Giovanni Agnelli (1866-1945)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Famille Agnelli.
Giovanni Agnelli
Description de cette image, également commentée ci-après

Giovanni Agnelli (à droite), avec son petit-fils PDG héritier de Fiat Giovanni Agnelli (1921-2003) (Gianni), en 1940

Nom de naissance Giovanni Francesco Luigi Edoardo Agnelli
Naissance
Villar Perosa (Piémont)
Décès (à 79 ans)
Turin
Nationalité Drapeau de l'Italie Italie
Profession
Activité principale
PDG cofondateur de l'empire Fiat
Autres activités
Formation
Distinctions
Descendants
Famille

Giovanni Agnelli ( à Villar Perosa - à Turin), est un industriel emblématique italien, pionnier de l'histoire de l'automobile, PDG cofondateur de l'empire industriel Fiat en 1899, homme politique italien. Ses deux petits fils Giovanni et Umberto lui succèdent respectivement en 1945 et 2003.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1866, dans une famille aristocratique italienne piémontaise, d'un domaine de Villar Perosa, à 80 km au sud-ouest de Turin, fils d'Edoardo Agnelli (1831-1871), et d'Aniceta Frisetti, petit-fils d'Edoardo Agnelli (1831-1871), Giovanni Agnelli fait ses études au lycée San Giuseppe. Il s'oriente vers une carrière militaire, ou après une formation d'officier de l'Académie militaire de Modène, il est affecté au 1er régiment de cavalerie (Italie) de l'école d'application militaire de Pignerol près de son village d'origine.

Passionné par le progrès technique et la mécanique, il quitte l'armée après son service militaire à Vérone en 1889, et fonde sans succès quelques entreprises en mécanique, avant de reprendre un temps la gestion du domaine familiale, dont il hérite (agriculture, commerce du bois, de semence, élevage de ver à soie...). Il succède à son père au mandat de maire en 1895, jusqu’à sa disparition (suivi de son petit-fils Giani jusqu'en 1980). Il épouse Clara Boselli (1869-1946), dont il aura deux enfants : Edoardo Agnelli (1892-1935) et Aniceta Caterina (1889-1928) (qui épousera le footballeur Carlo Nasi, un des hommes de la finance de Fiat).

Fondation de Fiat à Turin[modifier | modifier le code]

Passionné par la mécanique, l'automobile, et les perspectives des progrès techniques de la Révolution industrielle, il s'installe à Turin en 1896 avec sa famille, ou il commercialise des tricycle Prunelle, à moteurs De Dion-Bouton, avec le pilote fabriquant de vélo Luigi Storero, avec qui il cofonde la société Storero. ILs participent aux premières courses automobiles italiennes avec leurs tricycles De Dion Bouton, et automobiles Daimler Phoenix, et fréquentent le célèbre Caffé Burello (ancien berceau de la course automobile en Italie) ou il crée des liens avec de nombreux passionnés de mécanique, d'automobile, et de course automobile, de Turin.

Le 1er juillet 1899, Giovanni Agnelli cofonde son empire industriel, au Palazzo Bricherasio de Turin, en tant que directeur général (président à partir de 1920) avec 400 dollars de l'époque. Baptisée Société italienne pour la construction et la commercialisation de voitures à Turin, puis Fabbrica Italiana Automobili Torino (F.I.A.T.), puis Fiat, avec ses sept associés pionniers de l'automobile italienne : Ludovico Scarafiotti (président), Emanuele Cacherano di Bricherasio, Roberto Biscaretti di Ruffia, Alfonso Ferrero de Gubernatis Ventimiglia, Michele Ceriana Mayneri, Lodovico Scarfiotti, Luigi Damevino, Cesare Goria Gatti, Carlo Racca, et entre autres Giovanni Enrico Marchesi (directeur général), Aristide Faccioli (directeur technique), Aristide Faccioli, Giovanni Battista Ceirano (fondateur de Ceirano), Enrico Bernardi (inventeur italien du moteur à essence), Vincenzo Lancia, Joseph Farina (père du designer Gian-Battista Pinin Farina), CEAT de Virginio et Alberto Bruni Tedeschi (équipementiers père et fils), l'appui du premier ministre italien Giovanni Giolitti... La première Usine Fiat Corso Dante est construite à Turin en 1900, suivie du célèbre site industriel Lingotto de l’architecte Giacomo Mattè-Trucco en 1915, puis de l'Usine Fiat-Mirafiori de 1936... Inspiré des usines américaines Ford et du Fordisme d'Henry Ford, le Lingotto Fiat devient un des complexes industriels le plus grands et le plus modernes avant-gardiste du monde d'alors, avec 50 000 employés dans les années 1940, avec entre autres son célèbre circuit automobile sur le toit du bâtiment principal. Fiat industrialise avec succès ses premières Fiat 3½ HP en 1899 (à base de Ceirano 5 HP de 1899), puis se développement rapidement avec des Fiat 6 HP, Fiat 8 HP, Fiat 10 HP, Fiat 12 HP...

