et calamités agricoles - 15ème législature - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le 25 octobre 2018)
  29. « Les députés et sénateurs de Champagne écrivent à Gérald Darmanin contre la sur-taxation des pressoirs », sur http://www.lunion.fr/, (consulté le 7 avril 2018)
  30. « Grégory Besson-Moreau : Question N° 3974 au Ministère de l'économie - NosDéputés.fr », sur www.nosdeputes.fr (consulté le 7 avril 2018)
  31. Assemblée Nationale, « Groupe d'études : vigne, vin et œnologie - 15ème législature - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le 25 octobre 2018)
  32. « Grégory Besson-Moreau, le député LREM entre proximité et enjeux nationaux », sur http://www.canal32.fr/, (consulté le 7 avril 2018)
  33. « Grégory Besson-Moreau », sur GEEA - Génération Entreprise-Entrepreneurs Associés (consulté le 7 avril 2018)
  34. « Bruno Le Maire. « Un projet de loi-cadre sur les TPE et les PME en 2018 » », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne)
  35. « PACTE : un futur projet de loi qui veut faire « grandir » les entreprises », SIC Numérique,‎ (lire en ligne)
  36. a et b « Loi Pacte : remettre l'économie des territoires en marche - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le 25 juillet 2018)
  37. « Aube. A Clairvaux, le projet de fermeture de la prison suscite l'incompréhension », https://france3-regions.francetvinfo.fr,‎ (lire en ligne)
  38. « Prison : la maison centrale de Clairvaux, vétuste, va "vite" fermer », sur www.europe1.fr (consulté le 7 avril 2018)
  39. « Clairvaux: Besson-Moreau en appelle à un arbitrage de Macron », sur http://www.lest-eclair.fr/, (consulté le 7 avril 2018)
  40. « Le Premier ministre confirme la fermeture de la maison centrale de Clairvaux », sur http://www.lest-eclair.fr, (consulté le 7 avril 2018)
  41. « La prison de Clairvaux va fermer en 2022 », LCI, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  42. L'Est éclair, « Fermeture de Clairvaux : pour Grégory Besson-Moreau, «L’unité dans le département est une nécessité» », L'Est éclair,‎ , http://www.lest-eclair.fr/39832/article/2017-09-18/fermeture-de-clairvaux-pour-gregory-besson-moreau-l-unite-dans-le-departement (lire en ligne)
  43. Assemblée Nationale, « Groupe d'études : prisons et conditions carcérales - 15ème législature - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le 25 octobre 2018)
  44. Assemblée Nationale, « Composition du groupe d'études : chasse et territoires au 25 octobre 2018 - 15ème législature - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le 25 octobre 2018)
  45. Assemblée Nationale, « Groupe d'études : enjeux de la ruralité - 15ème législature - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le 25 octobre 2018)