Fort de son succès, Agnelli se lance dans les affaires avec entre autres son associé Riccardo Gualino (Holding IFI -G.Agnelli A), rachète rapidement les parts de ses associés, et de très nombreuses autres sociétés, développe son groupe à l’international, fait entrer Fiat en tant qu'actionnaire majoritaire, à la Bourse de Milan, développe le transport routier et ferroviaire italien, fonde sa propre banque pour la vente à crédit de ses voitures, s'étend aux assurances, aux commerces (La Rinascente), au textile, au BTP (Italcementi), aux secteurs de l'industrie lourde, électrique, sidérurgique, ferroviaire, navires, avions (Società Italiana Aviazione / Fiat Aviazione), tracteurs, armement et matériel de guerre, à la presse (La Stampa de Turin), au football (achat de la Juventus Football Club le 24 juillet 1923, avec son fils Edoardo Agnelli au titre de président du club)...

Guerres Mondiales[modifier | modifier le code]

Agneli développe avec succès son empire au niveau mondiale de façon opportuniste. Durant la Première Guerre mondiale Fiat fourni l'armée italienne, décuple sa fortune en investissant dans l'industrie de l'armée américaine alliée, et passe de la 30e place à la 3e place des industries italiennes. Agnelli est nommé Sénateur à vie de la République italienne / Empire colonial italien en mars 1923. Suite au succès de la première station de sports d'hiver italienne de Bardonnèche de 1908, il achète entre 1928 et 1931 un vaste domaine alpin au Col de Sestrières ou il fonde avec succès la seconde station de ski italienne. Son succès fulgurant en affaires est profondément marquée par le décès de ses enfants Aniceta en 1928 et Edward en 1935, victime d'un accident d'hydravion à Gênes, et par de longs conflits familiaux de succession. En 1932, il rejoint le Parti national fasciste du président italien Benito Mussolini, et bénéficie de nombreux marchés publics et militaires. L'empire Fiat poursuit son développement international durant la Seconde Guerre mondiale, avec entre autres son directeur Vittorio Valletta. Au lendemain de la guerre, Giovanni Agnelli est accusé de compromission avec le régime fasciste de Mussolini, et se voit privé temporairement de ses sociétés. Il disparaît peu de temps après, le 16 décembre 1945 à l'âge de 79 ans d'une pneumonie à Turin, avant d’être réhabilité de ses accusations. Son petit-fils Giovanni Agnelli (1921-2003) (Gianni) lui succède à la tête de l'empire familial, à l'âge de 14 ans, avec l'aide de Vittorio Valletta, suivi par Umberto Agnelli en 2003, puis par son arrière-petit-fils John Elkann en 2004... En 2002 le nom de Giovanni Agnelli est inscrit parmi les grands noms de personnalités de l'histoire de l'automobile, de l'Automotive Hall of Fame de Dearborn dans le Michigan aux États-Unis.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Fonctions[modifier | modifier le code]

  • Maire de Villar Perosa (1905 - 1945)
  • Conseiller de crédit italien (1918 - 1945)
  • Président de FIAT (23 décembre, 1920-4 mai , à partir de 1945)
  • Sénateur du Royaume d'Italie (7 juin, 1923-1916 décembre 1945)
  • Directeur Société Hydroélectrique SIP Piemonte (14 mai 1924-1925 juin 1943)
  • Président della Vetrococke (1924-1945)
  • Ministre de la Piémontais et la société de stipel téléphonique interrégional Lombard (1er juillet 1925 - Février 1940)
  • Président de l'Institut industriel financier institutions financières internationales (27 juillet 1927 - 4 mai 1945)
  • Chantier naval Cantieri Riuniti conseiller dell'Adriatico

Distinctions du Royaume d'Italie[modifier | modifier le code]

  • Chevalier de l'Ordre de la Couronne de l' Italie (8 décembre, 1898)
  • Travail Chevalier (1907)
  • Grand Officier de l'Ordre de la Couronne de l' Italie (1er février, 1920)
  • Grand Officier de l'Ordre des Saints Maurice et Lazare (6 février, 1921)
  • Chevalier Grand - Croix de l'Ordre de la Couronne de l' Italie (15 décembre, 1932)

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Cavaliere OCI BAR.svg : Chevalier de l'Ordre de la Couronne d'Italie le 8 décembre 1898
  • Commendatore OCI Kingdom BAR.svg : Grand Officier de l'Ordre de la Couronne d'Italie le 1er février 1920
  • Grande ufficiale SSML BAR.svg : Grand Officier de l'Ordre de S.S. Maurizio et Lazzaro le 6 février 1921

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]